Livres
475 859
Membres
454 129

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Flotte perdue, Tome 3 : Courageux



Description ajoutée par x-Key 2010-12-12T13:41:38+01:00

Résumé

Traquée par les Syndics, la flotte de l'Alliance poursuit son dangereux repli à travers l'espace ennemi. Le capitaine « Black Jack » Geary tente désespérément de la ramener au bercail avec son précieux trophée, la clef de l'hypernet du Syndic, qui est aussi celle de la victoire. A la suite de ses combats répétés, la flotte perdue manque cruellement de matières premières pour usiner ses munitions. Un raid s'impose, mais quel mouvement opérer ensuite ? Car les Syndics ont entrepris d'analyser les tactiques de Geary et il devient plus difficile de garder un coup d'avance. Non moins inquiétant, certains renseignements induisent qu'un troisième larron interviendrait sous le manteau dans cette guerre qui dure depuis cent ans : une puissance extraterrestre inconnue, dont le but pourrait être d'anéantir l'humanité entière.

Afficher en entier

Classement en biblio - 62 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par neicna16 2019-05-11T08:30:33+02:00

Le capitaine du vaisseau marchand des Mondes syndiqués qui approchait du point de saut de Baldur avait peut-être passé une bonne journée, au moins jusqu’à ce que plusieurs escadrons de destroyers de l’Alliance en jaillissent. Sans doute avait-il disposé de quelques minutes pour se demander s’il pouvait les esquiver à haute vélocité et sauter hors du système avant que d’autres n’apparaissent et que des escadrons de croiseurs légers ne se matérialisent derrière les destroyers. Quand des divisions de croiseurs lourds, de croiseurs de combat et de cuirassés émergèrent à leur tour du point de saut, son équipage et lui-même avaient indubitablement fui par la seule capsule de survie de son bâtiment.

Les autorités des Mondes syndiqués de l’unique planète habitable orbitant autour de Baldur n’assisteraient à l’annihilation du vaisseau marchand et n’entendraient ses appels au secours que six heures plus tard environ, le temps que son image et celle de l’irruption de la flotte de l’Alliance dans leur système stellaire reculé ne leur parvinssent du point du saut.

Eux non plus ne vivraient pas une bonne journée.

 

« Rapière et Bulawa rendent compte de la destruction du vaisseau marchand syndic. Un module de survie a été repéré en train de le quitter. Le Singhauta rapporte la destruction de la balise automatisée chargée de gérer le trafic du point de saut. » La voix de la vigie résonnait aussi calmement que distinctement sur la passerelle du croiseur de combat de l’Alliance Indomptable. « On n’a détecté ni champs de mines ni anomalies suspectes. »

Le capitaine John « Black Jack » Geary hocha la tête pour accuser réception de ces informations, sans cesser de concentrer toute son attention sur le visuel qui flottait devant son siège de commandant. Il aurait pu prendre connaissance lui-même de tous ces renseignements sur son écran, mais il savait d’expérience que, s’agissant de mettre en relief les données les plus cruciales, les humains restaient les meilleurs filtres. Tant qu’un autre homme s’en chargerait, lui pourrait se focaliser sur le tableau général. « Quel est notre vaisseau le mieux placé pour intercepter le module de survie du marchand ?

— Un instant, capitaine. Le Hache d’armes, capitaine. »

Geary appuya sur la touche de contrôle des communications idoine sans avoir à la chercher des yeux, tout en constatant avec soulagement qu’il s’était enfin assez familiarisé avec l’équipement du futur pour qu’il lui soit désormais presque machinalement accessible. « Hache d’armes, ici le capitaine Geary. Ordre vous est donné d’intercepter le module de survie du vaisseau marchand. Je veux interroger ces Syndics. »

Bien entendu, la réponse ne lui parvint qu’au bout d’une minute : le destroyer Hache d’armes se trouvait à vingt secondes-lumière de l’Indomptable. L’ordre avait mis vingt secondes à l’atteindre et elle avait pris le même délai. « Oui, capitaine. À qui devrons-nous les remettre ?

— À l’Indomptable. »

Il attendait encore que le Hache d’armes accusât réception quand une voix glacée se fit entendre dans son dos. « Qu’espérez-vous apprendre de l’équipage d’un vaisseau marchand, capitaine Geary ? La direction du Syndic ne lui aura certainement pas confié des informations secret-défense. »

Geary jeta un coup d’œil derrière lui et constata que Victoria Rione, coprésidente de la République de Callas et sénateur de l’Alliance, l’examinait d’un œil intrigué. « Ce vaisseau allait sauter hors du système. Ce qui signifie qu’il n’est pas destiné au seul cabotage intrasystème et qu’il a dû s’y introduire au cours des dernières semaines. Il aura donc des nouvelles des autres systèmes stellaires syndics. Je tiens à savoir ce qu’on leur a raconté sur cette flotte et la guerre en général. Et, aussi, si nous ne pourrions pas leur extorquer des bruits qu’ils auraient entendus au cours de leurs périples.

— Vous croyez vraiment que ces informations seront intéressantes ? insista-t-elle.

— Je n’en sais rien, mais je ne le saurai jamais si je ne les obtiens pas, n’est-ce pas ? »

Elle hocha la tête sans laisser transparaître son opinion. Geary n’y trouva certes rien d’inhabituel. Rione et lui étaient amants depuis quelques semaines, au sens purement physique du terme, mais, depuis qu’ils avaient quitté le système stellaire d’Ilion, elle se montrait aussi distante qu’avant leur liaison sans qu’il en eût encore compris la raison. « Alors peut-être auriez-vous dû ordonner qu’on remît les prisonniers au Vengeance, suggéra-t-elle. À ce que j’ai cru comprendre, ce croiseur de combat dispose des meilleures salles d’interrogatoire de la flotte. »

Assise à côté de Geary, le capitaine Tanya Desjani releva brusquement la tête. « L’Indomptable offre d’excellentes salles d’interrogatoire et pourra apporter au capitaine Geary toute l’assistance dont il a besoin », déclara-t-elle froidement. Elle n’allait certainement pas laisser insinuer qu’un autre vaisseau de la flotte fût supérieur au sien.

Pendant quelques secondes, Rione soutint impassiblement le regard du commandant de l’Indomptable puis inclina légèrement la tête. « Je ne sous-entendais pas que l’Indomptable fût incapable de remplir cette mission efficacement.

— Merci », rétorqua Desjani d’une voix guère plus chaleureuse.

Geary s’efforça de ne pas faire grise mine. Depuis Ilion, Desjani et Rione étaient sans cesse à deux doigts de s’étriper mutuellement, et l’origine de ce différend lui restait elle aussi inconnue. S’inquiéter de la flotte syndic était déjà assez prenant en soi sans qu’il eût besoin, par-dessus le marché, de s’efforcer sans arrêt de comprendre pourquoi ses deux meilleures conseillères s’en voulaient. Il se concentra de nouveau sur l’écran, où les senseurs de la flotte s’employaient à ajouter les dernières données collectées, puis un juron lui échappa.

« Que se passe-t-il, capitaine ? s’enquit Desjani, immédiatement sur le qui-vive, tout en scrutant son propre écran des yeux. Oh ! Malédiction !

— Ouais », convint Geary. Il était conscient que Rione prêtait l’oreille et s’interrogeait. « Un second vaisseau marchand du Syndic arrive pratiquement sur le point de saut par l’autre côté du système. Il aura le temps de nous voir avant de sauter et il rapportera la nouvelle aux autorités syndics là où il se rend.

— Une chance que nous ne comptions pas nous attarder ici, ajouta Desjani. Baldur n’a rien à nous offrir. Ce n’est qu’un système stellaire de seconde zone. »

Geary hocha la tête, non sans ruminer à nouveau de vieilles pensées. Remontant à plus d’un siècle, avant le début de la guerre, avant qu’il ne livre un combat désespéré à la première vague d’assaut de l’attaque surprise des Syndics, n’en réchappe que d’un cheveu en s’enfuyant dans une capsule endommagée, à bord de laquelle il avait dérivé cent ans dans le vide, plongé dans un sommeil artificiel, et ne se retrouve brusquement bombardé à la tête d’une flotte dont la survie ne dépendait que de lui. Alors qu’il n’était que John Geary, banal officier de la flotte, et pas encore le légendaire héros Black Jack Geary, que les descendants de ses propres contemporains croyaient capable de tous les prodiges. « Avant cette guerre, les gens venaient souvent à Baldur, fit-il remarquer distraitement. En touristes. Et même de l’Alliance. »

Desjani le fixa, éberluée. « En touristes ? » Au terme de cent années d’une guerre cruelle, l’idée d’un voyage d’agrément dans ce qu’elle avait regardé toute sa vie durant comme un territoire ennemi lui restait incompréhensible.

« Ouais. » Geary reporta son regard sur l’image holographique de la planète habitée. « Ce monde offre des panoramas spectaculaires. Il a quelque chose d’unique, même au regard des innombrables planètes colonisées par l’humanité. Une spécificité qu’on ne peut apprécier que sur place. C’est du moins ce que tout le monde en disait.

— D’unique ? » Desjani semblait plus que dubitative.

« Ouais, répéta Geary. J’ai assisté à l’interview d’un homme qui l’avait visité. Selon lui, ce monde avait un côté un peu effroyable. Comme si tous vos ancêtres venaient se planter à vos côtés pendant que vous regardiez autour de vous. Mais peut-être Baldur a-t-elle beaucoup changé depuis, puisqu’elle n’a pas bénéficié d’un portail de l’hypernet. »

Il jeta un regard à Desjani, qui semblait un tantinet circonspecte mais, en même temps et comme à son habitude, toute prête à croire sur parole un homme dont elle était persuadée qu’il avait été envoyé par les vivantes étoiles pour sauver l’Alliance.

Elle montra son écran holographique. « Souhaitez-vous qu’on épargne cette planète, en ce cas ? »

Geary faillit s’étrangler. Après un siècle d’atrocités réciproques, les officiers de l’Alliance eux-mêmes pouvaient se montrer d’un sang-froid terrifiant. « Oui, réussit-il malgré tout à répondre. Dans la mesure du possible.

— Très bien, acquiesça Desjani. Les installations militaires semblent surtout être orbitales, si bien que, si nous devions les anéantir, nous n’aurions pas à bombarder la surface.

— Bien commode », convint sèchement Geary. Il se rejeta en arrière en s’efforçant de se détendre ; ses nerfs étaient soumis à rude épreuve depuis que la flotte était entrée dans le système de Baldur.

« Des unités combattantes du Syndic ont été signalées en orbite autour de la troisième planète, annonça comme à point nommé la vigie de combat de l’Indomptable. Un autre vaisseau de guerre a été repéré à quai dans une station orbitale de la quatrième. »

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Encore un tome (ils passent décidement très vite, ça se lit tout seul) sympa, bien que je l'ai un peu moins apprécié que les précédents. J'ai trouvé qu'il manquait d'événements marquants ou de découvertes (bon, il s'y passe quand même plein de choses, hein).

J'ai vraiment du mal avec le personnage de Rione, mais Geary me plaît assez, même si on est pas encore au niveau d'attachement que je devrais ressentir pour un personnage principal. Le capitaine Duellos me plaît plus...

J'ai été assez émue à la fin, ce qui est un bon point et j'ai adoré la façon dont ce finit le livre. Ca me donne envie d'acheter tout de suite le prochain!

Afficher en entier
Or

http://delivreenlivres.blogspot.fr/2016/07/la-flotte-perdue-tome-3-courageux-de.html

Ce livre est le troisième dans la série de SF militaire et stratégique La Flotte Perdue. Si vous cherchez une série du genre combat spatial qui soit réaliste en terme de batailles, stratégie et de nature humaine cette série est pour vous !

Le contexte de la série : John "Black Jack" Geary a été perdu, en sommeil cryogénique pendant une centaine d'année dans une capsule de survie défectueuse après que son vaisseau n'ai été détruit lors de la guerre de son Alliance contre les Syndics. Il a été récupéré et réveille par une flotte qui se retrouve maintenant piégée en territoire ennemi après que ses plus haut gradés se soient fait assassinés par l'ennemi. Etant l'officier avec le plus d'ancienneté il prend la tête de la flotte de l'Alliance avec un seul but : revenir à la maison avec une surprise, la clé de l'hypernet donnant accès au cœur de la zone syndic, un avantage immense pour leur camp, et si possible avec le maximum de vaisseaux et d'hommes. Une gigantesque partie d'échec s'engage entre la flotte perdue et les Syndic.

Ce qui est intéressant c'est qu'il y a une vrai réflexion sur la stratégie à suivre. Geary a toujours fait en sorte de choisir toujours la direction la plus improbable mais malgré tout les Syndics se rapprochent toujours d'eux car ça devient de plus en plus difficile d'être original. Il décide de changer totalement et de prendre la route la plus visible pour un moment pour les perdre à nouveau, bonne stratégie ou pas je ne vous le dit pas pour ne pas vous spoiler mais de nombreuses décisions sont prises dans ce tome. (ne lisez pas la suite si vous ne voulez pas vous spoiler trop)

Spoiler(cliquez pour révéler)Jusqu'ici les décisions de Geary marchaient toujours un peu trop bien, et on avait presque envie qu'il se passe quelque chose qui prouve qu'il n'avait pas toujours raison et nous y voici donc. Les syndics se mettent à réfléchir et prennent vraiment une longueur d'avance sur lui, et c'est à son tours de devoir réagir au lieu d'agir, alors que jusqu'ici cette option était réservé aux Syndics. La situation se renverse donc et c'est la qu'on va se rendre compte du vrai talent de cet homme.

La flotte se retrouve d'un coup avec une marge de manœuvre très étroite et des choix limités, la chance qui avait suivie notre capitaine semble s'être vidée, il va devoir vraiment se démener pour arriver à s'en sortir et les choix ne sont vraiment pas faciles. J'ai trouvé que ça donnait une vrai profondeur au personnage, on voit que ses décisions lui pèsent sans parler qu'il a toujours cherché à convaincre les personnes sous ses ordres plutôt que de simplement utiliser son nom et sa légende pour donner des ordres et attendre d'être obéit. Et cette fois ci savoir qu'il sacrifie des personnes qu'il connait, ou que certains aillent au suicide parce qu'ils n'ont pas été convaincu est très difficile pour lui.

On se doutait un peu que ce genre de situation allait arriver, bien sur on ne savait pas quand mais c'était comme une épée de Damoclès sur la tête de nos héros. Le fait que ça soit en route maintenant rend l'action vraiment passionnante, avec en plus l'histoire des aliens qui vient compliquer l'histoire, j'ai vraiment hâte de lire la suite !

En résumé un tome que j'ai vraiment apprécié, c'est mon préféré dans la série pour l'instant. Notre flotte est vraiment entre le marteau et l'enclume, la situation apparait désespéré mais c'est sans compter sur la ténacité de "Black Jack" Geary qui va faire tout les sacrifices nécessaires pour que le maximum de vaisseaux de sa flotte s'en sortent vivant ! J'ai dévoré ce tome ^^

18/20

Afficher en entier

Date de sortie

La Flotte perdue, Tome 3 : Courageux

  • France : 2009-05-21 (Français)

Activité récente

Caesus le place en liste or
2017-02-25T11:21:34+01:00

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 62
Commentaires 2
Extraits 1
Evaluations 16
Note globale 7.75 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode