Livres
464 183
Membres
424 568

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Où vas-tu Margot?



Description ajoutée par MARQUISE66 2011-09-01T11:51:16+02:00

Résumé

Où vas-tu Margot ?

Maël Sève

Pourquoi Margot est- elle attachée à un lit d’hôpital ? Que cachent la violence perverse et les fantasmes érotiques qui l’envahissent ? Dans ses souvenirs enfouis, Margot trouvera des réponses liées à la libido toute puissante de son mari qui l’initia aux plaisirs interdits. Un premier roman troublant et sulfureux.

Sève Maël est née en 1985. Diplômée d'histoire et de psychologie, passionnée de théâtre et de cinéma, mais également globe-trotteuse dans l'âme, elle a commencé à travailler dans le monde du cinéma avant de devenir journaliste pour différents magazines, puis biographe à son compte.

Où vas-tu Margot ? est son premier roman.

Afficher en entier

Classement en biblio - 11 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Lilinie 2011-09-25T21:24:48+02:00

Hôpital psychiatrique de D. Avril 2009.

J'ai envie d'essayer le MDMA. Mais je ne sais pas où en trouver. Parfois j'ai envie de tomber, bien bas, de me faire très mal. De me laisser manipuler, assouvir, diriger, maltraiter, peut-être même plus. J'ai envie qu'on me plaque contre un mur et qu'on fouille mon corps. Je crierai puis je me tairai car l'homme tirera mes cheveux plus violemment et me pétrifiera sur place de son regard sans pitié.

J'ai envie d'être baisée comme une salope, les vêtements déchirés, le corps malmené. Puis je voudrais un homme jaloux, un homme tellement fou de désir pour moi qu'il serait prêt à buter quiconque me déshabillerait du regard. Alors je pourrais disparaître en lui, et j'obéirais à tout. À la moindre de ses demandes, au moindre de ses désirs. Il me voudrait chienne au point de lacérer son corps à l'en faire saigner, il me voudrait sage au point de me laisser dompter et battre sans dire un mot… Il me voudrait putain qui garde les cuisses ouvertes sur la banquette du restaurant, le cuir du fauteuil contre la nudité de ses fesses, les lèvres brûlantes, le souffle court.

Envie de baiser à en crever, envie de gémir, de hurler, de déchirer le papier peint de la chambre tellement j'aurais mal de plaisir. Le goût du sang dans la bouche, de son sperme, de sa sueur, de ma chaleur, de ma folie.

Oui, je sais, je suis folle. C'est ce qu'ils disent tout le temps. Pourtant, c'est des conneries tout ça. C'est juste que les gens ont trop peur de se l'avouer, mais eux aussi rêvent de la même chose. Eux aussi rêvent de se faire pénétrer de toutes parts et de monter en puissance dans le chemin du désir. Parce qu'il n'y a que comme ça qu'on se sent vivant. Le reste, c'est du bluff. Pour ne pas voir que notre vie est minable, qu'on est malheureux en amour et qu'on va crever seul dans son coin, comme un con, parce que personne ne nous regrettera. Ah si ! les gosses, ils ont dit ça à la séance de groupe ce matin. La beauté de la paternité, le bonheur d'être mère. Mon cul ! Je n'ai jamais vu un gosse ne pas se plaindre de ses parents. Y a toujours un truc qu'on a fait de travers et, tôt ou tard, ça nous retombe dessus. De toute façon, avec le nombre de médocs que je me tape ici, je ne risque pas de tomber enceinte. Puis pour ça, faudrait que je baise. Donc on en revient au problème principal : l'absence de sexe. Le manque absolu de la quintessence de l'existence. Je vais devenir folle si je passe une semaine de plus ici sans baiser. Je deviens violente, encore plus méchante que d'habitude. Je crie sur les petits vieux, moi qui les ai toujours respectés. Je dis n'importe quoi et je pique des crises pour un rien. Et hop, je me retrouve avec une boîte de sédatifs en plus. Cette nuit, j'ai rêvé que j'étais avec Lucie, la fille de la chambre voisine, et Stéphane, l'infirmier qui m'apporte mes pilules tous les matins. Stéphane me disait que j'étais compréhensive et super comme nana car j'écoutais ses malheurs, puis il me faisait l'amour, mais sa queue était énorme et je devais aller me laver aux toilettes alors que lui, il paradait sans gêne devant moi, à poil, en me disant qu'on avait réellement fait l'amour et que ça avait été trop bien. Alors Lucie arrivait et me déclarait que c'était pas possible car elle avait mesuré mon vagin et il était trop petit pour son sexe, il ne pouvait pas rentrer dedans.

Je me demande pourquoi j'ai rêvé de ça, je ne comprends pas. Je voudrais bien en parler au psy, mais il va encore lever un sourcil interrogateur derrière ses affreuses lunettes carrées, du genre « y a pas de doute, elle est vraiment folle ». Alors je vais lui raconter que j'ai rêvé de la campagne, il aime bien ça, quand on fait allusion à la nature. Ça veut dire qu'on a des « aspirations saines ». C'est cela, oui. Je suis sûre que si on lui demandait son avis, il ne dirait pas non à une petite séance de jambes en l'air au milieu des champs de blé. Quoique le blé, c'est pas terrible, ça pique. Non, ce serait mieux des marguerites et des trèfles à quatre feuilles. Que des trèfles à quatre feuilles ! Alors je les cueillerais tous et je ferais le même vœu encore et encore : celui de redevenir une petite fille, et de tout recommencer de zéro. Parce que la réincarnation, c'est du pipeau, et que leur truc de guérison, j'y crois pas. Même s'ils effaçaient ma mémoire, je ne redeviendrais pas normale. Ça doit être écrit dans mes cellules que je suis folle, ou dans mon ADN. Je ne sais plus, j'ai oublié mes cours de bio. Puis je m'en fous. Je voudrais juste redevenir enfant. Je voudrais me rappeler ce que ça fait de s'endormir sans avoir peur.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Nadege33 2018-05-15T18:21:26+02:00
Or

J'ai bien aimé ce livre. Les premiers chapitres j'ai eu du mal,je trouvais qu'ils se ressemblé. J'ai adoré le personnage Margot,sa détermination pour retrouver sa mémoire et d'avoir pourquoi elle est en hôpital psychiatrique.

J'ai adoré la plume de cet auteur. Nous raconter l'histoire avec des flash-back, j'aime beaucoup.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MARQUISE66 2015-06-24T14:29:47+02:00
Argent

Un récit difficile et perturbant .

Mais le calvaire de cette femme est dévastateur !

Un langage un peu crue donc à ne pas mettre dans les mains de trop jeunes.

À lire .

Afficher en entier

Date de sortie

Où vas-tu Margot?

  • France : 2010-09-16 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 11
Commentaires 2
Extraits 2
Evaluations 2
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode