Livres
554 081
Membres
598 927

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean Teulé

Auteur

France Né(e) le 1953-02-26 ( 68 ans )
3 399 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Gambit 2010-03-16T02:54:09+01:00

Biographie

Jean Teulé est l'auteur d'une douzaine de romans, tous publiés chezJulliard.

Je, François Villon a reçu le prix du récit biographique.

Darling fut adapté au cinéma.

Le Montespan, prix Maison de la Presse, a été élu parmi les vingt meilleurs livres de l'année 2008 par la rédaction du magazine Le Point.

Il a écrit le scénario d'une B.D intitulée Je voudrais me suicider mais j'ai pas le temps (Dargaud), dessinée par Florence Cestac, qui raconte la vie du très extravagant dessinateur Charlie Schlingo.

Son dernier roman, Mangez-le si vous voulez, a paru en 2009.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
532 lecteurs
Or
1 219 lecteurs
Argent
1 190 lecteurs
Bronze
1 079 lecteurs
Lu aussi
1 246 lecteurs
Envies
1 222 lecteurs
En train de lire
53 lecteurs
Pas apprécié
293 lecteurs
PAL
965 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.3/10
Nombre d'évaluations : 1 446

1 Citations 905 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jean Teulé

Sortie France/Français : 2020-10-07

Interview

Vidéo ajoutée par Virgile 2017-08-23T19:59:03+02:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Kouet 2021-04-17T11:44:56+02:00
Le Magasin des suicides

Un roman décalé et déjanté qui nous donne une jolie leçon de vie. A lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jfjs 2021-04-19T10:27:04+02:00
Mangez-le si vous voulez

Abject. Immonde. Et tout cela est vrai. Mais quelle horreur. Entre la bassesse et la folie humaine, où va-t-on. Un livre dérangeant, bien écrit et qui ne laisse pas indifférent. Alors oui, on sait comment ça va finir "tout est dans le titre" mais ce lynchage. Et pourtant, c'est un livre à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MarieFlowerPanda 2021-04-23T12:28:46+02:00
Le Magasin des suicides

Je me suis décidée à lire ce livre au moment de la sortie de son adaptation au cinéma en 2012 par Patrice Leconte. Je dois avouer que le titre avait piqué ma curiosité même si je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre n’ayant jamais lu d’autres ouvrages de Jean Teulé. Personnellement et étant une grande fan d’humour noir, j’ai trouvé ce livre hilarant.

Le magasin des suicides a pour propriétaire la famille Tuvache. Les parents, couple d’honorables commerçants, vendent toutes sortes d’articles permettant de bien réussir son suicide. Les enfants ne sont pas en reste avec un fils ainé dépressif mais à l’imagination fertile et une fille adolescente complexée.

Mais la naissance du petit Alan et surtout son goût immodéré pour le bonheur et sa joie de vivre vont venir bouleverser l’entreprise familiale pourtant florissante.

L’auteur fait le choix d’aborder un thème grave, le suicide, sur un ton totalement décalé. Il en ressort une histoire très originale où se côtoient humour noir, absurdité, cynisme mais qui fait aussi la part belle à l’émotion. J’ai trouvé la sœur d’Alan assez touchante et pathétique avec ses préoccupations d’adolescente « normale » au beau milieu de la société totalement décalée que l’on peut rencontrer dans cet improbable magasin des suicides.

Je me suis sentie un peu mal à l’aise au début de ma lecture mais l’humour très second degré de l’auteur et son sens de la dérision m’ont vite rattrapés (« on ne dit pas au revoir madame mais adieu madame »).

Avec le magasin des suicides, on entre vraiment dans un monde totalement décalé. L’auteur a réussi à créer un univers à part, glauque sans aucun repère temporel permettant de situer l’action à une époque donnée. Je pense notamment aux différents articles vendus pour réussir son suicide qui m’ont beaucoup fait rire.

Pour moi, le seul bémol concerne la fin : bien que touchante et surprenante, je la trouve un peu trop rapide et bâclée.

Ce livre, d’un format plutôt court, se lit assez rapidement. En effet, les chapitres ne sont pas très longs et l’écriture est fluide et facile à comprendre.

Bref, si la famille Adams paraît totalement banale et équilibrée à côté de la famille Tuvache, ce livre est mortellement drôle et est à conseiller à tous les amateurs d’humour noir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par triskeliga 2021-04-23T13:54:32+02:00
Le Montespan

Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin, marquis de Montespan et d'Antin est un noble désargenté qui voit ses châteaux se lézarder jusqu'à s'effondrer. Tant pis il ne fera pas un mariage de convenance avec une belle dote à la clé, mais un mariage d'un fol amour avec Françoise, considérée comme une des plus belles femmes de l'époque.

Si dans les premières pages on a envie de lui claquer notre main derrière la tête quand en regardant les miséreux il s'exclame "si ils sont pauvres c'est que dieu l'a voulu " le tour de manivelle n'est pourtant pas loin et il va aller de déconfiture en déconfiture. Tellement, que l'on va finir par craquer pour ce cocu notoire.

Il s'endette pour former un bataillon et gagner grâce et crédits auprès de son altesse Royale Louis XIV, mais ce n'est pas ses échecs à répétition sur les terrains de bataille mais bien la volupté des courbes et le vif esprit de sa femme qui va gagner le Roi soleil.

Alors que tout homme de la cour serait ravi d'obtenir les énormes faveurs offertes dans ce cas précis, notre marquis revenu de la guerre refuse catégoriquement tout privilège même quand sa tendre aimée passe en courant au bercail le ventre distendu des ardeurs du Roi et heureuse du train de vie qu'elle obtient de lui.

Je me suis amusée à suivre cet homme qui fera tout au long de sa vie tout ce qui est en son pouvoir pour récupérer sa femme, que ce soit traiter le Roi de canaille devant toute sa cour, fréquenter les pires bordels pour attraper des maladies vénériennes en espérant refiler ça à sa Françoise, sans parler de peindre son carrosse en noir avec d'énormes cors de cerfs pour montrer à tout Paris qu'il est un cocu malheureux.

Il refusera un hôtel particulier et ses 30 serviteurs, 300 000 écus, énorme somme à cette époque et même le titre de Duc, à la place il reçu de l'emprisonnement, un faux procès, un exil et une tentative d'assassinat.

On a une sacrée vision de l'époque et la plume de Jean Teulé qui m'avait déplu avec Heloïse ouille ! m'a séduite par l'histoire de cet amour à sens unique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maxime1086 2021-04-26T11:51:14+02:00
Le Magasin des suicides

Le concept du magasin est bien pensé. Il y a de bonnes idées. L'évolution du commerce et de la famille sont drôles à observer. On glisser vers un autre registre, dans lequel les situations sont moins cocasses.

Le texte est vivant. Il y a beaucoup de dialogues, les chapitres sont courts et se suivent immédiatement. Pour moi, il s'agit d'une comédie absurde. On retrouve les codes de la comédie : course-poursuite, comique de mots, de répétition, etc. Le monde dans lequel vivent les personnages n'est pas sans rappeler le nôtre : anxiogène.

J'ai trouvé le livre un peu court. J'aurai aimé une version plus développée car on reste en surface. Mais ce livre a le mérite d'aborder des sujets "sensibles" de façon originale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par elfe_56 2021-04-27T11:20:31+02:00
Fleur de tonnerre

J’ai beaucoup aimé ce livre de Jean Teulé. L’auteur a vraiment un style particulier qui permet d’apporter une dimension inattendue à l’histoire. J’ai aussi trouvé que l’ambiance de la Basse-Bretagne du XIXè siècle était très bien représentée. J’adore les mythes celtiques et ils berçaient le récit tout au long du livre. Le rapport à Hélène Jegado est bien, l’assassinat est banalisé par la criminelle sans pour autant être « romantisé » par l’auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2021-05-04T22:41:52+02:00
Le Magasin des suicides

https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2021/05/04/le-magasin-des-suicides-jean-teule/

Le Magasin des Suicides est le nom d’une boutique prospère que tient la famille de Mishima depuis plusieurs générations. Avec sa femme et ses deux enfants, ils satisfont la clientèle pressée d’en finir avec la vie, mais la naissance d’Alan, un garçon dont la joie et le sourire contraste avec la déprime ambiante, va bouleverser leur équilibre.

J’ai vu le film d’animation il y a quelques années de cela, et je garde un très bon souvenir de son intrigue à la fois glauque et hilarante. Après tout ce temps, j’ai décidé de me lancer dans le roman, en lecture commune avec La Plume critique et un autre ami, et je dois avouer que je suis un peu déçue.

Peut-être parce que le récit diverge sur de nombreux points de l’adaptation cinématographique, ou peut-être aussi parce que je suis attachée à la patte visuelle très marquée du film d’animation, qui colle parfaitement à l’atmosphère de l’histoire. En tout cas, je l’ai trouvé un peu moins… frappant.

J’ai tout de même bien aimé l’humour, mais ce à quoi je n’ai absolument pas accroché, c’est à la plume de l’auteur. Pas pour sa crudité, c’est un point qui (pour une fois) ne m’a pas spécialement dérangée, mais pour tout le reste. J’ai eu l’impression de lire un auteur de fanfiction débutant qui n’a pas encore trouvé son style et qui alterne tout du long avec des images pas toujours limpides, du familier, du soutenu… Vraiment, le gros point noir pour moi.

L’autre point négatif, c’est l’univers qui n’est pas exploité jusqu’au bout. On est dans le futur, on le comprend très clairement avec l’évocation des catastrophes dont la Terre a souffert et de la télévision holographique ou je ne sais quoi, MAIS… À côté de ça, les « fournitures suicide » restent somme toute assez classiques (poisons divers, corde pour se pendre, pistolets…) À l’exception du Death Kiss, un peu original, tout le reste fait très (trop) XX-XXIème siècle. Un peu d’imagination à ce niveau aurait renforcé le cadre futuriste, au lieu de quoi il n’en demeure… eh bien, qu’un cadre.

Enfin… La fin. L’élément qui me laisse le plus perplexe dans ce roman. Je ne comprends pas. Pas du tout. Ou plutôt si, j’ai compris le quoi, mais le pourquoi reste un mystère pour moi. Autant l’évolution de la famille Tuvache est compréhensible (quoique trop rapide à mon goût, le roman aurait mérité une cinquantaine de pages de plus pour mieux exploiter ses personnages), autant je ne m’explique pas ce revirement final. Un dernier coup de théâtre ? Certes, la surprise est là, mais ce n’est pas tout de surprendre, il faut encore que cela ait du sens, or je n’en vois aucun à cette conclusion.

Je suis vraiment partagée sur cette lecture. Il y a des choses que j’ai appréciées, d’autres beaucoup moins, et je pense que dans l’ensemble, mon avis est biaisé par le souvenir impérissable laissé par l’adaptation cinématographique. Je vous invite à lire ce livre et à vous faire votre propre idée : il est si court que même si vous ne l’appréciez pas, en deux heures, ce sera bouclé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PalomitaLit 2021-05-07T21:41:16+02:00
Entrez dans la danse

Je ne peux pas dire avoir aimé, ni dire que je n'ai pas aimé. C'est sûr, ce roman m'aura marqué. J'ai lu plusieurs Jean Teulé et suis habituée à son style d'écriture qui peut être cru et j'avais aimé. Mais ce roman-là m'a paru vulgaire pour faire du vulgaire et déranger. J'aime quand ça dérange, mais les références scato et autres, c'était peut-être trop ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginie-61 2021-05-16T11:35:54+02:00
Entrez dans la danse

Une histoire mal écrite, sans queue ni tête, qui n'a ni début ni fin, le tout arrosé du cynisme des médiocres et de provocation stupide et grotesque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2021-05-27T13:31:13+02:00
Comme une respiration...

Ce recueil de très courtes nouvelles, quarante au total, fût une bouffée d air frais alors que les jours se réchauffe. Certaines m ont plus plu que d autre comme celle de Léandre qui aime être puni et qui m a beaucoup fait sourire, d autre m ont moins plus mais dans l ensemble j ai adoré. Toutes les nouvelles se ressemblent et on comme point commun l humour, parfois noir, qui s en dégage, sans pour autant être similaire.

Facile et rapide à lire, le style de Jean Teulé oscille entre poésie et franc parler et j adore. J avais déjà aimé ce style d écriture dans Le magasin des suicides et indubitablement, je classe l auteur dans les contemporains à lire au moins une fois.

Afficher en entier

Dédicaces de Jean Teulé
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Julliard : 18 livres

Pocket : 17 livres

Delcourt : 7 livres

Glénat : 2 livres

Audiolib : 2 livres

Lizzie - Univers audio : 2 livres

Comixland : 1 livre

Casterman : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array