Livres
595 116
Membres
673 031

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean-Laurent Del Socorro

Auteur

297 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par
de

Biographie

Classement dans les bibliothèques

Diamant
62 lecteurs
Or
144 lecteurs
Argent
110 lecteurs
Bronze
61 lecteurs
Lu aussi
60 lecteurs
Envies
359 lecteurs
En train de lire
9 lecteurs
Pas apprécié
10 lecteurs
PAL
201 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.62/10
Nombre d'évaluations : 202

0 Citations 113 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jean-Laurent Del Socorro

Sortie France/Français : 2022-03-15

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Mertesger 2021-12-12T19:15:27+01:00
Boudicca

Voilà une belle découverte, autant par l'auteur, mais surtout part l'histoire de Boudicca que je ne connaissais absolument pas. On peut dire que le livre n'a pas fait long feu entre mes mains et que j'étais même triste d'arriver à la fin. Si je ne suis pas une fan d'une lecture à la première personne, ici, ça ne m'a absolument pas dérangé et j'ai trouvé ça extrêmement fluide. Je suis curieuse de voir quelle autre histoire cet auteur a pu écrire.

Afficher en entier
Une pour toutes

Une bonne lecture dans son ensemble où j'ai aimé en apprendre plus sur Julie D'Aubigny / Mademoiselle Maupin qui devait être une sacrée personnalité! La plume de Del Socorro est toujours aussi agréable mais je trouve qu'ici elle ne se prête pas au langage fleuri de la cour du Roi Soleil. Tout est trop répétitif et tombe un peu à plat (départ, amants, voyage, bagarre bis repetita).

Afficher en entier
Du roi je serai l'assassin

https://merveilles-livresques.fr/du-roi-je-serai-lassassin-j-l-de-socorro-plib2022/

Voilà une lecture des plus particulières, et même si je l’ai apprécié, je ne pense pas voter pour ce titre quand viendra l’heure de choisir les 5 finalistes, et je vais vous expliquer pourquoi.

Je vais quand même commencer par les points positifs autour de ce titre. Déjà, ça se lit hyper vite. Je pense que, sans la LC, j’aurais terminé ce livre presque d’un seul tenant tellement j’étais à fond dedans. Pourtant, je ne pensais pas l’être car j’avais peur que le côté historique alourdisse beaucoup le récit. Mais pas du tout ! Les chapitres sont très courts, et les informations historiques sont suffisamment bien disséminées pour que l’on n’ait pas l’impression de lire une thèse d’histoire, et surtout ça s’intègre bien dans le récit. J’ai vraiment été agréablement surprise par ce roman que j’imaginais lourd et très long, alors que pas du tout.

Du côté de l’intrigue, ce n’est pas toujours égal, et si la première partie est un peu introductive, il se passe beaucoup plus de choses dans le reste du roman. Néanmoins, l’auteur a fait certains choix qui m’ont déplu, en donnant la part belle à tel ou tel personnage alors que j’aurais préféré qu’il prenne une autre direction, mais soit. La fin m’a par contre parue un peu abrupte ? L’auteur conclut l’histoire d’un personnage grâce à un autre, mais ça sortait un peu du chapeau, enfin ça m’a semblé étrange.

J’ai eu un peu plus de mal avec les personnages principaux. Enfin surtout avec Sinan. Dès le départ, j’avais plus envie de suivre les aventures de sa sœur, Rufaida, mais c’est Sinan qui va rester majoritairement au cœur du récit et ça m’a un peu attristée. Car c’est un peu un looser et je ne me suis pas du tout attachée à lui. Mais gros point négatif, et je l’ai mis en TW (mais je pense que ça devrait se trouver au début du titre), il y a des moments incestueux entre les deux jumeaux, surtout au début du livre (après ça ne revient pas ouf), mais j’aurais clairement préféré le savoir avant, et j’avoue que ça a failli me faire arrêter ma lecture. Et même si c’est là pour un quelconque intérêt historique, c’est aussi un des points qui fait que je ne voterai pas pour ce tire pour les 5 finalistes.

En bref, plutôt une bonne lecture et une bonne surprise par certains aspects, mais ça s’arrête là.

Afficher en entier
Royaume de vent et de colères

J'ai adoré ce livre !

Tout d'abord j'ai une sublime édition qui fait de l'objet livre un très beau livre. Mais ensuite j'ai suis totalement tombé amoureuse de royaume de vent et de colère. L'intrigue tout d'abord m'a permis de découvrir ce point de l'histoire dont j'ignorais même l'existence. Ensuite elle est raconté de manière très efficace en passant d'un personnage à l'autre à travers de court chapitre permettant néanmoins de bien les approfondir, de s'y attacher. La structure du roman aussi est particulière et très efficace avec une première partie de mise en place, une seconde qui explique comment les personnages en sont arrivées là et une dernière qui raconte le dénouement de tout cela. C'était épique, puissant, touchant.

Concernant les personnages ils sont variés en âge, ont chacun leur propre voix, leur propres problème, leur propre objectifs. Ma préférence va vers Amand et Axel (et j'apprécie énormément le style de ceux de Silas). J'ai beaucoup aimé également la "magie" dans ce roman, le concept est excellent et très bien utilisé.

Afficher en entier
Du roi je serai l'assassin

⁣Ebook reçu dans le cadre du plib 2022, je remercie beaucoup les éditions Actu SF.

C'est un récit initiatique sur une reconstitution historique finement documentée. Ce roman se déroule après la Reconquista dans la France et l'Espagne de la fin du 16e siècle.⁣

Il nous raconte comment Sinan est devenu Silas maître assassin de Marseille. ⁣

L'ambiance est plutôt sombre avec une atmosphère pesante et inquiétante.⁣

Les autres personnages sont tous fouillés, émouvants et reflètent bien les thèmes abordés par l'auteur : l'humanisme et le féminisme.⁣

La plume de l'auteur et les chapitres courts font défiler les pages à toutes vitesses. ⁣

Par contre, ce qui m'a manqué dans ce roman, c'est la part de fantasy que j'ai trouvé un peu faible. C'est bien dommage car le scénario est très efficace avec une fin qui a su me surprendre même si je l'ai trouvé déconcertante.⁣

Cela reste un roman riche et très agréable qui allie histoire et religion avec une une petite touche de fantasy que je vous conseille.⁣

Ce fut une bonne lecture mais sans plus j'aurais peut-être dû lire les romans précédents avant.⁣

Afficher en entier
Commentaire ajouté par EamLL 2022-02-27T14:46:58+01:00
Par-delà l'horizon

Une très belle anthologie, qui m'a fait découvrir de nombreux horizons très variés. Certaines nouvelles ont été un gros coup de coeur, d'autres une belle ballade, certaines encore je ne les ai pas comprises... Mais j'apprécie beaucoup cette initiative, qui m'a permis de retrouver ces plumes françaises que j'appréciais déjà et de découvrir celles que je n'avais pas encore eu l'occasion de rencontrer.

En plus, grâce à la librairie "le Nuage Vert", que j'apprécie énormément, j'ai pu avoir plusieurs dédicaces sur mon exemplaire, car une rencontre avec les autaires avait été organisée <3

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shaynning 2022-03-08T05:12:28+01:00
Une pour toutes

Incontournable Février 2022

Une lecture qui arrive à point pour la Journée Internationale de la Femme, en ce 8 mars 2022. Mes hommages à toutes!

Ce roman est une pure friandise. Quand on en savoure chaque ligne, ma foi, c'est bien là le minium à en dire, non? En alternant la prose et le vers, Del Socorro nous offre un personnage historique d'une rare modernité, véritable électron libre et femme en avance sur son temps comme on en voit pas souvent: Madame Julie d'Avigny, dites "Madame de Maupin", cantatrice, bretteuse et femme véritablement "libre".

Il y a peu, j'avais fait la lecture du roman "Olympe de Roquedor", dont malheureusement je n'ai pas retrouvé le féminisme et la modernité que j'escomptais trouver. Petite adolescente n'ayant aucune habileté à la lame, éternelle demoiselle en détresse qui aura frôlé le buché pour avoir porté des vêtements d'homme une seule fois, on est dans une logique totalement opposée avec Julie d'Avigny, ce qui est quand même comique, puisque c'est un personnage réel et non pas fictif comme Olympe. Julie en aura fait des choses jugées immorales à son époque: avoir droit à une éducation de page - réservée aux jeunes hommes - manier l'épée, avec la tenue conséquente; porter ladite tenue de bretteuse aussi souvent que ses robes de chanteuse d'Opéra; boire de l'alcool, parfois beaucoup trop; aimer passionnément les hommes comme les femmes, plébéiens, soldats ou nobliaux; essayé plusieurs types de métiers ; être non-pratiquante, voir peut-être athée ; montrer ses seins pour prouver son genre; voyager un peu partout seule ou accompagnée; être graciée par deux fois et manier la plume pour ses amours ( très jolie d'ailleurs!).

Julie d'Avigny était une force de la nature, artiste et fine lame, maniant aussi surement le Verbe que sa rapière, en incarnant presque un Cyrano en version femme. Dépeinte comme une femme sans complexes, au tempérament bouillonnant, mais avec un cœur sincère, Julie aura eu aussi des moments plus sombres. Elle aura fait fasse à des décès de gens qu'elle aimait beaucoup, aura été par deux fois condamnée ( puis graciée) et elle aura souvent eu des doutes, qu'elle s'est gardée de montrer aux autres. Elle aura été combattive pour sa liberté, farouchement défendue, toute sa vie.

Mephisto aura été un personnage phare, un compagnon de route espiègle, roublard et solidaire. À bien des égards, ce Diable m'aura fait penser au personnage de "Lucifer" dans la série éponyme. Version modernisée contre-biblique qui tient plus de l'ange "libertin" que du démon foncièrement malveillant, Mephisto a aussi en commun avec Lucifer d'être très dandy, séducteur et teinté d'une sagesse liée à sa connaissance fine de l'esprit humain et de sa longévité. C'est en outre un fervent défenseur de la libre interprétation: selon ses dires, on ne connait pas la "Vraie" histoire, puisque c'est la version du vainqueur que l'on a, donc celle de Dieu. L'auteur aura pu, à travers ce personnage attachant, jouer sur les diverses facettes de la religion, comme les personnages de la Bible, les fléaux qui se sont abattu sur le monde, les réelles raisons de la déchéance du paradis du Diable, etc. C'était franchement comique - pour un athée en tout cas.

L'humour, oui, il y en a. Parfois caustique, parfois sarcastique, parfois référentielle, on ne peut pas ne pas rire - en tout cas, pas si vous aimez ces formes d'humour. Les répliques sont savoureuses, les piques bien trouvées, Mephisto et Julie en sont de vrais maîtres.

Il y a un autre aspect que j'aurai beaucoup aimé du personnage de Mephisto, c'est cette façon de philosopher. Immortel de son état, il en a vu d'autres et il met volontiers sa sagesse au service de Julie, dans ses moments de détresse et de doutes. Il y avait également quelque chose de beau à voir ce ténébreux ( mais sympathique!) personnage suivre Julie de cette manière, comme si le Diable avait, au final, lui aussi besoin de compagnie. La façon dont la relation entre les deux tourne me laisse penser qu'il a trouvé une égale en la personne de Julie, esprit libre et aiguisé capable de ruser et de piler sur les codes sociaux qui avaient court à l'époque.

Oui, parce que soyons francs: Les codes, Julie les a souvent allégrement piétinés, même si elle connait les limites et sait aussi se montrer courtoise. Convolant d'amants en amantes en dépit de son statut de femme mariée, ayant mit le feu à une chambre de couvent et ayant même donner des volées à des hommes, qu'il le mérite ou non, Julie n'était pas un ange - ce qui a surement du beaucoup plaire à Mephito, maintenant que j'y pense. Pour les modernes que nous sommes, ça peut sembler peu, mais en contexte historique, ça devait être surement moralement condamnable. Par contre, c,est ce qui fait que c'est si jouissif, pensez qu'une femme a eu à ce point de culot, c'est génial.

On aura de nombreuses références, parfois petites et subtiles, mais bien présentes. Elles sont souvent liées à des œuvres phares telles que Cyrano de Bergerac de Rostand, les Trois Mousquetaires de Dumas et même L'Odyssée d'Homer. On sent la présence des romans de capes et d'épées de l'époque et c'est un régal d'en avoir ENFIN un avec une femme comme héroïne. Elle occupe d'ailleurs toute la scène, épaulée quelque fois de Mephisto, mais bien au centre de l'Histoire, contrairement à "Olympe de Roquedor", où la demoiselles n'occupait que le tiers du roman.

Entre autres particularités, ce roman en prose regorge de vers, parfois dans les répliques au cours des duels d'épée ( façon Cyrano) ou au début des "Actes" qui font office de chapitres. Une étonnante hybridité qui sert très bien son sujet et nous rapproche de ce que fut la vie de Julie: Une passionnante pièce de théâtre rempli de coup de théâtres! On retrouvera également les diverses sources en bas de page, car certaines lignes originaires de textes réels, dont une lettre qu'à écrite Julie à son amant Joseph. Une rigueur que j'apprécie, surtout pour bien distinguer l'historique du fictif. Dans ses précisions à la fin, l'auteur nous expose d'ailleurs ce qui fut vrai dans ce roman et c'est incroyable de penser que presque tout est effectivement arrivé. C'était une femme véritablement extraordinaire. Je comprend pourquoi l'auteur d'y soit intéressée.

Un mot aussi sur un concept qui a fait défaut à Olympe de Roquedor et je j'avais espéré dans ce dernier: Le Consentement. Dans Olympe, jamais on ne le mentionne, alors que de nombreux mâles impose leur façon de faire. Dans "Une pour toutes", c'est omniprésent. Que ce soit Julie qui déclare au Diable "Que non, Mephisto, est un NON" ou que la marquise de Florensac, qui estime de pas être une marchandise dont on se dispute l'exclusivité à trois prétendants forts choqués d'être escamotés, on table sur le fait que les femmes sont capables de prendre des décisions pour elles même, qu'elles ont le droit de dire NON et qu'il est désobligeant de s'imposer sur le simple fait d'être Homme. Aussi, j'admire la capacité des personnages masculins d'avoir des sentiments et d'être capables de vulnérabilité. Le père de Julie, monoparental, a toujours eu à cœur le bien être de sa fille, pas seulement d'un point de vue matériel, mais aussi psychologique. La relation qu'il entretiens avec sa fille est émouvante et sincère. Bref, on sort des stéréotypes. En ce sens, "Une pour toutes" est véritablement féministe ( égalité des sexes).

On a foison de thèmes dans ce roman, sur plusieurs axes. Certaines relève de la philosphie, comme la course du temps, la fragilité de la vie, l'urgence d'aimer, la lutte pour sa liberté de pensée, alors que d'autres sont plus sociaux, comme la condition des femmes, la rigidité des codes sociaux, les absurdités de la guerre et bien sur, les relations sociales, qu'elles soient amicales ou amoureuses. En outre, d'une certaines manière, nous avons une omniprésence des arts, ceux de la scène, ceux de la voix et celle des Lettres. C'est donc riche de pleins de thèmes, servies de manière efficaces, que ce roman nous fait naviguer entre émotions et actions.

Il y a un élément qui m'aura intrigué et c'est le fait que dans l'histoire présente, personne n'a émit de commentaires sur la bisexualité et les vêtements d'homme de Julie, comme si aussi mal vu que ce soit, ça reste dans le champs des possibles. J'imagine que si Julie n'a pas été condamnée pour cela, c'est que c'était donc effectivement des choses faisables. Étonnant, donc!

Et finalement, le texte en lui-même, vraiment succulent. Il y a de jolies tournures de phrases, des mots forts aux bons endroits et une richesse de vocabulaire qui font savourer chaque ligne - j'étais incapable d'en rater une. Je suis ravi de voir ce roman rejoindre les bons textes de la littérature jeunesse, car je réitère que nos jeunes ne sont pas cons et qu'ils méritent des plumes aussi magnifiques que celles qui sont au service de la littérature adulte.

Julie d'Auvigny est ce genre de femme en avance sur son temps que j'aurais et j'aimerais voir peupler davantage la littérature jeunesse, plus particulièrement les romans pour ados, trop souvent peuplés de petites gourdes stupides en déraisonnable pâmoison pour de petites raclures qui ont le culot de se décrire comme des '"bad boys". Je réitère qu'être une femme forte ce n'est pas de porter du cuir et des DocMartens en pestant sa colère comme la terre entière, non, c'est d'être capable de reconnaitre qu'on a une valeur et d'avoir assez de bon sens et d'amour-propre pour la défendre - Et accessoirement, de trouver des partenaires amoureux qui nous aime pour ce qu'on est.Mon humble et impertinent avis, bien sûr! Julie l'a parfaitement comprise, chaque femme et homme l'estimait, toute atypique qu'elle doit, authentique et vivante qu'elle doit. Juste pour ça, merci Del Socorro!

C'est donc au rayon des incontournables parmi les incontournables que va se retrouver ce roman - et sur mes tablettes personnelles, soyez-en sur! Un personnage aussi légendaire, ça n'arrive pas assez souvent.

Pour un lectorat du second cycle secondaire, 15 ans et plus.

Pour les bibliothécaires et professeurs: Il n'y a pas de scène explicitement sexuelles, plutôt des allusions et blagues salaces, avec du sexe implicite. Il n'y a pas de scène de violence outrancières non plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ardawal 2022-03-11T11:17:35+01:00
Une pour toutes

Une lecture que j’ai beaucoup appréciée ! J’ai particulièrement aimé suivre les aventures de Julie, une jeune femme à la forte personnalité qui n’hésite pas à tout mettre en oeuvre pour vivre selon ses choix, dans une société où il n’était pas si évident pour une femme de vivre libre. J’ai trouvé particulièrement bien rendus les différents aspects de sa personnalité, son caractère passionné et volontaire, son goût prononcé pour les armes et pour le chant, ses diverses rencontres. Julie m’est apparue comme un personnage très positif et porteur d’espoir, comme un exemple qui peut encourager chacun.e à vivre en accord avec ellui-même, sans se laisser effrayer par les divers obstacles que l’on peut rencontrer. J’ai aussi beaucoup apprécié le personnage de Méphisto, toujours présent, et les liens d’amitiés et de camaraderie qu’il tisse avec Julie. Par ailleurs, le style est très fluide, avec de nombreux jeux de rimes qui ajoutent au plaisir de la lecture.

Afficher en entier
Du roi je serai l'assassin

Ce livre sur fond historique l’histoire de l’Espagne est très intéressant, j'ai aimé ma lecture malgré quelques longueurs la lecture n'a pas été sur la même intensité tout du long un démarrage lent, mais que j'ai beaucoup aimé, car on découvre les personnages et l'environnement dans lequel ils baignent depuis tout petits puis un milieu un peu plus actif et la fin beaucoup trop rapide dommage, mais ça m'a tout de même donné envie de découvrir d'autres livres de cet auteur.

Afficher en entier
Du roi je serai l'assassin

Depuis ma lecture de Royaume de vent et de colères je souhaitais mieux connaître le personnage charismatique de Silas ou plutôt, si las.

On commence le récit par son enfance dans les ruelles du quartier morisque de Grenade. Tout n'est qu'insouciance pour les jumeaux et leur petite sœur dans ce foyer avec une mère émotionnellement absente et un père possessif jusqu'à que ce dernier dérape dans la violence. De hurlements, les gifles deviennent des coups. Un climat de peur qui définira ces futurs adultes . Plusieurs thèmes sont dépeints par l'auteur comme l'intolérance des religions avec l'obligation de se convertir à la religion catholique et leurs exactions, les tensions qui montent entre les protestants et catholiques dans la ville de Montpellier où les jumeaux sont venus apprendre la médecine. Là aussi la différence de possibilités entre la femme et l'homme face à leurs choix de métier est éloquent. De qualités égales l'homme devient médecin et la femme barbière car la loi l'impose, ou l'infanticide par une jeune-femme qui est acculée et sans solution d'avenir, à part le plus vieux métier du monde.

J'ai apprécié avoir un petit aperçu de la mercenaire et de son fils adoptif Gabin mais il m'a manqué un certain nombre de pages. J'aurais aimé suivre Rufaida en guerre dans sa Sierra Nevada mais surtout suivre Silas dans cette période où il fait partie de la guilde des savonniers.

Une lecture émouvante où ma pupille s'est humidifiée régulièrement avec un bel apprentissage historique où quelques personnages emblématiques ont fait leur apparition à mon plus grand amusement.

Afficher en entier

Dédicaces de Jean-Laurent Del Socorro
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

ActuSF : 13 livres

Mnémos : 3 livres

J'ai lu : 2 livres

Le Bélial' : 1 livre

Editions ActuSF : 1 livre

L'ivre-Book : 1 livre

Editions 1115 : 1 livre

L'Ecole des loisirs : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode