Livres
472 831
Membres
445 895

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Particules élémentaires



Description ajoutée par Virgile 2009-01-01T00:00:00+01:00

Résumé

Les particules élémentaires est la chronique du déclin d'une civilisation - la nôtre - qu'illustre l'existence plate et morose de deux demi-frères, Michel et Bruno, confrontés à leur misérable condition.

Car tandis que Bruno s'abîme dans une quête désespérée du plaisir sexuel, la vie amoureuse de Michel continue d'être un pitoyable désastre. Ni résigné, ni satisfait, ce dernier, chercheur en biologie, reste persuadé que ses travaux seront déterminants pour l'avènement d'une nouvelle espèce, asexuée et immortelle, et la disparition - enfin ! - de l'humanité.

Afficher en entier

Classement en biblio - 321 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Blew 2015-05-16T19:12:35+02:00

"Je ne sers à rien, dit Bruno avec résignation. Je suis incapable d'élever des porcs. Je n'ai aucune notion sur la fabrication des saucisses, des fourchettes ou des téléphones portables. Tous ces objets qui m'entourent, que j'utilise ou que je dévore, je suis incapable de les produire ; je ne suis même pas capable de comprendre leur processus de production. Si l'industrie devait s'arrêter, si les ingénieurs et techniciens spécialisés venaient à disparaître, je serais incapable d'assurer le moindre redémarrage . Placé en dehors du complexe économique-industriel, je ne serais même pas en mesure d'assurer ma propre survie : je ne saurais comment me nourrir, me vêtir, me protéger des intempéries ; mes compétences techniques personnelles sont largement inférieures à celles de l'homme de Néanderthal."

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Que dire de plus à part que j'ai vraiment beaucoup aimé ? Les premières pages ont été difficiles, trop pointues, trop scientifiques.

Mais ce livre a finalement été très prenant, je ne pouvais le lâcher que quand je n'avais pas le choix."Si Houellebecq n'a pas de style, c'est que le style n'existe pas" nous dit son estimable confrère Dantec dont on découvrira bien assez tôt la fantastique érudition littéraire. L'un des romans le plus abouti de l'auteur nous donne à voir tous les symptômes d'une humanité en pleine déliquescence qui ne sait plus quoi faire de sa formidable liberté et la solitude égotique qui en découle, ne parvenant plus à mettre des mots sur son manque d'amour. Les question les plus dérangeantes sont abordées au travers d'une histoire simple et extrêmement bien construite. Les particules nous font éprouver le sentiment de dérangement intime propre aux grandes vérités, c'est aussi la marque de oeuvres majeures. .L'impossibilite de la communication, l'absence de l'affection. Comment échapper a cette solitude? Par le sexe? - La beaute de la chair ne dure pas longtemps. Par l'intelligence? - La renomee oui, mais le bonheur en est loin. L'homme n'est ni animal, ni robot, il a un coeur qu'on oublie souvent mais qui est principal.

Voulant gerer la mort l'homme ne fait qu'accelerer la fin. Voulant saisir l'eternite le present lui echappe. Voulant devenir dieu il ne devient qu'esclave de sa propre solitude.

"Les particules elementaires" - l'avertissement lance par un prophete pour l'humanite. Il faut reagir, mais comment? C'est au lecteur a repondre.

Afficher en entier
Pas apprécié

Pour moi qui aime lire pour m'évader, on va dire que "Les particules élémentaires" vous donne plutôt envie d'appuyer sur la gâchette.

Ce n'est pas ce genre d'évasion que je recherche.

Je ne sais à qui cela peut faire du bien de lire ce genre de livre, à part certains cyniques qui auraient besoin d'être confortés dans leur négativisme, ou l'inverse, à vous de choisir. Ou bien des profs, ou des gens patients et vraiment curieux d'accorder du temps à ce style si particulier.

Pourtant j'ai lu "Voyage au bout de la nuit", que j'ai apprécié. Allez comprendre. Je l'ai trouvé mieux, bien mieux ficelé, et justifié, pour le moins, dans son contexte historique qui était une guerre mondiale. Si vous deviez choisir un seul livre du genre "pendons-nous mais baisons avant, la vie c'est trop terrible", choisissez plutôt celui-là.

Afficher en entier
Lu aussi

mon premier et dernier houellebecq. j'ai détesté ce livre. Aucune histoire, personnages sans intérêt, histoire de vieilles bites sans intérêt et fin..sans intérêt.

Afficher en entier
Pas apprécié

Je n'ai pas pu finir ce livre. C'est certainement parce que je suis jeune, mais c'est trop cru pour moi, ça m'inspire juste du dégoût de lire la vie pathétique d'un vieux dégoûtant.

Afficher en entier
Or

Que dire de plus à part que j'ai vraiment beaucoup aimé? Les premières pages ont été difficiles, trop pointues pour moi - je suis tout sauf scientifique, vraiment à l'opposé. Mais ce livre a finalement été très prenant, je ne pouvais le lâcher que quand je n'avais pas le choix. Une double image de l'humanite plongée dans la solitude. L'impossibilite de la communication, l'absence de l'affection. Comment echapper a cette solitude? Par le sexe? - La beaute de la chair ne dure pas longtemps. Par l'intelligence? - La renomee oui, mais le bonheur en est loin. L'homme n'est ni animal, ni robot, il a un coeur qu'on oublie souvent mais qui est principal.

Voulant gérer la mort, l'homme ne fait qu'accélérer la fin. Voulant saisir l'eternite le present lui echappe. Voulant devenir Dieu il ne devient qu'esclave de sa propre solitude."Les particules elementaires" - l'avertissement lance par un prophete pour l'humanite. Il faut reagir, mais comment? C'est au lecteur de répondre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NajaZi 2019-02-05T16:45:38+01:00
Pas apprécié

Un roman de 400 pages dont 300 qui sont inutiles à l'histoire.

Des fois, quand on trouve quelque chose tellement nul, on se passe de commentaires.

Alors je vais me passé de commentaires.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wyvern 2018-07-12T20:26:16+02:00
Lu aussi

Je ne lis pas souvent de littérature contemporaine, et cette expérience inhabituelle m'a pour le moins étonné.

Tout d'abord, Houellebecq emploie un registre assez glauque, qu'il a tendance à marteler, peut-être afin d'exalter chez le lecteur une sorte de fascination morbide, qui n'est pas réellement venue chez moi.

Je me serais d'ailleurs bien passé des allusions au sexe à chaque page, qui donneraient presque l'impression désagréable de lire un disciple de Freud.

Blague à part, loin d'être choqué par la vulgarité ou la sexualité outrancière, j'abhorre cependant les auteurs qui pensent qu'elles suffisent à leur accorder un style.

Surtout quand l'écriture de base est loin d'être irréprochable ; alourdie ici notamment par des redondances (par exemple de l'expression "..., qui devait plus tard...", assez insupportable à la longue).

Enfin, j'ai le sentiment que tout le plan "particules élémentaires" du livre, c'est-à-dire les quelques éléments physico-mathématiques disséminés de temps à autres, a pour unique but d'intellectualiser le propos et de ne pas le rendre assimilable à ce que le livre est vraiment, c'est à dire, à peu de choses près, un grossier roman de gare.

J'ai compris le récit comme une confession de l'auteur, qui se livre probablement avec exagération, en se scindant lui-même en deux personnages, deux demi-frères, chacun étant "inhumain" à sa manière, et dont l'un porte d'ailleurs son prénom. C'est de lire le livre à travers ce prisme, peut-être erroné par ailleurs, qui m'a finalement accroché jusqu'au bout, malgré l'absence, assez troublante mais supportable, de continuité temporelle.

Et, chose étrange, j'ai particulièrement apprécié l'épilogue sci-fi très nietzschéen, qui se détache totalement du reste du livre, et qui m'a fait me demander pourquoi l'auteur m'a fait subir un calvaire de 300 pages pour conclure sur 5 pages intéressantes et sans aucun rapport tangible avec l'histoire narrée précédemment, si ce n'est l'idée, finalement assez classique, de punition de cette inhumanité des humains dont il est question.

Afficher en entier
Pas apprécié

Sentiments mitigés pour ce roman, que j'ai laissé tomber à la page 154 (sur 394).

Chaque frère, à sa façon, est totalement décalé dans notre monde.

Et si tout ceci dans le fonds, pourrait assez bien me plaire, les obsessions sexuelles du Bruno ont achevé de me lasser.

Ceci, pour l'histoire.

Pour ce qui est de l'écriture, ce qui me plaisait au début a fini de me lasser : l'auteur s'efforce de disséquer la vie de ses personnages en partie par un style d'écriture plus ou moins scientifique et par endroit, philosophique, ce qui ne me dérange pas dans l'absolu et que j'apprécie assez en général, sauf qu'au bout d'un moment, j'ai fini par trouver cela un peu lourd.

Mais je reconnais que j'aime assez l'écriture de l'auteur.

Je trouve que ces deux personnages sont insipides et à baffer. Il n'y a pas à dire, j'ai un vrai problème avec les personnages de petits bourgeois. Surtout ceux qui s'ennuient dans leur propre vie, attendant qu'elle (et ceux qui les entourent) leur apporte quelque chose plutôt que de la vivre pleinement.

Il faut dire que ce roman est empli de cynisme du début jusqu'au moment où j'ai arrêté ma lecture et même si dans l'absolu, c'est assez drôle par ce biais, il n'en reste pas moins qu'au bout d'un moment, je sature. A force, j'ai fini par m'agacer de ces personnages.

C'est dommage, c'était bien parti pourtant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hillja 2018-03-04T18:00:08+01:00
Pas apprécié

Si je devais exprimer mon sentiment au sujet de ce roman dans des termes similaires à ceux employés par Michel Houellebecq, ce qui suivrait le point à venir serait un flot d'obscénités. (Ce point-là.)

Je fais sans doute partie de ces gens prudes (sans frange) qui ne saisissent pas l'intérêt d'une telle débauche de scènes pornographiques. J'ai fermé le livre avant même d'atteindre sa moitié parce que j'ai compris très vite que cette lecture ne m'apporterait rien, n'occasionnerait que la dépravation de mon esprit que j'essaye vaillamment de garder le plus blanc possible.

Peut-être y a-t-il sous les couches de coucheries des réflexions sinon intelligentes à tout le moins existantes, mais il faut pour les trouver corrompre bien trop de sa personne. Pour d'autres.

Afficher en entier
Argent

Oh la la ! Ce roman qui est mon premier Houellebecq est pour moi super déroutant. Cette lecture ne laissera pas insensible: soit on aime, soit on déteste. Cette lecture m'a touchée par son cynisme, son coté cru. La vision de la vie des deux frères m'a parlé : ils sont d'une lucidité à couper le souffle ! Ce qui m'a gêné c'est cette abondance de scènes sexuelles (un peu libre) qui apparemment fait parti intégrante du style de l'auteur (au vue des commentaires que j'ai vu sur la blogosphère). Malgrè tout, j'ai apprécié cette lecture.

Thèmes: sens de la vie, l'amour, la philosophie, l'économie, la famille, la science, le besoin de religion ET le sexe.

Lectures annexes: Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley

Afficher en entier

Date de sortie

Les Particules élémentaires

  • France : 1998-10-15 - Poche (Français)

Activité récente

John-21 l'ajoute dans sa biblio or
2019-09-22T00:29:32+02:00

Évaluations

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 321
Commentaires 31
Extraits 35
Evaluations 54
Note globale 5.94 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode