Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
706 751
Membres
974 031

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Licia Troisi

Auteur

Italie Né(e) le 1980-11-25 ( 43 ans )
8 314 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par anonyme 2014-11-01T19:55:28+01:00

Biographie

(Traduit de l'anglais du site officiel de Licia Troisi)

Salut, je m'appelle Licia Troisi et voilà quelques choses sur moi. Je suis née le 25 novembre 1980 à Ostie, une petite place près de la mer, près de Rome. Je n'ai rien de spécial à vous dire à propos de mon enfance, sauf ma passion pour l'écriture. À l'âge de 7 j'ai écrit quelques contes que mes parents rassemblaient dans un petit livre bleu. Quand j'ai eu 8 ans, j'ai essayé d'écrire quelque chose de plus grand, et un livre de 20 pages est sorti. Il a été intitulé "Sindy & Mindy" et ressemblait à un dessin animé japonais que j'aimais enfant. Après mes études classiques au lycée, j'ai commencé à écrire lors de l'obtention de mon diplôme astrophysique. Je me suis essayée à la poésie, mais ce n'était pas pour moi. Encore une fois, j'ai écrit quelques contes même si je craignais de ne pas faire une bonne histoire. Puis, à l'âge de 21 ans, j'ai commencé à écrire Les Chroniques du Monde Emergé, ma première trilogie. J'ai l'habitude d'écrire la nuit, juste après avoir étudié toute la journée, et il m'a fallu un an et demi pour le finir. J'ai envoyé le manuscrit à la plus grande maison d'édition italienne "Mondadori", et ils l'ont accepté. En avril 2004, mon premier livre, Nihal de la Terre du Vent, a été publié et seulement quelques mois plus tard en octobre le second est arrivé, intitulé La Mission de Sennar. Un an après le dernier, Le Talisman du pouvoir était dans les librairies pour compléter la trilogie. En 2005, grâce au succès des trois premiers livres, j'ai commencé à écrire ma deuxième trilogie, Les Guerres du Monde Emergé, situé dans le même monde que j'avais déjà créé, mais 40 ans après avec de nouveaux personnages. En attendant, j'ai écrit deux nouveaux livres, d'une fille qui a accueilli l'esprit d'un dragon à l'intérieur de soi et intitulé La Fille du Dragon, et un autre qui se déroule dans une ville appelée Malva et intitulé Les Damnés de mauve. Puis j'ai commencé à écrire une nouvelle trilogie, ma troisième, Les Légendes du Monde Emergé. En avril 2007, je me suis mariée et je suis actuellement écrivain, astrophysicienne et une maman : en décembre 2009 ma fille Irene est née. Mais l'écriture et l'astrophysique ne sont pas ma seule passion. J'aime la musique, que j'écoute à chaque occasion. Comme voir des films et lire des bandes dessinées. Je lis beaucoup pour la simple raison qu'il est impossible d'écrire des livres sans en avoir déjà lu auparavant. Je possède une magnifique épée dans ma salle à manger et je collectionne des figurines de fantasy. Ma maison est pleine de dragons, d'ailleurs. Remerciements spéciaux à Paolo Barbieri pour les couvertures de mes livres !

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
9 796 lecteurs
Or
11 955 lecteurs
Argent
6 655 lecteurs
Bronze
3 641 lecteurs
Lu aussi
3 457 lecteurs
Envies
11 486 lecteurs
En train de lire
328 lecteurs
Pas apprécié
428 lecteurs
PAL
6 083 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.5/10
Nombre d'évaluations : 7 350

1 Citations 4 203 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Licia Troisi

Sortie France/Français : 2017-10-19

Les derniers commentaires sur ses livres

La Fille dragon, Tome 1 : L'Héritage de Thuban

Cela ne fait que 4 ans à peu près que je lis de la fantasy, et même si c'est dû au hasard et que ce n'était pas voulu (on m'a offert mon premier livre de fantasy sans mon consentement), c'est à Licia Troisi que je le dois, grâce à l'intégrale de sa première trilogie du Monde Émergé, pavé de plus de 1000 pages dévoré en même pas 3 jours (j'étais en vacances, sans les enfants, ça y a grandement joué). J'ai enchaîné avec ses deux autres trilogies, que j'ai tout autant aimées, en me promettant que je reviendrai bientôt vers cette autrice. Mais vous savez comment c'est, le temps passe, la pal ne cesse de monter, tout comme les wishlists. Je n'ai malheureusement pas trouvé la formule magique pour lire plus vite que je n'accumule les bouquins [Qui parle d'arrêter d'emprunter et d'acheter ? ... C'est une résolution que j'ai prise plusieurs années de suite... Ça fonctionne pas des masses...]. Enfin bref, tout ça pour dire que, ça y est, je prends le temps de revenir vers mes premiers amours et pour cela, j'ai choisi une saga terminée et surtout entièrement traduite en français (ce qui n'est pas le cas de toutes les séries de Licia Troisi), à savoir "La fille dragon".

À l'époque où les dragons existaient encore, il y a de cela quelques milliers de millénaires, les êtres humains vivaient en harmonie et en communion avec la nature. Les Dragons et les Gardiens veillaient sur l'Arbre-Monde et tout allait bien dans le meilleur des mondes. Jusqu'au jour où les Vouivres ont décidé de se rebeller, pour régner, prendre la place des Dragons et semer le chaos partout sur leur passage. Une terrible guerre a eu lieu, où les gentils ont fini par vaincre les méchants. Mais à quel prix ! Les dragons ont été terrassés jusqu'aux derniers, le chef des vouivres a eu le temps de détruire l'Arbre-Monde en lui arrachant ses fruits juste avant d'être emprisonné très profond sous terre, et les hommes sont devenus... bah ce qu'ils sont aujourd'hui, égoïstes, cupides, irrespectueux envers la nature. Mais avant de mourir, certains dragons ont réussi à s'unir à un être humain en transférant en lui son esprit, que ce dernier transmet à sa descendance. Sous forme dormante, ces esprits ne se réveilleront que le jour où Nidhoggr réussira à s'échapper de sa prison dans les entrailles de la Terre.

Avec le temps, cet événement tragique, qui a marqué la fin du temps des dragons, est devenu une légende, puis un simple conte que l'on raconte aux enfants le soir au coucher.

Ainsi le prologue a parlé, et le premier chapitre nous fait faire un bon de 30000 ans dans le temps, plus ou moins de nos jours, dans un orphelinat de Rome, où nous y faisons la connaissance de Sofia, 13 ans, rouquine aux yeux verts, sujette aux moqueries de ses camarades, mal dans sa peau, qui a peur de tout et d'elle-même, et qu'un étrange professeur vient d'adopter. De là, Sofia va apprendre qui elle est, et surtout de quoi elle a hérité (je vous laisse deviner), mais aussi comprendre qu'elle est destinée à affronter un terrible ennemi (je vous laisse deviner).

Du Monde Émergé, j'ai le souvenir d'un univers créé de toutes pieces, archi fourni et développé, avec des héroïnes atypiques, des intrigues poussées et retorses, et des atmosphères propres à l'univers. Et c'est tout cela que j'attendais avec "La fille dragon" et que je n'ai malheureusement pas retrouvé. D'abord, je n'avais pas du tout imaginé que ça pourrait se dérouler dans notre monde (pour moi, ce n'est pas de la fantasy), et ensuite je ne m'attendais pas à me retrouver dans de la littérature pour adolescents. Et de ce fait, la narration se veut plus immature, tout comme l'héroïne, et l'intrigue bien plus simpliste également. C'est en partie de ma faute, je le conçois, je suis partie les yeux fermés sans prendre la peine de lire la quatrième de couverture, ni même d'en consulter les thèmes. Je me rends compte que c'est le genre de livres que j'aurais très bien pu lire avec mon aîné, et il est clair que mon ressenti en aurait été tout autre.

Je ne dis pas que je n'ai pas aimé, pas du tout même. Mais il m'a bien fallu admettre que je n'étais pas dans la lecture pour laquelle je m'étais préparée, et assumer cette petite déception, pour pouvoir continuer sans rechigner, et la plume de l'autrice, pas désagréable, m'y a grandement aidée.

Alors effectivement, les personnages sont à peine fouillés, l'héroïne est parfois agaçante à force de se répéter qu'elle est nulle et l'intrigue n'a rien de surprenant dans sa lutte du bien contre le mal, pourtant on ne s'ennuie pas. Ce premier tome est une mise en bouche nous préparant à des événements que l'on devine épiques dans les prochains, le dénouement en dit long d'ailleurs. C'est plein d'action, de créatures fantastiques, de révélations et d'affrontements hauts en couleur.

Mais mais mais... Je regrette l'absence d'atmosphère typique (à part peut-être un peu oppressante à la découverte de la demeure du prof). On sent que la ville de Rome a son importance mais elle est à peine décrite. Comme je dis plus haut, Sofia est immature (bon elle a 13 ans aussi, c'est sans doute normal) et son manque de confiance en soi et d'assurance, ainsi que toutes ses peurs, prennent bien trop de place dans l'histoire, ce qui, à force, devient redondant.

Mais l'ensemble se lit bien quand même, et vite, et on ne m'a pas laissé le temps de m'ennuyer.

Je suis consciente de mon retour mitigé, qui ne l'aurait sans doute pas été si je l'avais lu pour et avec mon fils, plutôt que pour moi seule. J'ai emprunté les 5 tomes d'un coup, je vais donc continuer sur ma lancée, tout en essayant de les lire autrement, plus en tant que parent et moins en tant que lectrice de plus en plus exigeante.

Afficher en entier
Légendes du monde émergé : Intégrale

J'ai refermé cet intégral avec un petit pincement au coeur, l'univers du monde émergé me manquera.

Après avoir suivi les aventures de Nihal et Doubhéé, nous vivons à travers les yeux d'Adhara les nouvelles péripéties de ce cher monde émergé.

J'ai beaucoup aimé me replonger dans cette nouvelle trilogie de Licia Troisi, ce fut une lecture très agréable, pleine d'action et rebondissement. J'ai également trouvé la fin de récit belle et cohérente.

N'hésitez pas à le lire si vous avez aimé les Chroniques et les Guerres du monde émergé, la fin sera vous satisfaire et clôturer cette histoire.

Afficher en entier
La Fille dragon, Tome 2 : L'Arbre d'Idhunn

Ayant les suites du premier tome sous la main, je continue sans tarder cette saga de fantasy jeunesse. Ce second tome ne fait pas 200 pages et est écrit gros, il ne m'a donc pas fallu longtemps pour en arriver au bout, ce qui est d'ailleurs quelque peu frustrant.

Nous y retrouvons Sofia et Lidja, essentiellement, toujours en Italie mais à Bénévent cette fois-ci. Le Prof étant en Hongrie sur la piste d'un jeune dragonien, les filles ont été confiées à la tante de Lidja, gérante d'un cirque. Elles n'en oublient pas leur mission pour autant, à savoir retrouver les fruits de l'Arbre-Monde. Et ça tombe plutôt bien que le cirque passe par Bénévent, car un fruit y est sans doute dissimulé. La piste les mène à un noyer aux particularités étranges. Ne leur reste plus qu'à le localiser. Mais elles ne sont pas les seules à vouloir mettre la main dessus : Fabio, qu'elles prennent d'abord pour un Assujetti mais qui s'avère en fait être un traître, le recherche activement également...

Si j'avais trouvé Sofia légèrement pénible dans le tome précédent à force de chouiner sur son manque de confiance en elle et sur ses nombreuses peurs, il n'en est rien ici. Au contraire, Sofia a pris un peu plus d'assurance, ose affronter ses peurs et se plaint (un peu) moins. Mais elle n'est pas moins agaçante pour autant, car effectivement son béguin pour Fabio (presque obsessionnel) gâche une partie de l'histoire (elle tombe amoureuse au premier regard alors même qu'il est désagréable envers elle... on dit que l'adolescence, c'est l'âge bête, mais quand même...). Pour le coup, j'aurais aimé que Lidja s'impose plus, puisque je la trouve bien plus intéressante que Sofia.

Côté intrigue, c'est bien passé. Elle est facile et relativement prévisible, mais elle ne manque pas d'action et de rebondissements. La dimension fantastique est bien présente : sorcellerie, magie, pouvoirs surnaturels et créatures fantastiques ne manquent pas à l'appel. Il se passe tout le temps quelque chose et on ne s'ennuie pas.

Ce second tome est dans la lignée du premier. Tout est survolé (description minine des lieux et décors, et personnages peu creusés), mais l'action prime, il n'y a pas de temps mort et c'est bien écrit.

Afficher en entier
Cronache del mondo emerso, Le storie perdute

Aucune date de sortie pour la France j'imagine 😕 Pocket jeunesse le déçois

Afficher en entier
La Fille dragon, Tome 3 : Le Sablier d'Aldibah

Nous retrouvons Sofia, Lidja, Fabio et le Professeur pour de nouvelles aventures, mais faisant suite aux précédentes. Deux fruits de l'Arbre-Monde ont été collectés et trois dragoniens réunis. Un troisième fruit serait visiblement dans les environs de Munich. C'est le meurtre d'un adolescent, dont le corps a des blessures étranges, qui les a mis sur cette piste. Nos héros quittent donc l'Italie pour l'Allemagne, pour assister aux obsèques du jeune garçon, Karl, qu'ils soupçonnent être un dragonien. Les voilà dans une impasse : comment gagner contre les affreuses vouivres si l'un des cinq dragoniens a trépassé ? Sur place, ils rencontrent Effie, mère adoptive de Karl et gardienne de l'Arbre-Monde au même titre que le Prof, et qui leur révèle l'existence du sablier d'Aldibah, le dragon qui habitait Karl, capable à ceux qui savent s'en servir de les faire voyager dans le temps. Voilà donc la solution pour sauver Karl. Mais à changer le passé, il y aura forcément des conséquences sur le futur...

Il y a en tout cinq fruits à trouver, un par tome si j'ai bien compris, mais les aventures se diversifient, bien que le fil rouge soit toujours le même (empêcher les méchantes vouivres de conquérir notre monde). Le fait de changer de pays donne du renouveau à l'histoire, d'autant que Sofia, n'ayant jamais quitté l'Italie, découvre une architecture, des spécialités et un climat qu'elle ne connaissait pas. Et pour une fois, les descriptions des lieux et décors, et de l'ambiance sont bien présentes.

L'intrigue, quant à elle, est, sinon complexe, plus fournie et recherchée. Il y a encore des hasards et des évidences trop faciles, quelques incohérences également, mais j'ai pris davantage de plaisir à suivre cette intrigue pas aussi linéaire que dans les tomes précédents. Elle regorge d'action, de combats et de magie, et l'on ne s'y ennuie pas.

Côté personnages, c'est en revanche toujours pareil : certains ont une personnalité très intéressante mais que trop peu exploitée. Sofia m'agace mais Lidja et Fabio mériteraient qu'on leur donne plus d'ampleur.

C'est un tome dans la lignée des précédents, bien que ce ne soit pas le pire. Bien au contraire, il est pour le moment celui que j'ai préféré.

Afficher en entier
La Fille dragon, Tome 4 : Les Jumeaux de Kuma

Après Rome et Bénévent, puis Munich, c'est maintenant Édimbourg qui fait office de décors dans ce quatrième volet de La Fille Dragon, avec son célèbre château et le cimetière de Greyfriars non pas moins connu. C'est là-bas que les rêves de Sofia ont conduit toute la clique. Les quatre dragoniens et leur gardien pensent avoir trouvé le cinquième dragonien et ainsi rendre leur équipe complète. Arrivés sur les lieux, ils ont tôt fait de comprendre que, comme d'habitude, rien n'est jamais facile. En effet, l'esprit de Kuma, le cinquième dragon, est partagé par des jumeaux, dont l'un d'eux a disparu...

Leur mission les conduira à affronter un poltergeist et à pactiser avec un ennemi pour mieux en combattre un autre.

Je crois que c'est le tome qui m'a clairement le moins plu jusqu'à maintenant. Sofia m'agaçait déjà auparavant, mais là elle bat tous les records. Les « Je t'aime, moi non plus » ou les « Il est trop con, mais trop beau, alors j'en suis folle amoureuse », ou encore ses nombreux caprices et sautes d'humeur de l'enfant gâté pourri qu'elle n'est pourtant pas sont bien trop envahissants. Au final, on se rend compte qu'à part dans les tous derniers chapitres, il ne se passe strictement rien. C'est plat, fade, et les petites histoires de cœur en deviennent totalement redondantes.

Pourtant, il y aurait eu de quoi faire dans ces lieux qui ont servi maintes fois de décors, aussi bien sur le papier qu'à l'écran. Et malgré les incohérences et une intrigue facile, l'histoire ne manquait pas d'action et d'aventures jusqu'ici. Avec sa part de créatures fantastiques et de magie, il y a de quoi rendre la lecture captivante. Dommage que les personnages soient si mal construits, et si exaspérants pour certains (Sofia et Fabio majoritairement).

En revanche, j'ai trouvé les derniers chapitres bien plus dynamiques et captivants, enfin centrés sur ce qui nous intéresse, à savoir sur la véritable mission de nos jeunes héros (trouver les cinq dragoniens et les cinq fruits de l'Arbre-Monde en vue d'une ultime confrontation avec la méchante vouivre).

L'avantage également, c'est qu'il n'y a que 224 pages, que c'est écrit gros et que la plume de l'autrice est toujours aussi agréable. Au moins, c'est vite lu. Mais ce n'est pas que la faute du livre en lui-même, c'est moi qui suis devenue trop vieille et trop exigeante : je suis presque sûre qu'au même âge que les protagonistes, j'aurais beaucoup aimé.

Afficher en entier
Chroniques du Monde Emergé : Intégrale

Au début, j’ai eu des difficultés à m’attacher à Nihal, à cause de son caractère trop buté et égoïste, mais elle évolue et s’humanise.

C’est une belle quête de soi, pour tous les personnages ; une quête de la raison de vivre et de combattre (pas uniquement par l’épée) ; un hymne à l’amitié et à l’amour.

Afficher en entier
La Fille dragon, Tome 5 : L'Ultime Affrontement

Me voici à la fin de cette saga de fantasy jeunesse, où les événements se déroulent à nouveau en Italie et où nos cinq (six) dragoniens doivent se préparer à l'ultime confrontation contre Nidhoggr qui, grâce au dernier fruit, a pu briser le sceau qui le maintenait enfermé dans sa prison sous terre. Le chaos règne sur la surface du globe, les Assujettis sont trop nombreux, il faut donc coûte que coûte que nos héros mettent la main sur le fruit, brisé en trois fragments, s'ils veulent pouvoir redonner vie à l'Arbre-Monde et se débarrasser de Nidhoggr une bonne fois pour toutes.

C'est donc séparément que nous suivons en premier lieu Sofia et les quatre (cinq) autres dragoniens. Trois groupes de deux se formeront pour retrouver les trois fragments dispersés aux quatre coins de l'Italie : Palerme, Matera et Naples. Mais avant qu'ils ne se rejoignent, une fois leur mission accomplie, ils devront franchir bien des obstacles et affronter bien des ennemis...

Si l'intrigue est parsemée d'incohérences plus ou moins grosses, on n'a guère le temps de s'ennuyer pour autant, tellement elle est intense en action. Combats spectaculaires, pouvoirs fantastiques qui s'affinent, créatures plus ou moins impressionnantes, ennemis nombreux, quêtes de plus en plus difficiles, environnement chaotique, tels sont par quoi nous devons passer pour arriver jusqu'à Nidhoggr et oser l'affronter dans un ultime combat qui sera décisif pour l'avenir de l'espèce humaine. Ça foisonne dans tous les sens, d'autant que nous ne suivons pas l'histoire du seul point de vue de Sofia.

Sofia qui, par ailleurs, ne m'a pas autant agacée. Devenue le leader du groupe, il a bien fallu qu'elle s'arme de courage et mette de côté son pessimisme et son béguin pour Fabio. En cela, elle m'a moins exaspérée, et j'ai de ce fait moins soufflé en levant les yeux au plafond. Elle reste la vedette de l'histoire, mais les autres personnages s'imposent un peu plus, ce qui est quand même appréciable même s'ils continuent d'être trop survolés et auraient mérité d'être un peu plus consistants.

Je ne me suis pas ennuyée donc, parce qu'il s'en passe de partout à la fois mais aussi et essentiellement parce que j'ai trouvé l'histoire bien plus aboutie (ce dernier tome a une bonne centaine de pages de plus que les autres et ça se ressent). Et puis, c'est toujours aussi bien écrit, la lecture se veut agréable et rapide.

L'ensemble manque encore de profondeur, mais nettement moins si on le compare aux tomes précédents. Je n'aurais pas réussi à m'attacher aux personnages, mais je dois avouer avoir pris plaisir à les suivre une dernière fois, d'autant que certains événements sont épiquement affriolants (notamment les différents combats ou affrontements). Et même si l'épilogue est un peu décevant, le dernier affrontement entre les dragons/dragoniens et les vouivres et leurs fidèles en jette et est à la hauteur de ce que j'en attendais.

Pour résumer toute la saga : Il y a eu des hauts et des bas (avec plus de bas que de hauts dans l'ensemble), mais je ne regrette pas pour autant l'avoir lue (même si je ne suis pas mécontente d'en avoir terminé). J'en attendais quelque chose de bien plus mature et mieux approfondi, mais je vais mettre ça sur le compte de mon âge allant vieillissant et s'éloignant de plus en plus du public cible. Roger Murtaugh aurait sans doute dit : « J'suis trop vieux pour ces conneries », j'aurais tendance à ne pas le contredire sur ce coup-là. Je me suis sentie trop vieille pour pouvoir apprécier ma lecture comme il se doit. Nul doute que j'aurais su mieux la savourer si j'avais eu le même âge que les protagonistes.

Afficher en entier
Chroniques du Monde Émergé, Tome 1 : Nihal de la Terre du Vent

Très bonne saga pour les enfants, j'ai beaucoup aimé cette lecture

Afficher en entier
Légendes du monde émergé, Tome 1 : La destinée d'Adhara

Un monde incroyable, où (enfin !) les dragons n'ont pas le mauvais rôle ! L'écriture captivante, l'histoire et les personnages intéressants !

Afficher en entier

On parle de Licia Troisi ici :

Dédicaces de Licia Troisi
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket jeunesse : 20 livres

Mondadori : 20 livres

Pocket : 8 livres

Pocket Jeunesse : 5 livres

Oscar Mondadori : 3 livres

Glénat BD : 2 livres

Editions 12 bis : 1 livre

Kindle Edition : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode