Livres
558 069
Membres
606 053

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Fortune des Rougon



Description ajoutée par Virgile 2009-08-08T22:30:35+02:00

Résumé

Dans la petite ville provençale de Plassans, au lendemain du coup d'État d'où va naître le Second Empire, deux adolescents, Miette et Silvère, se mêlent aux insurgés. Leur histoire d'amour comme le soulèvement des républicains traversent le roman, mais au-delà d'eux, c'est aussi la naissance d'une famille qui se trouve évoquée : les Rougon en même temps que les Macquart dont la double lignée, légitime et bâtarde, descend de la grand-mère de Silvère, Tante Dide. Et entre Pierre Rougon et son demi-frère Antoine Macquart, la lutte rapidement va s'ouvrir. Premier roman de la longue série des Rougon-Macquart, La Fortune des Rougon que Zola fait paraître en 1871 est bien le roman des origines. Au moment où s'installe le régime impérial que l'écrivain pourfend, c'est ici que commence la patiente conquête du pouvoir et de l'argent, une lente ascension familiale qui doit faire oublier les commencements sordides, dans la misère et dans le crime. " Votre comédie est tragique ", écrit Hugo juste après avoir lu le livre : " Vous avez le dessin ferme, la couleur franche, le relief, la vérité, la vie. Continuez ces études profondes.

Afficher en entier

Classement en biblio - 797 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par cam881995 2014-01-30T17:38:30+01:00

C'était comme un large courant d'enthousiasme. Le souffle d'épopée qui emportait Miette et Silvère, ces grands enfants avides d'amour et de liberté, traversait avec une générosité sainte les honteuses comédies des Macquart et des Rougon.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Je dois avouer que je ne comprends pas du tout pourquoi la quasi-totalité des profs de français font lire à leurs élèves "Germinal" ou "L'Assommoir" plutôt que "La Fortune des Rougon". Je trouve ça complètement idiot, car, à mon sens, il est extrêmement dur de comprendre certains leitmotivs de la saga si on ne commence pas par le début. Je pense tout particulièrement au concept d'hérédité. Quand on est balancé sans explication dans le 10ième tome de la saga, et qu'on nous explique que le personnage X est alcoolique parce que le frère du cousin par alliance de son oncle l'était, ça n'a strictement aucun sens. Et je caricature à peine...

Alors qu'il suffirait de lire "La Fortune des Rougon" pour que les choses soient claires comme de l'eau de roche. Ce livre pose magnifiquement les bases de cette immense saga. Il prend vraiment le temps de nous présenter toutes les branches de cette famille, tous les vices qu'on y trouve et qui se répéterons inlassablement générations après générations. Je pense vraiment que c'est LE roman incontournable pour comprendre et apprécier cette œuvre.

Au niveau de l'intrigue en elle-même, on s'accordera surement tous pour dire que ce n'est pas l'aventure la plus mémorable que nous ait proposé Zola. Mais je l'aime beaucoup tout de même, principalement pour son très bon encrage historique et politique. Légitimistes, orléanistes, bonapartistes ou républicains, on fait bien ressentir les mentalités et problématiques de cette époque si particulière qu'est le tout début du Second Empire. Tantôt tourné vers les manipulations politiques, tantôt proposant une ambiance plus guerrière, on comprend déjà en filigrane les opinions politiques de Zola. Malgré des personnages principaux plutôt bonapartistes, on ressent sans mal son amour de la République, notamment grâce au personnage de Silvère.

En parlant de Silvère, il forme avec Miette un duo vraiment très attendrissant. On les voit peu, mais ils sont un peu la lumière au bout du tunnel dans ce livre, la petite pause douceur dans un univers très dur, et je trouve ça très agréable. Et c'est d'autant plus appréciable que ce n'est pas forcément le genre de personnage le plus courant chez Zola, donc quand il y en a un, on s'y attache beaucoup. Spoiler(cliquez pour révéler)Et c'est aussi ça qui rend leurs morts si touchantes, je pense.

Pour finir, le style d'écriture. Alors bon, je sais que beaucoup de gens détestent le style de Zola, mais moi je m'éclate vraiment avec ses romans. C'est sûr qu'il a des descriptions à rallonge qui peuvent au premier coup d'œil sembler complètement indigestes. Mais si on prend vraiment le temps de les lires avec attention, d'en apprécier chaque mot, on se rend compte du travail d'orfèvre de l'auteur. C'est des descriptions longues mais pas lourdes. Ce n'est pas du tout du blabla pour remplir des pages, chaque chose à son importance, et l'ensemble est capable de provoquer de nombreuses émotions et images, au moins tout autant que les phases d'action. Bref, c'est le genre d'auteur qui arrive à me captiver alors qu'il passe 20 pages à me décrire l'ancien cimetière d'une ville imaginaire. Autant dire que l'ennuie et les longueurs que certains regrettent, je ne les ressens mais alors absolument pas.

Afficher en entier
Or

La fortune des Rougon a le double mérite de proposer une histoire fort intéressante et d'analyser aussi bien les hommes en général que l'époque dans laquelle elle s'inscrit. On découvre ou on redécouvre Zola grâce à ce roman, dans un style plus poétique que réaliste, et dans un monde (celui de Plassans) où règnent la cruauté et le cynisme. À travers l'humanité « viciée » qui nous est dépeinte percent parfois les lueurs d'espoir que nous offrent l'amour et l'ironie, mais tous les personnages entrent ici dans une lutte impitoyable et meurtrière, pour les autres comme pour eux-mêmes

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par GeryGed 2021-04-25T08:56:05+02:00
Argent

Mon premier pas dans la saga des Rougon-Maccard et dans la découverte fascinante de la France du second empire.

Le style a peut-être un peu vielli mais la peinture sociale est toujours aussi acerbe et pertinente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hache_Loveline 2021-04-15T19:50:27+02:00
Or

Nous suivons trois grande histoire principale (qui se rejoignent à plusieurs reprise), celle de Silvère, fils d'Ursule, fille d'Adélaïde, l'ancêtre commun ; celle de Antoine Macquart, fils d'Adélaïde ; et enfin, celle de la fortune des Rougon, qui a donné son titre au livre. Cette dernière conclu le roman et prend une place très importante. Le roman va nous décrire tout le long les filiations et comment a commencé la famille Rougon-Macquart comme on se l'attend du premier de vingt livres. Il le fait sans trop de lourdeur et sans interrompre les trames et l'histoire ne nous sortant donc pas du récit.

Avec ce livre, Zola voulait nous raconter comment ce sont débrouillé plusieurs « types » de personne à la chute de la deuxième république et au début du second empire, que Zola déteste (et cela se ressent). L'auteur montre plusieurs visions de cet événement historique dans un récit palpitant. Je ne m'ennuyais pas en lisant, les pages s'écoulaient sans que j'éprouve de difficulté à suivre l'histoire et à plonger dans la vie de ces multiples personnages si différents et pourtant avec des similitudes de famille. Les descriptions sont prenantes et bien écrites, on visualise sans problèmes ces coins du Sud de la France.

Zola va à l'essentiel, il ne rajoute pas de lourdeur et ne tente pas de cacher ses propos, il fonce dans le tas si on veut. Certains n'apprécient pas pourtant je pense que c'est l'une des forces de ses romans. On comprend les enjeux, les métaphores sont sublimes et tout est dévoilé. Tout nous semble clair comme si on vivait aussi ce moment en percevant le ressentis des personnages.

D'ailleurs, en parlant de ceux-ci, j'ai bien envie de saluer le traitement des personnages féminins. Celles-ci sont traitées, au niveau de l'importance dans l'histoire et de l'écriture, comme égales aux hommes. Ainsi, Miette brillera dans la représentation de la république et de l'amour et Félicité dominera intellectuellement son mari Pierre Rougon tandis que c'est une femme, Adélaïde, qui commence l'arbre généalogique. Évidemment, le livre n'est pas absent de sexisme lié à l'époque.

La fin du livre, emplie de messages forts, marque le début de la série des vingt romans décrivant la vie d'une famille dans le second empire. Et ça m'a bien donné envie de tous les dévorer !

(PS : Ne lisez pas la préface, elle spoil énormément.)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nie-chan 2021-03-16T19:09:15+01:00
Bronze

Mon objectif cette année était de redécouvrir les classiques de la littérature, notamment française, avec un œil de lectrice adulte et non plus lectrice malgré elle car les professeurs de français l'imposaient.

Si l'on oublie les longues et laborieuses descriptions qui ralentissent de façon conséquente l'histoire, celle-ci reste intéressante et nous nous retrouvons entraînés dans les intrigues du salon jaune, à ne plus savoir qui supporter parmi tous ces personnages qu'on aime parfois autant qu'on les déteste ! Une belle redécouverte de Zola, même si, les descriptions donnent parfois envie de tourner les pages sans même les lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Henri-1 2021-02-25T23:05:08+01:00
Diamant

" Votre comédie est tragique ", écrit Hugo juste après avoir lu le livre : " Vous avez le dessin ferme, la couleur franche, le relief, la vérité, la vie. Continuez ces études profondes.

Sans être Hugo j'ai trouvé ce roman magistral moi qui avait tant détesté Nana et l'assommoir imposés au Lycée. Mais c'est qu'il faut lire ce premier roman pour comprendre que les 19 suivants portent sur le poids de l'hérédité et c'est une monumentale erreur de lire les autres si on a pas lu celui-ci d'abord.

Mise à part la description très ,trop longue de Plassans qui démarre le roman (une vingtaine de pages quand même), c'est tout à fait passionnant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maxime1086 2021-02-19T21:11:15+01:00
Bronze

Une relecture en demi-teinte. Certains passages (l'idylle entre Silvère et Miette, les combats) sont longs et lourds. Le style de Zola est toujours agréable mais il a tendance à se répéter avec des mots différents, ce qui accentue la lourdeur des chapitres.

Les manigances du salon jaune, l'historique de la famille Rougon-Macquart sont une chouette redécouverte. Il y a des personnages plus nuancés que d'autres et leur relation dans la toile familiale est plus complexe qu'il n'en a l'air.

La satire et la critique de la société bourgeoise qui s'enrichie sur le dos de la république est un leitmotiv qu'on retrouve dans toute son oeuvre. J'ai particulièrement apprécié les dernières pages, cruelles et sublimes, riches en symboles, construites en miroir, menant aux triomphes des uns, à la défaites des autres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Busanblue 2021-02-14T15:55:38+01:00
Lu aussi

Un livre sympathique avec des personnages qui sont énervants, ils sont là pour être détestés heureusement certains sont attachants et adorables. Cette histoire est assez oppressante mais intéressante, malgré le côté politique qui est très présent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kura-kura 2021-02-13T21:33:45+01:00
Diamant

Voilà termine le premier opus de cette grande saga familiale sous le second empire. Ce tome est nécessaire à la bonne compréhension du reste des romans. Il plante le décor, il pose les premiers jalons, il donne les éléments qui vont bâtir cette famille pour le moins horrible. Quelques bons éléments qui souffrent, d’ ignobles personnages qui écœurent. Des moments révoltants aux moments plaisants, je commence à suivre cette famille, je me lance dans l’aventure. Je sais maintenant pourquoi ces deux noms accolés, ces deux descendances qui se croisent tout au long de ces lignes. Bonne lecture, Spoiler(cliquez pour révéler)à tous ceux qui comme moi vont suivre ou ont suivi Adélaïde et Rougon, son jardinier de mari et de Macquart son amant contrebandier à tous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Callliope 2020-11-30T22:48:43+01:00
Pas apprécié

Bon Zola n'a jamais été ma tasse de thé mais alors cette première expérience avec lui avait vraiment été d'une souffrance et d'un ennui mortel...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Belami77 2020-11-10T13:58:02+01:00
Diamant

Quelle erreur, parce qu’ils sont les œuvres phares, les œuvres plus connues d’Emile Zola, que de se lancer, la tête la première, dans les Rougon-Macquart en commençant par la lecture de Germinal ou de l’Assommoir ou de Nana ou de La Bête Humaine….

Il faut, je répète, il faut absolument commencer la lecture de cette saga par La Fortune des Rougon. Combien je regrette que nul professeur de français ne m’ait donné ce conseil ô combien judicieux et essentiel. Ainsi, j’aurais eu les clés de cette saga avec les racines de l’arbre généalogique de cette famille et assimilé une bonne fois le fondement de la démarche de Zola s’attachant à démontrer les incidences de la génétique et de l’influence du milieu sur la nature des hommes…. Toutes les pièces essentielles du puzzle !!

Et en lisant la Fortune des Rougon, vous aurez, comme moi, parce que je ne me lasse pas de Zola, son style, sa précision, son perfectionnisme, ses personnages, ses tableaux, ses analyses, ses scénari, ses mises en scène, envie de continuer, dans l’ordre, par La Curée, puis le Ventre de Paris, puis La faute de l’abbé Mouret….. Une immersion au ras du sol dans le Second Empire !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MlleViolette 2020-11-09T12:31:03+01:00
Or

Que de bonheur dans cette lecture ! Retrouver Zola me promet toujours d'incroyables lectures, et ce premier tome des Rougon Macquart ne fait pas exception à la règle ! J'ai voulu reprendre les tomes dans l'ordre après m'être un peu éparpillée, et comme il est incroyable de tout recommencer par les origines, le tout début, les premières touches de pinceaux de la splendide et arachnéenne toile de sa trépidante saga. On voit bien les liens faits par la suite avec les protagonistes des prochains tomes, les origines des maux qui troublent cette grande famille, suivant la thèse d'hérédité de Zola.

C'est également un décor historique qui est planté ici, celui du début du Second Empire, durant les Révolutions de 1848. Les mots me manquent pour exprimer le délice qui me traverse lorsque je lis ces scènes de réalisme de Zola qui nous transportent deux siècles plus tôt, en ces périodes de troubles, de contestation populaire, de masse. C'est d'une justesse qu'est celles des contemporains impliqués, comme l'était Zola vis-à-vis de la République.

Par ailleurs, la plume de Zola doit bien être une de mes préférées au monde ! Il n'est pas question de descriptions longues et monotones, mais de peintures qui explosent et ruissellent de détails signifiants. Chaque mot est soigné et le mordant, le sarcasme des phrases de l'auteur et de ses prouesse stylistiques m'ébranlent ; souvent j'ai dû fermer mon livre pour me répéter des passages tout bonnement splendides qui m'avaient été offerts.

Enfin, je ne peux pas commenter un Zola sans qu'il ne soit question de ses personnages. Et ici, encore une fois, c'est un bonheur que de découvrir cette famille friponne, presque infecte des Rougon-Macquart, mais qui me régale tant. Ce que j'apprécie énormément chez cet auteur, c'est la palette incroyable de protagonistes qu'il nous propose, tous avec du sens, du caractère, des traits qui ne laissent pas indifférents. Alors oui, grand nombre d'entre eux sont exécrables, mais c'est ce qui rend le roman si captivant, de vouloir savoir jusqu'où leur vice va être poussé, jusqu'à quel point leur ascension pourra les conduire à leur chute. Les classes sociales également sont variées, et le seront encore plus à travers les différents ouvrages. Zola met à l'honneur des personnages féminins, égales aux hommes dans leur importance, qu'elles soient perfides et rusées comme Félicité, ou bien idéaliste et naïve comme Miette, peu importe, il n'y a pas de traitement de second fond pour ces personnages, et je ne peux que m'en réjouir.

Du grand Zola.

Afficher en entier

Date de sortie

La Fortune des Rougon

  • France : 2000-11-22 - Poche (Français)

Activité récente

Eva598 l'ajoute dans sa biblio or
2021-06-26T12:49:11+02:00
Flo31 l'ajoute dans sa biblio or
2021-05-17T09:47:20+02:00

Titres alternatifs

  • The Fortune of the Rougons - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 797
Commentaires 96
extraits 27
Evaluations 185
Note globale 7.52 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode