Livres
564 285
Membres
616 468

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Frank Herbert

Auteur

Etats-Unis Né(e) le 1920-10-08
Etats-Unis 1986-02-11 ( 65 ans )
2 074 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par PoppyZ 2016-05-08T07:33:22+02:00

Biographie

Né(e) à : Tacoma (Etat de Washington) , le 08/10/1920

Mort(e) à : Madison (Etat du Wisconsin) , le 11/02/1986

Biographie :

Dans les années 1960, Frank Herbert est envoyé dans l'Oregon pour effectuer un article sur l'avancée des dunes de sable et les moyens scientifiques mis en place pour les arrêter. De retour de ce voyage, aucun article ne paraît mais l'écrivain s'est passionné pour le sujet. C'est alors qu'il commence la rédaction de la saga qui le rendra célèbre, "Dune", adaptée au cinéma par David Lynch en 1984.

Très tôt, Herbert manifeste un grand intérêt pour l'écriture, en 1939, il ment sur son âge pour être embauché dans le Glendale Star. Mais sa carrière est interrompue par la guerre, il part six mois dans l'US Navy comme photographe.

A son retour, il suit des cours d'écriture créative à l'université de Washington. Ne s'intéressant qu'aux matières qui l'attirent, il n'obtient pas de diplôme. Il se consacre alors au journalisme, publiant des articles dans le Seattle star, l'Oregon Statesman et le San Francisco Examiner's California Living Magazine.

En 1947, il vend sa première nouvelle de science-fiction qui ne sera pas publiée avant 1952. Une nouvelle décennie s'ouvre, Herbert devient psychanalyste et débute sa carrière d'écrivain avec la publication du "Dragon sous la mer" (1956), qui explore les manifestations de la folie dans un sous-marin. Même s'il est relativement bien accueilli par la critique, ce premier roman n'est pas un succès sur le plan commercial.

Les années 1960 sont marquées par la composition et la publication, dans une petite maison d'édition, de son oeuvre majeure, "Dune", qui a nécessité six années d'écriture et essuyé plus de vingt refus éditoriaux. Ses ouvrages marqués par des préoccupations écologistes lui valent le prix Nebula en 1965 et le prix Hugo en 1966. Maître de la science-fiction, Frank Herbert a su donner ses lettres de noblesse au genre.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 751 lecteurs
Or
2 237 lecteurs
Argent
1 159 lecteurs
Bronze
670 lecteurs
Lu aussi
859 lecteurs
Envies
1 374 lecteurs
En train de lire
163 lecteurs
Pas apprécié
80 lecteurs
PAL
1 702 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.09/10
Nombre d'évaluations : 1 224

2 Citations 460 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Frank Herbert

Sortie France/Français : 2021-03-25

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Fruikipik 2021-08-01T19:55:25+02:00
La Mort blanche

Une lecture en demi-teinte.

Des passages qui traînent en longueur sur des détails, la psychologie du « fou » pas assez poussée à mon goût, et une chronologie qui accélère par à coups.

J’ai apprécié le style de l’auteur, la partie « aventure », la vision crédible des événements.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par elenwe 2021-08-05T15:20:44+02:00
Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune

Le scenario est bon, l'histoire est riche, mais je l'ai trouvé assez pénible à lire.

Afficher en entier
Le Cycle de Dune, Tome 2 : Le Messie de Dune

Un second tome dans la lignée du premier, une histoire prenante et riche.

Afficher en entier
Le Cycle de Dune, Tome 3 : Les Enfants de Dune

L'histoire est toujours aussi riche, mais malgré les tomes qui passent je la trouve toujours dure à suivre.

Afficher en entier
Le Cycle de Dune, Tome 4 : L'Empereur-dieu de Dune

Un tome avec un peu moins d'action, même si je reconnais que l'histoire en fond est dingue, j'ai vraiment du mal à m'attacher et j'ai du mal à lire.

Afficher en entier
Le Cycle de Dune, Tome 5 : Les Hérétiques de Dune

Un tome qui m'a un peu plus plu que les précédents, mais j'ai toujours eu du mal à me mettre à fond dans l'histoire, même si je reconnais vraiment que le scénario est dingue.

Afficher en entier
Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune

La bible de la SF ! Un ami parti trop tôt me l'a offert au début des années 70 et je me souviens encore de l'impact que cette lecture a eu sur moi. Une plongée dans un univers à nul autre pareil, une montée en puissance parfaite, une parfaite alchimie entre le drame et l'espoir. C'est une tragédie grecque propulsée dans un monde inconnu et diantrement hostile... Que ceux qui gaspillent l'eau prient pour n'avoir pas, un jour, à revêtir le distille des Frémens...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2021-08-31T14:48:05+02:00
Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune

Profitons de la prochaine sortie du film pour relire Dune ! En ce qui me concerne, la découverte de cet univers remonte au film de 1984, suivi quelques années après par la lecture des deux premiers tomes. Mais ça date, et je choisis la nouvelle version révisée, avec la traduction expurgée de quelques inexactitudes.

Faut-il encore présenter le roman ? Un premier tome dense qui nous transporte immédiatement dans un autre monde complexe, inquiétant, et fascinant : l’humanité vit sur de très nombreuses planètes appartenant à un Empire galactique, mais un certain équilibre des pouvoirs s’est mis en place entre L’Empire et sa famille, les Grandes Maisons, La Guilde de l’espace et le Bene Besserit. Civilisation qui rejette les ordinateurs depuis le Jihad Buthlérien, grande guerre contre les « machines pensantes », elle a besoin de l’Épice, ne serait-ce que pour assurer la navigation spatiale, monopole de la Guilde. Mais cette Épice a aussi d’autres capacités, elle peut supprimer les barrières du temps et de l’espace pour qui possède le don pour l’utiliser. Dans ce contexte, les rivalités sont nombreuses et les inimitiés féroces.

Le lecteur est happé par les intrigues politiques, les manigances, les trahisons, et la lutte du jeune Paul pour reconquérir la planète Arrakis surnommée Dune. Mais Paul est plus qu’un Duc, car les sélections génétiques du Bene Gesserit couplées à l’Épice — élément non prévu par ce même Bene Gesserit — le transformeront en être hors-norme, doté d’une prescience floue, changeante, mais qui lui fait entrevoir un avenir inquiétant. Bénéficiant de l’éducation de sa mère qui lui a enseigné les techniques de maîtrise bene gesserit, mais aussi de l’instruction de l’héritier d’un duc avec son lot d’apprentissages de la politique et des techniques de combat, Paul deviendra le chef des Fremens et leur donnera — et se donnera à lui-même — une grande victoire, promesse d’un fabuleux avenir. Enfin, promesse ? Pas tout à fait, car Paul ne sait comment éviter un futur qu’il entrevoit, marqué par le jihad qui se déferlerait sur l’univers connu. La suite de la saga nous en dira plus, mais n’oublions pas que l’auteur voulait nous prévenir des chefs « providentiels » et pensait que le culte du chef annonçait des tyrannies.

Le personnage de Paul lui-même suit le schéma du héros qui chute et qui suit un long chemin pour revenir à la lumière. Mais contrairement à d’autres romans, Paul-Muad’Dib est un personnage élevé pour devenir chef, qui mûrit et surtout se durcit après la chute de sa Maison et la vie dans le désert. Connaissant la solitude du pouvoir, il apprend à diriger les hommes, à se comporter en vrai chef de guerre et finit comme un chef tout court : la scène finale montre qu’il n’hésitera pas à prendre des décisions radicales si nécessaire, même si cela ne plaît pas à ses proches.

Dune, c’est aussi des sociétés diverses comme la féodalité de l’Empire, où l’équilibre des pouvoirs est de façade et n’évite pas les alliances opportunistes, ou encore les Fremens, autres héros du livre, dont la civilisation est façonnée par les conditions de vie très rudes et le manque d’eau. Politiques, religions, manipulations à long terme, l’auteur a vu grand et décrit des systèmes complexes et, somme toute, réalistes ; que ce soit les liens amicaux ou familiaux, ou à plus grande échelle les rapports entre grandes puissances. Dans ce contexte, les complots sont inévitables, le danger est tapi partout et il est difficile pour un personnage de savoir à qui se fier, hormis ses amis de très longue date. Là aussi, le lecteur y croit, puisque même si l’univers est imaginaire, les personnages restent très humains. Les forces armées et les batailles ne sont pas oubliées, car ce roman offre un souffle épique qui ajoute au rêve pour tout lecteur.

Le Bene Gesserit évoque ces quelques femmes du passé proches du pouvoir qui ont profondément influencé leur mari ou fils tout en vivant dans leur ombre (les exemples historiques existent). Organisation de femmes qui reste mystérieuse malgré son influence, elle a tissé depuis des siècles les fils d’un projet basé sur des sélections génétiques. Les Bene Gesserit ont manipulé les religions et les croyances de peuples, mais elles-mêmes sont portées par un mysticisme qui « justifie » leur programme de sélection à travers les siècles et l’instruction des jeunes filles qu’elles prennent sous leurs ailes. Leur volonté de donner naissance à un Kwisatz Haderach doté de pouvoirs sera à la fois une réussite et un échec. Prenez garde à la réalisation de vos vœux, car vous ne maîtrisez pas tous les éléments.

Enfin, le dernier personnage de ce tome est Dune, surnom de la planète Arrakis. Un immense désert dont la majeure partie reste inconnue de l’Empire, âpre, dangereux. Pourtant, c’est la patrie des Fremens, c’est la seule source de l’Épice dans tout l’Empire, c’est un lieu de chaleur qui assèche et de pièges qui ne pardonnent pas. L’évolution écologique de la planète pendant le cycle reste un ressort dramatique, puisqu’un jour, un homme de l’Empire est venu parler aux Fremens et leur a promis une Arrakis où l’eau coulerait partout… Et les Fremens ont commencé à rêver d’une autre Arrakis.

Il m’est arrivé, parfois, de trouver que certains évènements, certains dialogues ou quelques retournements de situation étaient trop rapidement brossés. Ou, peut-être, j’en voulais encore plus ? Je chipote, car cela n’enlève rien à la dimension exceptionnelle de l’ouvrage qui, à juste titre, a marqué la science-fiction. Après Dune, difficile d’écrire un space-opera trop simpliste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dub31 2021-09-02T19:34:10+02:00
Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune

Dune, un classique de la science fiction on peut le dire !

Un univers riche malgré que toute la trame ce passe sur une seule planète, de la science fiction subtile ou l'on pourrait presque croire de temps en temps lire un roman ce déroulant au moyen age.

Pas le plus facile à lire mais très prenant.

Afficher en entier
Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune

Bien que je ressors de ma lecture en étant pas mal dans le flou sur certains aspects du livre (que j'espère seront plus élaborés dans la suite), j'ai vraiment apprécié ce premier tome du cycle de Dune. Je suis tombée tête première dans cet univers mêlant science-fiction (il faut vraiment que j'en lise plus de ce genre...), politique, un fond de religion et un soupçon de magie. Je suis également tombée amoureuse des personnages, Paul, le Duc, dame Jessica, Gurney, Idaho, Hawat, Yueh, Chani, Liet Kynes, Alia ... On s'attache à chacun d'eux, on peste contre leurs idioties, leurs mauvaises décisions Spoiler(cliquez pour révéler)Particulièrement Gurney et Hawat qui ne peuvent se rendre comte que CE N'EST PAS JESSICA LA TRAÎTRESSEet ont vit les moments difficiles avec eux. Ce premier tome est très long (860 quelques pages pour ma version) et aussi très lent, on a l'impression d'être encore dans la situation initiale à la moitié du livre et pourtant, on y accroche quand même (ou peut-être est=ce juste moi, je n'ai jamais vraiment eu de problème avec les livres de ce format là, ayant envie de savoir ce qui va arriver, où les complots vont-ils nous mener et comment les personnages réussiront ils à y échapper, en plus que ça permet d'en découvrir vraiment davantage sur l'univers. Maintenat, il ne me reste plus qu'à me clancher les vielles versions du film avant d'aller voir au cinéma la nouvelle version de Denis Villeneuve. (D'ailleurs, parlant de cette nouvelle version, qui est sensée transposer uniquement la première moitié de ce premier film, je ne vois vraiment pas où va se faire la coupure... surtout vu la bande-annonce...)

Afficher en entier

On parle de Frank Herbert ici :

Guide de l'âge d'or : les maîtres
2017-02-18T18:35:11+01:00

Dédicaces de Frank Herbert
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 121 livres

Robert Laffont : 54 livres

Presses pocket : 19 livres

LGF - Le Livre de Poche : 17 livres

France Loisirs : 7 livres

Lizzie - Univers audio : 4 livres

JC Lattès : 3 livres

J'ai lu : 3 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array