Livres
421 070
Membres
337 208

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

David Gemmell

Auteur de 57 livres
Né(e) le 1948-08-01
2006-07-28 ( 57 ans )

Thèmes principaux

ajouté par petitspock 2011-10-18T23:01:21+02:00

Biographie

David A. Gemmell (1er Août 1948 – 28 Juillet 2006)

David Andrew Gemmell est né le 1er août 1948 dans un quartier populaire de l’Ouest de Londres. Elevé sans père, il était régulièrement bousculé et insulté pour cette différence. De cette expérience il racontait : « Quelques autres enfants n’avaient pas de père, mais ce manque était honorable. Leur père était mort à la guerre, vous savez. Il était un héros. Le manque du garçon était le sujet de commérages des adultes, et de railleries de ses camarades. Sa mère était considérée comme une putain (le garçon l’avait souvent entendu)… le mot était moins blessant que les coups qui suivaient. La plupart venait des autres enfants, mais parfois les adultes s’y mettaient aussi. » (Source).

Cette situation dura jusqu’à ce que Gemmell rencontre l’homme qui devint son beau-père, Bill Woodford. Cet homme joua un rôle essentiel dans l’épanouissement du jeune David, l’enfant peureux devint alors un jeune homme confiant, qui se révéla être un élève studieux, solitaire mais aussi très entreprenant.

C’est d’ailleurs ce qui lui coûta un renvoi temporaire de son école lorsqu’il y organisa un groupe de jeu clandestin. Il profita de ces deux semaines pour découvrir le monde du travail, et cette expérience lui plut tellement qu’il cessa rapidement toute activité scolaire à 16 ans. Il devint alors travailleur intérimaire et enchaina différents boulots, sa carrure lui permet d’être engagé comme videur dans une boîte de nuit de Soho, mais il travaille également en tant qu’ouvrier ou encore comme accompagnateur pour les transports routiers.

Sa mère, jugeant que David n’exploitait pas vraiment ses capacités et lui découvrant un talent naturel pour l’écriture dont il n’a pas conscience, lui arrange un entretien d’embauche dans un journal local. Gemmell qui n’était pas vraiment intéressé, s’y rendit essentiellement pour lui faire plaisir. Il était certainement le moins qualifié parmi la centaine de postulants, le jeune homme adopta un comportement arrogant pendant l’entretien pour être sûr de ne pas être pris. Cependant cela n’eut pas l’effet escompté et cette arrogance feinte fut prise pour de la confiance en soi et il fut embauché. Par la suite, David évolua dans cette voie comme journaliste pour de nombreux journaux de l’Est de la région du Sussex et devint finalement rédacteur en chef pour cinq d’entre eux. Il travailla également comme pigiste pour des journaux nationaux tels que le Daily Mail, le Daily Mirror ou encore le Daily Express.

Dans les années 70, Gemmell écrivit un premier roman The man from Miami, thriller sur la vie d’un tueur à gage. Ce premier essai ne trouva pas d’éditeur, l’auteur lui-même admit que c’était réellement mauvais. En 1976 David tomba malade, il était constamment épuisé, crachait du sang et perdit presque 13kg. Ces symptômes étant ceux du développement d’un cancer, il était alors convaincu qu’il va mourir. En attendant les résultats des examens médicaux, il commença à écrire une histoire qu’il avait en tête et qui reflétait sa situation. Il s’agissait d’une forteresse assiégée, métaphore de son corps piégé par la maladie. En deux semaines Gemmell finit le premier jet du roman alors intitulé "The siege of Dros Delnoch" dont la fin resta en suspens en fonction du diagnostique final. Le résultat se révélant négatif, le script fut abandonné. Quelques années plus tard un ami vint chez lui, tomba sur le manuscrit et le lut. Doté d’un œil incisif, il pointa les forces et faiblesses du roman et poussa David à achever son récit pour tenter de le publier. Son enthousiasme retrouvé, Gemmell termina l’écriture de sa première œuvre. Renommé "Legend", le roman fut publié en 1984 et n’a jamais cessé d’être réédité depuis.

Considéré comme un classique de la littérature fantasy, Légende (en Français) se déroule à la fin du grand empire Drenaï. Ses dirigeants, vissés dans leur incompétence et leur complaisance, ne savent plus comment réagir quand les farouches tribus nadires s’unissent contre eux. En cherchant à apaiser le charismatique leader Nadir Ulric, les Drenaï parviennent seulement à confirmer leur faiblesse et à encourager les ambitions ennemies. Le dernier barrage entre les hordes nadires et la capitale de l’empire est la Passe de Delnoch, protégée par une massive forteresse mais ou les défenseurs en nombre insuffisant sont découragés et dépourvus d’un réel commandant.

Un des personnages principaux de Légende est Druss, l’homme à la hache, inspiré du beau-père de Gemmell, Bill Woodford. Il s’inspirait en effet beaucoup de sa propre vie pour écrire. "J’ai grandi avec des hommes violents, expliquait-il, je les comprends. Ce qui signifie que quand j’écris des scènes d’action avec des personnages violents, je sais très bien le ressentir". Mais cette habitude de baser ses personnages sur des vraies personnes lui a causé quelques ennuis. Le fait d’utiliser ses collègues journalistes comme casting pour son troisième roman Waylander publié en 1986 lui a fait perdre son emploi. "Le directeur général l’a pris comme une attaque pernicieuse contre son intégrité". Ceci poussa Gemmell à écrire à plein-temps, mais il a toujours attribué au journalisme les bases de sa prose rapide et concise.

Légende a exploré des thèmes qui demeurent prépondérant dans son travail – le héro solitaire, souvent torturé par une perte ou le doute, la bataille contre la vieillesse, la poursuite de causes apparemment désespérées ; les ennemis complexes et l’inclusion de groupes d’élite souvent mystiques. Un concept récurrent dans les fictions de Gemmell, qui reflète sa foi chrétienne, est la conviction qu’une rédemption est possible pour tous, même les plus corrompus.

Le succès de Légende a conduit l’auteur vers une série de bestseller, certains autonomes, d’autres en plusieurs volumes, comprenant le cycle de Drenai, de Rigante et les contes de Sipstrassi. Le cycle du Lion de Macédoine (1990) et Le Prince Noir (1991) se déroulent en Grèce dans un monde parallèle, et racontent l’histoire du militaire de génie Parmenion et de son protégé le jeune Alexandre, futur empereur du plus grand empire de l’histoire.

Aux critiques ayant qualifié ses romans de "misogynes", Gemmell avait répondu : "il n’y a pas de violence gratuite dans mes écrits, je me concentre sur le courage, la loyauté, l’amour et la rédemption. Si mes livres ne devaient apporter qu’une seule chose, ce serait d’accroitre chez les gens le désir de faire le bien". Les choix moraux sont en effet au cœur de son travail, ils donnent des lignes directrices aux histoires et permettent de développer le caractère des personnages. La personnalité profonde de Gemmell se révèle dans la décence de ses romans, et dans ses personnages qui s’efforcent d’agir honorablement peut importe que le sort soit contre eux.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
2 597 ajouts
Or
3 846 ajouts
Argent
1 855 ajouts
Bronze
897 ajouts
Lu aussi
810 ajouts
Envies
3 172 ajouts
PAL
2 646 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.28/10
Nombre d'évaluations : 523

0 Citations 971 Commentaires sur ses livres

Alias et noms de plume

  • Ross Harding

Prochain livre
de David Gemmell

Sortie Poche France/Français : 2018-08-16

Dernier livre
de David Gemmell

Sortie Poche France/Français : 2018-07-04

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par musea_uranie 2018-05-28T12:55:12+02:00

Gemmel, Gemmel. Je ne cesse d'être surprise par cet auteur aussi prolifique et dont chaque livre est une surprise. Après avoir lu Rigante et quelques one-shot, je me suis tourné vers un nouveau cycle plus loin de la fantasy habituelle. Troie, où la réécriture d'un mythe indémodable.

Soyons franc, une énième réécriture de Troie, il y a de quoi avoir peur. On connaît l'histoire de long, en large et en travers et pourtant, il y a toujours ce plaisir coupable à y revenir. On sait tous comment ça finit mais que voulez-vous. David Gemmel propose avec cette nouvelle version de revenir un peu plus en amont que les événements décrit dans l'Illiade et de découvrir ainsi de nouveaux personnages et parfois une nouvelle vision du-dit personnage. Priam par exemple, qui semble bien loin de l'image paternaliste que le film de Wolfang Peterson nous laissait penser.

L'auteur a de vrais talents de conteur et c'est avec plaisir qu'on plonge dès les premières lignes. Troie et les villes avoisinantes prennent vie et l'on pourrait presque sentir les odeurs tant c'est bien décris. J'ai pris un réel plaisir à (re)découvrir la légende toujours aussi plaisante et riche.

Les personnages sont tous fascinant, mais ma préférence va à Andromaque. Cette nana est un vrai modèle de liberté et qui passe outre les convenances. Une féministe avant l'heure. J'ai hâte de la retrouver dans le tome 2, d'autant plus qu'Hector arrive (enfin) à la fin de ce tome ci.

Le seigneur de l'arc d'argent est un tome de mise en place déjà très complet. Une époque parfaitement retranscrite, des personnages charismatique et une action toujours présente font de David Gemmel mon nouvel auteur préféré. Un tome à mettre dans toutes les mains et un bon moyen de découvrir l'auteur.

https://wp.me/p8ww3Y-16f

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jonatjackson 2018-05-29T16:01:49+02:00

- Ce que j'ai aimé

Un one-shot hors de la saga du Cycle Drenaï mais qui pourtant reprend quelques codes et suggère un éventuel lien avec la fameuse saga.

L'écriture de Gemmell, efficace comme toujours.

Les personnages. Une marque de fabrique de l'ami Gemmell. Même ceux qui semblent faibles et naïfs arrivent à élever leur niveau pour démontrer que la force n'est pas que dans les muscles et font preuve d'un courage héroïque alors que rien ne les prédestine à surmonter les épreuves qu'ils vont endurer. Les relations entre les différents protagonistes est également un point fort du roman.

- Ce que j'aurai aimé, ce qui m'a dérangé

Toutes les histoires ne se ressemblent pas et on peut apprécier cela. Mais connaissant deux des plus grandes œuvres de l'auteur, j'ai trouvé ce livre généralement moins bon que les deux autres que j'ai pu lire.

Combats vite expédiés, les Rois vampyrs ne sont que trop peu présents et la bataille contre les Agostins ne dure que 2 pages à tout casser. Une sentiment que tout ceci a été bâclé m'a envahit. Comme si l'auteur en avait un peu assez de décrire les atrocités de la guerre et des combats.

Quelques bonnes idées, quelques moments d'actions, mais le tout assez vite effacé par ce besoin de mettre en avant l'évolution des personnages suite aux événements qu'ils traversent.

Le héros Jarek. Owen n'arrête pas de parler comme quoi c'est un héros mais que l'image que l'on s'en fait est mauvaise. Mais je trouve que Gemmell aurait pu aller beaucoup plus loin dans ce "héros malgré lui" et lui attribuer des sentiments beaucoup plus sombres, plus crus. Il a clairement des défauts et des idées discutables, mais cela reste relativement lisse.

- Point neutre

L'on a une histoire dans l'histoire, où passé et présent se mélangent pour finalement comprendre que tout ceci n'est finalement qu'une boucle qui ne cessera jamais de tourner, et l'histoire sans cesse amenée à se répéter. L'idée est intéressante sur papier et les pistes, bien que certaines prévisibles, sont amenées subtilement. Certains crieront peut-être au génie. Pour ma part je n'ai pas été très fan de l'idée.

Comme je le remarque depuis quelques livres, l'idée d'une carte n’aurait pas été de trop pour visualiser ce périple. Elle n'est certes pas nécessaire, mais cela aurait été un bonus appréciable.

- Conclusion

Beaucoup apprécieront cette histoire qui propose ici une aventure très humaine et très prononcée sur le questionnement du bien et du mal. Une fresque Fantasy différente de ce que nous a habitué le maître Gemmell avec son mondialement connu Cycle Drenaï. Un monde toujours aussi cruel, un bandit qui devient le héros de tout un peuple, un barde un peu naïf qui découvre la réalité du monde, des monstres et des vampyrs. La recette a de quoi plaire. Et pourtant. Lorsque l'on connaît les grandes œuvres de l'auteur, on ne peut qu'être envahit par un sentiment de trop peu, notamment en ce qui concerne l'action, le héros bandit et mauvais garçon est un peu trop lisse et un sentiment d'amertume qui se dégage du livre à la fermeture. Cependant, l'histoire se lit vite, la fluidité et la force des personnages se chargent du reste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PetraMTQ 2018-06-10T23:28:02+02:00

Du bon Gemmel, comme d’habitude. Même si la mise en place de l’histoire était un peu longuet. Disons que le prochain tome devrait être encore plus épique.

Les destins tragiques parsèment énormément le bouquin quand même.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PetraMTQ 2018-06-19T03:00:35+02:00

Un deuxième tome très sympa et bien différent du premier. Les personnages du 1er ont évolués et les jeunes prennent le devant de la scène.

J’ai eu du mal à adhérer à cette suite au début de ma lecture, les personnages principaux du 1er devenant secondaires, mais au final la sauce prend très bien et on est scotché au bouquin.

Gemmel est toujours au top.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mathieu-33 2018-06-23T13:42:40+02:00

Bon livre mais une lecture assez difficile.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mathieu-33 2018-06-23T13:46:52+02:00

Toujours aussi difficile à lire mais l’histoire est prenante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mathieu-33 2018-06-23T13:50:48+02:00

Là saga se colle assez à la vraie histoire bon livre un peu difficile à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PetraMTQ 2018-06-25T20:14:22+02:00

Encore une belle surprise et un super tome.

Au début j'étais un peu déstabilisé : ce n'est pas vraiment une suite, plutôt un nouvelle histoire dans l'univers Rigante et on repart du début avec les tribulations d'enfants que l'on voit grandir et évoluer ; donc je n'étais pas franchement emballé. Puis rapidement on prend ses marques et on ne pense plus aux deux premiers tomes. Les pages se tournent toutes seules et au final on enchaîne avec le dernier tome directement.

Un excellent tome donc, que j'ai même préféré aux précédents.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PetraMTQ 2018-07-01T23:13:36+02:00

Un dernier tome sympa. Les nouvelles alliances sont bien amenées et on suit les aventures de tous les personnages avec beaucoup de plaisir.

Beaucoup de morts.

Ces deux derniers tomes ont ma préférence. Encore une super série de Gemmell.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ajc2ht 2018-07-02T00:07:26+02:00

Un western post-apocalyptique, un peu fantasy. Pas le meilleur Gemmell mais quelque chose de différent de l'habituel médieval fantastique.

Le personnage de Jon Shannow est ambivalent. Un as de la gâchette avec une âme de justicier, déterminé, prêt à tout parce qu'il ne s'aime pas. Assez émouvant, mais agaçant parfois.

Les personnages secondaires sont souvent plus intéressants.

L'univers lui-même est parfois déroutant. Bien construit.

Bref un sentiment plutôt positif mais... il m'a manqué un je-ne-sais-quoi pour me transporter dans ce triste futur.

Afficher en entier

On parle de David Gemmell ici :

Je cherche du médiéval fantastique
2012-12-18T01:44:34+01:00

Dédicaces de David Gemmell
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Bragelonne : 80 livres

Milady : 33 livres

Mnémos : 22 livres

Gallimard : 8 livres

Bragelonne Poche : 6 livres

France Loisirs : 4 livres

Orbit : 2 livres

Editions Mnémos : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode