Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Dédicaces de Albert Uderzo et autres évènements

Ajouter une dédicace ou un évènement pour Albert Uderzo
Auteurs aux thèmes similaires
Evaluations moyenne de ses livres
Critère Note Visuel
Globale 7.6
Scénario 7.3
Ecriture 7.2
Suspense 6.6
Originalité 7.2
Addictivité 7.1
Pédagogie 6.6
Créativité 7.2
Personnages 7.8
Humour 7.8

Albert Uderzo

Nom de naissance

Prix et distinctions

Naissance

  • Date : ( ans)
  • Lieu : Non disponible

Décès

  • Date : (à ans)
  • Lieu : Non disponible

Editeurs

Dargaud : 176 livres
Hachette : 75 livres
France Loisirs : 51 livres

Les chiffres

Présent dans : 5 441 biblio
Note moyenne : 7.64 / 10
Nombre d'évaluations : 15877
Position top auteur : -

Dans les biblio des Booknautes

Liste

Dans le top auteur

Position
[["7 nov","307"],["14 nov","307"]]

Ajouts par semaine

Ajout
[["Sem 35",103],["Sem 36",134],["Sem 37",60],["Sem 38",92],["Sem 39",180],["Sem 40",99],["Sem 41",141],["Sem 42",382],["Sem 43",163],["Sem 44",240],["Sem 45",166]]

Evaluation moyenne

Note
[["jan",6.069],["f\u00e9v",4.871],["mar",7.717],["avr",7.295],["mai",7.062],["jui",7.86],["jui",7.217],["ao\u00fb",7.333],["sep",8],["oct",6.945],["nov",6.985]]

Biographie de Albert Uderzo

Ajouté par paul-elie le 10 Avril 2011
Albert Uderzo, né Alberto Aleandro Uderzo, fils d'une famille d'immigrés italiens, découvre la bande dessinée avec Mickey Mouse, à l'époque publié dans Le Petit Parisien. C'est son frère, Bruno Uderzo, découvrant son talent qui le poussa chez un éditeur parisien. Pendant la guerre, il est embauché par la Société parisienne d'édition, et apprend les bases du métier : le lettrage, le calibrage d'un texte, la retouche d'image... Dans le cadre de son travail il rencontre Calvo, qui le pousse à persister dans le dessin. Sa première publication se fait en 1944 dans Junior : une parodie de la fable de Jean de La Fontaine « Le Corbeau et le renard ». Jusqu'à la fin des années 40, Uderzo travaille énormément : il illustre des romans, crée Belloy, Le Prince Rollin et Arys Buck pour O.K., participe à Captain Marvel Jr. dans Bravo !, est reporter pour France Dimanche et collabore quotidiennement à France Soir avec Paul Gordeaux en réalisant les dessins des bandes dessinées verticales Le Crime ne paie pas et Les Amours célèbres.

En 1950, invité à Bruxelles, il fait la connaissance de Victor Hubinon, Eddy Paape et Mitacq ainsi que du scénariste Jean-Michel Charlier, avec qui il réalise de nouvelles aventures de Belloy. C'est à cette époque qu'il rencontre le scénariste avec lequel il travaille le plus durant sa carrière : René Goscinny. Leur première collaboration est une rubrique de savoir-vivre, publiée dans l'hebdomadaire féminin Bonnes Soirées. Ils créent pour Junior les séries Jehan Pistolet et Luc Junior.

En 1955, avec Jean-Michel Charlier, Goscinny et Jean Hébrard, Uderzo fonde un syndicat, scindé en deux agences distinctes : Edifrance et Edipresse. Il continue de produire des planches en abondance : Benjamin et Benjamine et Bill Blanchard (avec Goscinny), pour La Libre Junior, Clairette (avec Charlier ), Oumpah-Pah, Poussin et Poussif, La Famille Moutonnet et La Famille Cokalane (tous avec Goscinny) dans Tintin.

Uderzo s'installe en janvier 1958 dans un HLM neuf au 3e étage du 3, rue Rameau à Bobigny (actuelle Seine-Saint-Denis), où une plaque a été inaugurée en octobre 2009 pour fêter le cinquantenaire de l'invention d'Astérix. Coïncidence : la rue rameau est proche de la rue d'Alesia où se trouve une grande nécropole gauloise, alors que, les Uderzo habitaient auparavant chaussée Jules César à Eaubonne[2].

En 1959, Uderzo participe au lancement de Pilote en illustrant deux de ses séries-titres : Tanguy et Laverdure, série d'aviation réaliste scénarisée par Charlier et Astérix le Gaulois, série humoristique scénarisée par Goscinny qui, dès cette date, obtient un très grand succès. Face à celui-ci, Uderzo abandonne progressivement au cours des années 1960 toutes ses autres séries. En 1967, Uderzo déménage à Neuilly-sur-Seine[2].

Avec Goscinny, tout en réalisant environ une histoire par an, il supervise attentivement le développement des produits dérivés (des figurines en latex aux spin-offs Idéfix). En 1974, les deux auteurs créent les Studios Idéfix, afin de contrôler l'adaptation en dessin animé des aventures du Gaulois.

La mort de Goscinny, en 1977, bouleverse profondément Uderzo (il dira plus tard qu'il restera assis 24 heures ou 48 heures après avoir appris la nouvelle), qui décide pourtant de poursuivre Astérix. Son premier album réalisé en solo, Le grand fossé, paraît en 1980 chez Albert René, maison d'édition qu'il crée suite à un contentieux avec Dargaud[3]. Dès le départ, Uderzo se heurte à des critiques bien que ses premiers scénarios se rapprochent de ceux de Goscinny, en conservant ce ton et cet humour propre à la série avec un réel talent; la qualité sera néanmoins plus contestée autour des années 2000. Le public, lui, continue de plébisciter la série, dont les derniers albums parus sont les plus gros tirages de l'histoire de la bande dessinée européenne[4].
Ajouter/modifier une citation
Ajouter/modifier un commentaire
Hachette (30 livre(s))
Les Editions albert René (18 livre(s))
Dargaud (2 livre(s))
Stock (1 livre(s))
Editions Albert-René (1 livre(s))
Delta (1 livre(s))
Hodder and Stoughton (1 livre(s))
Chevron (1 livre(s))
Dans leur liste de diamant (35) age moyen : 13 ans Albert Uderzo, né Alberto Aleandro Uderzo, fils d'une famille d'immigrés italiens, découvre la bande dessinée avec Mickey Mouse, à l'époque publié dans Le Petit Parisien. C'est son frère, Bruno Uderzo, découvrant son talent qui le poussa chez un éditeur parisien. Pendant la guerre, il est embauché par la Société parisienne d'édition, et apprend les bases du métier : le lettrage, le calibrage d'un texte, la retouche d'image... Dans le cadre de son travail il rencontre Calvo, qui le pousse à persister dans le dessin. Sa première publication se fait en 1944 dans Junior : une parodie de la fable de Jean de La Fontaine « Le Corbeau et le renard ». Jusqu'à la fin des années 40, Uderzo travaille énormément : il illustre des romans, crée Belloy, Le Prince Rollin et Arys Buck pour O.K., participe à Captain Marvel Jr. dans Bravo !, est reporter pour France Dimanche et collabore quotidiennement à France Soir avec Paul Gordeaux en réalisant les dessins des bandes dessinées verticales Le Crime ne paie pas et Les Amours célèbres.

En 1950, invité à Bruxelles, il fait la connaissance de Victor Hubinon, Eddy Paape et Mitacq ainsi que du scénariste Jean-Michel Charlier, avec qui il réalise de nouvelles aventures de Belloy. C'est à cette époque qu'il rencontre le scénariste avec lequel il travaille le plus durant sa carrière : René Goscinny. Leur première collaboration est une rubrique de savoir-vivre, publiée dans l'hebdomadaire féminin Bonnes Soirées. Ils créent pour Junior les séries Jehan Pistolet et Luc Junior.

En 1955, avec Jean-Michel Charlier, Goscinny et Jean Hébrard, Uderzo fonde un syndicat, scindé en deux agences distinctes : Edifrance et Edipresse. Il continue de produire des planches en abondance : Benjamin et Benjamine et Bill Blanchard (avec Goscinny), pour La Libre Junior, Clairette (avec Charlier ), Oumpah-Pah, Poussin et Poussif, La Famille Moutonnet et La Famille Cokalane (tous avec Goscinny) dans Tintin.

Uderzo s'installe en janvier 1958 dans un HLM neuf au 3e étage du 3, rue Rameau à Bobigny (actuelle Seine-Saint-Denis), où une plaque a été inaugurée en octobre 2009 pour fêter le cinquantenaire de l'invention d'Astérix. Coïncidence : la rue rameau est proche de la rue d'Alesia où se trouve une grande nécropole gauloise, alors que, les Uderzo habitaient auparavant chaussée Jules César à Eaubonne[2].

En 1959, Uderzo participe au lancement de Pilote en illustrant deux de ses séries-titres : Tanguy et Laverdure, série d'aviation réaliste scénarisée par Charlier et Astérix le Gaulois, série humoristique scénarisée par Goscinny qui, dès cette date, obtient un très grand succès. Face à celui-ci, Uderzo abandonne progressivement au cours des années 1960 toutes ses autres séries. En 1967, Uderzo déménage à Neuilly-sur-Seine[2].

Avec Goscinny, tout en réalisant environ une histoire par an, il supervise attentivement le développement des produits dérivés (des figurines en latex aux spin-offs Idéfix). En 1974, les deux auteurs créent les Studios Idéfix, afin de contrôler l'adaptation en dessin animé des aventures du Gaulois.

La mort de Goscinny, en 1977, bouleverse profondément Uderzo (il dira plus tard qu'il restera assis 24 heures ou 48 heures après avoir appris la nouvelle), qui décide pourtant de poursuivre Astérix. Son premier album réalisé en solo, Le grand fossé, paraît en 1980 chez Albert René, maison d'édition qu'il crée suite à un contentieux avec Dargaud[3]. Dès le départ, Uderzo se heurte à des critiques bien que ses premiers scénarios se rapprochent de ceux de Goscinny, en conservant ce ton et cet humour propre à la série avec un réel talent; la qualité sera néanmoins plus contestée autour des années 2000. Le public, lui, continue de plébisciter la série, dont les derniers albums parus sont les plus gros tirages de l'histoire de la bande dessinée européenne.
Voir les biographies de Albert Uderzo

Interviews de Albert Uderzo


Citations de Albert Uderzo

Ajouté par MaiMee le 22 Février 2014
Ils sont fous ces romain !
Par Toutatis !
Ajouté par paul-elie le 10 Avril 2011
Albert Uderzo, né Alberto Aleandro Uderzo, fils d'une famille d'immigrés italiens, découvre la bande dessinée avec Mickey Mouse, à l'époque publié dans Le Petit Parisien. C'est son frère, Bruno Uderzo, découvrant son talent qui le poussa chez un éditeur parisien. Pendant la guerre, il est embauché par la Société parisienne d'édition, et apprend les bases du métier : le lettrage, le calibrage d'un texte, la retouche d'image... Dans le cadre de son travail il rencontre Calvo, qui le pousse à persister dans le dessin. Sa première publication se fait en 1944 dans Junior : une parodie de la fable de Jean de La Fontaine « Le Corbeau et le renard ». Jusqu'à la fin des années 40, Uderzo travaille énormément : il illustre des romans, crée Belloy, Le Prince Rollin et Arys Buck pour O.K., participe à Captain Marvel Jr. dans Bravo !, est reporter pour France Dimanche et collabore quotidiennement à France Soir avec Paul Gordeaux en réalisant les dessins des bandes dessinées verticales Le Crime ne paie pas et Les Amours célèbres.

En 1950, invité à Bruxelles, il fait la connaissance de Victor Hubinon, Eddy Paape et Mitacq ainsi que du scénariste Jean-Michel Charlier, avec qui il réalise de nouvelles aventures de Belloy. C'est à cette époque qu'il rencontre le scénariste avec lequel il travaille le plus durant sa carrière : René Goscinny. Leur première collaboration est une rubrique de savoir-vivre, publiée dans l'hebdomadaire féminin Bonnes Soirées. Ils créent pour Junior les séries Jehan Pistolet et Luc Junior.

En 1955, avec Jean-Michel Charlier, Goscinny et Jean Hébrard, Uderzo fonde un syndicat, scindé en deux agences distinctes : Edifrance et Edipresse. Il continue de produire des planches en abondance : Benjamin et Benjamine et Bill Blanchard (avec Goscinny), pour La Libre Junior, Clairette (avec Charlier ), Oumpah-Pah, Poussin et Poussif, La Famille Moutonnet et La Famille Cokalane (tous avec Goscinny) dans Tintin.

Uderzo s'installe en janvier 1958 dans un HLM neuf au 3e étage du 3, rue Rameau à Bobigny (actuelle Seine-Saint-Denis), où une plaque a été inaugurée en octobre 2009 pour fêter le cinquantenaire de l'invention d'Astérix. Coïncidence : la rue rameau est proche de la rue d'Alesia où se trouve une grande nécropole gauloise, alors que, les Uderzo habitaient auparavant chaussée Jules César à Eaubonne[2].

En 1959, Uderzo participe au lancement de Pilote en illustrant deux de ses séries-titres : Tanguy et Laverdure, série d'aviation réaliste scénarisée par Charlier et Astérix le Gaulois, série humoristique scénarisée par Goscinny qui, dès cette date, obtient un très grand succès. Face à celui-ci, Uderzo abandonne progressivement au cours des années 1960 toutes ses autres séries. En 1967, Uderzo déménage à Neuilly-sur-Seine[2].

Avec Goscinny, tout en réalisant environ une histoire par an, il supervise attentivement le développement des produits dérivés (des figurines en latex aux spin-offs Idéfix). En 1974, les deux auteurs créent les Studios Idéfix, afin de contrôler l'adaptation en dessin animé des aventures du Gaulois.

La mort de Goscinny, en 1977, bouleverse profondément Uderzo (il dira plus tard qu'il restera assis 24 heures ou 48 heures après avoir appris la nouvelle), qui décide pourtant de poursuivre Astérix. Son premier album réalisé en solo, Le grand fossé, paraît en 1980 chez Albert René, maison d'édition qu'il crée suite à un contentieux avec Dargaud[3]. Dès le départ, Uderzo se heurte à des critiques bien que ses premiers scénarios se rapprochent de ceux de Goscinny, en conservant ce ton et cet humour propre à la série avec un réel talent; la qualité sera néanmoins plus contestée autour des années 2000. Le public, lui, continue de plébisciter la série, dont les derniers albums parus sont les plus gros tirages de l'histoire de la bande dessinée européenne[4].
Ajouter/modifier une citation
Ajouter/modifier un commentaire
Hachette (30 livre(s))
Les Editions albert René (18 livre(s))
Dargaud (2 livre(s))
Stock (1 livre(s))
Editions Albert-René (1 livre(s))
Delta (1 livre(s))
Hodder and Stoughton (1 livre(s))
Chevron (1 livre(s))
Dans leur liste de diamant (35) age moyen : 13 ans Albert Uderzo, né Alberto Aleandro Uderzo, fils d'une famille d'immigrés italiens, découvre la bande dessinée avec Mickey Mouse, à l'époque publié dans Le Petit Parisien. C'est son frère, Bruno Uderzo, découvrant son talent qui le poussa chez un éditeur parisien. Pendant la guerre, il est embauché par la Société parisienne d'édition, et apprend les bases du métier : le lettrage, le calibrage d'un texte, la retouche d'image... Dans le cadre de son travail il rencontre Calvo, qui le pousse à persister dans le dessin. Sa première publication se fait en 1944 dans Junior : une parodie de la fable de Jean de La Fontaine « Le Corbeau et le renard ». Jusqu'à la fin des années 40, Uderzo travaille énormément : il illustre des romans, crée Belloy, Le Prince Rollin et Arys Buck pour O.K., participe à Captain Marvel Jr. dans Bravo !, est reporter pour France Dimanche et collabore quotidiennement à France Soir avec Paul Gordeaux en réalisant les dessins des bandes dessinées verticales Le Crime ne paie pas et Les Amours célèbres.

En 1950, invité à Bruxelles, il fait la connaissance de Victor Hubinon, Eddy Paape et Mitacq ainsi que du scénariste Jean-Michel Charlier, avec qui il réalise de nouvelles aventures de Belloy. C'est à cette époque qu'il rencontre le scénariste avec lequel il travaille le plus durant sa carrière : René Goscinny. Leur première collaboration est une rubrique de savoir-vivre, publiée dans l'hebdomadaire féminin Bonnes Soirées. Ils créent pour Junior les séries Jehan Pistolet et Luc Junior.

En 1955, avec Jean-Michel Charlier, Goscinny et Jean Hébrard, Uderzo fonde un syndicat, scindé en deux agences distinctes : Edifrance et Edipresse. Il continue de produire des planches en abondance : Benjamin et Benjamine et Bill Blanchard (avec Goscinny), pour La Libre Junior, Clairette (avec Charlier ), Oumpah-Pah, Poussin et Poussif, La Famille Moutonnet et La Famille Cokalane (tous avec Goscinny) dans Tintin.

Uderzo s'installe en janvier 1958 dans un HLM neuf au 3e étage du 3, rue Rameau à Bobigny (actuelle Seine-Saint-Denis), où une plaque a été inaugurée en octobre 2009 pour fêter le cinquantenaire de l'invention d'Astérix. Coïncidence : la rue rameau est proche de la rue d'Alesia où se trouve une grande nécropole gauloise, alors que, les Uderzo habitaient auparavant chaussée Jules César à Eaubonne[2].

En 1959, Uderzo participe au lancement de Pilote en illustrant deux de ses séries-titres : Tanguy et Laverdure, série d'aviation réaliste scénarisée par Charlier et Astérix le Gaulois, série humoristique scénarisée par Goscinny qui, dès cette date, obtient un très grand succès. Face à celui-ci, Uderzo abandonne progressivement au cours des années 1960 toutes ses autres séries. En 1967, Uderzo déménage à Neuilly-sur-Seine[2].

Avec Goscinny, tout en réalisant environ une histoire par an, il supervise attentivement le développement des produits dérivés (des figurines en latex aux spin-offs Idéfix). En 1974, les deux auteurs créent les Studios Idéfix, afin de contrôler l'adaptation en dessin animé des aventures du Gaulois.

La mort de Goscinny, en 1977, bouleverse profondément Uderzo (il dira plus tard qu'il restera assis 24 heures ou 48 heures après avoir appris la nouvelle), qui décide pourtant de poursuivre Astérix. Son premier album réalisé en solo, Le grand fossé, paraît en 1980 chez Albert René, maison d'édition qu'il crée suite à un contentieux avec Dargaud[3]. Dès le départ, Uderzo se heurte à des critiques bien que ses premiers scénarios se rapprochent de ceux de Goscinny, en conservant ce ton et cet humour propre à la série avec un réel talent; la qualité sera néanmoins plus contestée autour des années 2000. Le public, lui, continue de plébisciter la série, dont les derniers albums parus sont les plus gros tirages de l'histoire de la bande dessinée européenne[4].
Ajouter/modifier une citation
Ajouter/modifier un commentaire
Hachette (30 livre(s))
Les Editions albert René (18 livre(s))
Dargaud (2 livre(s))
Stock (1 livre(s))
Editions Albert-René (1 livre(s))
Delta (1 livre(s))
Hodder and Stoughton (1 livre(s))
Chevron (1 livre(s))
Dans leur liste de diamant (35) age moyen : 13 ans Albert Uderzo, né Alberto Aleandro Uderzo, fils d'une famille d'immigrés italiens, découvre la bande dessinée avec Mickey Mouse, à l'époque publié dans Le Petit Parisien. C'est son frère, Bruno Uderzo, découvrant son talent qui le poussa chez un éditeur parisien. Pendant la guerre, il est embauché par la Société parisienne d'édition, et apprend les bases du métier : le lettrage, le calibrage d'un texte, la retouche d'image... Dans le cadre de son travail il rencontre Calvo, qui le pousse à persister dans le dessin. Sa première publication se fait en 1944 dans Junior : une parodie de la fable de Jean de La Fontaine « Le Corbeau et le renard ». Jusqu'à la fin des années 40, Uderzo travaille énormément : il illustre des romans, crée Belloy, Le Prince Rollin et Arys Buck pour O.K., participe à Captain Marvel Jr. dans Bravo !, est reporter pour France Dimanche et collabore quotidiennement à France Soir avec Paul Gordeaux en réalisant les dessins des bandes dessinées verticales Le Crime ne paie pas et Les Amours célèbres.

En 1950, invité à Bruxelles, il fait la connaissance de Victor Hubinon, Eddy Paape et Mitacq ainsi que du scénariste Jean-Michel Charlier, avec qui il réalise de nouvelles aventures de Belloy. C'est à cette époque qu'il rencontre le scénariste avec lequel il travaille le plus durant sa carrière : René Goscinny. Leur première collaboration est une rubrique de savoir-vivre, publiée dans l'hebdomadaire féminin Bonnes Soirées. Ils créent pour Junior les séries Jehan Pistolet et Luc Junior.

En 1955, avec Jean-Michel Charlier, Goscinny et Jean Hébrard, Uderzo fonde un syndicat, scindé en deux agences distinctes : Edifrance et Edipresse. Il continue de produire des planches en abondance : Benjamin et Benjamine et Bill Blanchard (avec Goscinny), pour La Libre Junior, Clairette (avec Charlier ), Oumpah-Pah, Poussin et Poussif, La Famille Moutonnet et La Famille Cokalane (tous avec Goscinny) dans Tintin.

Uderzo s'installe en janvier 1958 dans un HLM neuf au 3e étage du 3, rue Rameau à Bobigny (actuelle Seine-Saint-Denis), où une plaque a été inaugurée en octobre 2009 pour fêter le cinquantenaire de l'invention d'Astérix. Coïncidence : la rue rameau est proche de la rue d'Alesia où se trouve une grande nécropole gauloise, alors que, les Uderzo habitaient auparavant chaussée Jules César à Eaubonne[2].

En 1959, Uderzo participe au lancement de Pilote en illustrant deux de ses séries-titres : Tanguy et Laverdure, série d'aviation réaliste scénarisée par Charlier et Astérix le Gaulois, série humoristique scénarisée par Goscinny qui, dès cette date, obtient un très grand succès. Face à celui-ci, Uderzo abandonne progressivement au cours des années 1960 toutes ses autres séries. En 1967, Uderzo déménage à Neuilly-sur-Seine[2].

Avec Goscinny, tout en réalisant environ une histoire par an, il supervise attentivement le développement des produits dérivés (des figurines en latex aux spin-offs Idéfix). En 1974, les deux auteurs créent les Studios Idéfix, afin de contrôler l'adaptation en dessin animé des aventures du Gaulois.

La mort de Goscinny, en 1977, bouleverse profondément Uderzo (il dira plus tard qu'il restera assis 24 heures ou 48 heures après avoir appris la nouvelle), qui décide pourtant de poursuivre Astérix. Son premier album réalisé en solo, Le grand fossé, paraît en 1980 chez Albert René, maison d'édition qu'il crée suite à un contentieux avec Dargaud[3]. Dès le départ, Uderzo se heurte à des critiques bien que ses premiers scénarios se rapprochent de ceux de Goscinny, en conservant ce ton et cet humour propre à la série avec un réel talent; la qualité sera néanmoins plus contestée autour des années 2000. Le public, lui, continue de plébisciter la série, dont les derniers albums parus sont les plus gros tirages de l'histoire de la bande dessinée européenne[4].
Ajouter/modifier une citation
Ajouter/modifier un commentaire
Hachette (30 livre(s))
Les Editions albert René (18 livre(s))
Dargaud (2 livre(s))
Stock (1 livre(s))
Editions Albert-René (1 livre(s))
Delta (1 livre(s))
Hodder and Stoughton (1 livre(s))
Chevron (1 livre(s))
Dans leur liste de diamant (35) age moyen : 13 ans



Voir les citations de Albert Uderzo

Informations diverses

Ajouter / Voir plus