Livres
429 265
Membres
350 862

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean-Claude Mourlevat

France Né(e) le 1952-03-22 ( 66 ans )

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Lilou 2009-12-20T23:49:36+01:00

Biographie

Je m’appelle Jean-Claude Mourlevat et je suis né le 22 mars 1952 à Ambert en Auvergne.

Mon père était meunier. Il allait chercher le grain dans les fermes et il en faisait de la farine qu’il livrait ensuite aux boulangers. Mais c’était aussi une ferme, chez nous. Nous avions des vaches, des cochons, des lapins, des poules. Ma mère « ne travaillait pas », c’est à dire qu’elle s’occupait de ses six enfants. Je suis le cinquième. Mon frère aîné Alain est né en 1946, Janie en 1947, Bernard en 1948, Claire en 1950 et Daniel en 1956.

(...)

Une fois le baccalauréat acquis, je suis parti faire des études, successivement à Strasbourg, Toulouse, Stuttgart, Bonn et Paris… En 1976, j’ai obtenu le CAPES d'allemand et je suis tout naturellement devenu professeur.

De 1976 à 1985 j’ai enseigné au collège climatique de La Bourboule (Auvergne), à Hambourg (Allemagne), et au collège de Cany-Barville (Normandie) où je suis resté 5 ans. Je crois que j’ai été un professeur heureux. J’ai aimé enseigner. Je l’ai fait avec enthousiasme.

(...)

En 1986, je me suis mis en disponibilité de l'Education nationale pour suivre une formation de théâtre à Paris, et je me suis rendu compte que j’aimais particulièrement le théâtre clownesque. C’est une spécialité difficile et passionnante.

En 1987, j’ai crée et interprété en solo un spectacle clownesque jeune public : Anatole. C’était une pièce bavarde et interactive.

(...)

En 1990, j’ai démissionné de l'Education nationale et je suis venu m'installer dans la région de Saint-Etienne. J’y suis resté jusqu’à ce jour.

En 1990, j’ai crée un nouveau personnage, muet celui-ci : Guedoulde (J’ai francisé le mot allemand « Geduld » qui signifie « patience ».) J’ai remplacé le chapeau par le béret et, surtout, j’ai perdu la parole. Le spectacle s’appelait « Parlez-moi d’amour » et il était tout public. J’ai pris un immense plaisir à le jouer pendant plusieurs années. Mon Guedoulde m’a emmené en tournée dans bien des pays : le Népal, l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, Sri-Lanka, l’Indonésie, le Sénégal, la Tunisie...

(...)

En 1993, je me suis marié à Rachel, et nous avons eu deux enfants. Emma est née en 1994 et Colin en 1996. Nous vivons dans notre maison de Saint-Just/Loire, près de Saint-Etienne. La Loire passe juste en dessous de chez nous.

Mon premier texte publié est un album chez Mango. Il s’appelle « L’histoire de l’enfant et de l’œuf ». C’est en 1997. Je ne sais pas alors que c’est le premier d’une longue liste et qu’écrire va devenir mon unique et merveilleuse occupation.

C’est un métier de solitude par périodes seulement. Il offre aussi une extraordinaire ouverture vers les autres : rencontres scolaires, lectures à voix haute, salons du livre. J’ai découvert ainsi plein de petits coins de France que je ne connaissais pas, mais aussi la Grèce, la Russie, l’Île de la Réunion... Et j’ai rencontré des gens passionnants : lecteurs et lectrices, amis et amies écrivains, libraires, bibliothécaires,enseignants, documentalistes. Tous ces gens qui aiment les livres ne peuvent pas être mauvais…

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 928 ajouts
Or
2 952 ajouts
Argent
2 214 ajouts
Bronze
1 611 ajouts
Lu aussi
2 102 ajouts
Envies
2 883 ajouts
Pas apprécié
307 ajouts
PAL
1 159 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.15/10
Nombre d'évaluations : 2 077

1 Citations 2 254 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jean-Claude Mourlevat

Sortie France/Français : 2018-03-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par La974GDCT 2018-08-28T15:55:03+02:00

J'ai adoré ce livre. Il est super ! Je vous le conseil vraiment. Tout ceux qui aime les mondes parallèle et les histoires dans ce style la. Vraiment je vous le conseil. Bonne lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zelina 2018-08-29T15:08:26+02:00

J'avais hâte de découvrir le petit dernier de JC Mourlevat... Eh bien, je n'ai pas été déçue !!!

Beaucoup d'humour dans sa plume, comme toujours, même si le sujet reste assez dramatique. Et d'actualité ! Ce roman parle de la relation hommes-animaux au quotidien (sans tomber dans le risque de l'extrêmisme).

Dans le monde de Jefferson, la ville des animaux cotoie la ville des hommes. Or, quand le coiffeur du petit hérisson est assassiné, il se retrouve injustement accusé ! Résolu de rétablir la vérité, il part, accompagné de son ami cochon, enquêter chez les hommes. Jefferson et son ami se retrouvent à chercher des indices chez les humains, dissimulés au sein d'un groupe de touristes animaux.

Spoiler(cliquez pour révéler)Ils découvrent que le coiffeur oeuvrait pour dénoncer les horreurs commises dans les abattoirs : Jefferson et tous les touristes vont lutter à leur tour pour dévoiler ces crimes et rétablir l'innocence du hérisson.

Des personnages attachants, une histoire croustillante, des passages à se tordre de rire... Voilà un roman à ne pas manquer !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clavel 2018-08-29T15:08:29+02:00

Gabrielle a disparu le lendemain de son mariage.

Un an plus tard, sa sœur Anne reçoit un message des plus étranges de sa part… par le biais des ondes de sa chaine de radio.

Anne, qui ne fait que survivre depuis la disparition de sa sœur, décide de tenter le tout pour le tout et de partir à sa recherche.

Commence alors une enquête éperdue, dans un monde parallèle déshumanisé, aseptisé, sans odeur, sans saveur, sans émotion. Glaçant.

C’est un livre très abouti et qui ne peut pas nous laisser insensible. Une très belle découverte !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anaisenvole 2018-08-31T16:35:02+02:00

Je lai lu sans savoir à quoi m'attendre et j'ai été surprise de m'y être laissée prendre autant! C'est un roman épistolaire à deux voix, plutôt léger mais qui tout à coup prend de la profondeur comme on creuse dans la vie des personnages. Un beau tour de force des deux auteurs car ils ont su garder une fraîcheur et un humour décapant tout au long de la lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kriksy 2018-09-01T19:24:37+02:00

J'ai lu ce livre à l'école primaire, il y a un bout de temps. J'en garde un très bon souvenir, je le relierai un jour. L'histoire est touchante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par La974GDCT 2018-09-02T12:56:24+02:00

J’ai adoré ! Du début a la fin mon seul regret a était que Spoiler(cliquez pour révéler)un personnage meure a la fin et j’aime pas quand ça se termine mal, le seul point positif a était que les dernières pages ne s’arrêtent pas sur l’enterrement Etc... mais sur la vie (plus tard) d’un second personnage, au lieu de voir se personnage se morfondre sur les évènements on voit que sa vie a avancée et qu’ elle est heureuse. Ce point est très positif pour moi ce qui fait que le livre se termine en beauté !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par La974GDCT 2018-09-02T14:36:47+02:00

J’ai également lu ce livre en primaire (CM2) et j’en garde de bons souvenirs, histoire touchante

Afficher en entier
Commentaire ajouté par la_plume_trempee_dans_l_encre_de_la_vie 2018-09-03T04:27:33+02:00

Revenir à ce roman, ça sonnait comme une évidence, ça s'imposait comme une nécessité. J'en avais besoin après mon immersion d'un an et demi dans la littérature française, j'avais besoin d'une coupure, besoin de « respirer ». Revenir à l'essentiel.

 

Ce roman m'a marqué, les premières fois que je l'ai lu. Après cette relecture, presque quatre ans après la précédente, je peux affirmer qu'il mérite pleinement sa place dans ma liste de diamant.

L'écriture est magistrale, pas tant dans le style que dans l'ambiance créée par l'auteur. Réussir à rendre justice, par ce commentaire, aux paysages monochromes, désespérés, aseptisés, qui se déroulent sous les pas d'Anne et la plume de Jean-Claude Mourlevat, c'est impossible. Pourtant, c'est essentiel, c'est la puissance de ce roman : son ambiance. Le gris de Campagne, à la frontière ; le blanc de Lorfalen, vidé de toute essence, de toute vie, de toute substance ; le noir d'Estrellas, l'absorption de toute joie, de tout espoir. Un triptyque et trois couleurs, ou plutôt trois nuances, qui ne sont pas des couleurs. Et dans cette toile de trois tons successifs, une seule chose ressort : la couleur, la chaleur, la douceur d'Anne. Dans la deuxième partie, les scènes dans le désert sont époustouflantes : ces étendues blanches, unies, à perte de vue, et ces deux personnages, seuls, perdus dans l'immensité, confrontés au vide...

Ce roman, c'est celui de la tendresse, de la douceur, de la nostalgie, roman qui fait réaliser de notre richesse à être Terriens. Une ode à la vie, à notre vie, à nos petites particularités.

La présence d'un épilogue m'interroge. Je suis plutôt réfractaire au principe, qui sert souvent de fan-service ou de "to be continued". Et la fin du dernier chapitre régulier, avec ce dernier mot, « respirer », mot essentiel, vital même ! est la seule fin acceptable pour le roman. Pourtant, cet épilogue, au lieu de fermer la porte à double tour ou au contraire d'en ouvrir une autre vers une nouvelle histoire, se contente d'ouvrir un minuscule vasistas. De piquer une dernière fois la curiosité du lecteur. Et ça me laisse très mitigé.

Spoiler(cliquez pour révéler)La relecture du roman me fait considérer un nouvel aspect qui était passé très loin de mon esprit il y a quatre ans, et encore plus les fois précédentes. Et si... Et si Terrienne était aussi une critique d'une forme de totalitarisme ? Ce monde aseptisé, où personne ne ressent d'émotion, où tout est rationnalisé, uni, unifié, incolore, insipide, où tout est planifié de la naissance à la "mort", ou plutôt à la disparition définitive de tout espoir, ces humains interchangeables, n'est-ce pas sans rappeler les romans dystopiques d'après-guerre et, même plus loin, certains aspects du communisme ? Et Estrellas, la ville-incinérateur, comment ne pas faire le parallèle entre les cheminées, les fours crématoires, les cendres, les trains qui conduisent les condamnés comme du bétail, aux camps d'extermination nazis ? Je n'ai jamais été très bon en critiques sous-jacentes, mais je ne peux pas m'empêcher de penser qu'une telle coïncidence ne peut être fortuite.

 

Un livre puissant, qui fait plonger en profondeur dans un univers qui nous interroge sur notre identité profonde d'être humain, de Terrien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LetiLeti 2018-09-07T17:59:16+02:00

Ce fut une belle lecture, j'ai vraiment apprécier ce livre. Les personnages étaient attachant, un bouquin facile à lire avec une super histoire !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ewi14 2018-09-14T19:46:08+02:00

Ce livre est l'un de mes préférés!!! IL est vraiment génial! Les personnages sont abordés en profondeur, l'univers est très réaliste, le scénario très bon, je n'ai vraiment rien à redire!!! Je le conseille vivement à tous les fan de science-fiction! A lire absolument!!!

Afficher en entier

On parle de Jean-Claude Mourlevat ici :

[Challenge] Les 400 points (2018)
2018-05-25T10:13:28+02:00
[Challenge] Les 26 livres (2018)
2018-03-07T09:49:59+01:00
Que lisez vous en ce moment?
2012-01-22T19:02:55+01:00

Dédicaces de Jean-Claude Mourlevat
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard Jeunesse : 11 livres

Thierry Magnier : 7 livres

Pocket : 6 livres

Pocket jeunesse : 6 livres

Gallimard : 4 livres

France Loisirs : 2 livres

Fleuve Éditions : 2 livres

Milan Jeunesse : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode