Livres
472 232
Membres
443 958

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sans mon ombre



Description ajoutée par antoine18 2019-03-17T10:09:40+01:00

Résumé

Dangereux reflets.

Alice a tué Célia, sa jumelle.

Son reflet, un alter ego inversé dont elle enviait la vie de rêve.

Alors que, célibataire, elle doit gagner sa vie en enseignant la philosophie, sa jumelle, épouse et mère comblée, mène l'existence oisive des riches, dans le luxe et un magnifique cadre de vie au bord de la mer. Mais la mort de Célia va permettre à Alice de prendre sa place. Du moins le croit-elle. Car au "pays des merveilles", ce n'est pas le bonheur mais le désenchantement qui l'attend.

La vie d'Alice de l'autre côté du miroir va tourner au cauchemar… jusqu'à lui faire réaliser, mais un peu tard, que le beau miroir était celui des alouettes…

Afficher en entier

Classement en biblio - 16 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par sapho 2019-04-18T10:27:13+02:00

Les claques s’abattaient, retentissantes. Célia recula, haletante, la bouche ouverte, les bras tendus, tentant de parer les coups, mais Alice frappait, frappait… Animée par la furie de détruire, d’anéantir « L’autre ». De briser son miroir vivant.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Lireetsortir 2019-08-28T18:32:08+02:00

Sans mon ombre, Edmonde Vergnes-Permingeat

Alice a tué Célia sa soeur jumelle, qui était aussi sa rivale.

Epouse modèle, mère de famille comblée, Célia menait une apparence de rêve dans une maison luxueuse avec piscine et gouvernante à domicile.

Sa mort va permettre à Alice de prendre sa place tant désirée, choyée et jalousée…

Mais arrivera t-elle à faire en sorte de ne pas être prise sur le fait par le mari de Célia, Maxime, qui connait leur différence : Alice a une cicatrice en forme de croissant de lune sous le bras droit… Le mari d’Alice peut s’apercevoir de la supercherie à chaque moment, la peur est intense, le suspens est total.

Alice connait-elle réellement la vie de sa soeur? De l’autre côté du miroir, la vie d’Alice, devenue Célia, représente bien des dangers …

Dans l’intimité, le vernis craque, le masque tombe, l’envers du décor apparait … bien plus violent et brutal qu’espéré.

Alice dans la vie de Célia est loin de s’attendre à ce qu’elle va découvrir, sauf qu’après il est trop tard.

Elle ne se doutait pas de ce qui l’attendait…

Et lorsqu’elle désirera redevenir Célia dans sa vie de professeur de philosophie célibataire, le pourra t-elle encore?

Son propre piège peut se refermer sur elle à tout instant.

La vie d’Alice n’était peut être pas si enviable…

Un très bon thriller sur la gémellité et les problèmes d’identité.

« Le mariage, c’est comme un mirage dans le désert. Quand l’oasis et les cocotiers disparaissent il ne vous reste que le chameau. »

Edité par Editions de l'Archipel, 17 avril 2019

22 €

Afficher en entier
Argent

L'avis d'Esméralda :

Alice et Célia sont unis pour la vie. La gémellité n’est pas synonyme de caractères identiques. Célia était une enfant extravertie alors qu’Alice était l’ange. En grandissant cela n’a rien changé. Alice devient la femme au foyer idéale qui s’occupe des enfants et du mari. Elle s’épanouit dans différents actes de charité et auprès d’ami.e.s plus ou moins fidèles. Quand à Célia, elle est l’icône de la femme libérée qui ne vit pas aux crochés d’un mari mais qui au contraire collectionne les aventures. Professeur de philosophie par passion dans un lycée, et adepte de certains grands principes, elle croque la vie à pleine dent même si sa vie de prof est cruellement dépourvu de bon sens.

Alice et Célia, c’est le Yin et le Yang. Deux femmes opposées par leur vie personnelle et leurs animosités ancrées depuis leur jeune âge et qui malheureusement a évolué en s’empirant.

Et si une seule et unique chance se présentait à Alice : prendre la place de Célia. Aurait elle le droit de voler cette vie ? Aurait elle le droit de penser que les remords ne pourront jamais la submerger ? A t’elle le droit d’être elle ? Alice et sa conscience ne batailleront guère longtemps. Dès le seuil franchit de la belle demeure, les surprises aussi bonnes que mauvaises se feront légion.

Je découvre pour la toute première fois, l’univers intriguant et subjuguant d’Edmonde Permingeat. SANS MON OMBRE est une fenêtre ouverte sur un monde d’apparences où derrière le miroir se cachent de terribles secrets. Le sujet fort de la gémellité est traité avec emphase et subtilité. L’autrice l’explore sous toutes les coutures et donne un attrait conséquent à la psychologie des personnages. Je me suis laissée embarquer rapidement dans cette folle aventure où les rebondissements fleurissent ici et là. Ce thriller se divise en deux parties. La première concentre le plus gros de l’actions et met en lumière le personnage d’Alice. La seconde est centrée sur le personnage de Célia. On a vraiment une cassure entre ces deux parties. Le style et la forme ne sont pas tout à fait les mêmes. Le rythme est également différent. J’ai vraiment eu l’impression d’être des deux côtés du miroir et par conséquent de vivre deux expériences distinctes. Cela confère une atmosphére étrange et dérangeante, comme si trouver ma place auprès de ces jumelles ne m’était pas permise. Le dénouement en lui même n’est pas spectaculaire mais ce qu’il cache est bien exceptionnel.

SANS MON OMBRE est plein de surprises où le suspense a tout de même sa place et où la vérité n’est pas celle que l’on croit. Le sujet développé donne une autre dimension à ce thriller qui charmera bon nombre d’entre vous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Krysaline 2019-05-27T21:46:17+02:00
Bronze

C'est bien connu : on désire toujours le contraire de ce qu'on a, c'est le syndrome de « l'herbe plus verte dans le pré d'à côté » : les cheveux frisés rêvent d'être raides et vice et versa, les yeux bruns voudraient être bleus ou verts mais surtout pas bruns. le pauvre envie le riche (rarement le contraire cependant !!) en pensant qu'il a forcément une meilleure vie (plus confortable matériellement c'est sûr, mais il y a toujours des conditions suspensives) suscitant, jalousie et obsessions.

Dans ce cas précis, il est question de deux jumelles à la vie et aux caractères diamétralement opposés :

Alice, a fait de brillante études et est devenue professeure (de philo). Belle, émancipée, rebelle à tout et à l'autorité, sure d'elle jusqu'à l'arrogance, elle manie volontiers le cynisme, le sarcasme et l'humour cinglant. Elle a fait de Nietzsche son « maître à penser », c'est peu dire!!

Élève laborieuse, Célia, a quant à elle, suivi l'école de la vie » en faisant ce qu'on attendait d'elle : se marier tôt, avoir des enfants et mener une vie de famille calme et sans histoires. de caractère plus réservé, Célia a vécu sous l'emprise et la dépendance de sa mère, puis sous celle de son mari.

Alors Célia, la sage mère au foyer, versus Alice, la rebelle, l'insoumise ? Y-a-t-il matière à devoir faire un choix ?

Deux parties distinctes se dégage dans le livre :

La première partie avec le présent ; c'est le point de vue d'Alice sur sa soeur et sa vie. Alice pense que Célia mène une vie « facile », une vie de rêve : entourée et aimée et surtout sans contraintes matérielles.

On s'aperçoit, contre toutes attentes, qu'Alice jalouse de manière compulsive la vie de sa soeur. Jalousie qui confine à la haine. La libre et frondeuse Alice, en quête éperdue de reconnaissance de sa mère, rêve d'un cadre de vie aisé, mais rêve-t-elle vraiment pour autant des responsabilités qu'une vie de famille imposent ?

Convaincue de la nécessité de détruire « l'autre » pour pouvoir exister, que « la raison de plus fort » fait loi, se substituer à son doute pour être « révélée », elle affiche une réelle volonté d'être « mieux » voire « unique ». Usurper l'identité de l'autre, prendre sa vie. Pour « exister » faut-il « tuer » « l'autre » et prendre sa place ?

En psychanalyse, on en parle mais de façon abstraite. Dans ce roman, on passe à du « concret » et alors Alice nous apparait rapidement insupportable, détestable, égoïste et sans aucuns scrupules.

La seconde partie avec le passé sur la vie de Célia, vu par Célia au travers de son journal intime où l'on découvre « l'envers du décor ». Celle-ci voyait la gémellité en termes de complémentarité, comme les moitiés formant un tout.

Spoiler(cliquez pour révéler)La pauvre Célia n'est entourée que de gens mesquins et subit la goujaterie de son mari, mais aussi de la « bande d'amis » qui les entourent. Dédain et sarcasmes de la part de la belle-mère et belle-sœur, les rebuffades sont son lot quotidien. Elles ne perdent aucunes occasions de la rabaisser. Tout n'est qu'hypocrisie et faux-semblants.

Alice réalise alors, qu'elle a « idéalisé » la vie de son « autre » elle-même…. On est toujours attiré par son contraire, comme je le disais au début.

Le livre fait de fréquentes références à « Alice au pays des merveilles » et à l'autre côté du miroir, au fait de devenir l'autre, de se fondre en elle. Devenir les deux à la fois… le reflet l'une de l'autre ou son ombre comme le titre en fait référence.

En psychanalyse et selon Carl Gustav Jung « L'ombre peut être définie comme notre double inversé, celui ou celle que nous aurions pu être, mais que nous ne sommes pas. C'est notre face obscure, elle contient l'ensemble des traits de caractère qui n'ont pas pu se développer dans notre personnalité. Elle symbolise en quelque sorte notre frère jumeau opposé qui est caché dans les profondeurs de notre inconscient” [Réf.: Wikipédia].

Ici, les jumeaux sont réels et la dualité intériorisée dont parle Jung, se traduit par le meurtre réel de l'une d'elle. de plus, le « crime », même s'il est accidentel, est aggravé par le fait qu'Alice jette le corps de la falaise et prend la place de sa sœur. Alors qu'en psychanalyse on parle de s'affranchir symboliquement de son autre, dans le livre on passe de l'empirique au réel.

On pourrait aussi trouver matière à moult réflexions transcendantales sur le thème du « miroir » et du « double » … mais trêve de psychanalyse !!! le tout dernier chapitre est « étonnant » sans être renversant mais c'est un excellent thriller domestique dans la veine des Shari Lapena, AB Paris et autre B. Abel…

Un grand merci aux éditions de l'Archipel et @NetGalley pour la découverte de ce thriller psychologiquement bien travaillé!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Helene-66 2019-05-25T11:10:08+02:00

[SERVICE PRESSE]

*

*

*

?‍❤️‍? Sans mon ombre de #Edmondepermingeat.

*

*

*

Je remercie L'Archipel suspense pour ce SP de MA-LADE !

*

Mon résumé :

*

Alice et Célia sont jumelles. Adultes, chacune a une vie bien différente de l'autre. Alice est prof, intelligente, libre comme l'air. Célia est mère au foyer, mariée, réservée. Dans un excès de colère, Alice tue sa sœur. Elle décide alors de prendre la place de sa jumelle, attirée par l'oisiveté et la situation financière confortable que lui offre Maxime, son mari. Mais passer de l'autre côté du miroir va réserver bien des surprise à Alice.

*

*

Alice a 35 ans. Depuis son enfance, elle est la bête noire de sa mère, catho frustrée. Rien de ce que fait la fillette ne trouve grâce aux yeux de la mère alors que son père la vénère presque. Agrégée de philo, prof au lycée, elle vit sa vie comme elle l'entend, cumulant les aventures. Esprit vif, elle déteste son beau-frère et le reste de la famille.

*

Célia est l'exact opposée de sa sœur. réservée, effacée, brimée, elle ne dit rien de peur de se mettre les gens à dos. Mariée à Maxime, comptable, elle tombe rapidement enceinte de deux filles, ce que Maxime finit par lui reprocher, lui qui attend un héritier. L'avenir lui montrera que tout à un prix.

*

Mon ressenti final :

*

Ce roman est une bombe. Je l'ai dévoré, lisant tard la nuit ou un peu chaque matin. Dès les premières lignes, le lecteur est mis au parfum. Alice vient de tuer sa sœur et décide de prendre sa place. J'ai d'abord été amusée. La jumelle qui prend la place de sa sœur, on va bien rigoler, tiens ! Ça, pour rigoler, j'ai rigolé ! Les débuts d'Alice dans la vie de Célia sont magistraux. Elle ne se déparait pas de sa verve, ce qui étonne tout le monde, puisque Célia est plutôt silencieuse et réservée. Puis rapidement, elle se rend compte de ce qu'était la vie de sa sœur. Un mari qui ne la touche plus, qui la trompe, des amis pédophiles, maître chanteur ou coureurs de jupons... Le choc est rude. En fouillant dans la maison, Alice tombe sur le journal intime de sa sœur et c'est la douche froide... Je n'en dirais pas plus au risque de spolier le lecteur.

*

La plume de l'auteure, que je découvre, est acérée. On sent une aisance dans l'écriture qui assomme, fait sourire, fait rire, serre le cœur, tour à tour. L'intrigue est bien menée et le constat est sans appel : Alice est complètement cinglée. Ce double jeu va la rendre tour à tour espiègle, hystérique, colérique, meurtrière. Le dénouement m'a coupé le souffle car est venu le moment où je me suis demandé comment il était possible que personne ne se rende compte de la supercherie ?! Je ne peux que vous conseiller ce roman qui va vous sidérer, comme il l'a fait avec moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2019-05-20T00:20:55+02:00
Or

J'ai lu plusieurs avis sur internet avant de lire ce roman et il est vrai que j'avais un peu d'appréhension car les avis sont en demi teinte. Heureusement avec moi c'est bien passé, j'ai premièrement accroché à l'histoire, mais aussi été captivé par le personnage principal, "Alice". Ne vous arrêtez donc pas aux avis sur le web, je pense que c'est un roman qui ne laisse pas indifférent, soit on aime, soit pas.

L'histoire est simple mais efficace de part son rapport au bien et au mal, au vrai et au faux, cette double lecture comme "Alice et Célia", deux corps pour une personnalité, deux personnalités pour un corps. L'auteure fait le lien avec "Alice au pays des merveilles" à plusieurs reprises dans le récit et je trouve que c'est un plus, J'aurais simplement voulu que cet aspect soit encore plus poussé.

"Alice" joue à un jeu dangereux, très dangereux même, mais vu sa folie cela est à sa hauteur, par contre attention la chute risque d'être difficile à encaisser au final.

J'ai été pris dans l'histoire de bout en bout et j'ai été captivé par "Alice", difficile de laisser le livre de côté pour manger, dormir, faire sa vie, ce qui fait que j'ai lu tard pendant trois jours pour toujours en connaitre plus sur les événements de ce roman. La fin est inattendue et cela m'a plu.

Je recommande ce roman aux amateurs de thriller psychologique, qui aiment les personnages "borderline" aux troubles de la personnalité. Ne vous attendez pas à beaucoup d'action mais n'ayez pas peur de l'ennui non plus car il n'est pas présent. Vous aimerez, ou pas, mais n'hésitez pas à le lire pour vous faire votre propre avis, pour ma part je suis convaincu par cette lecture.

Sur le blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2019/05/sans-mon-ombre-edmonde-permingeat.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par meg59255 2019-04-24T11:01:17+02:00
Argent

Venez lire ma chronique complète http://beauty-and-beauty.over-blog.com/2019/04/sans-mon-ombre-edmonde-permingeat.html

Mais qu'elle lecture! J'ai tellement aimé ce livre, j'ai tellement aimé le rythme qu'il nous est donné, j'ai tellement tout aimé dans ce livre. Peut-être que j'ai moins aimé la fin.

Dans ce roman à suspense nous avons Alice et Célia, des jumelles, d'ailleurs leurs prénoms sont des anagrammes. Ce qui renforce le sentiment que l'on a durant la lecture du livre. On a cette impression que les deux se complètent, même-ci on essaie de nous faire croire qu'elles se détestent. On a toujours l'impression que l'une est l'autre.

Alice et Célia, sont deux jumelles qui se ressemblent à une cicatrice près et pourtant elles sont complètement différentes l'une de l'autre. Alice est indépendante et a fait des études, elle est professeure de philosophie. Célia est dépendante, n'a pas fait de grande étude et vie au crochet de son mari qui est PDG et a deux filles. Les deux passent énormément de temps ensemble, mais pourtant on a la sensation que l'une envie toujours la vie de l'autre.

Afficher en entier
Lu aussi

J'avais vraiment hâte de découvrir ce thriller centré sur la relation de deux sœurs jumelles: Alice et Célia (le bel anagramme...)

Le livre se nourrit de cette relation fascinante qui unit les deux sœurs. Elle recèle de l'envie, de la jalousie, de l'ambition, des désillusions et un paquet de haine qui reste cependant l'autre versant de l'amour.

Alice envie la vie de sa sœur qui semble avoir tout ce qui lui fait défaut. Ainsi, son reflet semble être une mère épanouie entourée d'un mari aimant tandis que la jeune prof de philo conjugue sa vie au singulier.

Depuis l'enfance, elles ont été la plupart du temps comparé. L'autre est devenue le reflet détesté du miroir : idéalisée et inaccessible...C'est fort de ce constat malsain qu'Alice commet l'irréparable et tue sa sœur.

Dès lors, elle va endosser le rôle tant convoité de la vie de celle-ci.

J'ai adoré le postulat de départ qui met en avant cette symbiose si particulière qui lie les jumeaux entre eux. Alice est un personnage très complexe qui évolue sous le regard du lecteur.Un des ressors du livre est de mettre en lumière les faux semblants qui masque la réalité de nombreux personnages. Son mari, sa belle-mère, ses enfants...tout est loin d'être idyllique. Elle évolue dans un monde dur qui fait rêver dès lors qu'on enlève pas le vernis de l'hypocrisie.

J'ai beaucoup aimé cette complexité des personnages et des relations qu'ils nouent entre eux. Tout cela est servi par la plume très efficace de Edmonde Permingeat.

Cela a été une excellente lecture dans l'ensemble et je dois dire que la mascarade que tente d'orchestrer Alice est savoureuse. Cependant, en grande fan de roman policier, il m'a manqué l'enquête policière. Celle-ci est la grande absente de ce polar. Il me semble que le récit aurait mérité de se complexifier sous ce prisme là.

D'ailleurs dans l'ensemble, le livre n'a pas pas le rythme d'un polar. J'entends par là : le temps de l'enquête. Il m'a semblé manquer de tension et il comporte des lenteurs. La deuxième partie est plus haletante mais l'auteure n'est pas dans une recherche de suspense.

Les personnages tordus sont là. Le crime aussi. Il y a un dénouement (très réussi, du reste) mais tout cela à un rythme qui ne m'a pas toujours convaincue.

Bref, Sans mon ombre est un livre très intéressant avec une profondeur que je vous recommande malgré un rythme qui l'éloigne du polar traditionnel.

Afficher en entier

https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2019/04/17/sans-mon-ombre-edmonde-permingeat/

J’ai une relation particulière avec les histoires de jumeaux. Pourquoi ? Aucune idée. Un psy aurait peut-être une explication, mais moi je ne m’avancerai pas avec une explication tirée par les cheveux. Qu’est-ce que j’entends par « relation particulière » ? En fait, j’aime les histoires de jumeaux, mais je suis souvent incroyablement déçue par les scénarios inventés par les auteurs. Et bien que déçue, je ne peux pas m’empêcher de lire les romans qui parlent de jumeaux qui me passent entre les mains. Là aussi, on pourrait demander à un psy ce qu’il pense de cette quête permanente de l’histoire de jumeaux parfaite.

Sachant cela, vous savez pourquoi je n’ai pas pu résister à Sans mon ombre d’Edmonde Permingeat. Je ne connaissais pas l’auteure, mais en faisant quelques recherches, j’ai vu qu’elle avait publié plusieurs roman dont un sur un thème assez proche : l’usurpation d’identité. Il s’agit de Tu es moi, paru chez Pocket.

De quoi parle Sans mon ombre ? Alice se met en colère contre sa sœur jumelle. Elle sort de ses gonds et la frappe. Célia tombe la tête sur une pierre et meurt. Désemparée environ trois secondes, Alice pousse le corps de sa sœur du haut de la falaise toute proche et décide de prendre sa place. A elle l’oisiveté, la jolie maison, les deux beaux enfants et le mari riche et sexy et surtout adieu son appart miteux et son boulot de prof de philo ! Pour un peu, elle sauterait de joie et se demanderait pourquoi elle n’a pas fait ça plus tôt. Elle qui est si intelligente et si fine d’esprit devrait réussir à rouler tout le monde en prenant la place de Célia. Ce ne doit quand même pas être difficile de remplacer sa sœur qui ne foutait rien de ses journées…

Sans mon ombre n’a pas été un coup de cœur. Mais sur les histoires de jumeaux, il n’y en a pas beaucoup, malheureusement. Si vous venez régulièrement sur mon blog, vous devez savoir que j’ai besoin de m’attacher aux personnages pour apprécier un roman. Et là, malheureusement, Alice est affreuse. Imbue d’elle-même, prête à tout pour humilier ou rabaisser les autres, toujours à étaler sa science. Je n’aime pas particulièrement voir souffrir les autres mais je me suis surprise à être contente quand elle se trouvait en difficulté. Et les autres personnages ne sont pas franchement mieux. Le mari pervers narcissique – assez tendance en ce moment dans la littérature -, les riches amis qui couchent tous les uns avec les autres, la belle-mère insupportable… Quand Alice a fini par tomber sur le journal de Célia, je me suis dit qu’elle devait être la gentille. Et là encore, j’ai déchanté. Oui, elle était sympa, mais on était encore dans le cliché de la jumelle qui vit dans l’ombre de l’autre et qui trouve sa sœur Alice tellement merveilleuse – alors qu’Alice la déteste.

J’ai vu que ce roman avait emballé plusieurs blogueurs sur les réseaux sociaux, sous le choc du petit twist final. Alors je sais que ce roman a du potentiel et que des tas de lecteurs vont adorer. Mais moi, malheureusement, je suis complètement passée à côté. Ce roman n’a clairement pas été écrit pour moi qui aime aimer les personnages, car je suis certaine qu’Edmonde Permingeat a fait exprès de rendre tous ses personnages détestables et ça marche très bien. Et pour ce qui est de l’intrigue, j’ai aussi été un peu déçue. Même si je reconnais que la fin est bonne – en revanche, je ne suis pas convaincue par le petit twist, qui m’a, en revanche, fait sourire.

Si vous l’avez lu, si vous êtes tentés, dites-le moi, je serai ravie d’avoir votre ressenti.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julie-176 2019-04-15T17:12:43+02:00
Lu aussi

Alice et Célia sont deux soeurs jumelles que tout oppose. Alors qu’Alice est émancipée dans sa vie amoureuse, extravertie, agrégée en philosophie après de brillantes études, sa jumelle Célia est réservée, mère de deux filles et femme au foyer mariée depuis la fin de son adolescence. L’une et l’autre, malgré leur gémellité, ont mené des vies bien différentes, les années approfondissant le fossé qui les sépare. Lors d’une promenade dans les calanques, Alice tue Célia et décide de prendre sa place dans la vie qui lui semble si parfaite. Mais et si tout n’était pas aussi parfait qu’il y paraissait?

Le sujet de la gémellité est un sujet déjà abordé dans plusieurs thrillers, je pense notamment, par exemple au très bon livre « Deux gouttes d’eau » de Jacques Expert. Ici, l’auteure va plus loin et ne s’arrête pas à cet unique thématique. Jalousies, non-dits et orgueil peuvent défaire des liens pourtant forts et occasionner des blessures indélébiles et les personnages en feront les frais.

Tous les parents de jumeaux ou jumelles ont sûrement dû déjà se trouver dans le questionnement de savoir s’ils traitaient leurs enfants de la même façon. Il n’est d’office pas toujours facile de pouvoir se dédoubler et pouvoir partager les mêmes moments de complicité avec les deux. Dans « Sans mon ombre », on se rend compte qu’une des jumelles a toujours été privilégiée et mise en avant par sa mère, occasionnant de la sorte un sentiment de mise à l’écart de l’autre générant dès son plus jeune âge une sorte de jalousie envers son reflet.

Le récit se concentre d’abord sur l’échange de vie des jumelles suite à la mort de Célia. Alors qu’Alice pensait atterrir dans un microcosme privilégié où l’oisiveté serait son quotidien, elle n’y découvre finalement que violences, faux-semblants et tromperies diverses. La vision de Célia sur sa propre vie ne sera abordée qu’au deuxième tiers du bouquin et lèvera le voile sur de nombreuses inconnues. Les apparences sont souvent trompeuses et Edmonde Permingeat le démontre avec beaucoup de suspens.

Il vous sera facile de vous attacher petit à petit à l’une des jumelles (je ne vous dis pas laquelle afin de ne rien dévoiler de la trame) lorsque l’on découvre ses failles et ce par quoi elle est passée dans son quotidien.

Je n’ai pas su me retenir de tourner les pages tant je voulais connaître la suite et savoir si Alice savait tenir le change auprès de la famille de sa défunte jumelle. J’ai trouvé que l’auteure avait un style d’écriture très bien ficelé et très professionnel. Alors que la vie d’Alice y était d’un style plus brut, j’ai trouvé le pan de la vie de Célia, plus aérien.

Je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans ce thriller aux multiples facettes. Je remercie les éditions de L’Archipel (et en particulier, Mylène) pour leur confiance accordée et de m’avoir permis de découvrir ce livre en avant-première.

Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/04/sans-mon-ombre-dedmonde-permingeat.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2019-04-15T10:52:04+02:00
Or

Une intrigue ayant pour thème la gémellité, c’est suffisamment intriguant pour que je sois tentée. En plus on est dans le bain dès la première phrase et l’on comprend très vite qu’Alice va tuer sa sœur jumelle Célia même si cela ressemble fort à un accident, il y a un tel contentieux entre-elles que l’on peut se demander si ce n’était pas inéluctable. En effet Alice vit de plus en plus mal sa profession de prof de philosophie, son petit salaire, sa solitude et elle semble trouver l’herbe plus verte dans le champ de sa sœur Célia qui a fait un bon mariage et jouit d’une vie dorée choyée par son mari et ses deux petites filles. Aussi l’idée de prendre la place de Célia prend-elle forme rapidement. Je n ‘en dis pas plus sur l’histoire mais sachez que je viens de passer un excellent moment de lecture à suivre les turpitudes d’Alice dans la peau de sa sœur Célia. Se passage de l’autre côté du miroir et savoureux. L’auteure nous a campé un personnage incroyablement dynamique et plein de ressource. Cela ressemble un peu à un vaudeville, il se passe toujours quelque chose, entre le mari, la belle-mère, les enfants et les relations de Célia, Alice va devoir ajuster constamment sa position et c’est juste jubilatoire pour la lectrice que je suis. J’ai beaucoup aimé le thème de la jalousie et du dominant /dominé dans la gémellité. L’intrigue est captivante et le récit rythmé, on ne s’ennuie pas une seconde. Je n’ai pas toujours éprouvé d’empathie pour Alice que je trouve très auto centrée alors que le personnage de Célia se rapproche plus de ma sensibilité, cela ne m’a pas empêchée d’être souvent admirative devant son franc parlé ou encore son assurance. Il y a beaucoup d’humour et toutes ses pensées intimes« en italique dans le texte » sont savoureuses d’intelligence et de répartie. Le scénario est riche, je ne peux que vous recommander ce roman surprenant et divertissant. Bonne lecture.

http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/04/13/37213918.html

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Sans mon ombre" est sorti 2019-04-17T00:00:00+02:00
background Layer 1 17 Avril

Date de sortie

Sans mon ombre

  • France : 2019-04-17 (Français)

Activité récente

Maks le place en liste or
2019-05-17T23:39:25+02:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 16
Commentaires 14
Extraits 5
Evaluations 12
Note globale 7.92 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode