Lire la suite...
Les gens aiment aussi
Dans les listes de lecture des booknautes
Activité récente
Livres ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 7
Scénario 0
Ecriture 0
Suspense 0
Originalité 0
Addictivité 0
Pédagogie 0
Créativité 0
Personnages 0
Humour 0

Vos favoris l'ont en bibliothèque

Les Campagnes hallucinées

Auteur

Auteur

Auteurs

Date de sortie

Apprécié pour

Editions

Présent dans votre biblio :

Description

Ajouté par marquisedemerteuil le 02-02-2012
Les Campagnes hallucinées et les Villes tentaculaires immortalisèrent Émile Verhaeren comme le poète inspiré de la contradiction sociale de la fin du siècle passé. Dans ces deux recueils, le poète s’évade de son autobiographie douloureuse en s’ouvrant aux grandes forces qui traversent le monde. Bien sûr, on retrouve parfois, comme dans les Chansons de fou, les hallucinations morbides de la « trilogie noire », mais le thème principal de ce recueil est bien social : la campagne meurt (Les Campagnes hallucinées) mangée par Les Villes tentaculaires. Et cela même si Verhaeren esquisse le rêve d’une entente cordiale entre la nature et le progrès industriel et scientifique.

Extraits

Ajouté par Biquet le 26-10-2011
Chanson de fou (2)

Je les ai vus, je les ai vus,
Ils passaient, par les sentes,
Avec leurs yeux, comme des fentes,
Et leurs barbes, comme du chanvre.

Deux bras de paille,
Un dos de foin,
Blessés, troués, disjoints,
Ils s'en venaient des loins,
Comme d'une bataille.

Un chapeau mou sur leur oreille,
Un habit vert comme l'oseille ;
Ils étaient deux, ils étaient trois,
J'en ai vu dix, qui revenaient du bois.

L'un d'eux a pris mon âme
Et mon âme comme une cloche
Vibre en sa poche.

L'autre a pris ma peau
- Ne le dites à personne -
Ma peau de vieux tambour
Qui sonne.

Un paysan est survenu
Qui nous piqua dans le sol nu,
Eux tous et moi, vieilles défroques,
Dont les enfants se moquent.

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Les derniers commentaires ajoutés

Par oboys le 2013-12-28 15:32:57 Editer
J'ai toujours aimé la poésie de Verhaeren. Ici on ne retrouve pas comme dans ses premiers volumes une ode à son pays Flamand, ses descriptions de la campagne. Le naturalisme des débuts a fait place au constat amer de la fin du XIXème siècle et du début du XXème, le monde urbain va prendre le pas sur le monde rural.
Par marquisedemerteuil le 2012-02-02 07:51:37 Editer
Très belle écriture, très poétique. Il s'agit d'un texte assez complexe, difficile à comprendre lorsqu'on ne connait pas le contexte, mais il est empreint d'un souffle épique tel que n'importe qui peut l'apprécier. Livre génial !
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.