Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Dédicaces de Voltaire et autres évènements

Ajouter une dédicace ou un évènement pour Voltaire
Auteurs aux thèmes similaires
Evaluations moyenne de ses livres
Critère Note Visuel
Globale 6.5
Scénario 6.2
Ecriture 6.9
Suspense 5.4
Originalité 6.3
Addictivité 5
Pédagogie 7.1
Créativité 6
Personnages 6.3
Humour 5.3

Voltaire

Nom de naissance

Prix et distinctions

Naissance

  • Date : 21 Novembre 1694 (83 ans)
  • Lieu : France

Décès

  • Date : 30 Mai 1778 (à 83 ans)
  • Lieu : France

Editeurs

Gallimard : 23 livres
Flammarion : 15 livres
Larousse : 11 livres

Les chiffres

Présent dans : 8 709 biblio
Note moyenne : 6.5 / 10
Nombre d'évaluations : 2197
Position top auteur : -

Dans les biblio des Booknautes

Liste

Dans le top auteur

Position
[["10 oct","544"],["17 oct","544"]]

Ajouts par semaine

Ajout
[["Sem 31",33],["Sem 32",34],["Sem 33",38],["Sem 34",38],["Sem 35",36],["Sem 36",30],["Sem 37",43],["Sem 38",38],["Sem 39",24],["Sem 40",32],["Sem 41",30]]

Evaluation moyenne

Note
[["d\u00e9c",5.815],["jan",6.706],["f\u00e9v",6.05],["mar",6.368],["avr",6.533],["mai",6.5],["jui",5.615],["jui",6.406],["ao\u00fb",6.029],["sep",6.556],["oct",6.467]]

Biographie de Voltaire

Ajouté par annso06 le 11 Septembre 2009
François Marie Arouet, dit Voltaire[1], né le 21 novembre 1694[2] à Paris où il meurt le 30 mai 1778, est un écrivain et philosophe qui a marqué le XVIIIe siècle et qui occupe une place particulière dans la mémoire collective des Français. « On n’emprisonne pas Voltaire » dira de Gaulle en 1960 à ceux qui réclament l’inculpation de Sartre dans l’affaire du Manifeste des 121.Symbole des Lumières, chef de file du parti philosophique, son nom reste attaché à son combat contre « l’infâme » (il invente en 1759 le slogan « écrasons l’infâme » par lequel il termine ses lettres à ses intimes), nom qu’il donne au fanatisme religieux. Il n’en finit pas de dresser la liste des malheurs et des crimes qu’il engendre, et, pour lui, il ne peut y avoir de progrès de l’humanité et de la civilisation sans tolérance. Dans ce contexte, son grand ennemi est la religion chrétienne et l’Église catholique de son temps. Ses adversaires l’accuseront de saper les bases de la religion et par là même de la monarchie et de favoriser la dépravation des mœurs.

À près de 70 ans, exilé loin de Paris dans son château de Ferney, il prend, seul, la défense des victimes de l’intolérance religieuse et de l’arbitraire dans des affaires qu’il a rendues célèbres (Calas, Sirven, chevalier de La Barre, comte de Lally) et met son immense notoriété auprès des élites éclairées de l’Europe des Lumières à leur service. C’est ce Voltaire-là, « l’homme aux Calas », le « don Quichotte des malheureux » que le peuple de Paris ovationne, à son retour dans la capitale en 1778. Il inaugure ainsi la figure de l’intellectuel engagé au service de la vérité, de la justice et de la liberté de penser.
De son œuvre littéraire, on lit aujourd'hui essentiellement ses écrits philosophiques en prose : contes et romans (Candide est son ouvrage le plus célèbre), Lettres philosophiques, Dictionnaire philosophique) et sa correspondance (40 000 lettres dont 15 000 retenues dans les 13 volumes de la Pléiade). Son théâtre (René Pomeau a estimé à deux millions de personnes l’affluence attirée par ses tragédies de son vivant[3]), ses poésies épiques, ses œuvres historiques, qui firent de lui l’un des écrivains français les plus célèbres au XVIIIe siècle, sont aujourd’hui largement négligées ou ignorées. Peu d’écrivains ont écrit en français mieux que Voltaire : sa phrase est courte, simple, élégante, toujours précise. Son ironie — la fameuse ironie voltairienne — est mordante. L’audace, la verve, la causticité de sa prose donnent une idée de ce que devait être l’éclat de sa conversation.
Considéré par la Révolution française - avec Rousseau, son ennemi - comme un précurseur (il entre au Panthéon en 1791, le deuxième après Mirabeau), célébré par la IIIe République (dés 1870 à Paris un boulevard et une place portent son nom, puis un quai, une rue, un lycée, un métro…), il a nourri au XIXe siècle les passions antagonistes des adversaires et des défenseurs de la laïcité de l’État et de l’école publique, et au-delà de l’esprit des Lumières. Le mot « voltairianisme » apparaît dans le Littré de 1873 comme « esprit d'incrédulité railleuse à l'égard du christianisme ». Depuis le ralliement progressif de la droite de gouvernement à l’idéal laïque, il fait partie du patrimoine commun de la République.
Voir les biographies de Voltaire

Interviews de Voltaire


Citations de Voltaire

Ajouté par myra44 le 25 Août 2012
"Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent."
Ajouté par Looryn le 3 Décembre 2012
Puissent tous les hommes se souvenirs qu'ils sont frères.
Ajouté par myra44 le 25 Août 2012
"Plus on a médité, plus on est en état d'affirmer qu'on ne sait rien."
Ajouté par myra44 le 25 Août 2012
"Dire le secret d'autrui est une trahison, dire le sien est une sottise."
Ajouté par santa le 12 Juin 2014
On doit des égards aux vivants, on ne doit aux morts que la vérité.
Voir les citations de Voltaire

Informations diverses

Ajouter / Voir plus