Livres
472 256
Membres
444 161

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

David Eddings

1 623 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Charlie18 2012-02-19T23:03:34+01:00

Biographie

David Eddings (7 juillet 1931 - 2 juin 2009) est un écrivain américain né à Spokane (près de Seattle dans la région de Puget Sound) dans l'État de Washington. Il est décédé dans la nuit du 2 au 3 juin 2009.

Il a écrit de nombreux romans célèbres de Fantasy, dans le sous-genre de la High fantasy. Sa femme Leigh Eddings (Judith Leigh Schall) décédée en 2007 à 69 ans2, est considérée comme la co-auteure non créditée de nombre de ses romans, et est reconnue comme telle dans ses œuvres les plus récentes.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
3 908 lecteurs
Or
4 697 lecteurs
Argent
2 054 lecteurs
Bronze
1 170 lecteurs
Lu aussi
1 120 lecteurs
Envies
2 081 lecteurs
En train de lire
47 lecteurs
Pas apprécié
84 lecteurs
PAL
2 275 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.33/10
Nombre d'évaluations : 319

1 Citations 699 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de David Eddings

Sortie Poche France/Français : 2008-10-09

Les derniers commentaires sur ses livres

La trilogie des périls, tome 3 : La Cité occulte

"Et merde", me suis-je dis en commençant le livre. Me voici de nouveau à la fin d'une grande saga qui m'a bien fait voyager dans un autre monde.

Pour ceux qui n'ont pas suivi mes critiques précédentes concernant "Les Dômes de Feu" et "Ceux-Qui-Brillent", je vais juste leur signaler que j'ai retravaillé ma critique suite à ma relecture de la Trilogie des Périls durant mes vacances.

Oui, ma PAL est énorme, et alors ? Parfois, on a envie de relire ce que l'on a déjà lu. Une preuve que l'on a aimé, non ?

Nous avions terminé le tome deux sur l'enlèvement de la reine Ehlana, épouse d'Emouchet. Pourquoi ? Mais parce que ses ennemis veulent le Bhelliom, pardi.

Durant tout le récit, nous aurons des alterances entre ce qui se passe du côté de la reine captive et du côté de son époux et de ses amis qui vont devoir ruser pour la retrouver.

Tout le monde devra se séparer et aller de son côté. C'est le petit côté que j'ai moins aimé dans le livre : Ehlana et Emouchet séparé, c'est moins drôle car leur couple est assez... pimenté !

Un autre problème : pas toujours d'espacement dans le corps du texte lorsque l'on passe d'un récit à l'autre, ce qui m'a troublé bien souvent. Les cocepteurs auraient pu ajouter des petits astérisques pour bien montrer que l'on passait au récit d'un autre personnage.

Quelques frayeurs, même si, chez Eddings, les "bons" meurent rarement.

Beaucoup de vannes, d'humour, d'action, de voyages, de dieux, de morts, d'histoires d'amour...

Et c'est une marotte de la déesse Aphraël : faire des couples !

Beaucoup de surprises dans ce dernier tome, dont le Bhelliom, des associations entre humains et Trolls et des stratégies militaires qui tournent parfois à la catastrophe.

D'accord, nombreuses similitudes avec la Belgariade/Mallorée, mais comme je vous le disais, je n'ai pas boudé mon plaisir de les relire une fois de plus.

Non pas que ma mémoire me faisait défaut parce que le livre ne m'avait pas marqué, mais plus dû au fait que vu le nombre élevé de mes lectures, il arrive bien souvent que je ne me souvienne plus des détails.

Notamment sur les personnages : nombreux sont les petites choses que nous apprenons sur eux, tout au long de cette suite. C'est très plaisant.

Pas vraiment de moments creux : même dans les parties les plus calmes, ça se laisse lire avec plaisir et l'instant d'après, action !

Le combat final est juste un peu court... Toute cette poursuite pour un combat titanesque de quelques minutes. Faut pas les faire durer en longueur, mais bon, un peu plus n'aurait pas été du luxe.

Bref, arrivée à la fin du livre j'ai ressenti cette horrible lassitude de devoir fermer le livre et de dire au revoir à des personnages avec qui j'avais passé des super bon moments. Même eux savaient qu'ils ne se verraient presque plus, chacun reprenant son chemin de vie avec son nouveau compagnon ou compagne.

Eddings, m'a entrainé une fois de plus et j'ai eu, une fois de plus, du mal à me détacher de cette histoire.

J'ai adoré les trilogies des joyaux et périls !!! A découvrir !

Afficher en entier
La trilogie des périls, tome 1 : Les dômes de feu

Et c'est repartit pour un tour ! de plus, vu que je n'avais rien à faire (hem, façon de parler) et rien à lire (s'étrangle en regardant la hauteur de sa PAL), j'ai emmené la Trilogie des Périls avec moi en vacances.

Comment ça, tu ne l'avais pas déjà lue ? Oui, je l'avoue, je l'avais déjç lue il y a fort, fort longtemps et j'avais envie de me faire plaisir.

Vu que au moment de rédiger ma critique, ma mémoire passoire n'était pas érrivée à me sortir quelque chose de cohérent, j'ai décidé de remédier au problème, non pas en prenant des médocs mais en relisant la seconde partie de la Saga.

Donc, pour cette seconde rilogie, nous retrouvons toute la bande au complet (quasi) pour la suite de leurs aventures, passionnantes et tout aussi trépidante que la première saga.

Emouchet et tous les autres sont fidèles à eux-mêmes et j'ai apprécié chevaucher à leurs côtés pour me dirigier vers Mathérion, la ville aux dômes de feu.

Je sais que certains pourraient la trouver longue, la route qu'ils doivent faire pour arriver à Mathérion. Pourtant, leur voyage n'est pas de tout repos.

Malgré le fait qu'ils avancent assez vite - la princesse Danaé, fille d'Emouchet et de la reine Ehlana, incarnation terrestre de la déesse Aphraël, joue avec le temps - le voyage prend une bonne partie du livre.

Non, on ne baille pas du tout. Les personnages sont assez haut en couleurs et comme je vous le disais, leur voyage n'est pas de tout repos.

Ce tome comporte aussi assez bien de politique, mais nous sommes dans la fantasy et même si elle ressemble à s'y méprendre à celle sur terre, il y a aussi la dimension des différents Dieux qu'il faut prendre en compte. Et croyez-moi, ils sont légion.

Les critiques les plus sévères pourraient dire que l'on retrouve, dans cette trilogie des Périls (comme dans la précédente, celle des Joyaux), les mêmes sorcières dominatrices que dans la Saga Belgariade/Mallorée : (Polgara / Séphrénia), même si la seconde n'appelait plus tout le monde « mon chou », mais « mon petit », la même princesse fantasque destinée à épouser le héros (Ce'Nedra / Ehlana), les mêmes dieux désireux d'en découdre et les mêmes faux-frères félons à abattre.

Oui, Eddings a trouvé un filon et il l'a exploité jusqu'à épuiser toutes les veines. Pourtant, j'ai éprouvé du plaisir à retrouver mes compagnons de la trilogie des Joyaux.

Quant à l'humour, il était toujours là. Il a beau être le même, il me fait toujours rire...

Par contre, Eddings a changé profondément le caractère d'un personnage de la Trilogie des Joyaux, nous donnant comme excuse "qu'il cachait bien son jeu jusque-là". En avait-il l'intention dès le départ ou est-ce dans le but de relancer la machine ? Je n'en sais rien, mais cela change toute la vision de la première trilogie.

Bonus : nouveaux personnages dont on gage qu'ils nous donneront quelques belles heures de lecture.

Ils m'ont fait passer encore une fois, de très bons moments de lecture, je vous rassure !

Afficher en entier
La Trilogie des joyaux, tome 2 : Le chevalier de rubis

Comme je suis une femme prévoyante (pas toujours), j'avais profité de opportunité qui m'était donné d'acheter la trilogie en une fois. En effet, ce jour là était un jour de chance puisque les trois tomes se trouvaient ensemble dans ma bouquinerie préférée. Les belles éditions de chez France Loisirs, en plus ! Pardon, je m'égare...

Pas tant que ça, puisque cela m'a permis de me faire la trilogie en une fois, sans temps mort, sans être coupée parce que je ne possédais pas la suite. Malin, non?

Donc, dès la fin du tome un, je me suis enquillé la suite des aventures de cette sacrée bande disparate de chevaliers de l'Église, repartis en quête du moyen de guérir la jeune reine d'Elénie.

Comment ça, le moyen de la guérir ? Mais oui, dans le tome 2, le problème n'est plus de déterminer comment sauver la reine, mais de mettre la main sur l'objet qui peut la sauver (vous suivez, de temps en temps ?).

Pas question pour notre troupe de faire les pantouflards parce que leurs aventures sont loin d'être un long fleuve tranquille. Sans oublier qu'un tas de créatures du monde obscur vont se mettre en travers de leur chemin. Faudrait tout de même pas que ce soit une promenade de santé, sinon, nous hurlerions notre colère.

Cette suite donc a répondu à mes attentes, tant au niveau de la qualité de la narration que de l'histoire elle-même, puisque j'ai commencé à vivre avec mes héros, espérant avec eux, cherchant avec eux, tremblant avec eux,... Bref, j'étais dedans !

Et puis, j'ai adoré les personnages : Emouchet est un héros presque cinquantenaire, intelligent et machiavélique. Plusieurs fois il m'a fait sourire ou pouffer de rire, avec ses réparties.

Sa compagnie de héros utilise souvent des méthodes douteuses, mais la fin ne justifie-t-elle pas les moyens ? Pour moi, oui !

D'habitude, je lis rarement plus de deux livres du même auteur parce que j'aime varier et ne ne veux pas me lasser. Parfois, je fais des exceptions et cette trilogie des Joyaux en fait partie. L'auteur a réussi à ma captiver et à me donner envie de lire les trois romans d'une traite. Pourtant, le pari n'était pas gagné après la superbe décalogie que furent la Belgariade et la Mallorée. Comment Eddings a-t-il fait ?

La recette de cette réussite est simple : vous prenez peu de magie, vous la trempez dans une guerre de pouvoirs, vous ajoutez de la noirceur pour les méchants, additionné de dieux et de déesses, le tout saupoudré d'amour, d'une forte dose d'amitié, sans oublier un kilo d'humour et vous faites mariner le tout dans dans une épopée grandiloquente, ce qui permettra au tout de glisser facilement dans votre estomac, sans indigestion aucune.

Les héros sont attachants, l'histoire tient la route et surtout l'avantage d'une trilogie, c'est qu'elle permet d'avoir de longues heures de lecture devant soi.

Ne passez pas à coté de cette trilogie. C'est une très bonne histoire. le seul défaut qui se présente à l'horizon, c'est toujours que cela va se terminer, à un moment. Sans oublier que vous risquez de vous couper du monde durant votre lecture car vous voudrez connaître la fin, ce qui accélerera le trépas de cette trilogie ô combien attachante.

Afficher en entier
La Trilogie des joyaux, tome 1 : Le trône de diamant

Je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai pas réussi à rentrer à 100% dans ce livre. Il n'est clairement pas mauvais, mais j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages, à me rappeler qui est qui et qui est où.

Un peu déçue de la rencontre avec celui qu'on nous décrivait comme le "grand méchant", et je trouve qu'à chaque fois qu'ils entrent ou quittent un lieu, ils doivent se méfier. Ça revient en peu trop souvent.

Afficher en entier
La Belgariade, Tome 1 : Le Pion blanc des présages

Gros coup de gueule et donc une longue critique principalement centrée sur les personnages...

Je trouve le récit un peu trop idéaliste, moralisateur. Laisser un ennemi derrière soi est une erreur, on sait dans la réalité que l'ennemi revient toujours, et que quand il revient il fera encore plus mal, plus de ravages tant qui n'a pas atteint son but. Je trouve bête que sous prétexte que c'est un héros qu'ils sont tous du "bon" côté qu'éliminer un ennemi soit un tel sacrilège, je ne trouve pas ça réel, je veux bien qu'un ou deux personnages ont des cœurs d'artichauts mais quand même, faut revoir ses priorités, ou ils décident d'arrêter le Mal une bonne fois pour toutes et dans ce cas ils se donnent les moyens, même les plus impitoyables s'il faut ou ils tergiversent et prônent l'honneur ou je ne sais quoi et dans ce cas ils ne doivent pas s'étonner que le Mal revienne en faisant davantage de victimes. Spoiler(cliquez pour révéler)Belgarath a laissé s'échapper ou du moins n'a pas très envie de tuer vraisemblablement l'assassin des parents de Garion, et ben voici le résultat il a dérobé l'Orbe, grand bien lui fasse d'avoir une bonne conscience mais maintenant y a juste leur monde qui est en péril, rien que ça, pas de pression mon vieux.

C'est pour ça que j'ai tendance à m'orienter vers la Dark Fantasy plutôt que l'Heroic, c'est plus réel et terre à terre, c'est pas juste une histoire d'être le héros et d'être honorable mais de faire en sorte de gagner même s'il faut éliminer l'ennemi. Faut arrêter d'être fleur bleu et que les auteurs nous refourgues de grandes batailles victorieuses où tout va bien mais d'avouer que dans la réalité la guerre ça craint, c'est horrible et il y a beaucoup de mort, être honorable ne veut rien quand on se retrouve sur un champs de bataille à se battre pour sa vie. C'est épuisant les auteurs aux tendances niaises.

En plus ils décident de partir en chasse comme s'il faisait une promenade en emportant le forgeron du coin et le gosse qui ne comprend rien de ce qui ce passe dans le territoire ennemi, quelle brillante idée. Franchement l'auteur aurait dû les faire plus finaud parce que ça frise le ridicule, j'espère que l'auteur sait que ce n'est pas une lecture jeunesse qu'il voulait écrire mais un roman plus mâture parce là, y a le doute.

Et en plus, sachant que Garion deviendrait le sauveur pour leur monde, ils ne se sont pas dit Spoiler(cliquez pour révéler)qu'il fallait lui enseigner les armes, qu'il sache se défendre, qu'il en apprenne plus sur les pays, les peuples, les traditions, les légendes. Tout. Ils ne l'ont même pas instruit pour ce qui l'attend, parce que attention, il n'a "pas 18 ans" Qu'est-ce vient foutre l'âge dedans ? Qu'il en ait 5, 10 ou 40 ans des ennemis vont toujours essayer de le tuer le mieux c'est de lui apprendre à survivre et au lieu de ça vous le laissez récurer les chaudrons.

Exaspérant.

Je les trouve cruels aussi de jouer ainsi avec la vie de Garion. C'est un gosse qui vivait sa vie tranquille et qu'ils ont jetés sur la route dans une aventure dangereuse juste parce qu'ils ne savaient pas quoi en faire et en plus ils lui mentent, le prennant pour un imbécile et un abruti.

Je voudrais rappeler aussi à certains lecteurs que le jeune Garion dont vous vous plaignez n'a pas eu tout les éléments en main, nous lecteurs nous savons que c'est un récit Fantasy mais en tant que personnage comment était-il sensé savoir que sa tante était enfaîte une sorcière de plusieurs siècles ainsi que le conteur qui venait de temps en temps à la ferme est en réalité un sorcier de légende. Franchement. Et les fois où il se demande "Pourquoi moi ?" il a bien raison car on lui a même pas dit qui il était, s'il l'aurait su alors il aurait compris tout ces événements mais non, pour lui il est un fermier orphelin et donc oui, il se demande qu'est-ce qu'il fait avec des sorciers, des Rois et des Princes.

J'espère que Garion prendra un peu de caractère et commencera à se détacher des gens qui font de lui leur marionnette au nom du bien de tous (Belgarath et Pol), il est peut-être le jeune roi de Riva mais il devrait avoir son propre esprit et ses choix devrait être respecter comme n'importe qui même s'ils sont mauvais au lieu de le manipuler, il apprendra dans ce cas.

C'est donc un tome très en dessous des "on-dit" qui on vanté cette série comme un "classique" réveillez vous les gars, le tome 1 n'est pas franchement le livre du siècle. L'auteur caricature ses personnages, il n'y avait même pas d'intrigues, quand j'ai lu la fin j'ai sincèrement cru qu'il manquait la suite (epub) et que je n'avais pas bien télécharger mais non, il s'arrête bel et bien de cette manière. On dirait juste une moitié de livre et je présume que le tome 2 en fera la suite, l'auteur aurait plus les faire fusionner on n'y aurait vu que du feu. M'enfin, il n'y a que Garion qui ne m'insupporte pas car il est aussi perdu que moi malheureusement il n'a pas le caractère suffisant pour exiger des réponses. Enfin, j'espère que le tome 2 s'améliore car là franchement c'est pas brillant. (Il s'avère que j'ai lu le début du tome 2, une franche déception)

Ps. Pitié ne comparer pas cette saga avec celle de la Roue du Temps qui elle, est un chef d'œuvre. Les deux livres n'ont rien à voir, oui Rand et Garion sont deux jeunes paysans mais l'un à 19 ans et a toujours son père alors que l'autre est orphelin et n'a même pas 15 ans. Rand est peut-être un personnage qui est doux au début et réservé mais on pourra en convenir qu'il avait déjà du caractère & qu'il grandit rapidement pour devenir un homme qui refuse de se faire manipuler, Pol n'aurait pas tenue deux secondes en joutes verbales face à lui, elle aurait capituler comme Moiraine l'a fait plus tard. Garion lui est jeune et son esprit n'est visiblement pas encore sur la pente de la rébellion mais plus de la soumission.

Afficher en entier
La Belgariade, Tome 2 : La Reine des sortilèges

Belgarath m'insupporte vraiment, j'ouvre à peine le livre, j'apprends que Garion à reçu des cadeaux et enfin un épée pour apprendre à se défendre car avec le nombre d'ennemis qu'il a, il était temps et le vieux qui lui rétorque cruellement que ça ne "lui va pas". J'appelle ça, excusez moi du terme, mais un vieux con. Ce "Sage homme" a sorti le gosse de sa vie pour le mener dans une succession d'attaques ennemis, dans une quête pour une mission dont tout est sa faute car mÔsieur ne voulait pas tuer ce qui a permit à l'homme en question de volait l'Orbe afin de réveillait Torak, il ne veut même pas instruire le gosse, encore moins sur ces origines ni son rôle et en plus faudrait qu'il parade dans les pays en suivant comme un toutou et en attendant toujours d'être sauver par Pierre, Paul ou Jacques. Non, décidément c'est trop. Je sais pas si l'auteur croit qu'être un sage veut dire "être un mou du genou et en plus se prendre pour le juge de tout et tout le monde" mais c'est pas le cas. Être sage c'est aussi savoir quand agir et protéger les siens. Une putain d'éducation pour Garion n'aurait pas fait de mal, il ne sait même pas lire bon sang !

Et la tante Pol de mes deux qui lui offre un collier magique bien évidemment, elle aurait pu lui dire que c'était pour le protéger, il en aurait pas fait un cinéma et compris tout de suite mais non, il faut encore qu'ils mentent tous même pour un stupide collier. Rageant.

Ils attendent quoi, que Garion se retrouve face à Torak pour lui avouer son ascendance ? Et la tante Pol pourra toujours agitait sa main que rien ne changera. Depuis quand un roman avec un sauveur du monde attend d'être au deuxième tome pour avouer son destin au gosse ? Non mais sérieusement, si vous avez les réponses, n'hésitez pas parce que moi tout ce que je vois c'est du grand n'importe quoi.

Et bien-sûr, le grand mÔsieur sire Loup qui refuse de tuer Asharak, encore, alors que le problème aurait pu être régler dix fois plus tôt et bien sûr son manque de réaction ne manquera pas de faire tuer quelqu'un dans le processus.

J'aimerais sincèrement dire quelque chose de plus positif mais il n'y a rien qui vient dans le récit pour relever le niveau. C'est un roman qui devrait ce lire au collège pour les jeunes qui veulent découvrir un peu la lecture et pas recommander par des fans de Fantasy qui visiblement devrait revoir leur jugement à la baisse.

Franchement, la logique et le plan d'écriture de cet auteur me dépasse. J'ai choisie de commencer par Belgariade car apparemment la Mallore était moins bonne mais jusqu'à présent c'est détestable.

J'ai arrêtée le tome du livre au quart car la lecture devenait insupportable. Je suis une grande lectrice de fantasy en plus d'être exigeante et franchement pour la réputation que certains "lecteurs aguerris" en on fait je suis déçu, ce livre n'est pas à niveau, il devrait être réécrit et corrigé. Il y a une absence totale de suspense, le "but" de la quête étant de récupérer l'Orbe n'arrive à être faire qu'à partir du tome 4. C'est inconvenant, si un auteur aujourd'hui ce serait permis d'écrire une telle série il n'y aurait eu aucune lecture. Garion reste une marionnette insipide qui va au gré des choix de tout le monde sauf les siens, les deux mégères de sorciers rendent la lecture encore plus pénible, le seul ami qu'avait Garion (même s'ils sont devenus bien trop vite "amis" à se faire des serments au bout de 5 min) n'est même pas rester jusqu'à la fin, il a juste eu le temps de faire quelques kilomètres que déjà il était à l'article de la mort, le Durnik reste inexistant sauf quand il s'agit de la vieille Pol, Barak aussi qui s'en tient au rôle de la brute sans cervelle mais qui semble être le seul à comprendre qu'ils sont en guerre et qu'il faudrait commencer à éliminer les ennemis au lieu de courir.

Visiblement une petite princesse était à venir dans ce tome et tout le monde s'accorde à dire qu'elle est insupportable, donc rien ne retient ma lecture. Grosse déception. Je ne recommande pas.

Afficher en entier
La Belgariade, Tome 1 : Le Pion blanc des présages

J'ai grandi avec Garion et ses aventures m'ont marquées! Je le recommende à tous les amoureux de magie et d'aventure! Les personnages sont bien construits et les intrigues sont bien ficelés. On tombe sous le charme de chaque personnage et on ne peut s'arrêter! Heureusement, il y a 14 tomes qui sont séparés en 4 séries: la Belgariade (5 tomes), la Mallorée (5 tomes), Belgarath, le sorcier (2 tomes) et Polgara, la sorcière (2 tomes).

Afficher en entier
Belgarath le Sorcier, Tome 1 : Les années noires

J'ai vraiment aimer pouvoir plonger dans la tête du Vieux Loup!

Afficher en entier
La Belgariade, Tome 1 : Le Pion blanc des présages

livre sublime trouvé dans la bibliothèque de mon père qui est fou d'héroic fantasy. je me jette sur la suite et bonne nouvelle, il y a plein de tomes.

Afficher en entier
La Trilogie des joyaux, tome 1 : Le trône de diamant

Une trilogie de fantasy sympathique. Un cran en dessous de la Belgariade, mais accessible à tout public.Des personnages attachants, de l'aventure, ... un bon moment

Afficher en entier

On parle de David Eddings ici :

Dédicaces de David Eddings
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 49 livres

France Loisirs : 3 livres

Fleuve Noir : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode