Livres
483 455
Membres
470 901

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Fils du Vent, Tome 2 : Voyages en Orient



Description ajoutée par Fannyanka 2016-04-14T17:01:00+02:00

Résumé

Joran, Föhn et Khamsin sont de retour à Suly. Seulement, rien ne se passe comme ils l’avaient prévu. Shamal s’est mariée au jeune prince Philippe, pour obéir à son père qui le lui a demandé, et si elle en souffre, si elle est toujours éperdument amoureuse de Joran, elle refuse pourtant de s’enfuir avec lui, malgré ses suppliques. Tous les deux sont déchirés, mais Shamal ne revient pas sur sa décision. Aussi Joran se prépare-t-il à quitter Suly une semaine à peine après son départ, pour traverser le grand désert qui borde Suly, et que l’on dit infranchissable. Il sait qu’il sera à présent séparé de sa bien-aimée pour très longtemps, sans doute… Ça lui déchire le cœur, mais il sait qu’il doit à présent aller de l’avant…

Khamsin a vécu une semaine au paradis, dans les bras de Borée, qui est tout à la fois son amante, sa belle-sœur et sa tante… Mais il sait que son bonheur devra prendre fin. Il sait qu’il n’a pas le droit de voler le bonheur de Borée et de son époux, Simal. Aussi s’apprête-t-il lui aussi à reprendre la route, aux côtés de Joran et de Föhn. Il sait qu’il ne pourra sans doute jamais revenir en arrière, il sait qu’il n’en a pas le droit et qu’il doit laisser Borée et Simal vivre leur vie sans lui, ils méritent le bonheur… Mais lui, qui le lui donnera, ce bonheur dont il s’est privé ?

Föhn, lui, souffre en silence de sa décision, qui l’a mené à quitter Alide, la jeune fille de l’eau qu’il aime de tout son cœur. Il l’a fuie, parce qu’il ne se sentait pas capable de vivre une vie de couple à ses côtés, parce qu’il est persuadé qu’il n’est pas digne d’elle. Il le regrette, mais il n’a pas la force de revenir en arrière, pas encore… Mais ce courage… l’aura-t-il seulement un jour ?

Les trois amis rêvent d’aventure, ils s’interrogent sur les mystères qu’ils découvriront de l’autre côté du désert. Ils en ignorent tout. Ils n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils trouveront.

Shamal, elle, a regagné Tintan, elle a repris sa vie aux côtés de son mari. Elle a la sensation de s’être arraché le cœur… Elle se sent si désespérée qu’elle n’a plus guère le goût de vivre… C’est alors que, des tréfonds de son être, ses instincts d’Alk Tempoh vont jaillir et l’inquiéter. Shamal n’a jamais désiré personne d’autre que Joran… jusqu’à ce jour. Leurs dernières entrevues ont été trop courtes, et l’ont laissée frustrée. A présent, le désir naît dans sa chair. Saura-t-elle lui résister ?

------

Avec Les Fils du Vent, Aurélie Chateaux-Martin nous gratifie d’une nouvelle série, dans la lignée des derniers tomes de La Plume du Phénix. Une fantasy romantique, érotique et rafraîchissante dans un univers peuplé de créatures magiques, de cultures inattendues et plus vaste qu’on ne pourrait le deviner.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Avec exactement une minute d’écart, j’entame la deuxième chronique des Fils du Vent, 1er cycle, deuxième livre qui s’intitule : Voyages en Orient.

Le titre révèle déjà une partie de l’intrigue. Car, je ne vous l’ai pas encore dit, mais dans les Fils du Vent, on ne se contente pas de suivre aveuglement nos trois compagnons... Un chapitre est divisé comme ceci :

- Un premier extrait du journal intime de Föhn.

- Un extrait du journal intime de Shamal ou une correspondance entre Zéphyr et Esalf.

- Un extrait des mémoires d’Esalf.

- Le narrateur suit les aventures des trois compagnons.

- Et pour finir, une correspondance qui change de temps en temps.

Tout ça pour vous dire, que les personnages (ou l’auteure, à vous de choisir) nous font savoir ce qu’ils vivent même quand les kilomètres les séparent.

Les personnages :

Joran : Joran commence à succomber au charme des femmes orientales, et honnêtement, il y a de quoi succomber. J’avoue que je l’ai assez mal pris quand je l’ai vu tomber dans les bras d’une autre alors qu’il criait toujours son amour pour Shamal. Mais bon, je lui pardonne, car la jeune Alk Tempoh s’est carrément mariée au prince Philippe.

Shamal : Shamal vit sa vie entre Tintan (où elle coule des jours « heureux » avec son mari) et Suly. On suit ses aventures grâce à son journal et la correspondance qu’elle maintient avec sa famille, et on s’y attache sans le vouloir. Je n’ai jamais été très emballée par des personnages féminins, mais j’ai fait une exception pour elle.

Föhn : Föhn fait des gaffes, mais c’est ça que j’aime chez lui, il me fait rire. Mine de rien, je pense qu’il se cache derrière ce masque de « clown de service » car quelque chose de bien plus profond le tenaille. Le beau magicien a aussi ses propres secrets, et ne croit pas en l’amour, ou ne veut pas y croire.

Khamsin : Il devient de plus en plus puissant… son comportement change en compagnie de Joran et de Föhn, et il change en bien car dans le premier tome il était sacrément grognon, ce que je peux comprendre vu sa situation avec Borée qui va aussi finir par voyager, missionnée par le doyen de la famille.

Thalwind : Thal continue de passer ses initiations, et s’amuse un peu avec toutes les femmes qu’il croise. Le portrait du jeune homme est encore un peu flou, le mystère plane encore sur lui, c’est le tome 3 qui va vraiment révéler sa personnalité.

Intrigue :

Je pense que le résumé de ce tome-ci est assez complet, c’est pourquoi je ne vais pas en rajouter une couche avec l’intrigue. Juste préciser un peu plus sur le voyage dans le désert, où notre petite troupe va découvrir une nouvelle race : les djinns. J’avais déjà eu le loisir d’en rencontrer dans Enfants des Fées, si vous ne connaissez pas je vous laisse une petite description qui correspond assez bien aux créatures de ce roman :

Les djinns sont des créatures surnaturelles issues de croyances de tradition sémitique. Pour les Maghrébins, les djinns représentent une autre race habitant la terre, ce sont des êtres qui habitent les endroits déserts, les points d'eau, les cimetières et les forêts. Pour se manifester, ils prennent diverses formes (métamorphe), dont celles de l'homme ou des animaux.

Bon, je ne vais pas vous mentir, la description est plutôt globale. Les djinns de l’auteur sont différents, si vous voulez voir un aperçu, je vous conseille la lecture de ce conte que vous retrouverez dans le tome suivant (je vous envoie directement sur la page Facebook d’Aurélie) : Le conte des Deux Génies.

Suite de la chronique: http://lalivrothequeblog.weebly.com/fils-du-vent-ii-par-aureacutelie-chateaux-martin.html

Afficher en entier
Bronze

Comme prévu, Joran, Föhn et Khasmin embarquent à bord d’un bateau pour traverser la vaste étendue de désert, espérant vivre de nouvelles aventures. Mais très vite, l’impétuosité des désirs de Föhn va conduire les trois garçons à leur perte … Et pendant que ces derniers découvrent à leurs dépens un pays et une culture emprunts de règles, de magie et de volupté, Shamal, de son côté, s’ennuie à mourir dans le palais qu’elle partage avec son époux, Philippe. Devinant le mal être de sa fille et voulant rompre la monotonie de son quotidien, Zéphyr, son père, lui propose d’effectuer des missions diplomatiques pour le compte de l’Ordre. C’est ainsi que Shamal fuit sa vie pour suivre le chemin qu’a emprunté Joran, son amour perdu, un an plus tôt …

Avec Voyage en Orient, Les Fils du Vent prennent une nouvelle tournure, moins érotique, certes, mais plus palpitante avec de nombreuses aventures. Certains personnages qui étaient un peu restés au second plan lors du précédent tome, telles que Borée ou Shamal, sont davantage mis en avant, faisant avancer l’histoire du côté féminin, tandis que d’autres comme Zéphyr ou Esalf s’effacent légèrement sans pour autant perdre de leur valeur.

Mais revenons d’abord sur le scénario de ce livre qu’Aurélie Chateaux-Martin m’a généreusement confié. Dans Voyage en Orient, on retrouve nos trois héros masculins, Joran, Föhn et Khasmin, plongés dans une expédition digne des plus célèbres contes orientaux, version adulte. Car avec Föhn, personnage fougueux et complètement immature, il est impossible de rester chaste bien longtemps. Ici, les trois amis vont rencontrer, outre de charmantes créatures, un génie, des djinns, des objets ou des lieux ensorcelés et une enchanteresse qui vont ponctuer leur chemin d’épreuves ou de récompenses en même temps qu’ils devront apprivoiser cette nouvelle contrée aux coutumes et aux us bien différents des leurs.

De l’autre côté du désert, le lecteur suit aussi Shamal dans ses tourments d’Alk Tempoh en devenir. Car si la jeune fille avait jusqu’alors obéit aveuglément à son père concernant ses choix de vie, elle devient aujourd’hui « femme » et s’individualise tout en découvrant sa véritable nature pleine de désirs insatisfaits qu’elle veut combler coûte que coûte.

Borée, quant à elle, tente de se reconstruire après le tumulte de la semaine passée en compagnie de son mari et de son amant. Elle réalise alors, à l’instar de Zéphyr, qu’elle n’aurait pas dû mettre à mal la relation naissante entre son fils et sa nièce et regrette la façon dont elle a géré l’événement.

Enfin, Esalf nous livre l’incroyable parcours de Thalwind qui, après avoir refusé son initiation, s’engage à cœur perdu dans une formation druidesque pour laquelle il semble avoir de très fortes dispositions. Mais comme toujours, avec le jeune homme, si les objectifs sont honorables, les motivations laissent cependant à désirer. Car Thalwind n’embrasse qu’une seule envie, rejoindre ses camarades en Orient pour vivre à son tour des passions charnelles exotiques …

D’un point de vue structurel, j’ai encore une fois apprécié de lire cet alternance textuelle faite d’extraits de journaux intimes, de récits d’aventures et de correspondances qui donne de la personnalité à cette narration. Le lecteur n’est pas simplement spectateur, il partage les sentiments ainsi que les émotions des personnages et ceci est, pour moi, un vrai plus.

Grâce à son style toujours aussi agréable et fluide, Aurélie Chateaux-Martin parvient à donner vie avec légèreté et précision à la ribambelle de personnages qu’elle met en scène ainsi qu’aux décors et ambiances qu’ils traversent.

Voyage en Orient est donc une aventure érotique plaisante qui nous fait voyager loin de chez nous, aux pays des Mille et une nuits prometteuses …

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 2
Commentaires 2
Extraits 0
Evaluations 1
Note globale 7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode