Livres
524 455
Membres
542 751

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Cycle de Drenaï : Waylander



Description ajoutée par Aude 2010-11-20T17:34:36+01:00

Résumé

Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté.

Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?...

Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 023 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Libertad 2012-07-08T21:42:56+02:00

- Il fut un temps ou j'étais un agneau qui jouait dans une prairie. Puis les loups sont venus. Aujourd'hui, je suis un aigle, je vole dans un univers différent.

- Et aujourd'hui vous tuez les agneaux? l'avait accusé Dardalion.

- Non, prêtre. On ne paie pas pour des agneaux.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Encore un livre que je regrette de n'avoir pas lu plus tôt ! (Décidément...) Contrairement aux histoires de fantasy classiques qui narrent la quête d'un homme ou d'un adolescent, devenu héro presque malgré lui, le personnage de Gemmell, Waylander est l'image même du anti-héro ! Sarcastique, acerbe, asocial, il n'aime personne et le monde le lui rend bien !

De plus, ce anti-héro est même un assassin. Ancien fermier reconverti à la mort de sa femme et de ses enfants, Dakeyras devient finalement Waylander l'Assassin, le Voleur d'Ames, acceptant de tuer n'importe qui contre de l'argent !

Le fait que ce héro malgré lui soit un assassin à la réplique cinglante donne un tout autre goût à l'histoire et nous change vraiment de ce genre de héro un peu stéréotypé que l'on peut retrouver dans les histoires de fantasy.

Dès les premières pages, Gemmell nous entraine dans un univers sombre, où la guerre fait rage. Un univers impitoyable de meutres et de barbarie, décrit d'une manière telle que l'on s'imagine parfaitement le décors. C'est au milieu de ce chaos que Waylander vit, ou plutôt survit, échappant à ses ennemis pour en fuir d'autres. Le style imagé de l'auteur fait que l'on plonge dans l'histoire si bien qu'on a l'impression de vivre les aventures en même temps que les personnages.

La plume de Gemmell est fluide et très agréable à lire. Les scènes sont détaillées de façon à ce que l'on puisse la visionner en même temps qu'on la lit, mais sans plomber le livre. On reconnait son style d'écriture par le vocabulaire qu'il emploi. C'est du lourd ! Il a pas peur des mots et cela se vérifie dans le langage parfois cru qu'il utilise !

J'ai aussi aimé la façon dont il a construit son histoire, les retournements de situation à la dernière minutes. A chaque instant, on pense qu'il va se passer telle chose et finalement, il s'en passe une autre. Un personnage apparaît, mais jamais celui auquel on s'attend !

Pour conclure, je dirais que j'ai passé vraiment un très bon moment à lire cette histoire ! Vraiment un très bon livre !!

Afficher en entier
Diamant

Et dire que j'étais persuadé d'avoir laissé un commentaire !! Je m'en voudrais de ne pas l'avoir fait. Pourquoi ? parce que c'est mon tout premier David Gemmell. je ne savais pas ce qui m'attendais, mais je n'aurais jamais pu imaginer ça !!! Waylander à percé mes défenses, parce que je m'étais promis de ne jamais lire ce genre de livre, que je pensais un peu barbare, avec pleins de sangs, des morts partout, des guerres à ne plus en finir. Et bien, le comble de l'ironie, c'est que c'est ça. Des guerres, des morts, du sangs, des monstres ... je pourrais continuer longtemps comme ça. Sauf que je n'avais pas prévu une chose. Ou plutôt deux. Tout d'abord, le talent de l'auteur, qui a su créé les personnages imparfait que je cherchais depuis tellement longtemps, qui a su créé un univers incroyable, et de nombreuses péripéties. Et ensuite, jamais je n'aurais pu prévoir WAYLANDER lui même. Parce qu'il est parfait. Il est presque plus humain que tout les personnages que j'ai rencontré jusque là, même si on le considère comme un monstre sans coeur. Mais n'est ce pas la le propre de l'homme, d'être ce qu'on appelle un monstre, et d'être capable des plus beaux gestes ? C'est ça, ma définition de Waylander. Un homme, pas comme les autres, un assassin capable de pitié et même d'amour. En bref, un homme. Je n'ai qu'une chose à vous dire. Lisez le. Vous ne serez pas déçu.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Ellana06 2020-02-28T14:33:15+01:00
Lu aussi

J'ai écouté ce roman en audio, ça a été l'occasion pour moi de tester les audiobooks. Je dois avouer que c'est prenant, la petite musique d'introduction à chaque chapitre met bien dans l'ambiance fantasy médiévale, et le lecteur a une voix agréable.

Quant au roman à présent : fanchement je trouve que les idées sont bien trouvées, et que le scénario fonctionne bien. Les chapitres sont assez énergiques, et s'enchaînent de façon fluide.

Waylander est un personnage rustre, vraiment brut de décoffrage, carrément sexiste au début (il faut voir les répliques qu'il envoie à la figure de Danyal, on peut dire qu'il ne mâche pas ses mots !) mais je trouve que ça correspond bien au personnage, à son passé, et tout aussi bien à l'époque et l'univers du roman, parce qu'on se doute bien que même à notre Moyen-Âge les chevaliers n'étaient pas tous friands d'amour courtois !

En définitive c'est un personnage assez stylé, que j'ai pris plaisir à suivre même si j'apprécie en règle générale plutôt les héros un peu moins bourrés de défauts.

Maintenant j'avoue avoir eu du mal vers le milieu/fin du roman, j'ai trouvé que le personnage de Waylander s'était ramollit au contact de Danyal, les déclarations d'amour sont assez culcul, et j'ai décroché. Ce n'est pas un navet, attention ce n'est que mon opinion personnelle, et peut-être que je reprendrai cette lecture dans quelques temps, mais bon.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LucieL 2020-02-23T15:22:25+01:00
Or

Gemmell brosse le portrait d'un personnage attachant par ses defauts et ses qualites. Waylander est un assassin, déshumanisé par des evenements atroces dans son passe, qui retrouve suite a un autre choc psychologique son humanite, guide en sa quete par un pretre de la Source. Si vous appreciez le monde Drenai et la verve de Gemmell, vous serez enchante par ce livre qui est plus complexe que ses premiers ecrits. Et encore ce n'est que la premiere des aventures de Waylander... Comme a son habitude les personnages sont vivants et luttent dans un univers violent ou s'opposent magie noire et la Source.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-10T13:04:05+01:00
Argent

Waylander est le troisième livre par ordre de parution dans l'univers de Drenaï, mais le premier dans l'ordre chronologique.

Dros Delnoch n'est encore qu'une passe, sans forteresse. Drenaï est en déroute face aux chiens du chaos, envahisseurs Vagrians, cette fois venus du sud.

L'armée Drenaï, dirigée par Egel est en plein désarroi, une force condamnée à une ultime défaite ?

NON, car Waylander est là.:-)

Dès le premier chapitre d'introduction le personnage est posé ; puissant, efficace, impitoyable, mais humain et capable de miséricorde. Assassin de métier en quête de rédemption, il va accepter la quête de la célèbre Armure de bronze qui sauvera les Drenaï.

Nous assisterons encore à du siège désespéré. Dieux que Gemmell aime ces sièges où l'héroïsme est magnifié et Dieux que nous les aimons nous aussi. Certes, on a une grosse impression de redite, mais le style toujours aussi efficace et direct, le sang versé sur l'autel des braves remplit parfaitement son office.

Toujours les mêmes grosses ficelles, des situations désespérées qui se retournent grâce à une précédente bonne action, le deus ex machina n'a jamais aussi bien fonctionné qu'ici. Mais en ce qui me concerne, cela continue de fonctionner et je prends toujours autant de plaisir à cette lecture.

Le même défaut que dans les précédents tomes : La première femme rencontrée par le héros est toujours la bonne, elle est jeune, jolie, a toutes les qualités et elle aura une belle histoire d'amour avec le héros. On ne va pas s'encombrer de personnages secondaires féminins ; La guerre ne serait-elle qu'une histoire d'homme ? Oui, visiblement selon Gemmell.

Bref, un bon moment de lecture, on sait à quoi s'attendre et on n'est pas déçu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par al61 2019-12-06T23:41:02+01:00
Diamant

Un roman d'action et d'aventures lors d'une guerre dans un cadre de dark fantasy,des personnages complexes, une quête mené par un homme en rédemption, un héro guerrier assassin. L'auteur dans un style inimitable nous entraîne et nous plonge dans ce monde sombre et dangereux mais o combien humain. Un excellent livre , un auteur de fantasy incontournable, un cadre commun à plusieurs ouvrages de Mr Gemmell . A lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Gryfondor 2019-11-13T14:18:22+01:00
Lu aussi

Premier roman mettant en scène l'assassin repenti, Waylander, celui-ci est riche en aventures et en combats.

Deux intrigues composent ce récit. D'un côté l'armée Vagrianne qui envahit le territoire Drenaï et accule une partie de ses combattants dans la forteresse de Purdol, et de l'autre la quête de Waylander, parti récupérer l'Armure de Bronze, capable de par le symbole qu'elle représente de faire basculer le conflit.

Malgré une impressionnante galerie de personnages, et quelques passages traitant de la magie moins intéressants et parfois confus, l'ensemble reste compréhensible, solide, et se lit très rapidement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginy 2019-06-21T16:51:25+02:00
Or

Waylander est un solitaire. L’homme a l’arbalète à double détente est un assassin, et pas n’importe lequel. Il a assassiné le Roi de Drenaï. Pourtant, il semble que qu’il soit également l’espoir de tout un peuple. Il doit récupérer l’Armure de Bronze, en territoire nadir. Mais s’il accepte cette périlleuse mission, Waylander est-il digne de confiance?

Waylander est un personnage ambigu, même s’il semble, au fil des pages, qu’il y ait plus de bon que de mauvais en lui. C’est un homme dominé par la soif de vengeance, qui a beaucoup perdu, et cela se sent dans son attitude de solitaire, sa méfiance envers quiconque croise son chemin, son manque d’attachement envers les gens. Pourtant, quand il tombe sur Dardalion, prêtre de la Source, les choses vont changer pour lui, comme pour le jeune prêtre. Pourquoi l’a-t-il sauver? Il l’ignore. Mais cette rencontre va faire ressortir le Bien qui vit dans ce personnage sombre qu’est Waylander, aussi connu sous le nom de Dakeyras. Comme Dardalion, à son tour, va voir son côté sombre s’éveiller…

« Le Mal est en chacun de nous, et la valeur d’un homme se juge à la façon dont il défie ce mal. »

Nous avons donc avec Waylander un personnage torturé intérieurement, qui lutte contre ce qu’il devient, contre le Bon qui sommeille en lui, sa manière à lui de se protéger de toute souffrance en tenant à distance les autres par son cynisme, par sa violence. Mais cette armure qu’il revêt s’effrite au contact de Dardalion, mais aussi de Danyal, une jeune femme à qui il vient en aide et avec qui il va finalement se lier.

Habituée à vivre les récits du cycle de Drenaï grâce à la voix de Nicolas Planchais, j’avoue que les deux premières heures d’écoute ont été un peu difficile pour moi. Pas que Richard Andrieux ne soit pas bon, bien au contraire, mais c’est le temps qu’il m’a fallu pour appréhender l’univers que je connaissais déjà à travers une autre voix. Waylander étant le personnage central, il était normal d’adopter une nouvelle voix pour en narrer les aventures.

Même si le lecteur est toujours plongé dans un univers en guerre avec une bonne dose de testostérone, puisque les figures principales sont des hommes et que les femmes ne font que de la figuration pour servir l’intrigue, j’ai toujours plaisir de découvrir ces héros torturés, aux blessures intérieures qui façonnent leur rapport au monde. Waylander, antérieur chronologiquement à Druss, est un personnage intéressant et différent du guerrier à la hache. Plus discret, plus solitaire, plus sombre aussi. Et il me tarde de découvrir la suite, cet opus appelant forcément d’autres aventures de l’assassin.

Afficher en entier
Or

Je ne m'y attendais pas mais j'ai directement plongé dans les aventures pleines d'action de Waylander, et ça faisait longtemps que ce n'était pas arrivé.

Moi qui voulait de l'action, j'ai été servie !

Au départ, ce personnage ne ressemble en rien aux héros que j'affectionne : il est sombre et taciturne, il n'aime rien et a déjà vécu pleins de choses (surtout horribles) dans sa vie. Mais c'est un guerrier hors pair que personne ne peut vaincre. Et au bout du compte, il se révèle être très attachant et très humain.

Le récit suit aussi le parcours d'autres personnages secondaires, très intéressants, ce qui donne au livre un très bon rythme, je n'ai jamais eu le temps de m'ennuyer !

L'auteur ne s’embarrasse pas à enjoliver les choses et montre toute l'horreur et l'injustice de la guerre. La mort des personnages semble faire partie de la suite logique des choses ce qui n'empêche pas d'être triste de leur mort, mais je suppose que comme Waylander, je me suis forgée une carapace contre la tristesse et la peur ^^.

Maintenant je n'ai plus qu'à me jeter sur la suite des aventures de ce héros imbattable !

Afficher en entier
Argent

John McClane, dans ses films, se promenait avec deux flingues en main, mais Waylander fait mieux que lui : une arbalète à deux arcs ! Plus complexe pour dézinguer et pas de chargeur ou de viseur infrarouge. John McClane peut aller se rhabiller !

C'est un mec, Waylander, un vrai, tout de noir vêtu (du cuir, huum), assassin à ses heures perdues (c'est son job, en fait, et sa petite entreprise ne connait pas la crise) usant de tous les stratagèmes possibles et imaginables pour arriver à éliminer ses victimes (des notables), désignées par contrats.

Waylander, c'est mises à mort, trahisons, magouille et compagnie... Drenaï, ton univers impitoyable. de plus, il fait son job correctement : il est plus silencieux qu'une ombre, il ne parle pas beaucoup et est implacable. C'est du satisfait ou remboursé.

Aie, catastrophe, le Roi de Drenaï a été assassiné ! Les Vagrians, une bande d'envahisseurs, déferlent sur le pays telles des tiques sur le dos d'un chien, avec, pour ordre de pilier et envahir le pays, sans oublier de tuer hommes, femmes et enfants au passage, dans l'ordre ou le désordre, mais d'épargner quelques femmes, s'ils veulent se soulager... Charmant.

Et pendant que ça gerroie au loin, Waylander croise la route de Dardalion et lui sauve même la vie. Un assassin qui sauve une vie ? Peut pas être tout à fait mauvais, le bougre ! Déjà qu'il n'occis jamais des femmes et des enfants. Réglo.

Dardalion, c'est un prêtre de la Source et on peut dire que c'est lui qui sera à l'origine de tout ce qui va arriver à Waylander dans ce premier tome.

Dardalion lui colle aux basques et ils vont bien vite se retrouver empétré dans cette foutue guerre entre Drenaï et les Vagrians.

Ben oui, une guerre, c'est le bordel et vu que les Vagrians ont envahis les Drenaï, ça chauffe !

Pour sauver le royaume, il faudrait retrouver la mythique Armure de Bronze... (et là un type se met à chanter dans ma tête : "les chevaaaliers du Zodiaaaque, s'en vont toujours à l'attaque..." ce qui me fait dire que je suis irrécupérable).

Cette protection magique est cachée dans une grotte en territoire Nadir. Pas trop complexe. Quoi ? Elle est remplie de loups-garous ? Waylander va avoir du mal à récupérer le catalyseur de l'espoir de Drenaï.

Au fait, vous savez qui a assassiné le roi Drenaï ? Non ? J'vous l'donne en mille : Waylander ! Et c'est à lui qu'on demande de sauver l'bazar ?

Gemmel ne fait jamais ses héros irrécupérable et Waylander ne fera pas exception.

Puisqu'il a été "touché" (pour ne pas dire infecté) par la pureté de Dardalion, le prêtre de la Source qu'il a sauvé, il accepte la mission, confié par le fantôme du père de sa précédente victime.

Oui, nous sommes bien dans du Gemmel ! C'est classique chez lui : les héros sont torturés, hanté par leur passé, avec des blessures secrètes, bien souvent causées par une femme qu'ils ont perdu (partie, enlevée ou morte assassinée) et qu'ils aimaient plus que tout.

Une fois de plus, le héros, en tuant le roi, a commis un meurtre qui s'avère être le meurtre de trop, celui qui lui fait prendre conscience que tuer c'est MAL, ça le fait vomir sur son existence, il se découvre un âme et réveille sa conscience qu'il croyait avoir laissé en gage au Mont de Piété ou à la consigne d'une gare.

Chez Gemmel, l'héroïsme est magnifié, par contre, les scènes de combats sont un peu pâlottes alors que nous sommes en pleine guerre. A croire que les guerriers furent passé dans un programme informatique qui a généré une armé de clones. Ma déclaration fiscale a plus d'épaisseur qu'eux.

Pire, Gemmell ne décrit pas son décor, du coup on doit faire le travail sois-même. Dommage. Une carte en début de roman n'aurait pas été du luxe.

Malgré ses défauts, Waylander est un personnage qui m'a bien plu.

Bien que froid et distant dès le départ, il changera au fil du roman et des deux autres tomes.

Sa rencontre avec Dardalion nous a changé l'assassin sociopathe en un homme plus ouvert aux autre et l'on découvrira que, sous cette carapace de tueur sans pitié, se cache en fait un homme qui n'attend plus rien de la vie, ayant déjà tout perdu.

D'accord, cela ne l'excuse pas ! le fait d'avoir tout perdu n'efface pas ses crimes, mais on comprend le cheminement : il n'avait rien d'un méchant, il a tout perdu et son premier crime de vengeance en a entrainé un autre et ainsi de suite. Après, il est trop tard. Un peu comme Druss.

Le seul bémol dans l'histoire fut sa relation avec Danyal. Trop guimauve, on aurait pu s'en passer largement ou alors, il aurait fallu changer un peu le personnage de cette femme, la creuser un peu plus, la rendre moins "roquet agressif". Mais bon, un détail.

Dardalion, le prête de la Source, est plus travaillé. Lui aussi il a évolué, comme Waylander, mais dans le sens inverse. Si le loup s'est fait agneau, l'agneau a fait pousser ses crocs. Il est devenu un Prêtre-guerrier.

Pour résumer, malgré ses défauts, le roman est intéressante et lire du Gemmel m'a toujours fait du bien, même si à la fin, les trames restent semblables.

Ce que j'aime, c'est que son héros doit s'impliquer - un peu malgré lui - dans cette guerre où il n'a rien à faire, changeant petit à petit et devenant plus humain.

Un peu comme Stanislas Lefort (de Funès) dans le film "La grande vadrouille" qui se retrouve, lui aussi, imbriqué dans une histoire dont il n'en a que faire et bien obligé de s'impliquer alors qu'il comptait se la couler douce tout en faisant des ronds de jambe devant l'ennemi.

C'est ça que j'aime ! le héros qui n'en est pas toujours un, avec ses faiblesses, ses défauts.

Sans compter ce que j'apprécie aussi par-dessus tout : les passages où Waylander flingue des gens plus vite que son ombre, dégainant son arbalète, lançant ses dagues... Paf, paf !

"T'es mort et tu ne le sais pas encore" (les fans auront reconnu la citation tirée de Ken - pas le mari de Barbie - mais le Survivant).

Oui, je suis une lectrice avide d'élimination de son prochain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Odoul 2019-02-13T15:30:05+01:00
Diamant

L'histoire incroyable du meilleur assassin de son temps et d'un pretre ne jurant que par l'amour et l'amitié.

La confrontation entre la froideur, la noirceur, l'invincibilité de l'un et la vulnérabilité de l'autre...

On est pris au plein milieu d'une guerre faisant des ravages enormes au sein d'une nation en déroute , dont le roi fut mysterieusement assasiné et le seul qui peut encore amener un peu d'espoir est pourchassé, dangereux et nous sommes juste à ses cotés.... chronologiquement se situe bien avant Legende et Druss. Comme a son habitude Gemmell brosse le portrait d'un personnage attachant par ses defauts et ses qualites. Waylander est un assassin, déshumanisé par des evenements atroces dans son passe, qui retrouve suite a un autre choc psychologique son humanité, guide en sa quête par un prêtre de la Source. Et encore ce n'est que la première des aventures de Waylander...mais la meilleure. Les autres tomes sont légèrement§-èrement moins bons. Comme a son habitude les personnages sont vivants et luttent dans un univers violent ou s'opposent magie noire et la Source. A lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PascaleH 2018-12-18T20:41:21+01:00
Or

Waylander, bien avant druss, regnak ou Tenaka Khan, est le héros le plus ancien de GEMMELL. Il nous fait vivre dans ce roman une histoire trépidante pleine de rebondissement. Encore une fois, de l'action en continue, formule magique de GEMMELL qui marchera encore et toujours... cet ouvrage l'auteur crée un univers comme il en a créé bien d'autres. Un univers merveilleux où on retrouve, des monstres, des magiciens, des héros. Ce livre est bien construit, mais un peu fouillis, car il introduit les deux suites de ce livre. Très bon livre pour passer le temps, nous fait oublier le quotidien et l'ennui.

Afficher en entier

Dates de sortie

Le Cycle de Drenaï : Waylander

  • France : 2014-10-24 - Poche (Français)
  • France : 2016-10-19 (Français)

Activité récente

Lumione l'ajoute dans sa biblio or
2020-10-06T12:57:00+02:00
Cec3 l'ajoute dans sa biblio or
2020-07-13T13:58:39+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 1023
Commentaires 110
extraits 50
Evaluations 233
Note globale 8.07 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode