Livres
443 563
Membres
379 254

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Michel Houellebecq

954 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par panda 2009-08-19T13:48:58+02:00

Biographie

Michel Houellebecq, de son vrai nom Michel Thomas, est un écrivain français né le 26 février 1956 (acte de naissance) ou en 1958 à la Réunion. Ses romans les Particules élémentaires et Plateforme sont considérés comme un ton nouveau dans la littérature française. Il est d'ailleurs assimilé au mouvement dit d'anticipation sociale.

Son père, guide de haute montagne, et sa mère, médecin anesthésiste, se désintéressent très vite de lui, tandis que naît une demi-sœur. Dans un premier temps, ce sont ses grands-parents maternels, en Algérie, qui le prennent en charge. À six ans, il est ensuite confié à sa grand-mère paternelle Henriette, communiste, dont il a adopté le nom de jeune fille comme pseudonyme.

Il suit les classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Chaptal de Paris, avant d’intégrer en 1975 l’Institut national agronomique Paris-Grignon (INA P-G). À l'Agro, il fonde l'éphémère revue littéraire Karamazov pour laquelle il écrit quelques poèmes et entame le tournage d'un film intitulé Cristal de souffrance. Il en sort diplômé en 1978 avec une spécialisation (fortuite) en « Mise en valeur du milieu naturel et écologie ».

Il sera ensuite élève de l’École nationale supérieure Louis Lumière, en section cinématographe - option prise de vues, dont il sortira avant d'obtenir son diplôme en 1981. Cette même année naît son fils Étienne. Il connaît ensuite une période de chômage, et un divorce qui engendrera une profonde dépression nerveuse.

Il débute en 1983 une carrière en informatique chez Unilog, puis au Ministère de l'agriculture, où il restera trois ans (cette période sera racontée dans Extension du domaine de la lutte) et enfin à l'Assemblée nationale. Il cotoie à cette époque Marc-Édouard Nabe, dont il est voisin d'immeuble. Mais les deux écrivains en devenir ne peuvent que constater leurs divergences esthétiques.

Ses deux premiers recueils de poèmes, parus en 1991, passent inaperçus. L’ensemble des thèmes des livres à venir y sont déjà traités : solitude existentielle, dénonciation du libéralisme à l'œuvre jusque dans l’intimité des individus. Les deux recueils poétiques suivants seront primés (Prix Tristan Tzara 1992 et Prix de Flore 1996), mais c'est par la prose que l'auteur accédera au succès public.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.55/10
Nombre d'évaluations : 202

9 Citations 141 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Michel Houellebecq

Sortie France/Français : 2019-01-04

Interview

Vidéo ajoutée par Virgile 2017-08-23T21:27:14+02:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Auchama 2018-08-31T11:35:07+02:00
La Poursuite du bonheur

Décidément, la poésie n'est pas faite pour moi. J'essaie pourtant mais je n'ai pas encore trouvé de poète qui ait réussi à me toucher. Et avec ce livre en particulier, je me suis franchement ennuyée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Betosprino 2018-09-02T23:56:49+02:00
Soumission

On en a fait un tel boucan que je n'ai pas voulu le lire à sa sortie, ni même le lire tout court, mais quelqu'un a fini par me le mettre entre les mains. Je l'ai lu intégralement, et à la loupe tant j'étais consterné par la facilité du sujet, la prévisibilité des épisodes, le remplissage scolaire des intermèdes et la médiocrité de la rédaction. Sur ce dernier trait, je ne comprends pas comment un auteur qui n'est pas au point peut obtenir un tel succès auprès des éditeurs et des médias. Il est flagrant que de nombreux passages ont été réécrits par un correcteur tant il y a de disparité d'un chapitre à l'autre. On y passe d'une écriture académique à des phrases sans fin infestées de parenthèses où les propositions accolées auraient dû être séparées par un point mais ne le sont pas, sans pour autant que l'on y décèle quelque effet de style volontaire. C'est peut-être considéré comme secondaire, mais le style rédactionnel est pourtant représentatif de l'esprit de l'auteur. En l'occurrence, celui-là donne dans la facilité, exploite le travail des collaborateurs (donc on peut penser qu'il en exploite aussi les idées) et n'accorde aucun soin au fini (donc se moque du public...). Quant au contenu, qui n'est absolument pas scandaleux ni provocateur comme on a voulu le faire croire puisque inspiré de faits réels (le parti politique radicaliste ISLAM en Belgique a bien vu deux de ses représentants élus au Conseil communal de Bruxelles en 2012 soit trois ans avant la parution du livre), cela ne méritait vraiment pas une telle hystérie ! Soumission serait un roman acceptable, sans plus, si ce n'était pas Houellebecq, s'il n'avait pas été publié par un gros éditeur comme Flammarion et si on n'en avait pas fait ce buzz de composition et de complaisance.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hugotisdent 2018-09-05T10:10:05+02:00
Soumission

Interessant! Un livre dont j'ai attendu que l'effet médiatique passe ,..pour le lire en collection de poche ! comme dans beaucoup des romans de Houellebecq, j'ai retrouvé une écriture brillante, des traits d'observation sociale acérés et prémonitoires , de l'humour et beaucoup de désillusion ... un peu de passion triste aussi, un peu trop amer et désabusé ce cher Houellebecq. mais suffisamment intelligent et roué pour que l'on s'attache a son récit

Afficher en entier
Extension du domaine de la lutte

Très attiré par la quatrième de couverture, je me reconnais dans ce personnage apathique. Un type perdu que la dépression et la solitude gagne même si à première vue il a tout pour être heureux. Il me paraît rapidement désabusé, presque fantomatique à lui-même. Loin des polémiques que le livre et l’auteur ont suscités, j’ai pu découvrir ce roman sans à priori.

Le roman commence sans contexte, pendant la fin d’une soirée bien trop arrosée. Ce moment a confirmé mon attachement à ce type, non pas à cause de ce qu’il faisait mais ce qu’il disait : « Les relations humaines deviennent progressivement impossibles, ce qui réduit d’autant la qualité d’anecdotes dont se compose la vie. ».

Le chapitre 3 entre un peu plus dans la philosophie, l’auteur écrit clairement que son livre est autobiographique. Finalement le personnage est présent comme un prétexte pour lier les anecdotes. C’est lors de ce dialogue direct avec le lecteur que j’ai vraiment commencé à apprécier. Toujours sur ce chapitre, Houellebecq questionne directement, il guide brièvement un peu comme le fait Bernard Werber dans Le livre du voyage. Tout de suite après ces quelques pages, j’ai fermé la liseuse et commencé à réfléchir à ces questions.

Il a touché un point sensible avec cette phrase : « L’écriture ne soulage guère. Elle retrace, elle délimite. », car c’est exactement le sentiment que j’ai après avoir écrit alors que j’en attendais plus, voyant ça comme une solution imparable.

Le protagoniste vient juste aider pour la formation d’un logiciel, la femme à qui il a à faire lui reproche des choses pour lequel il n’est pas décisionnaire. « Je lui explique que ce n’est pas moi qui décide ce qu’on vend, non plus. Ni ce qu’on fabrique. En fait je ne décide de rien du tout. Ni l’in ni l’autre ne décidons de quoique ce soit […] Mais rien de tout cela l’apaise. Sa rage est intense, sa rage est profonde. »

Avant même de finir ce passage, j’ai su de quoi il parlait, cette colère qui se répercute d’une personne à l’autre sans jamais passer par la personne concernée et se termine sur le dernier maillon d’une entreprise.

L’époque me semble contemporaine jusqu’à ce qu’il y ai un rappel dans le récit, un minitel par exemple. L’auteur a su tomber juste à plusieurs reprises dans les relations humains-machines.

Je n’ai pas que des louages à lui faire.

Un chapitre va me parler directement tandis qu’un autre va me laisser de marbre voir profondément m’ennuyer. C’est ces chapitres aussi vides que la vie du personnage principal qui plombe le roman, avec des descriptions d’objets ou le nombre de requin dans la mer rouge par exemple. Sans oublier les parenthèses ! Qui on rarement un rapport avec le sujet de la phrase (les pigeons sont de la même famille que les colombes et oui…) ce qui peut rendre la lecture (je vous conseille le Principe de Peter) un peu confuse (c’est bientôt la fin de cette critique). L’art de se compliquer la vie et celle des autres par Michel Houellebecq.

Quand je pose la liseuse après avoir terminé un chapitre et reprend quelques heures plus tard, je vérifie toujours que c’est toujours le bon ebook qui se lance tant le style peut varier.

Les mots en vocabulaire soutenu arrivent dans le roman de façon inopinée, alors que le reste est en français tout ce qu’il y a de plus courant.

Pour (enfin) en finir, au gré des péripéties ce roman a laissé mes pensées divaguer, c’est un de mes premiers dans ce genre et je trouve cela très plaisant. Pour le reste j’avais presque envie de ne pas les lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rebillard 2018-10-09T16:41:46+02:00
Soumission

C'est presque de la science fiction politique mais si tout cela devenait réalité ? A le mérite de poser de grandes questions et d'obliger à réfléchir vision de l'avenir. La lecture de début de l'ouvrage est relativement ennuyeuse; mais à la moitié du récit les choses s'installent et, hélas, sont terriblement prédictives ! Il y a peu de chances que nous échappions à ce "laisser-faire" mou des gens qui ont un pouvoir, quel qu'il soit, telle que l'acceptation est décrite dans "Soumission".Très belle écriture de Houellebecq

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virgile 2018-11-08T18:05:28+01:00
Plateforme

Une fois de plus envouté par l'écriture de cet auteur. C'est le troisième que je lis. Ce mélange de pessimisme du quotidien, d'anti-héros et de pulsions basiques est une fois de plus une alchimie qui prend complètement. Entre plaisir et admiration la lecture est vraiment superbe. Tout ce que je peux attendre d'un livre. Une thématique peut-être plus masculine que féminine tout de même, probablement un auteur qui plait plus aux hommes qu'aux femmes.

Afficher en entier
La Possibilité d'une île

Ce livre résume de manière splendide et écrasante la lucidité de l'auteur sur notre condition humaine. Loin de sa trivialité apparente c'est un recueil poétique, fantastique et disposant d'une véritable vision religieuse de notre espèce. Un chef d'oeuvre absolu si l'on a le courage d'affronter la réalité de notre présent et de notre futur minéral.Sujet passionnant et inventif...Belle écriture mais pas toujours aisée a suivre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par EntreDeuxLivres 2019-01-07T18:26:16+01:00
Sérotonine

J’aime beaucoup la plume de l’auteur, j’attendais donc ce roman avec impatience, « Soumission » m’a complètement marquée.

Florent-Claude, 46 ans , le narrateur s’adresse directement à nous, lecteurs. Il est dans une période dépressive de sa vie et se fait médicamenter. C’est l’occasion pour lui de faire un point sur sa vie et de revoir et de nous raconter les rencontres qui ont le plus comptées dans sa vie.

Michel Houellebecq est, comme à son habitude cynique, provocateur. Il dépeint la société actuelle sans détours et nous pousse à la réflexion.

Il alterne une plume poétique et beaucoup plus brute. Il bouscule le lecteur, c’est ce que j’aime dans ses romans. Il m’a quand même beaucoup moins touchée que « Soumission ».

Soit on aime, soit on déteste, mais une chose est sûre, Michel Houellebecq ne laisse jamais indifférent.

Afficher en entier
La Poursuite du bonheur

Houellebecq m'a encore une fois surpris. Les poèmes sont de forme classique mais les sujets sont très contemporains.

J'ai adoré 5 poèmes mais je n'ai pas été conquis par l'ensemble du recueil. C'est atypique , même pour du Houellebecq !!!

Pas inintéressant !!!

Afficher en entier
La Possibilité d'une île

C'est un genre hybride, mélant science-fiction et réflexions philosophiques.

Cela se lit agréablement, et j'ai été emballé, passionné par la lecture. Question science-fiction, je prefere des auteurs cultes comme Asimov et quant au reste, je trouve que la relation parent-enfant est décrite avec trop de cynisme. C'est ce qui fait le charme de Houellebecq. Une fois encore Houellebecq nous décrit toute "l'inhumanité" de nos sociétés libérales qui se veulent modernes. L'auteur est visionnaire. écrivain dépressif ou simplement lucide ? On retrouvera son style particulier, et ceux qui ont aimé ses précédents ouvrages apprecieront sans reserves "La possibilité d'une île". les autres auront une raison supplémentaire de le détester...A vous de voir. A chacun sa propre lecture, sa propre interprétation.

Afficher en entier

Dédicaces de Michel Houellebecq
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 13 livres

Flammarion : 12 livres

Librio : 3 livres

Gallimard : 1 livre

Fayard : 1 livre

Weidenfeld & Nicolson : 1 livre

Gollancz : 1 livre

7 Art Editions : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode