Livres
521 131
Membres
537 276

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Alfred Elton Van Vogt

553 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par ninanina 2009-08-24T14:50:24+02:00

Biographie

Alfred Elton Van Vogt est mort le 26 janvier 2000 dans une indifférence quasi générale ; il me semble que la science-fiction est redevable à Van Vogt et même si sa meilleure production remonte à l’Âge d’Or (1940-1950) de la science-fiction américaine, il mérite bien qu’on lui accorde plus qu’une pensée émue.

Cette page est destinée à rappeler la vie et l’œuvre d’A. E. Van Vogt avant qu’il disparaisse à jamais dans la nuit des temps.

Né le 26 Avril 1912 à Neville au Manitoba (Canada), aux environs de Winnipeg , Alfred Elton Van Vogt passe son enfance, jusqu’à 10 ans, dans une petite ville du Saskatchewan, où il rencontre peu de monde et dont l’activité principale est orientée sur l’agriculture.

Ces parents, d’origine néerlandaise, privilégient leur langue d’origine au sein de la famille, renforçant l’isolement de leur fils qui trouva, face aux difficultés de l’enfance, et en particulier l'équivalent d'un passage à tabac alors qu'il tentait de défendre l'un de ses cadets, un refuge dans la lecture.

La famille se compose, outre Alfred d’un frère aîné, Arthur, de deux frères cadets Edmund et Ira et d’une jeune soeur, Edna

Les déplacements du lieu d’habitation de la famille furent, en général, de nouvelles sources de problèmes, Alfred se trouvant toujours en décalage, mal dégrossi dans la société " chic " du Manitoba ou provincial à Winnipeg.

La perte d’emploi de son père pendant la crise de 1929, conduit le jeune adolescent à entrer dans la vie active où il exercera successivement des métiers de conducteur de camion, d’ouvrier agricole ou d’employé aux statistiques , tout en confirmant sa vocation d’écrivain en entamant la rédaction de ses premiers textes. Dés le début des années 30, il est publié en participant à des concours littéraires.

Sa première publication de science-fiction date de 1939, il s’agit de la nouvelle " Black Destroyer " qui rencontre un succès immédiat et dont on dit qu’elle serait l’une des sources du film Alien. Cette nouvelle est aussi la première d’un mode d’écriture désigné en premier par Van Vogt sous le terme " fix-up novel " qui consiste à écrire et publier de façon indépendante des nouvelles qui sont ensuite rassemblées pour former un roman complet. La faune de l’espace (the voyage of the space beagle) reprendra sous la forme d’un roman cette première nouvelle et deux suivantes.

A partir de ce premier succès, A.E. Van Vogt va enchaîner pendant plus de 10 ans des oeuvres majeures : à la poursuite des Slans, le monde du non-A, les armureries d’Isher , le sorcier de Linn.

Marié le 9 Mai 1939 avec Edna Mayne Hull, il coécrira avec elle un certain nombre de textes dont aucun ne fait partie de ces publications phares.

Au moment de son mariage, il s’installe à Ottawa et doit, au moment de l’entrée en guerre du Canada, prendre un poste au Ministère de la Défense Nationale. Pendant plusieurs mois, il essaiera de concilier emploi et écriture, produisant en particulier à cette époque le magnifique " A la poursuite des Slans ", que je ne trouve ni naïf , ni puéril (allusion à l'opinion de Lorris Murail ) ; il finira par quitter son poste au Ministère pour se consacrer exclusivement à l’écriture et s’installe à Farm Point au Québec.

Sa production est alors intense, 300 000 mots par an et lui permet à travers un contrat avec John Campbell, l’éditeur d’Astounding Stories, d’assurer son indépendance financière.

En 1944, Alfred Van Vogt et son épouse s’installent à Los Angeles, ils seront rejoints en 1945 par Edna, la soeur d’Alfred ce qui conduira sa femme à privilégier son deuxième prénom.

En terme de prénom, Alfred abandonnera progressivement l’utilisation de ce prénom pour utiliser le diminutif de " Van ".

Los Angeles, carrefour de toutes sortes de religions, de sciences et autres cultes, fera connaître à Van Vogt la théorie d’Alfred Korzybsky sur les systèmes non-aristotéliciens et la sémantique générale. Cette théorie est au cœur du cycle du non-A qui est un immense succès.

Cependant, dès cette époque, des détracteurs de Van Vogt lui reprochent une construction confuse ou complexe de ces romans, voire une certaine vacuité dans l’imagination. Si on doit admettre que la systématisation de la technique de " raboutage " de nouvelles peut amener parfois un sentiment de confusion, il n’en reste pas moins que les romans des années 40 de Van Vogt sont des chef d’œuvre de la science-fiction et qu’il est un peu dommage d’amalgamer cette période avec celle de l’après-dianétique; sur cette première période, je ne partage pas l'opinion tranchée de Lorris Murail qui qualifie le style de Van Vogt de "pathétique grandeur" et qui sur l'oeuvre, conclut à la "pauvreté du résultat" citant "l'intrigue confuse,la syntaxe défaillante, le héros sans substance...".

Par contre, après avoir rencontré en 1945 L. Ron Hubbard, Van Vogt, convaincu par sa femme qui a été soulagée de maux de têtes persistants par l’application de principes dianétiques, accepte de représenter la fondation dianétique californienne. Sa femme et lui passeront 12 ans dans cette activité qui les éloigneront de l’écriture et qui oblitérera la perception des lecteurs sur sa production passée.

Le fait que la dianétique conduise à la Scientologie, qui, parce ce que c’est une religion, n’intéresse pas Van Vogt et la stimulation de Frederik Pohl le ramènent à la science-fiction.

Il déploiera une activité intense, menant de front jusqu’à 6 romans, sans il est vrai, retrouver la qualité de ses premières productions et justifie à partir de ce moment l'opinion mitigée qui est la plus commune à son sujet. Je crois qu'il faut dissocier l'homme et son oeuvre, en acceptant, sans les faire siens, les choix contestables qu'il a pu faire à titre personnel et en se réjouissant des livres qu'il a écrit avant de "se perdre".

Sa femme, Edna Mayne, meurt en 1975, l’année où paraît aux Etats Unis une autobiographie, intitulée " reflections of A.E. Van Vogt ".

Il se remarie en 1979 avec Lydia I. Brayman et écrira , avant de se retirer, son dernier livre en 1985, ce " fin du non-A " n’apporte rien et est sans doute inutile, voire néfaste, à la gloire de Van Vogt.

A partir de 1990, A.E Van Vogt est atteint par la maladie d’Alzheimer ce qui ne l’empêche pas, il n’est jamais trop tard , de recevoir en 1996, le prix spécial de la convention mondiale de science-fiction d’Anaheim, pour l’ensemble de sa carrière.

Le 26 janvier 2000, à l’âge de 87 ans, il meurt des suites de complications liées à une pneumonie.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
357 lecteurs
Or
801 lecteurs
Argent
386 lecteurs
Bronze
357 lecteurs
Lu aussi
346 lecteurs
Envies
308 lecteurs
En train de lire
9 lecteurs
Pas apprécié
34 lecteurs
PAL
546 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.64/10
Nombre d'évaluations : 448

0 Citations 215 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Alfred Elton Van Vogt

Sortie France/Français : 2020-05-28

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Mensonges 2020-05-01T23:16:12+02:00
Les Monstres

Recueil de nouvelles SF plutôt sympa. Il y a des nouvelles très originales et belles que j’ai beaucoup appréciées, il y en a d’autres que j’ai moins aimé parce qu’un peu trop classiques et prévisibles. J’ai plutôt préféré la deuxième moitié du recueil. C’est le premier livre de Van Vogt que je lis et j’aime assez son style. Je me lancerai peut-être dans Le Monde des A pour voir ce qu’il a pu inventer comme univers plus étendu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Harryetnanc 2020-05-02T15:38:36+02:00
L'Empire de l'atome

J'ai bien aimé suivre un héros handicapé que les arcanes du pouvoir n'intéressent pas

Afficher en entier
A la poursuite des Slans

Une bien longue course poursuite avec un sacré twist de fin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Harryetnanc 2020-05-02T15:41:14+02:00
Le Sorcier de Linn

J'ai trouvé la bromance sympa

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Harryetnanc 2020-05-02T15:42:30+02:00
Le Cycle de Linn

C'est une super édition, et c'est bien de le sortir, parce que Van Vogt était en train de tomber doucement mais sûrement vers l'oubli.

Afficher en entier
Les Marchands D'Armes, Tome 1 : Les Armureries D'Isher

Comme AE Van Vogt a pu le faire dans ses meilleures productions, « Les armureries d’Isher » est un essai politique, tout autant qu’une étude psychologique des caractères. Même si le puzzle éclaté dans un premier temps finit par se réunir, la fin peut paraître abrupte et un peu rapide comme si l’auteur n’avait pas su finir son intrigue. Du grand van Vogt.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dagon6975 2020-05-08T18:54:11+02:00
Les Fabricants d'armes

Tome 2 du cycle d’Isher et de l’immortel Hedrock. Peut toutefois se lire séparément des « Armureries d’Isher ». Si le début de l’histoire déçoit, l’intrigue devient très vite prenante avec le combat que se livrent l’impératrice Innelda et les fabricants d’armes. AEVV au mieux de sa forme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2020-05-25T18:19:02+02:00
L'Homme multiplié

Ce n’est vraiment pas mon genre de bouquin de science-fiction, j’ai l’impression d’être devant un film d’action à gros budget des années 80. Le space-opéra n’est pas non plus ma tasse de thé. Ce lui fait deux gros défauts selon moi, le scénario n’est pas trépidant, il est bon, suffit pour finir le roman mais loin de me marquer.

Si encore le personnage principal était attachant, j’aurais eu quelques choses de bon à vous donner mais, pardonnez-moi ce terme, c’est un vrai con. Il est horrible avec tous le monde, il prend les gens de haut, il est puéril et pas mal misogyne, il rentre à la première place des personnages que j’ai le plus détesté parmi toute mes lectures.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2020-05-25T18:47:37+02:00
Invasion galactique

Un peu mieux que L’homme multiplié du même auteur, mais je ne suis toujours pas convaincu par le space-opéra et ce style d’écriture digne d’un film à gros budget des années 80.

L’univers est bien, mais pas suffisamment creusé, je vois qu’il y a de bonnes idées, l’écriture n’est pas mauvaise mais l’intrigue et les personnages ont peut d’intérêts. Trop de facilité comme le coup du dédoublement de personnalité… déjà qu’il n’en avait pas…

Aussi vite lu qu’oublié, je crois que le style de l’auteur est dépassé et que le kitch est trop présent. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, la couverture dit tout sauf la fin. Passé votre chemin, ce n’est pas dur de trouver mieux.

Afficher en entier
A la poursuite des Slans

On découvre la vision de l'évolution de l'Homme par l'auteur. C'est assez distrayant même si le côté scientifique n'est pas compréhensible pour moi. Heureusement c'est écrit de manière à ne pas alourdir le récit. Spoiler(cliquez pour révéler)Ce que j'aurais voulu mieux comprendre c'est pourquoi Kathleen ne s'aperçoit pas de la présence des Slans autour d'elle ?

Afficher en entier

On parle de Alfred Elton Van Vogt ici :

Guide de l'âge d'or : les maîtres
2017-02-18T18:35:11+01:00

Dédicaces de Alfred Elton Van Vogt
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 133 livres

Pocket : 11 livres

Marabout-Gérard : 8 livres

Hachette /Gallimard : 6 livres

Opta : 5 livres

Denoël : 5 livres

Librairie des Champs-Elysées : 3 livres

Presses de la Cité : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array