Livres
394 585
Comms
1 386 009
Membres
288 966

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

J'ai menti



Description ajoutée par x-Key 2011-12-27T18:44:54+01:00

Résumé

Je m'appelle Virginie Madeira.

J'ai vingt et un an. Je suis étudiante. Quand j'avais quatorze ans, j'ai dit à un camarade de classe que mon père avait " abusé " de moi. Ce n'était pas vrai. Je fais ce livre pour raconter comment,, à l'école, au commissariat de police, au palais de justice, au foyer de l'enfance, dans ma famille personne n'a pensé que ce n'était qu'un mensonge. Mon père a été condamné à douze ans de prison. JE voudrais aujourd'hui que tout le monde sache la vérité : mon père est innocent.

Voici mon histoire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 30 lecteurs

Or
8 lecteurs
PAL
8 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-16T23:39:45+02:00

Pendant les grandes vacances, on allait au Portugal. On se retrouvait tous en famille, dans le même village. C'était toujours de bonnes vacances, j'avais beaucoup plus de liberté qu'en France, je pouvais aller à droite et à gauche, je pouvais aller voir ma cousine, qui est aussi ma marraine. Pour une fois, mon père ne travaillait pas, il passait ses soirées avec la famille ou des copains. Ma mère était heureuse. C'était un autre monde, on allait à la plage, c'était comme si on était vraiment à notre place. On se sentait bien. Moi, j'aurais bien aimé rester là-bas. On dirait que, là-bas, les racines repoussent, qu'elles ressurgissent.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par bebi 2015-08-27T13:50:38+02:00
Bronze

Virginie est une jeune fille normale dans une famille normale. Son père travaille à son compte, elle a deux frères (dont un malade psychologiquement).

Comme toutes les jeunes filles de 14 ans, elle se sent mal dans sa peau. Elle se sent incomprise, laide, invisible.

Jusque-là, je pouvais tout à fait visualiser la vie dont elle parle.

Ce qui m’a d’autant plus surpris quand elle a raconté comment les choses ont dégénéré, comment tout s’est écroulé.

Pour se rendre importante aux yeux de son amie, elle lance une phrase terrible : « Mon père a abusé de moi »…

Comment une enfant de 14 ans ne peut se rendre compte de la gravité de ce qu’elle vient de dire ? Comment ne peut-elle se rendre compte, ensuite, lorsqu’elle est emmenée en foyer, que les choses vont mal, et qu’il est temps de rétablir la vérité ?

Car, oui, Virginie a menti. Son père ne lui a jamais rien fait de mal, il n’est coupable de rien. Il va être condamné à 12 ans de prison, pour une chose qu’il n’a pas commise. Pour une chose dont l’accuse sa propre fille !

Je suis horrifiée par ce récit. Et par cette jeune fille surtout. Oui, elle a l’honnêteté de finir par avouer avoir menti. Mais bon sang, pourquoi ne l’a-t-elle pas fait plus tôt ??

Pourquoi a-t-elle attendu que sa famille ait complètement éclaté, que son père ait entamé sa peine de prison, pour « oser » dire qu’elle avait menti ??

Je pense qu’aujourd’hui, bien malheureusement, la parole d’enfants priment bien davantage que celle des parents. Et dans ce cas-ci, bien à tort. Ce n’est certainement pas le seul cas, et je trouve sidérant que la justice soit à plusieurs vitesses.

Une simple phrase, pour un jeu, tourne au désastre. Et ce père de famille n’a aucune chance de se justifier, de prouver qu’il était innocent.

Loin de moi l’idée de faire croire que toutes les accusations enfantines soient non-fondées. Mais je trouve, par contre, qu’avant de condamner quelqu’un d’office, il vaudrait mieux prendre en compte tous les éléments. Condamner quelqu’un pour une simple phrase, pour une accusation sur un coup de colère (et Dieu sait que les adolescents débordent régulièrement de colère), et le parent se retrouve accusé, et mis sous les verrous.

Je pense, vraiment, que la société devrait se remettre en question. A force de vouloir protéger, on a fini par créer l’effet inverse : il va bientôt falloir protéger les parents…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MellxLaauuraa 2014-10-19T23:12:24+02:00
Argent

Un livre très touchant et j'ai beaucoup aimé.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Même si son père a été en prison a cause d'elle, son père ne lui en veut pas et je trouve sa très touchant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Philla 2014-01-14T21:06:10+01:00
Argent

Un livre unique, sur le mensonge d'une enfant qui ne mesurait pas l'impact de ses paroles et en a subit les conséquences.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par amourlyn 2012-04-24T11:47:11+02:00
Bronze

J'ai été surprise de voir le contenu de ce livre par rapport au titre. De plus, je suis choquée de voir comment elle s'est mise dans une histoire pareille à son âge pour une histoire de copinage. De plus à son âge on sait bien le bien du mal et on connaît les répercussion des gens ayant pratiqués l'inceste, je pense qu'on en parle assez de nos jours. De plus elle était loin d'être bête. Comment elle a pu caché toutes ses années ce mensonge et continuer à vivre comme si rien n'était sachant que son père innocent était en prison. Pas un seul sentiment, et en plus elle a réussit à regagner l'amour de ses parents. Eh bien je ne sais pas comment ? Elle a éclaté sa famille et démoli ses proches, voilà tout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pimus 2011-05-10T08:38:45+02:00
Bronze

En ce qui me concerne ce livre m'a révolté.

J'essaye de comprendre l'engrenage dans lequel s'est retrouvé Virginia et qui n'a pas réussi à dire la vérité.

Mais ce qui me choque c'est l'absence totale de sentiment tout au long de son récit sauf peut-être dans les 5 dernières pages.

Apparemment cela ne lui fait ni chaud ni froid d'être mise en foyer séparée de sa mère. Elle n'y pense même pas alors que l'amour maternel est très important pour un enfant de 12 ans.

De plus l'auteur qui est censé avoir 21 ans s'exprime avec un language de 12, les phrases se juxtaposent parfois en passant du coq à l'âne.

Même si l'auteur a fait une démarche courageuse par ce livre et ses diverses démarches pour innocenter son père je n'ai à aucun moment ressenti un sentiment de culpabilité, ni de tristesse face à l'absence de sa mère ou son père, un désintérêt totale.

A part une passivité déconcertante je n'ai rien retenu d'autre.

Mais après tout je n'ai pas vécu une telle situation, alors est-ce peut-être normale que je ne comprenne pas l'auteur.

Afficher en entier

Date de sortie

J'ai menti

  • France : 2007-10-05 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 30
Commentaires 5
Extraits 9
Evaluations 8
Note globale 7 / 10

Évaluations