Livres
613 693
Membres
711 080

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

D'après une histoire vraie



Description ajoutée par x-Key 2015-07-24T15:00:44+02:00

Résumé

« Encore aujourd’hui, il m’est difficile d’expliquer comment notre relation s’est développée si rapidement, et de quelle manière L. a pu, en l’espace de quelques mois, occuper une place dans ma vie.

L. exerçait sur moi une véritable fascination.

L. m’étonnait, m’amusait, m’intriguait. M’intimidait. (…) L. exerçait sur moi une douce emprise, intime et troublante, dont j’ignorais la cause et la portée. »

D. de V.

« Une autofiction prenant progressivement des allures de thriller, explorant l’ambivalence entre la fidélité aux faits et l’invention, dans une atmosphère oppressante. »

Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres.

« Delphine de Vigan joue de la porosité des frontières qui séparent le réel et la fiction avec une conviction qui donne par instants le vertige. »

Nathalie Crom, Télérama.

« Une œuvre d’une puissance émotionnelle infinie. »

Christine Ferniot, Lire.

Prix Renaudot

Prix Goncourt des lycéens

(Source : Le livre de poche)

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 053 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Niniee88 2016-04-28T18:36:17+02:00

À cet instant précis, j'ai pensé cela: de certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d'autres mots et d'autres regards.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Un roman vraiment bouleversant. J'ai été happer par cette histoire dont on ne sait pas si elle est autobiographique ou pas. Tout le long de l'histoire, on est sur le fil, suspendus entre le vrai et la fiction. J'ai terminer ma lecture essoufflé, ébahit, incrédule et pleines de questions qui resteront sans réponses. Bref, un tour de maître pour ce roman qui fait réfléchir.

Afficher en entier
Diamant

Un mot: ADDICTIF ! Dès la première ligne je n'ai pas lâché ce livre, je voulais savoir c'est tout ce qui tournait dans ma tête en permanence. Je veux savoir, je veux arriver jusqu'à la fin pour être sûre de mes théories, car on en a en masse, plus on avance dans le livre et plus on est bourré d'idée. Vrai, pas vrai ? Est-ce qu'on est en train de lire une autobiographie ou bien une fiction ? Delphine est un génie pour moi, un vrai génie.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par marie-rz 2017-08-28T01:21:57+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

Je l'ai trouvé difficile à lire pourtant j'aime cette écrivaine. Mais là, j'ai vraiment eu du mal.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rabanne73 2021-12-08T17:07:56+01:00
Argent

Lu en 2017. Ce roman m'avait embarquée dans une histoire intime qui confine au thriller psychologique, addictif et frustrant à la fois.

Une auteure déroutante et vulnérable, qui semble se "mettre à nu" encore une fois, se justifier trop souvent, nous éprouver, jouer avec le lecteur qui se retrouve balloté dans cette schizophrénie intellectuelle; mais il faut l'avouer quelque part fasciné... Fatalement, comme je le fus (!)

Misery de Stephen King. Ok, le ton est donné, mais où va-ton "réellement" ?!

Cette L. : Qui n'a jamais croisé sa route ? Vous attend-elle tapie dans un coin, ou seulement dans votre tête ? Une amie "qui vous veut du bien" ou bien votre meilleure ennemie ??...

Une plume qui court comme elle parle, se livre à l'extrême, s'excuse, se dérobe, captive, met à distance, intrigue et décontenance quelques fois, par bribes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cardoni 2021-11-21T10:22:34+01:00
Or

Très belle écriture. Roman humain qui tiens en haleine.

Dans la tête d'un écrivain après l'arrivée d'un premier grand succès. Adulé par certain et incompris par d'autre. En plein doute une rencontre l'emmène et nous emmène sur des chemins étonnants..Ce qui m'a surtout intéressée, c'est la deuxième lecture qu'on peut faire de ce roman. Il est surtout question ici, en fait, de création littéraire. Delphine de Vignan s'interroge, et nous interroge, sur les rapports entre le réel et la littérature, entre la fiction et la réalité. Existe-t-il réellement une fiction ? ou l'écrivain ne fait-il que triturer sa propre réalité, sa propre vie pour en tirer une œuvre ? Qu'est ce qu'une autobiographie ? Flaubert disait "madame Bovary, c'est moi ", signifiant par là que le romancier, à travers tous les masques qu'il créée au travers de ses personnages, parle en fait toujours de lui-même.

Le vrai sujet du livre, c'est le dialogue des 2 héroïnes du roman, L et Delphine, sur la création littéraire, Delphine défendant la fiction pure, tandis que L pense que seule la réalité, la vérité, peuvent engendrer des chefs d'œuvre.

Afficher en entier
Bronze

Très bonne lecture, assez addictive, on a envie de connaitre le vrai du faux, mais jusqu'à la fin impossible de le savoir !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ChauvetM 2021-07-08T00:13:22+02:00
Argent

Un roman qui nous tient en haleine !

Cette auto-fiction bouleverse et questionne. Comment ? Pourquoi ? Autant de questions sans réponses claires, mais qui laissent à réfléchir.

De quoi découvrir le fonctionnement du pervers narcissique et la facilité avec laquelle nous plongeons dans ses plus sombres désirs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alasca 2021-05-28T10:36:33+02:00
Or

Roman très bien écrit, bien construit et addictif.

L'histoire est prenante, ce va et viens entre réalité et fiction, cette frontière qui se brouille m'avait captivé lors de la lecture.

Je n'ai pas lu d'autres livres de Delphine de Vigan, mais il faut que je le fasse.

Afficher en entier
Or

super addictif, je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par corinne18 2021-04-09T17:07:47+02:00
Lu aussi

Depuis quelques mois on me donne des livres ; n'ayant pas l'intention de tous les lire, ni de les garder je les redistribue. Celui-ci en faisait partie. Ayant vu le film je l'ai lu par curiosité. L'intrigue est intéressante :

La narratrice se perd dans une relation masochiste avec L, cette lectrice vampirique et plus qu'envahissante ; libre à chacun de la rendre réelle ou fantomatique.

Le livre dans le livre, l'héroïne dédoublée, le vrai dans le faux et tout inversement. le saupoudrage d'une réalité inhérente à la vie de l'autrice fait l'accroche à qui veut bien s'y laisser prendre. Une mise en abîme que je trouve parfois un peu cousue de fil blanc. Mais elle est là. Je le dis tout net les passages sur : « est-ce que les femmes d'un certain âge doivent porter des jupes courtes et les cheveux longs « et toutes les fioritures féminines du quotidien m'ont laissée de marbre et ennuyée.

Est-ce que L. est la sombre silhouette du manque d'inspiration ? de la solitude d'écrire ? Est-ce une réflexion en creux sur l'écriture, avec tout ce que cela comporte ; Ces éléments si importants depuis plusieurs années : le marketing, l'accroche commerciale, « l'air du temps », tout cela mis en balance avec l'inspiration, le travail, la remise en question, la création dans la vie et son contraire. Cela compte tellement dans le processus artistique depuis les années… . Les décideurs, les acheteurs, les producteurs, les éditeurs, les distributeurs, etc.…

Atiq Rahimi l'a dit très justement lors de son prix Goncourt ,son livre arrivait à point nommé dans l'actualité, on parlait de l'Afghanistan continuellement alors que ce pays magnifique avait sombré depuis longtemps dans la guerre. Atiq disait qu'après ce coup de projecteur, il ne serait plus aussi « attractif » puisque l'actualité changeait si rapidement…. Oui, Atiq était dans « l'air du temps », moi qui le connaissait « d'avant », cela me faisait sourire.

Et comme ce livre renvoie au processus d'écriture, pour une fois je vais parler de moi.

M'a-t-on demandé d'être dans « l'air du temps » ? Je réponds oui. « Vous n'écrivez pas de romans policiers ? Comme c'est dommage ! Ça marche très bien auprès des lecteurs, ils ne lisent que ça ! » (ce n'est pas tout à fait vrai) « Pourquoi vous n'écrivez pas sur vous ? C'est très vendeur ! » « Pourquoi vous ne faites pas du commercial ?. Faites du commercial et écrivez vos trucs à vous à côté « (on m'a donné ce conseil, il y a déjà longtemps) c'était peut-être une solution, mais quelque chose dans ma tête s'y refusait… On m'a demandé depuis quand j'écrivais – sur ce site d'ailleurs – je n'ai jamais répondu et si j'en parle ici, c'est que la lecture de ce livre m'y a fait penser. J'écris depuis bien longtemps et peut-être devrais-je le raconter ? Et pour le coup ce serait une vraie histoire vraie, même si elle peut paraître inventée. Revenons à « l'air du temps », précepte que j'ai souvent entendu. Qu'est ce que cela veut-dire « être dans l'air du temps » ? Pour une maison d'édition, un distributeur, une librairie sûrement beaucoup de chose. Peut-on être dans son époque et ailleurs ? Je le crois vraiment. Peut-on sacrifier à son style, son inspiration pour accéder à une certaine notoriété ? Je le crois aussi. Est-ce un sacrifice où un petit arrangement avec soi-même ?

L. veut du vrai, de l'authentique, de la Vérité et Delphine de Vigan se bat avec L. sur cette question ; cette vaste et insondable question de la création en générale. Où est le vrai ? Où est le factice ? Où est la part d'intime et la part d'invention ? Pour L. point de question. Inventer des histoires c'est de la haute trahison. Pour elle il n'y a qu'un processus créatif : l'expérience vécue.

Je dois dire que je suis fascinée par toutes ces autobiographies, « ces histoires vraies « en tête de gondole dans les librairies. Toutes ces personnes qui se racontent parfois sur toutes les coutures.

Quelle vérité cherchons nous dans la littérature ? Quelle vérité cherche celle et celui qui écrit ? Qu'est-ce qui est le plus important ? Pour ma part, c'est le mot juste, le mot qu'il faut.

L. ce fantôme littéraire de la narratrice, ce double psychique est biographe. de plein pied dans le faux réel ; la réalité passée au tamis de l'écriture donc réinventée.

D'ailleurs, Delphine de Vigan est-elle la narratrice ? Où est-ce une illusion littéraire ? L'emploi du « je » dans le livre, le laisse à penser, mais en même temps les miroirs étant multiples et parfois sans tain, qui sait ? Pour ma part, j'ai senti dans cette personnification des limites. le récit butait parfois sur cette satanée réalité de la personne qui raconte.

Ce livre est-il une réflexion de création littéraire ? Un mea culpa ? Un état des lieux ? Une quête ? Une remise en question qui ne veut pas s'admettre entièrement ? Tout cela à la fois ? Où juste une histoire qui se dit vrai.

Mais on y parle d'écriture ; mystère et esseulement.

La narratrice a longtemps écrit des journaux intimes avant de se « lancer ». A un moment donné elle a senti qu'elle devait franchir un cap et s'exposer. L. aimerait bien que tous ces journaux intimes soient livrés aux lecteurs comme l'ultime Vérité. le seul roman qui vaille. L. n'aime pas les contrefaçons, elle qui en est une superbe.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par corinne18 2021-04-01T20:36:06+02:00
Lu aussi

Depuis quelques mois on me donne des livres ; n'ayant pas l'intention de tous les lire, ni de les garder je les redistribue. Celui-ci en faisait partie. Ayant vu le film je l'ai lu par curiosité. L'intrigue est intéressante :

La narratrice se perd dans une relation masochiste avec L, cette lectrice vampirique et plus qu'envahissante ; libre à chacun de la rendre réelle ou fantomatique.

Le livre dans le livre, l'héroïne dédoublée, le vrai dans le faux et tout inversement. le saupoudrage d'une réalité inhérente à la vie de l'autrice fait l'accroche à qui veut bien s'y laisser prendre. Une mise en abîme que je trouve parfois un peu cousue de fil blanc. Mais elle est là. Je le dis tout net les passages sur : « est-ce que les femmes d'un certain âge doivent porter des jupes courtes et les cheveux longs « et toutes les fioritures féminines du quotidien m'ont laissée de marbre et ennuyée.

Est-ce que L. est la sombre silhouette du manque d'inspiration ? de la solitude d'écrire ? Est-ce une réflexion en creux sur l'écriture, avec tout ce que cela comporte ; Ces éléments si importants depuis plusieurs années : le marketing, l'accroche commerciale, « l'air du temps », tout cela mis en balance avec l'inspiration, le travail, la remise en question, la création dans la vie et son contraire. Cela compte tellement dans le processus artistique depuis les années… . Les décideurs, les acheteurs, les producteurs, les éditeurs, les distributeurs, etc.…

Atiq Rahimi l'a dit très justement lors de son prix Goncourt ,son livre arrivait à point nommé dans l'actualité, on parlait de l'Afghanistan continuellement alors que ce pays magnifique avait sombré depuis longtemps dans la guerre. Atiq disait qu'après ce coup de projecteur, il ne serait plus aussi « attractif » puisque l'actualité changeait si rapidement…. Oui, Atiq était dans « l'air du temps », moi qui le connaissait « d'avant », cela me faisait sourire.

Et comme ce livre renvoie au processus d'écriture, pour une fois je vais parler de moi.

M'a-t-on demandé d'être dans « l'air du temps » ? Je réponds oui. « Vous n'écrivez pas de romans policiers ? Comme c'est dommage ! Ça marche très bien auprès des lecteurs, ils ne lisent que ça ! » (ce n'est pas tout à fait vrai) « Pourquoi vous n'écrivez pas sur vous ? C'est très vendeur ! » « Pourquoi vous ne faites pas du commercial ?. Faites du commercial et écrivez vos trucs à vous à côté « (on m'a donné ce conseil, il y a déjà longtemps) c'était peut-être une solution, mais quelque chose dans ma tête s'y refusait… On m'a demandé depuis quand j'écrivais – sur ce site d'ailleurs – je n'ai jamais répondu et si j'en parle ici, c'est que la lecture de ce livre m'y a fait penser. J'écris depuis bien longtemps et peut-être devrais-je le raconter ? Et pour le coup ce serait une vraie histoire vraie, même si elle peut paraître inventée. Revenons à « l'air du temps », précepte que j'ai souvent entendu. Qu'est ce que cela veut-dire « être dans l'air du temps » ? Pour une maison d'édition, un distributeur, une librairie sûrement beaucoup de chose. Peut-on être dans son époque et ailleurs ? Je le crois vraiment. Peut-on sacrifier à son style, son inspiration pour accéder à une certaine notoriété ? Je le crois aussi. Est-ce un sacrifice où un petit arrangement avec soi-même ?

L. veut du vrai, de l'authentique, de la Vérité et Delphine de Vigan se bat avec L. sur cette question ; cette vaste et insondable question de la création en générale. Où est le vrai ? Où est le factice ? Où est la part d'intime et la part d'invention ? Pour L. point de question. Inventer des histoires c'est de la haute trahison. Pour elle il n'y a qu'un processus créatif : l'expérience vécue.

Je dois dire que je suis fascinée par toutes ces autobiographies, « ces histoires vraies « en tête de gondole dans les librairies. Toutes ces personnes qui se racontent parfois sur toutes les coutures.

Quelle vérité cherchons nous dans la littérature ? Quelle vérité cherche celle et celui qui écrit ? Qu'est-ce qui est le plus important ? Pour ma part, c'est le mot juste, le mot qu'il faut.

L. ce fantôme littéraire de la narratrice, ce double psychique est biographe. de plein pied dans le faux réel ; la réalité passée au tamis de l'écriture donc réinventée.

D'ailleurs, Delphine de Vigan est-elle la narratrice ? Où est-ce une illusion littéraire ? L'emploi du « je » dans le livre, le laisse à penser, mais en même temps les miroirs étant multiples et parfois sans tain, qui sait ? Pour ma part, j'ai senti dans cette personnification des limites. le récit butait parfois sur cette satanée réalité de la personne qui raconte.

Ce livre est-il une réflexion de création littéraire ? Un mea culpa ? Un état des lieux ? Une quête ? Une remise en question qui ne veut pas s'admettre entièrement ? Tout cela à la fois ? Où juste une histoire qui se dit vrai.

Mais on y parle d'écriture ; mystère et esseulement.

La narratrice a longtemps écrit des journaux intimes avant de se « lancer ». A un moment donné elle a senti qu'elle devait franchir un cap et s'exposer. L. aimerait bien que tous ces journaux intimes soient livrés aux lecteurs comme l'ultime Vérité. le seul roman qui vaille. L. n'aime pas les contrefaçons, elle qui en est une superbe.

Afficher en entier
Or

D'après une histoire vraie | Delphine de Vigan

Il y a peu de temps j'ai découvert le talent de Delphine de Vigan à travers la lecture du magnifique roman " Les gratitudes " et je m'étais promis de m'intéresser au plus vite aux autres livres de l'auteur: c'est chose faite !

Dans un univers bien différent, j'ai là aussi été complètement happée par cette histoire. 

J'ai ADORÉ me sentir baladé tout du long. A chaque fois je pensais au titre, j'en faisais le lien avec ce que je lisais et me disais "mais quoi alors, c'est vrai, c'est pas vrai ? " 

Y a même rien d'autre à dire sur cette lecture: lisez-le et laissez vous manipuler par l'auteure, pour votre plus grand plaisir ! 

Afficher en entier

Dates de sortie

D'après une histoire vraie

  • France : 2015-08-26 (Français)
  • France : 2017-01-04 - Poche (Français)
  • Canada : 2015-09-02 (Français)
  • Canada : 2017-02-08 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 1053
Commentaires 156
extraits 77
Evaluations 300
Note globale 7.49 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode