Livres
579 820
Membres
644 473

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Cycle de Dune, Tome 2 : Le Messie de Dune



Description ajoutée par Virgile 2009-01-01T00:00:00+01:00

Résumé

Paul Atréides a triomphé de ses ennemis. En douze ans de guerre sainte, ses Fremen ont conquis l'univers. Il est devenu l'empereur Muad'Dib. fresque un Dieu, puisqu'il voit l'avenir. Ses ennemis, il les connaît. Il sait quand et comment ils frapperont. Ils vont essayer de lui reprendre l'épice qui donne la prescience et peut-être de percer le secret de son pouvoir. Il peut déjouer leurs plans, mais voit plus loin encore. Il sait que tous les futurs possibles mènent au désastre. Il est hanté par la vision de sa propre mort. Et s'il n'avait le choix qu'entre plusieurs suicides ? Et s'il ruinait son œuvre en matant ses ennemis ? Peut-être n'y a-t-il pour le prescient pas d'autre liberté que celle du sacrifice...

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 135 lecteurs

extrait

Les Bene Gesserit disent qu'il n'existe rien de stable, rien d'équilibré, rien de durable dans l'univers, que rien ne demeure en son état et que chaque jour, et même chaque heure, amène un changement.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Excellent.

Une œuvre que l'on ne présente plus.

Difficile de passer à côté, tant l'histoire emporte, tant l'univers décrit est riche et cohérent.

Ne pas lire les deux premiers volumes serait se priver d'un classique de la science-fiction.

Afficher en entier
Argent

J'ai été assez surprise par l'épaisseur du livre... Je l'ai commandé sur Internet (oui je sais, Amazon c'est des méchants, toussa toussa) sans faire attention au nombre de pages, je m'attendais à un pavé comme l'était le premier livre. Et là surpriiiiiiiiise, si on enlève les annexes, le livre fait à peine 250 pages en format de poche, ce qui est quand même assez court. Je ne m'attendais vraiment pas à ça.

Eh donc là je me dis "tranquille, il sera plus simple que le premier tome !"

Ha ha ha, pauvre idiote. Moins de pages, mais l'intrigue est toujours aussi complexe, vaste, recherchée et brouillée.

J'avais terminé le tome précédent il y a environ un an, je n'avais plus l'intrigue dans les détails en tête. De ce fait, j'ai eu une impression de flottement au départ. On nous fait un petit récap' de l'intrigue en 3 pages. Mouais, résumer 900 pages en 3 : je vous fais pas un dessin. C'est mieux que rien, mais ça reste très très limité. Et en plus, on commence de but en blanc, par un bon petit complot politique assez subtil. Bref, on n'a vraiment rien fait pour nous faciliter l'immersion.

Mais passé quelques chapitres, les choses me sont revenues, j'ai recommencé à me sentir familière de l'univers. Au fil des pages, malgré les flottements qu'on peut parfois ressentir, on se prend au jeu, et on vibre au rythme des actions et complots. Je trouve qu'il y a définitivement quelques chose de fascinant dans cette saga. Elle est tellement éloignée de notre quotidien, il faut vraiment accepter d'y plonger totalement, et là c'est magique.

Je dirais que l'histoire "part moins dans tous les sens" que l'intrigue du premier livre. Ici on n'a qu'un seul thème qui est développé : qui sera l'héritier de Paul ? C'est à la base une question simple. Ce qui complique cette problématique, c'est la présence de plusieurs groupes de pressions, de manipulations génétiques du Bene Gesserit, de la "voix", de la prescience un peu cafouilleuse, etc... Mais c'est des éléments auxquels ont a déjà été confrontés dans le tome 1. Je trouve donc que ça ne présente pas une difficulté supplémentaire. De plus, le fil rouge de l'intrigue me semble rester clair.

J'ai parfois entendu dire que ce tome 2 était moins bien que le tome 1. Pour ma part j'ai un peu de mal à les comparer. Déjà à cause de l'énorme différence de pages. C'est évident qu'on ne retrouvera pas les mêmes choses dans un livre de 250 pages que dans un livre de 900 pages ! On peut forcément développer moins d'intrigues différentes et donner moins de détails sur de nombreux d'éléments. Mais aussi parce que l'ambiance était différente. Le tome 1 était dans la découverte d'un univers, on nous montrait plein de choses, on voyageait pas mal, la planète d'Arrakis était limite le "personnage principal". Ici on a un livre beaucoup plus dramatique et intimiste, on développé des émotions et traits de personnalité subtils, presque philosophiques, et l'aspect religieux y occupe plus de place.

S'il est peut-être moins abouti, ce tome 2 a aussi des qualités que le tome 1 n'avait pas. Notamment, il joue bien plus sur la corde sensible. Les personnages m'ont semblé nettement plus attachant, et j'ai même trouvé la fin pas mal émouvante. Je n'arrive pas à désigner l'un ou l'autre comme mon préféré. Mais il est sûr que je lirai bientôt la suite.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

« Maintenant, je suis libre. »

Ce tome est très différent du premier mais tout aussi complexe à lire. Beaucoup plus court (environ 250 pages contre les 800 du tome 1), mais encore plus contemplatif que le premier (qui l'était déjà pas mal !) et très intimiste : hormis la toute première scène, l'intrigue se déroule entièrement sur Arrakis, dans le palais de Paul Muad'Dib ou dans sa ville, et on est davantage confrontés aux pensées sombres du héros, à ses visions et à ses doutes qu'à la dureté du désert comme c'était auparavant le cas. Beaucoup moins d'action, donc, et un tome qui rend profondément mélancolique.

C'est très compliqué de suivre le cheminement de pensée d'un être qui voit en même temps le passé, le présent et les infinités de futurs possibles, mais alors la tâche est rendue quasi impossible par la manière d'écrire de l'auteur, qui a tendance (je trouve) à se perdre en circonvolutions quand il pourrait tout simplement faire des phrases CLAIRES. Oui, l'essentiel de la renommée de la saga Dune lui vient du style d'écriture d'Herbert, mais comprendre ne serait-ce qu'une seule conversation entre deux de ses personnages relève du miracle et finir un tome donne l'impression de sortir sans trop savoir comment de la jungle, ou en tout cas d'un buisson bien bien touffu.

Et la fin est triste, tout simplement.

Afficher en entier
Or

Une suite courte mais intense !

Afficher en entier
Bronze

J'ai trouvé ce tome plus court évidemment (ce qui est un fait) mais plus puissant émotionnellement et plus axé sur la politique, la psychologie, la religion et la philosophie. J'ai Beaucoup Apprécié ce second tome noyé de complots et de ruses et de volonté. Tant d'ennemis entre la Guilde des navigateurs, les Bene Gesserit, les

Bene Tleilax et leur Ghola, etc. Il conclut en même temps l'histoire de Paul Atréides mais pas de Dune, de sa sœur Alia, de l'héritage de Muad'Dib en tant qu'homme, géniteur, régent et Dieu. Je vais me laisser tenter par le troisième tome.

Afficher en entier
Argent

Second tome beaucoup plus court que le premier.

J’ai trouvé ce livre avec beaucoup de longueurs et beaucoup plus philosophique.

Je trouve qu’il y a de l’action les 50 dernières pages. Déçu.

Afficher en entier
Diamant

J'ai moins aimé ce deuxième tome mais il nous entraîne tout de même toujours plus loin dans l'univers de Dune. Et j'adore cet univers ! Alors j'ai hâte de lire la suite !

Afficher en entier
Argent

https://entournantlespages.wordpress.com/2021/11/18/le-cycle-de-dune-le-messie-de-dune-tome-2-frank-herbert/

Soyez prévenus, Le Messie de Dune est très différent du premier tome, autant dans la forme que dans le fond. Au vu de sa faible épaisseur, le tome 2 ne s’est intéressé presque uniquement qu’à un point de l’intrigue : la politique de l’Empire. Et, première grosse déception : on retrouve Paul et les autres douze ans après les événements du tome 1.

On plonge alors directement en plein complot politique contre Paul/Muad’Dib avec des personnages puissants. Chaque protagoniste possède des raisons logiques d’obtenir un ascendant sur l’Empereur et leur alliance n’en devient que plus redoutable. Les deux camps adversaires avancent méthodiquement leurs pions et il est passionnant de suivre ce duel psychologique réussi.

Pour ne pas révéler leurs cartes, les personnages se lancent alors dans des duels oratoires dans lesquels pleuvent métaphores et réflexions spirituelles, ce qui peut finalement perdre un peu le lecteur. Tout ce qu’ils disent possèdent un double-sens, il faut donc bien suivre le déroulement de l’intrigue pour ne pas se sentir perdu.

Afficher en entier
Or

Spoiler(cliquez pour révéler)La suite de Dune, de Paul. Histoire triste, d'un prophète prisonnier, combattant sa lâcheté... L'écologie laisse le pas à la religion dans ce second tome mettant en scène Paul et sa sœur. Les implications de son jihad, sa déification. Ouvrage sur un autre ton, peu être un peu plus compliqué que le premier.

Afficher en entier
Diamant

Douze ans après le tome précédent, Paul-Muad’Did est l’Empereur de l’univers connu. Durant cette ellipse temporelle, le jihad des Fremens a déferlé sur des milliers de planètes, tué des milliards de personnes, et imposé une nouvelle religion dont Paul est la divinité. Le cadre que l’on découvre au début de ce roman est bien différent de celui qu’on avait laissé à la fin de Dune : si le lecteur pouvait espérer un avenir meilleur, Frank Herbert fait le pari du réalisme cru en proposant un monde sous le joug de la tyrannie de notre héros.

Le ton est donné : Paul n’est pas devenu un personnage positif, mais un Empereur inflexible qui n’a pas hésité à exécuter des opposants. Notamment, toute personne qui se dresse contre « sa » religion s’expose à la fureur de Paul-Muad’Did. Même si celui-ci n’approuve pas tous les éléments de cette croyance, il s’en sert pour asseoir son pouvoir. La vision qu’a l’auteur de l’utilisation voire de la manipulation de la religion par le pouvoir est sombre et réaliste, l’Histoire l’a montrée.

Pourtant, le protagoniste imaginé par Frank Herbert reste humain : il est profondément attaché à sa compagne Chiani malgré les pressions pour avoir un héritier avec son épouse Bene Gesserit Irulan, à sa sœur Alia devenue un personnage clef de la religion et par-là même du pouvoir, et à ses lieutenants de la première heure. C’est un trait de génie : ne pas faire de Paul un monstre tyrannique, mais le montrer comme un être humain en dépit des horreurs commises en son nom. On est loin du « grand méchant ». Car Paul est doté d’une prescience qui lui laisse entrevoir des possibilités d’avenir qui s’entrechoquent et qui l’effraient, mais tenter de le changer serait, de son point de vue, pire encore. Cette certitude plane tout le long du roman et accentue l’ambiance sombre. Le destin est en marche, et Paul n’est que son instrument.

Car Paul a de nombreux ennemis, dont tous ceux qui ont beaucoup perdu lors de l’accession des Atréides au trône : les Bene Gesserit, la Guilde de l’espace, et les Bene Tleilaxu, nouveaux venus dans l’univers de Frank Herbert. Ils créent des gholas en « ressuscitant » un mort à partir de la chair des défunts et le modèlent pour servir leurs intérêts. Avec les Grandes Maisons vaincues, ils montent une conspiration, mais chacun a ses propres intérêts et place ses pièces dans un jeu complexe.

Pour Paul, le danger est partout et la menace omniprésente. Entre sa sœur Alia au tempérament guerrier et impulsif, le ghola de Duncan Idaho offert par ses ennemis et qu’il est obligé d’accepter, le manque d’héritier, des Fremens attachés aux anciennes traditions qui complotent, les manœuvres de la Guilde et des Bene Gesserit et des Bene Tleilaxu, et enfin toutes ses visions qui l’assaillent, le prix du pouvoir est très élevé.

Ce roman est bien plus court que le précédent et sans grande bataille, mais possède une atmosphère dense et étouffante. La ville capitale et son palais sont dangereux. Des passages entiers sont introspectifs et parfois cryptiques. Certains événements regorgent de symbolique, notamment ce qui arrive à Paul à la fin du récit et qui souligne le titre du tome : le Messie a définitivement échappé à ses créateurs.

De la tension, des plans dans les plans pour renverser l’Empereur, une Arrakis en mutation, des perdants prêts à tout, des trahisons, un pouvoir politique qui se base sur la religion et multiplie ses ennemis, une vision fragmentée et effrayante de l’avenir : un tome riche qui appelle une suite. Ça tombe bien, elle m’attend.

Afficher en entier
Or

Bien que très court ce 2ème est riche d'informations et d'intrigues en tout genre. La vie de Paul poste victoire contre les Harkonnen n'est pas un long fleuve tranquille.

Afficher en entier
Or

J'ai bien apprécié ce second tome un peu moin que le premier je ne dis pas qu'il est moin bon c'est juste que j'ai eu une petite déception j'imaginais les choses différemment je voyais un futur plus glorieux pour Paul mais bon c'est peut-être mieux ainsi on verra ce que la suite nous réserve

Afficher en entier

Date de sortie

Le Cycle de Dune, Tome 2 : Le Messie de Dune

  • France : 2007-02-12 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Le messie de dune - Français
  • Dune Messiah - Anglais
  • Le Cycle de Dune, tome 3 : Le messie de dune - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 1135
Commentaires 84
extraits 38
Evaluations 217
Note globale 8.18 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode