Livres
477 756
Membres
458 735

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Pierre Bordage

France Né(e) le 1955-01-29 ( 64 ans )
1 615 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2009-09-09T14:47:48+02:00

Biographie

Ecrivain français

[Littérature française]

Né à La Réorthe en janvier 1955

La scolarité de Pierre Bordage débute en Vendée, au séminaire, où il s'imprègne de culture latine. Après neuf ans de karaté et de basket-ball et quelques cours de banjo, il découvre l'écriture et la SF en 1975 lors d'un atelier d'écriture à l'université. Après quelques voyages en Orient, une expérience de libraire, il s'installe dans le Gers où il écrit ses premiers romans. 'Les Guerriers du silence' remporte le Grand prix de l'imaginaire 1994 tandis que le prix Paul Féval de la littérature populaire 1999 récompense 'Les Fables de l'Humour'. En 2008, il publie un nouveau roman, 'Ceux qui sauront', et lance une bande dessinée en ligne intitulée 'Chroniques des ombres'. Ce conteur hors pair s'inspire beaucoup des grandes mythologies.

Evene.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
436 lecteurs
Or
1 067 lecteurs
Argent
809 lecteurs
Bronze
609 lecteurs
Lu aussi
554 lecteurs
Envies
1 483 lecteurs
En train de lire
64 lecteurs
Pas apprécié
86 lecteurs
PAL
1 412 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.61/10
Nombre d'évaluations : 839

0 Citations 469 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Pierre Bordage

Sortie France/Français : 2019-09-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Les Guerriers du silence, tome 1

Grand classique de la science fiction francaise. Du grand Bordage

Afficher en entier
La fraternité du Panca, Tome 1 : Frère Ewen

Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=34299

J'ai mis la note de : 16.5/20

Mon avis : La fraternité du Panca est un cycle en 5 tomes, chaque tome suivant le parcours d’un des 5 membres de la fraternité. Pour ne pas vous spoiler de manière inappropriée, il est conseillé de ne pas lire le titre du tome suivant avant de lire le précédent. En effet, le titre de chacun des tomes est constitué du nom du héros du roman et ce nom représente une information capitale lors de la lecture des volumes tout en fabriquant un suspens intéressant et captivant pendant le récit. De plus, cela permet d’être dans le même état d’esprit que celui du personnage principal, étant donné que ce dernier ne connaît pas l’identité des autres membres de la fraternité qu’il a pour mission de retrouver.

Le thème du cycle est plus spirituel et religieux qu’il n’y paraît. La fraternité est un cercle à part, aux motivations nobles mais au mode de vie qui peut nous paraître abusif sur son fond. Créé pour mettre un terme à toute menace qui pèse contre l’humanité, la fraternité joue un rôle majeur dans la protection de toutes les espèces de l’univers, tout en oubliant ses propres membres qui doivent se donner éperdument et littéralement à la cause. On a l’impression de se retrouver en présence de chevaliers Jedi de Star Wars, prêts à se sacrifier pour protéger la vie et se refusant nombre de joies simples, de peur que cela les fasse dévier de leur chemin. Ewen est un de ceux-là et ses obligations vont le mener bien plus loin que ce qu’il n’avait jamais osé imaginer.

Dès les premières pages, on suit Ewen dans son quotidien plutôt tranquille qu’il vit avec sa femme bien aimée et sa fille. Cependant, tout va vite basculer. Parce qu’il s’y sent obligé et parce qu’il sait qu’il le regretterait s’il ne suivait pas les ordres, le jeune homme quitte tout pour suivre la route que la fraternité lui a tracée. Abandonner sa femme et sa fille devient une obligation et lui laissera à jamais un goût amer dans la gorge. Jusqu’à la fin du roman, Ewen a des remords et pense sans cesse à elles. Ces répétitions un peu trop appuyées peuvent finir par agacer, comme si l’auteur voulait que l’on ait pitié d’une personne qui savait très bien (ou presque) ce qui l’attendait mais qui a tout de même préféré vivre un amour interdit pour son bonheur personnel plutôt que de penser à la fraternité. Le lecteur finit malgré tout par s’attacher à ce personnage et lui souhaiter de parvenir à trouver le quatrième frère. Les principes de la fraternité sont difficiles à suivre et l’on comprend les motivations des uns et des autres.

Lors de son périple, Ewen évolue dans un univers dense, tant en termes de contenus que de planètes. L’auteur a réussi à imaginer non pas un ‘simple’ monde mais tout un univers ! En science-fiction cela ne paraît pas très étonnant et pourtant le lecteur sera impressionné par la quantité des informations sur les différentes espèces, les croyances de certaines communautés, les traditions de certains peuples, les évolutions technologiques, et les évènements historiques qui sont détaillés à foison. L’auteur a pris le temps de créer un système solaire plein de vie, de formes d’intelligence et d’espèces variées qui ont appris à cohabiter. Chaque début de chapitre est marqué par un extrait d’un document inhérent au roman (livre d’histoire, journal, etc.) qui explique un mot, une expression, un évènement ou un mythe, repris dans le chapitre. Cela permet de mieux comprendre l’expression utilisée lors de la lecture et de s’apercevoir de la profondeur et du travail de la création de Pierre Bordage.

Ces détails et descriptions apportent néanmoins un rythme particulier à l’histoire. Effectivement, le rythme en devient lent tant les passages descriptifs l’emportent souvent sur le narratif, mettant l’histoire de côté. L’auteur va très loin dans ses explications et, même si c’est intéressant, cela ralentit le rythme d’une manière significative. La première moitié du récit ne paraît ainsi pas avancer tant les détails et actions sont décrits avec trop de précision et tant les informations scientifiques et technologiques sont exhaustives. L’écriture en devient également dense et fait de ce roman un livre qui ne pourra pas être lu par tout le monde.

L’intrigue principale décolle vraiment à partir de la seconde moitié du livre. La première ressemble davantage à une course-poursuite et n’étonne pas spécialement. Cette première moitié se divise en deux sous-parties, chacune portée par un personnage différent : Ewen pour l’une et Olmeo pour l’autre. Ce personnage nous devient rapidement sympathique et ses aventures sont bien plus prenantes que celles d’Ewen dans le même temps. On s’attache à lui, à ses parents très portés sur les traditions, à son grand amour pour Sayi et à ses petites sœurs. Les chapitres mettant en scène Olmeo sont écrits à la première personne et sous la forme de carnets de souvenirs quand les chapitres suivant Ewen sont à la troisième personne et dans le présent. On ne comprend pas très bien l’utilité d’Olmeo dans un premier temps et cela nous donne la désagréable impression que l’intrigue principale n’avance pas. Tout cela est rapidement remis en place dans la seconde moitié du livre, quand les deux sous-parties finissent par s’assembler de manière inattendue et agréable.

L’aventure se poursuit d’une belle façon et nous étonne jusqu’à la fin. Le rythme est plus rapide, étant donné que nombre d’informations ont déjà été données, et les dernières lignes sont captivantes. A la fin de la lecture de ce tome, le lecteur n’a qu’une hâte : se plonger dans le tome suivant pour suivre la fraternité et découvrir si celle-ci pourra sauver l’univers de la grande menace qui plane sur elle…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cellophane 2019-10-20T17:09:07+02:00
Chroniques des ombres

Bon…

Globalement, c’est pas trop mal.

Le monde, des Cités comme celui des horcites, est plutôt bien créé, logique, cohérent, fourmillant de détails…

L’histoire principale et la conclusion se tiennent plutôt bien…

Mais qu’est-ce que c’est long…

C’est noyé (alors ça peut plaire, mais moi, ça m’a perdu) dans des histoires sans intérêt ou importance, des fausses pistes qui ne servent à rien…

Dans le pays horcite, on a un problème, on s’en sort, ça prend 50 pages… Alors, d’accord, c’est une saga, un périple, mais ce qui a été vécu n’a aucun intérêt pour la suite, on n’a rien appris, ça n’a aucune conséquence… Des chroniques, oui, mais ça aurait pu être raccourci.

Dans les Cités, pareil, on a une fausse piste qui finalement ne mène nulle part, ça prend 40 pages, on voit bien que les gens galèrent mais on aurait dit « après avoir galéré », ça marchait autant et ça prenait 3 mots…

Résultats, pour moi, cette dilution m’a anesthésié : je n’ai eu aucune empathie pour les personnages, je me suis pas impliqué dans l’histoire et me suis contenté de la laisser défiler…

Concrètement, ça aurait gagné en efficacité à être resserré de moitié à mon goût…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dweia 2019-10-25T07:55:28+02:00
Exquise planète

Assez sympa, quand les scientifiques essaient de faire de l’humour ça peut être marrant. Cela dit, même si c’est vulgarisé certains points scientifiques sont assez complexes, surtout dans la première partie. La deuxième partie est sympa, avec des bons jeux de mot et assez fluide à lire. La troisième partie est la moins intéressante selon moi, moins inventive et beaucoup trop centrée sur l’histoire de notre planète, un développement plus poussé de la civilisation de la nouvelle planète serait plus intéressant. La quatrième, forcément pour la fan de SF que je suis, ma préférée.

Très bon livre qui cela dit aurait eu du mérite à être moins centré sur la Terre, ils auraient pu aller plus loin, ça aurait été plus sympa selon moi de vraiment créer un nouveau monde sans y mêler la Terre. Ça reste quand même une belle lecture et surtout un livre qui m’a fait beaucoup réfléchir.

Afficher en entier
Arkane, Tome 2 : La Résurrection

J'ai été surprise de savoir qu'il s'agissait du dernier tome.

L'histoire est toujours agréable à lire, les personnages sont attachants, et la critique de la corruption est intéressante.

Mon seul problème est que la fin est un peu abrupte, comme si l'auteur ne pouvait pas dépasser un certain nombre de pages. Et aussi une révélation que je trouve bâclée Spoiler(cliquez pour révéler) apprendre qu'Adamanta est la fille de Matteo ? Je trouve que ce n'est pas très dramatique et au final, presque on s'en fout :/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Henrxy 2019-10-30T18:07:06+01:00
Le feu de dieu

La malédiction de Cassandre a toujours frappé les visionnaires : ils prédisent l'avenir, mais jamais personne ne les croit.

Ainsi en est-il de Franx, héros de ce livre, vilipendé, moqué, trahi, méprisé, qui prophétise la fin de ce monde, et l'avènement d'une nouvelle ère après une décennie de bouleversements géologiques et climatiques.

Franx a eu l'incroyable énergie de réaliser son rêve de fou en construisant avec l'aide d'une petite communauté une véritable forteresse dans le fin fond du Périgord noir, au lieu-dit le « Feu de Dieu ». Une forteresse destinée à les protéger durant la décennie que durerait les cataclysme climatiques et géologiques.

Mais qui, à l'exception de Franx avec son caractère bien trempé et son intransigeance, pourrait durablement croire à l'extinction prochaine de l'espèce humaine ?

C'est au moment où la petite communauté se désagrège de l'intérieur et quitte le « Feu de Dieu » que le « Grand Bouleversement » finit par arriver, si promptement que Franx n'a même pas le temps de dire aux incroyants, aux sceptiques et aux persifleurs : « Vous voyez, je vous l'avais bien dit ! »

Deux destins se déroulent en parallèle.

Le voyage apocalyptique et dantesque de Franx pour rejoindre sa famille terrée au « Feu de Dieu ». Cinq cent bornes à pied au milieu d'un paysage ravagé, d'orgueilleuses cités millénaires englouties ; une marche harassante dans le blizzard, la nuit perpétuelle et les pluies de cendre ; un combat inégal contre la faim, l'épuisement, le découragement, et le froid mordant jusqu'à l'os ; une lutte de chaque instant contre soi-même et contre tous les autres survivants, et d'abord les rats, éternels rivaux de l'homme. Pour survivre et avancer, Franx doit abandonner toute émotion, toute compassion. Se faire plus dur que le roc.

Quant au « Feu de Dieu », nous assistons à un huis-clos malsain et étouffant où la famille de Franx se protège tant bien que mal et cherche à se libérer de la tyrannie de Jim aux « doigts tentaculaires ».

Pourtant, malgré cette atmosphère oppressante, cet épuisement des corps et des âmes tellement palpables, ce fatalisme mortifère, il existe toujours un peu d'amour et d'humanité qui permet à nos héros si malmenés de poursuivre leur chemin, de chercher à survivre, vaille que vaille.

On entrevoit, de temps à autre, dans une fugace éclaircie une espérance nouvelle pour l'humanité, et c'est tout le talent de Pierre Bordage que d'avoir confié les clefs de ce monde en gestation aux deux êtres les plus fragiles, les plus innocents et les plus démunis de cette sombre histoire.

Un beau livre, d'une noirceur sidérale, d'une violence pure, mais aussi plein d'espérance, qui m'a tenu en haleine jusqu'au bout.

: Avant, à la lettre B de la SF française, il y avait Barjavel. Maintenant il y a aussi Bordage, un grand monsieur du genre. Je qualifierai ses romans de SF humaine, voire humaniste. Car Monsieur Bordage ne nous entraine pas dans des explorations lointaines de l'univers, flanquées de robots et d'explications scientifiques discutables. Non. Il nous livre ce que je considère comme l'essence de la SF : transposer le quotidien de l'espèce humaine dans un monde désorganisé à réorganiser. Le Feu de Dieu en est un exemple et un bon exemple. Dans le feu de Dieu il traite du thème qui lui est cher : la quête du sens de la vie, ramené à l'essentiel, épuré des contraintes et réflexes dits civilisés. L'homme se reconcentre sur lui-même et sur les autres ; il se recentre au milieu de la nature bouleversée qui met en exergue les bons comme les mauvais côtés des uns et des autres. Bref, on pense un peu aux personnages principaux de Orson Scott Card, eux-aussi en quête de leur vérité.

Alors, faut-il le lire ? Oui oui oui, même et surtout si vous avez des a priori négatifs sur la SF.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rachelle-10 2019-11-03T20:03:07+01:00
Mission M'Other

Alors je suis tomber sur les fesses par ma dinde de l'histoire.

Je ne my attendais pas que Lia ne sois pas celle que l'on pense

J'adore Aaron par son caractère compliquée par ce qu'il a vécu mais mon préférée c'est Kwan je ne dirais pas qui sais mais je l'aime de ouf

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chistine25 2019-11-04T11:52:37+01:00
Les Derniers Hommes

J'ai entrepris la lecture de ce livre pour découvrir les personnages appelés " solbot" (mot créé pour soldat-robot) ... J'ai découvert un monde passionnant où la question de l'eau sur Terre après une 3eme guerre mondiale est devenue capitale pour ses survivants! Oui vous aurez l'impression de lire l’œuvre qui a été à l'origine de Mad Max. Mais c'est un vrai plaisir de s'y plonger ! C'est très bien écrit, surprenant, j'ai dévoré . L'intrigue vous emmène, pas forcément la où vous vous attendez !

Afficher en entier
Wang, Tome 1 : Les Portes d'Occident

Même si je suis un fan de Pierre Bordage, Wang est mon préféré.

Afficher en entier
Wang, Tome 2 : Les Aigles d'Orient

Mon préféré de Pierre Bordage

Afficher en entier

Dédicaces de Pierre Bordage
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 42 livres

L'Atalante : 36 livres

Au Diable Vauvert : 18 livres

Vaugirard : 12 livres

Mnémos : 9 livres

Librio : 7 livres

Flammarion : 6 livres

Soleil Productions : 5 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array