Livres
492 659
Membres
488 600

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nos promesses sont éternelles



Description ajoutée par LIBRIO64 2019-11-28T17:01:34+01:00

Résumé

Entre les heures supplémentaires dans son job et sa fille ado qui se transforme en bombe à retardement, Justine frôle le burn-out deux fois par jour… Et en prime, elle va fêter ses 40 ans !

Lorsque son mari lui offre un appareil à smoothies pour son anniversaire, c'est la goutte d'eau. À quel moment les choses ont-elles tellement dérapé pour qu'il imagine lui faire plaisir avec un appareil ménager ? Et dire qu'à 18 ans, avec ses amis du lycée, elle s'était juré de dévorer la vie et de rester libre pour toujours !

Justine décide de partir à la recherche de sa bande de copains, pour voir si eux aussi ont laissé leurs rêves de côté. Que sont devenus les fous rires, les larmes, l’insouciance et les espoirs de leur jeunesse ? Un périple plein de surprises au cours duquel Justine fera la plus belle rencontre de sa vie : la sienne.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par bellajessica 2019-11-28T09:08:58+01:00

Pourtant, ça avait bien commencé. J’étais plutôt rock’n’roll comme fille, avant les CDI, les responsabilités et la taxe d’habitation. J’ai quand même traversé les années 1980 et 1990, et croyez-moi, ça vous forge un destin, ce genre de choses. J’ai grandi avec Jennifer Beals, Dylan McKay, Drazic et La Fête à la maison, et j’ai dansé sur Gala sans que ce soit un vieux morceau honteux, celui que le DJ ressort à 2 heures du matin pour les vieilles du fond de la salle, celles qui parlent du bon vieux temps des Malibu ananas. Quand j’étais ado, on roulait en Chappy ou en BWs, on devait avoir des unités sur notre carte France Télécom pour prévenir si on avait du retard et on avait le droit à quatre poses différentes sur les Photomatons. J’ai porté des sous-pulls qui grattent et des fuseaux, mangé des avocats-crevettes avant que ce soit la mode des avocado toasts, et de la macédoine de légumes dans des pamplemousses évidés. C’était la grande époque des oranges givrées, des bonbons Batna et des Yes à la récré. J’ai passé des heures sur le Minitel, et je me tapais la honte quand j’étais au téléphone et que mon père décrochait le combiné du bas pour me demander si ça allait durer encore longtemps ces histoires.

J’ai rêvé d’être Sophie Marceau dans L’Étudiante et d’embrasser Jean-Marc Barr dans Le Grand Bleu. J’ai eu un Discman sur lequel les CD sautaient dès que je marchais, et un Walkman autoreverse trop beau. J’ai eu ma carte d’abonnement au vidéoclub, fait des compilations sur cassettes et enregistré des bouts de sitcom sur les VHS de ma sœur. J’ai acheté des jambon-beurre à dix francs et tenté de communiquer avec mes potes sur mon Tatoo. Je crois que je n’ai jamais réussi. J’ai changé chaque semaine le message d’accueil de mon répondeur en fonction de mon humeur et de mon emploi du temps, et quitté des amoureux transis sans avoir à les virer de Facebook. On pouvait ghoster tranquillement il y a vingt ans. J’ai galéré avec le service clients Noos, frimé avec mon premier Nokia, je savais me repérer sans Google Maps et mémoriser des dizaines de numéros de téléphone par cœur. Ma vie était sur les rails du succès, je le sentais. Et si on m’avait demandé à vingt ans comment j’imaginais ma vie plus tard, l’option de l’anniversaire fêté un dimanche midi entre un pilier de bar et des enfants hystériques n’aurait certainement pas fait partie de mes plans. J’avais raté quelque chose, de toute évidence, mais quoi ?

J’étais en train de passer en revue tous les choix que j’avais faits jusque-là, tout en écoutant distraitement Gaëlle me parler du troisième nouvel amour de sa vie en trois mois, quand l’évidence m’a frappée : je n’étais pas au bon endroit, je m’étais trompée de route, je n’avais rien à faire là. Je rêvais de partir en courant, pour reprendre ma vie là où elle s’était arrêtée, avant mon mariage, avant la maison en location, avant le job en open space, avant les déclarations de nourrice à Pajemploi et les rappels de vaccins des enfants. Je devais retrouver la Jennifer Beals qui sommeillait en moi, et devenir une femme Barbara Gould, celle qui me faisait rêver quand j’avais dix ans. Mais est-ce que je pouvais vraiment tous les planter comme ça ?

Max s’était alors avancé vers moi en portant un fraisier, alors que primo, ce n’était pas encore la saison, et que deusio, je n’aime que les gâteaux au chocolat. Ça commençait bien. Il avait chantonné, heureux :

— À âge exceptionnel, cadeau exceptionnel !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Je remercie encore vivement mon partenaire pour l'envoi de ce service presse. Tout d'abord j'aime ce style de couverture qui laisse penser à une histoire fraîche et pétillante, dont le titre est percutant. J'ai été assez emballée par ma lecture avec laquelle j'ai passé un très bon moment avec les personnages que l'on rencontre dans ce roman. Plus précisément Justine notre personnage principal féminin qui est littéralement en plein pétage de plombs lors de ses quarante ans. Celle ci fête ses quarante printemps, bien sûr c'est une fête surprise qu'elle ne souhaitait pas faire puis elle découvre avec horreur et stupéfaction le cadeau d'anniversaire offert par son mari: un appareil à smoothie. Non mais il ne manquait plus que ça. Décidément il ne l'a connaissait vraiment pas. Elle avait eu beau lui faire une liste de livres qu'elle souhaitait, jamais elle n'aurait eu ce quelle voulait. C'en est trop cette fois ci. Justine se rend finalement compte qu'elle n'a jamais reellement pris de temps pour elle et encore plus depuis sa grossesse tardive du petit deuxième, toujours à se préoccuper de sa famille entre les enfants à gérer, les horaires et l'emploi du temps à gérer en passant par un mari démissionnaire pour qui tout roule quand c'est du tout cuit pour lui et ne voit pas où est le problème et ce qui prend à sa femme tout à coup. Il ne voit rien, ne comprend rien. Justine va décider de prendre enfin une semaine loin de tout afin de faire le point et partir à la recherche de ses anciens amis de lycée. À l'âge où ils avaient des rêves et ambitions par la tête. Elle souhaite voir s'ils ont obtenu ce qu'ils voulaient dans leurs vies ou si comme elle ils avaient loupé un épisode. Aidé de sa complice et amie elle va partir dans un périple à travers le temps. Nous allons prendre plaisir à accompagner Justine dans sa quête, la voir nostalgique de ce bon vieux temps. Aura t'elle toutes mes réponses à ces questions ? On l'espère pour elle, pour qu'elle soit en paix.

Prendra t-elle une décision consernant sa vie de femme ? Réussira t-elle surtout à faire prendre conscience à Max qu'elle a besoin de temps pour elle et que les choses devront changer en commençant par lui ? J'ai bien apprécié ce roman même s'il m'a manqué un petit quelque chose de plus surprenant. Un rebondissement plus inattendu et surprenant pour étoffer le roman. La globalité du récit est très bien maîtrisé et nous captive aisément. C'est un super point intéressant et primordial.

Toutes sortes de questions vont être amenés à être soulevées dans cette mission nostalgie. Des passages plus poussés qui m'ont fait penser au thème du développement personnel.

Ma lecture a été très agréable, la fluidité du récit est appréciable car on file sur les mots rapidement. Ça a aussi été une belle découverte consernant l'auteure.

Je vous conseille ce roman pour passer un bon moment sympathique.

● NOTE: 3.5/5 ⭐⭐⭐☆☆

Afficher en entier

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 2
Commentaires 1
Extraits 1
Evaluations 1
Note globale 7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode