Livres
494 813
Membres
493 350

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Arturo Pérez-Reverte

530 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par 21la 2012-06-17T21:51:04+02:00

Biographie

Arturo Perez-Reverte est né à Carthagène, Espagne, en 1951. Il a été grand reporter et correspondant de guerre pendant vingt et un ans. Ses romans sont des succès mondiaux, et plusieurs d'entre eux ont été portés à l'écran. Il partage aujourd'hui sa vie entre l'écriture et sa passion pour la mer et la navigation. Il est membre de la Real Academia Espafiola de las Letras

Il fut reporter de guerre durant une vingtaine d'années (1973-1994), de Chypre au Liban en passant par les Malouines, d'abord pour le quotidien Pueblo (pendant douze ans), puis pour la télévision espagnole (TVE) pendant neuf ans. Il a également fondé une revue intitulée Defensa. Il se consacre aujourd'hui exclusivement à la littérature.

Il a commencé sa carrière de romancier en 1986.

Il est membre de l'Académie royale espagnole depuis le 12 juin 2003.

Son travail de journaliste

Durant sa carrière journalistique, Arturo Pérez-Reverte se spécialise dans la couverture des conflits armés pour la presse écrite, la TVE ou la radio. Il a notamment couvert la guerre de Chypre, diverses phases de la guerre du Liban, la guerre d'Érythrée (pendant laquelle il se perdit plusieurs mois, et survécut grâce à ses amis guerrilleros), la campagne de 1975 dans le Sahara, la guerre des Malouines, la guerre du Salvador, la guerre du Nicaragua, celle du Tchad, la crise de Libye, les guérillas au Soudan, la guerre du Mozambique, celle d'Angola, le coup d'État de Tunis, etc.

Parmi les derniers conflits qu'il a vécus, on compte la révolution roumaine (1989-1990), la crise puis la première Guerre du Golfe (1990-1991), la guerre de Croatie (1991), et la guerre de Bosnie (1992-1994).

Depuis 1991 il tient une page d'opinion dans le magazine XLSemanal, un supplément du groupe Correo distribué dans 25 journaux espagnols et devenu une des sections les plus lues de la presse espagnole avec plus de 4.500.000 lecteurs.

Son œuvre

Dans une œuvre à mi-chemin entre policier et roman historique, à la fois enlevée et très érudite, Arturo Perez-Reverte documente le lecteur aussi bien sur la restauration des peintures du Moyen Âge ou les subtilités du jeu d'échecs (Le Tableau du maître flamand, Grand prix de littérature policière 1993) que sur la genèse des romans de Alexandre Dumas (Club Dumas). Nombre de ses titres figurent parmi les ventes à succès des librairies et il est actuellement traduit en 34 langues.

Fin 1996 paraît la série des Aventures du Capitaine Alatriste, qui devient aussitôt une des séries littéraires les plus populaires, avec des tirages très importants. Le héros est un personnage comparable à D'Artagnan, Pardaillan ou le Capitaine Blood.

Alatriste incarne un capitaine espagnol des Tercios de Flandres. Une figure humaine, avec ses grandes vertus et ses nombreux défauts, minutieusement située dans le temps (17e) et dans l'espace, entourée de personnages historiques et protagoniste des plus grands exploits de son époque.

Arturo Pérez-Reverte se souviendra d'ailleurs de son héros lors de son discours d'intronisation à l'Académie Royale Espagnole intitulé "La parole d'un brave du 17e"

L'auteur a également reçu le Prix Jean Monnet de littérature européenne du département de Charente en 1997 pour La Peau du tambour

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
142 lecteurs
Or
278 lecteurs
Argent
201 lecteurs
Bronze
144 lecteurs
Lu aussi
191 lecteurs
Envies
215 lecteurs
En train de lire
17 lecteurs
Pas apprécié
31 lecteurs
PAL
275 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.73/10
Nombre d'évaluations : 251

5 Citations 126 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Arturo Pérez-Reverte

Sortie France/Français : 2019-10-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Le Capitaine Alatriste

Envie d’aventures, d’honneur peut-être, de combats pourquoi pas. Voilà l’état d’esprit qui m’a conduite à piocher le premier tome des aventures du capitaine Alatriste à la bibliothèque (le fait que l’auteur soit espagnol n’a PAS DU TOUT pesé dans la balance, bien entendu ;) ).

J’ai donc fait connaissance avec ce fameux capitaine par le biais de son page, Iñigo, le narrateur de l’histoire. A Madrid, au 17ème siècle, l’existence n’est pas de tout repos pour un ancien soldat fauché ! Alatriste a donc l’habitude de rendre des services d’épée, pour venger quelque question d’honneur d’un bourgeois ou faire la sale besogne d’un politique… Mais dans ce tome, il se fait prendre dans des rouages qui le dépassent et se retrouve mêlé aux affaires des puissants de cette époque.

Ce roman fait moins de 200 pages et se lit très rapidement. On s’attache aux héros, même si je déplore la manière dont les quelques personnages féminins sont dépeints. J’ai apprécié l’atmosphère de l’histoire et en savoir plus sur cette période historique, fastueuse pour l’Espagne.

La plume est sympathique, avec un vocabulaire riche, mais l’auteur semble mettre un point d’honneur à insister sur certains éléments qui en deviennent répétitifs : les six pouces d’acier dans le corps, « l’Espagne des Autrichiens »…

Il y a peu de chances que je lise la suite de la série, mais je pourrais peut-être me laisser tenter si une envie d’aventure historique me reprenait !

Peut-être ce livre vous dit-il quelque chose, car il est sorti en film avec Viggo Mortensen dans le rôle-titre ;)

Afficher en entier
Deux hommes de bien

Comme tout le monde, j’ai dévoré la série de cape et d’épée du capitaine Alatriste (Tiens, j’en ferais bien une chronique, c’est tellement formidable !), et lu plusieurs romans de cet écrivain navigateur, escrimeur, qui connaît bien l’aventure puisque ancien reporter de guerre.

Mais mon préféré, c’est celui-là.

On y retrouve tout ce qui fait la richesse de cet auteur : le sens de l’intrigue, l’érudition, l’humour et des personnages parfaitement campés. L’histoire elle-même est tellement extravagante que Pérez-Reverte prend bien soin de nous expliquer qu’il en a retrouvé les traces dans les archives de l’Académie Royale d’Espagne, noble institution à laquelle il appartient, l’équivalent de notre Académie Française.

En plein dix-huitième siècle, quelques années avant l’explosion révolutionnaire, les membres honorables de cette Académie se réunissent et décident d’envoyer deux des leurs en France afin d’acquérir l’intégralité de l’Encyclopédie, joyau des Lumières, phare de la connaissance de l’époque (un projet inédit et incroyablement audacieux !).

Ils réussissent à obtenir – par on ne sait quel miracle ! - l’autorisation royale mais doivent se débrouiller pour financer l’expédition sur leurs propres deniers. S’ensuit un récit picaresque, où l’esprit du grand Cervantes - dont Pérez est un fervent admirateur - plane à tous les coins de page. Notre auteur n’est pas plus tendre avec la France, qu’il décrit par le menu - en particulier la misère et les injustices flagrantes - qu’avec son pays dont il montre sans aménité l’esprit engoncé dans une morale religieuse stérilisante.

Pour pimenter le récit il y a bien sur les bons, nos deux académiciens et les méchants à la solde des anti progressistes. Pièges, traquenards, duels, tout est mis en œuvre pour faire échouer nos héros dans leur entreprise. Mais certains académiciens (à l’instar de Pérez) cachent un passé qui n’est nullement bureaucratique. Surnommé l’Amiral, l’un des académiciens est un ancien marin qui a fait les cent coups, et cette aventure est l’occasion pour lui de retrouver avec bonheur les fibres de sa jeunesse, sentiment que partage certainement notre auteur qui a soixante-sept ans. Cette histoire telle que je la résume suffirait à nous contenter amplement, si Pérez n’y avait en plus ajouté une idée risquée mais captivante : intercaler chaque chapitre historique avec le récit de ses pérégrinations contemporaines à la recherche des documents nécessaires pour étayer son roman. Quand je dis risqué, il n’y a en réalité guère de risque pour un auteur aussi reconnu ! Et c’est manifestement avec cette confiance que donne la célébrité que Pérez adopte cette formule qui - on le comprend - pourrait rompre le fil du récit et le rythme de la narration. Or, il n’en n’est rien !

Car nous avons droit à une deuxième histoire, parallèle, aussi passionnante que la première. Pérez - pour mieux les imaginer - parcourt en voiture les routes (chemins devenus parfois autoroutes !) suivis par ses protagonistes en calèches. Quelquefois il retrouve des lieux d’époque. Ses amis bouquinistes de Paris l’alimentent en traités anciens qu’il achète à prix d’or, peu importe : il est bibliophile ! Les relevés de Google Map sont même mis à contribution !

Six cents pages captivantes, particulièrement pour tous ceux qui aiment le siècle des Lumières, creuset des idées nouvelles. L’abbé Bringas, personnage réel, tient un rôle important dans cette histoire, car représentatif de ces révolutionnaires, intellectuels frustrés, qui, selon Reverte : ont su prendre leur tour quand la révolution est arrivée, avec, bien souvent, une soif de sang…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par louvasanga 2019-07-03T16:58:47+02:00
Deux hommes de bien

On me l'a conseillé lors d'une conversation. Cet un auteur que je ne connaissais pas du tout. Bien que le sujet soit intéressant et diffère des contenus que je lis habituellement, j'ai un peu eu du mal à le finir. La première moitié du livre est bonne, mais la seconde se perd dans des conversations qui, à les yeux, n'avaient aucune importance. On se retrouve assez vite à lire en diagonale et sauter les pages pour allez directement à ce qui nous intéresse.

Afficher en entier
La Patience du franc-tireur

J'ai beaucoup aimé ce livre qui immerge le lecteur dans l'univers des graffitis. A travers la traque d'un graffeur souhaitant resté a tout pris anonyme l'auteur parle d'art moderne et de sa place dans la société tout en offrant une fin inattendu au lecteur. Un bon livre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cedd 2019-07-05T20:27:22+02:00
Le Hussard

Ce livre est tout simplement un chef d'oeuvre de littérature. peu de pages mais d'une intensité incroyable. le genre que l'on conserve en mémoire jusqu'à la fin des temps.

Afficher en entier
Le Tableau du maître flamand

Le personnage julia, je la trouve banale dans ses réactions. Sinon l idée des échecs m a bien plu, j ai découvert au milieu du livre le tueur. J ai beaucoup aimé le joueur d echec munoz, sa personnalité particulière avec le jeu. Bon bouquin.

Afficher en entier
Le Tableau du maître flamand

Je ne joue pas aux échecs mais ce livre m'a donné envie de m'y intéresser. La découverte de l'art avec cette intrigue en forme de poupée russe n'est pas banal. Au final, ce n'est pas un roman, c'est un jeu où l'on se fait happer. J'ai adoré!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lelette1610 2019-10-17T10:45:06+02:00
La peau du tambour

Le décor est planté : nous avons une petite église « Notre-Dame des Larmes » situé dans le quartier de Santa Cruz, à Séville et une banque, intéressée par son emplacement, pour y bâtir des immeubles. Nous avons des morts mystérieuses.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bbnb 2020-01-14T22:19:17+01:00
Deux hommes de bien

Livre qui m'a paru très inégal. Mon plaisir a varié de 5 à 9. Un début prometteur, un milieu assez lourd avec des conversations un peu caricaturales et une dernière partie de très bonne facture même si l'épilogue me laisse sur la faim.

Un bon libre malgré tout, très intéressant d'un point de vue historique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par theyoubot 2020-02-23T02:10:49+01:00
Le soleil de Breda

Au début du XVII° siècle, l'empire espagnol est si vaste que le soleil ne s'y couche jamais. Depuis plusieurs décennies, son armée écrase les rébellions qui se produisent régulièrement dans les provinces lointaines. Avec une telle expérience des champs de bataille, son infanterie est devenue la meilleure du monde.

Capable d'endurer la faim et la soif sous les climats les plus durs et de défaire des forces cinq fois supérieures en nombre.

.

Par les yeux du narrateur, âgé de 15 ans, nous suivons quelques mois de combats menés par ces soldats d'élite en Flandres en 1624.

Le récit est une succession de scènes de batailles spectaculaires, auxquelles une minutieuse recherche documentaire donne beaucoup de réalisme. Ces qualités font pardonner la psychologie caricaturale des personnages. Troisième tome du cycle du Capitaine Alatriste, c'est - selon moi - le seul que vous devez lire.

Note : 7/10

.

PS : Si vous passez outre mon conseil, sachez que les tomes 1, 2 et 4 sont constitués aux trois quarts de remplissage soporifique.

Afficher en entier

Dédicaces de Arturo Pérez-Reverte
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Seuil : 23 livres

Points : 10 livres

LGF - Le Livre de Poche : 3 livres

Alfaguara : 3 livres

Plaza & Janés : 1 livre

Le Livre de Poche : 1 livre

Sixtrid : 1 livre

JC Lattès : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array