Livres
521 133
Membres
537 288

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Je ne suis pas un gay de fiction



Description ajoutée par Midine 2019-09-06T13:48:13+02:00

Résumé

Jun est lycéen, et il est gay. Bien que vivant caché, il sait parfaitement qui il est. Fan de Freddie Mercury, il fréquente un homme plus âgé que lui… et marié ! Son seul véritable confident, Mister Farenheit, est une connaissance d’internet avec qui il discute via les réseaux sociaux. Mais quand un matin, au détour d’une librairie, il croise Miura, une de ses camarades de classe, en train d’acheter un manga homo-érotique, son quotidien va petit à petit s’effriter. Car cette dernière, fan de « tout ce qui est homo », ne voit pas l’évidence devant elle. Petit à petit, la lycéenne va tomber amoureuse de Jun… Ce dernier, prêt à tout pour entrer dans le moule et obtenir un bonheur « comme les autres », va essayer de répondre à cet amour. Combien de temps pourra-t-il entretenir ce mensonge ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 28 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par mcd30 2019-10-19T19:11:16+02:00

Pourquoi penses-tu qu'on est venus au monde ?

Si tout être vivant est capable de se reproduire, et existe pour laisser derrière lui une descendance, alors pourquoi des êtres comme nous sont-ils créés avec cette orientation sexuelle ?

Si nous n'étions pas nécessaires, nous aurions dû en théorie disparaître, selon le principe de la sélection naturelle.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Ce qui m'a particulièrement attirée dans le résumé, c'est que le héros est fan de Queen. Et, vraiment, tout ce qui tourne autour de ça est super dans ce livre. J'ai d'ailleurs appris plusieurs choses sur le groupe, le chanteur et leurs chansons.

Et puis il y a aussi le fait que Miura est une fujoshi, une fille qui aime les romances gay. On peut dire que j'en suis une, du coup ;)

Honnêtement, ce livre est dur. Avant de le commencer, je pensais que c'était une romance. Mais non, pas du tout. C'est un drame. Autant dire qu'en plein confinement, c'est pas vraiment l'idée du siècle. Mais je suis vraiment contente de l'avoir lu. Si j'ai eu un peu de mal à vraiment rentrer dedans au début, je me suis prise d'affection pour Jun, le garçon dont on suit les pensées. À tel point que j'ai pleuré plus d'une fois au cours de ma lecture.

J'ai aimé cette explication sur la vie et sa perception : un personnage du livre (Mr. Fahreneit) explique à Jun que, pour arriver à comprendre les choses, nous mettons tout dans des cases en les simplifiant. L'analogie avec la physique est excellente : on fait abstraction des frottements et de la résistance de l'air pour faire des calculs, sinon ils seraient impossibles. On fait la même chose dans la vie, au final, c'est vrai. On simplifie les choses en faisant abstraction de "détails" qui nous paraissent compliqués pour pouvoir dire "c'est bon, j'ai compris".

J'ai beaucoup aimé aussi la psychologie des personnages. Même les personnages secondaires ont de la profondeur.

J'ai aimé également cette comparaison gay de fiction et gay de la réalité. J'ai d'ailleurs beaucoup ri quand Jun dit à Miura qu'il y a trop d'homos dans les BL. Parce que c'est complètement ça. C'est une réflexion que je me suis souvent faite, aussi bien pour les mangas que pour les romans, d'ailleurs.

J'ai moins aimé par contre la façon de penser de Jun qui consiste à dire "si je suis blessé par une parole de quelqu'un, c'est ma faute parce que je ne lui ai pas dit que je suis gay". Je ne suis pas d'accord avec ça. Pour moi, tu n'as pas à dire des paroles blessantes, point. T'as pas à devoir faire ton coming out pour obtenir le respect des autres sur ta sexualité. Ne serait-ce que parce que ça ne les regarde pas.

Par contre, je me suis fait une réflexion pendant ma lecture que je trouve très intéressante. Pourquoi tant d'hommes hétéros sont-ils si effrayés et haineux envers les gays ? Après tout, ne devraient-ils pas être flattés de plaire à quelqu'un, même si c'est un homme et qu'ils ne sont pas attirés par les hommes ? Et s'ils ne sont pas intéressés, n'ont-ils pas tout simplement à le dire pour avoir la paix ? Parce que Jun a une réflexion très juste qui dit que ce n'est pas parce qu'il est homo que tous les hommes l'attirent et qu'il a envie de les mater et les tripoter. Et c'est vrai aussi pour les hommes hétéros, n'est-ce pas ?

Je me suis donc dis que, finalement, cette peur que certains hommes ont, n'est-elle pas simplement la peur de vivre ce qu'ils font eux-même vivre aux femmes ? Parce que le nombre de fois où j'ai pu entendre "bah vu sa tronche, elle devrait être contente qu'un mec veuille se la faire" ou "elle dit non mais, au fond, on sait bien qu'elle oui". Spoiler alerte pour ces deux affirmations : non et non. Et j'ai remarqué que, bien souvent, les hommes qui s'en fichent d'avoir un gay à côté d'eux et les traitent comme n'importe quel autre être humain sont aussi ceux qui ne traitent pas les femmes comme des objets sexuels et respectent le consentement.

En bref, ce livre est un super concentré de réflexions intéressantes sur la vie en générale.

Par contre, attention : le côté relation "entre deux personnes avec une grande différence d'âge" est parfois un peu délicat. Moi qui n'ai aucun problème avec ça habituellement, étant donné l'âge de certains protagonistes, là, ça m'a un peu gênée parfois...

PS : je viens de percuter que j'ai écrit cette chronique avec Innuendo de Queen dans les oreilles. La vie fait bien les choses parfois :p

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bluenn 2020-03-09T10:01:44+01:00
Diamant

Ma chronique complète : https://ombrebones.wordpress.com/2020/03/04/je-ne-suis-pas-un-gay-de-fiction-naoto-asahara/

Pour résumer, Je ne suis pas un gay de fiction est un roman puissant, une tranche de vie magnifiquement dépeinte par Naoto Asahara qui nous raconte le Japon comme on ne le voit pas souvent. Jun, un lycéen homosexuel, démonte les préjugés que nous entretenons souvent malgré nous et partage avec le lecteur son histoire tragiquement banale et pleine d’émotions. Ce texte a une grande portée didactique pour tout qui s’intéresse à ces thématiques et surtout, pour les adolescents qui devraient le lire massivement. J’ai eu un coup de cœur pour ce roman que je recommande chaudement. ♥

Afficher en entier
Bronze

J'ai aimé cette lecture, c'était un agréable moment.

Le titre me fait un peu rire, cependant, pas méchamment. En effet, de bout en bout, j'ai eu l'impression de lire un manga. C'est le premier roman japonais que je lis, donc je ne sais pas si ce style d'écriture est "normal" pour le young adult japonais. Mais, du coup, j'ai trouvé l'histoire justement très... fictionnelle. La façon dont les personnages réagissent, leurs répliques, leurs comportements, tout fait "manga". J'avais clairement les cases qui s'imposaient dans mon esprit, avec le point de vue, l'expression du personnage, le fond épuré.

Evidemment, le roman a quand même des côtés réalistes, mais du coup, j'ai eu plus l'impression de me confronter à une réalité "imitée". Le grand discours de Sae à la fin, la réaction des autres élèves qui empêchent les professeurs d'intervenir, la façon dont l'homosexualité de Jun est découverte, les différentes sorties en couples, les décors, les personnages eux-mêmes... tout semble crier : "Je suis une fiction !"

Cependant, ce n'est pas un point négatif. Ce style d'écriture est du coup très visuel, et permet d'envoyer et d'exprimer simplement le message. Tout était cousu de fil blanc (j'ai deviné tous les "points de tension" dès le début), mais justement, l'intérêt de ce roman n'est pas des intrigues à rebondissements, mais de dénoncer le fantasme de l'homosexuel et les préjugés que subit la communauté.

Afficher en entier
Diamant

UN ROMAN BOULEVERSANT ET VIBRANT D’HUMANITÉ !

Ce roman est un phénomène, un récit qui heurte et met en lumière des thématiques qui ne vous laisseront pas indemnes. J’ai été captivée par cette histoire qui sort des sentiers battus. Naoto Asahaha a choisi un angle d’attaque intéressant, il nous offre une histoire qui est loin d’être un long fleuve tranquille. Il pointe du doigt des inégalités, il met en perspective la difficulté de se faire accepter tel que l’on est vraiment.

Dès les premières lignes, on comprend très vite que le roman va être percutant. Je n’ai pas appréhendé l’histoire comme une romance MM où tout est rose.

J’ai trouvé l’histoire de Jun très touchante. Jun est un jeune homme homosexuel qui entretient une liaison avec un homme beaucoup plus âgé que lui. Jun ne se sent pas d’étaler au grand jour ses préférences, aussi il préfère voir Makoto en cachette pour que personne ne découvre son secret. Jun est un héros particulièrement inspirant, j’ai été touchée par son histoire et par sa façon de nous la livrer. Lors de sa rencontre avec Miura, une de ses camarades de classe, dans une librairie, il se rend compte que son secret n’est pas si bien gardé que ça. Il va se lier d’amitié avec la jeune fille qui est fan de BL, « Boys love ». Des histoires d’amour entre hommes. Au fil des pages, on va faire connaissance avec tous les personnages, ils sont assez nombreux et jouent des rôles importants dans l’avancée de l’intrigue. Ils mettent tous différents thèmes en perspective.

Ce roman est intense, la narration est rythmée et l’auteur n’y va pas par quatre chemin. Le langage est parfois osé, parfois très cru mais toujours bien exploité. J’ai trouvé que l’histoire était pleine de nuances, il y a tellement d’émotions qui découlent de cette lecture que je suis bien en peine de mettre des mots sur mon ressenti.

Ce roman, il fallait que je le lise. J’avais eu de très bon échos sur la blogosphère et j’étais tentée de lire une histoire brute et proche de la réalité même si la part fictionnelle est très bien insérée dans les aspects plus véridique de certaines situations.

Les personnages sont vrais, sans faux semblants. L’intrigue nous malmène et on ne peut que s’accrocher jusqu’au bout pour vivre les choses à fond aux côtés de Jun et de ses amis.

Je suis le genre de lectrice qui aime aller au bout des choses, qui aiment découvrir des histoires singulières et je peux vous dire que ce livre est une pépite, un de ces petites merveilles qui nous heurtent et changent peu à peu notre vision du monde.

L’auteur a su m’émouvoir, les personnages de ce roman ont pris vie sous mes yeux, au fil des pages, ce sont devenus de véritables personnes à part entière et en tournant la dernière page avec émotion j’avais l’impression d’être différente.

En bref, un roman puissant, percutant et très humain. L’auteur aborde des thèmes actuels et qui méritent d’être plus souvent traités de cette manière, avec profondeur et sans fioriture. Ici tout n’est qu’intensité, émotion et humanité. J’espère que vous aurez envie de lire cette merveille, laissez-vous tenter par une histoire originale qui mêle fiction et réalité avec brio.

Afficher en entier
Lu aussi

Tout d’abord, il est ressorti de ma lecture de ce livre qu’il aborde des thèmes divers et complexes sans enjolivement et parfois avec un certain côté cru. L’éditeur avait mis en garde que ça pouvait être difficile pour certains lecteurs. Ce n’est pas un roman traitant d’une jolie romance entre deux homosexuels souvent écrite de nos jours, assez déstabilisant parfois et négatif sur certains bords, Naoto Ashara montre un autre angle possible.

Jun Andô est un élève de première au lycée et rencontre dans une librairie de Shinjuku une fille de sa classe achetant un BL. Moment mortifiant pour elle, elle lui fait promettre de n’en parler à personne avec une véritable nervosité tandis que Jun, un peu blasé mais curieux, feuillette le manga en émettant des critiques sur son manque de réalisme : « c’est sa première fois et il n’a pas eu mal ». « De la salive à suffit ». « Ils font ça en pleine classe sans rien pour s’essuyer ». « C’est rentré comme dans du beurre ». Et j’en passe.

J’ai ri à cette partie parce que c’est vrai. Et je suis bien consciente, vu toutes les années que j’en ai lu, que c’est très loin de la vérité. Jun s’est fait la remarque plus tard en lisant une multitudes d’œuvres de BL de Miura (la fille de sa classe) qu’il y avait « beaucoup trop d’homos » dedans. Effectivement. C’est un point où pêche les yaoi ou autre : il y a souvent une grosse proportion d’homosexuels, parfois tant que ça n’est pas crédible (je pense à Tendre Voyou en disant ça où quasiment tous les personnages rencontrés le sont). Mais c’est fictionnel, et c’st justement pour bâtir une romance de l’érotisme qu’il y a en tant. J’ai toujours été consciente de ces divers défauts et parfois travers de ces œuvres, mais j’en lis toujours.

Hormis cette critique sur le manque de réalisme des œuvres BL et le fait que Miura ait perdu toutes ses amies au collège quand ça s’est su et qu’elle ait été isolée et mal vu, ce qui fait qu’elle craignait qu’il n’en parle au lycée, ce roman va montrer les dilemmes, difficultés, douleurs et pensées que peuvent avoir les « vrais homos ».

Ceci risque de briser la vision de certains et même de les déranger et de les déplaire. Ne sachant comment trouver son semblable, une application de rencontre qui géolocalise afin d’avoir une « baise rapide » existe mais trop risqué, Jun n’y a pas recours. Il préfère utiliser un forum où il a d’ailleurs rencontrer son petit ami, Makoto. Ce dernier est âgé d’une quarantaine d’années, est père de famille et a un sérieux problème

Plus complet sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2019/11/27/je-ne-suis-pas-un-gay-de-fiction/

Afficher en entier
Diamant

Un roman tout en finesse. Beaucoup de mots me sont venu en tête pour le définir : magnifique, beau, touchant, émouvant, réaliste, positif... Les personnages sont entiers et les ressentis de Jun vis à vis de sa sexualité sont poignants. Je ne suis pas un gay de fiction est probablement l'une des plus belles sorties de cette année.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elo-Dit 2019-11-22T13:59:35+01:00
Diamant

Je ne Suis pas un Gay de Fiction, c'est un light novel bouleversant, qui nous fait partager une histoire difficile, pas toujours tendre, elle abordera l'homosexualité avec un réalisme percutant, mais d'une beauté à couper le souffle !

Avis complet : http://elo-dit.over-blog.fr/2019/11/je-ne-suis-pas-un-gay-de-fiction-naoto-asahara.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mcd30 2019-10-21T13:47:46+02:00
Or

Quand les éditions Akata m'ont proposé ce SP et je les en remercie, je me suis dit pourquoi pas ? L'histoire de Miura qui aime lire des mangas mettant en scène des homosexuels et qui ignore que Jun, élève de sa classe en est un m'a intriguée.

Je m'attendais à découvrir une communauté homosexuelle avec sa vie quotidienne, que nenni.

Nous sommes au Japon et tout est high-tech. Les rencontres se font sur le web, tout est dans l'illusion.

Et c'est comme ça que Jun Andô s'est trouvé un amant plus âgé, cherche à en savoir plus sur ses préférences et ce qui est normal ou pas. Dans une boutique , il va rencontrer Sae Miura,collégienne de sa classe, qui est une fujoshi, il existe un terme pour ce "fantasme" si l'on peut dire. Miura qui croit tout savoir sur les homos va tomber amoureuse de Jun. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre Miura, est-ce une mode ?

D'autres personnages gravitent autour : Makoto, le vieil amant un brin pédophile, Mr Farenheit, fan de Queen, sorte de monsieur je sais tout, avec qui Jun se confie sur le web, une amitié s'est crée mais lorsque le masque tombe. Surprise ! Jun sera sacrément secoué.

Mon point de vue sur cette histoire est qu'après quelques chapitres très explicites sexuellement voire crus. On finit par découvrir Jun être perdu qui se croit anormal, se force à être ce qu'il n'est pas en tentant une relation avec Miura.

J'ai été très surprise par cette solitude, cette impression de renoncement à une vie de famille qui le fait tant souffrir, c'est une approche très profonde de l'homosexualité avec des sujets de réflexion que l'on ne se pose pas toujours. Mais c'est aussi une invitation à s'accepter soi-même et se montrer tel que l'on est car l'on est pas uniquement un homosexuel, on est une personne avec ses doutes, ses envies, ses espoirs, ses rêves.

Naoto Asahara nous livre un roman formidable plein de sensibilité, une peinture de la société japonaise où les jeunes semblent très connectés, très isolés, avec une quête de normalité au détriment de leur personnalité et surtout cette impression d'absence d'adultes auxquels se référer, pas d'exemple. Certains passages sont amusants, d'autres touchants, je n'ai pu m'empêcher de le lire en pensant à un anime de par son style, cela ferait un bon sujet sans certaines scènes. Une chose est sûre après avoir suivi les mésaventures de Jun, j'aurais bien aimé savoir ce que le futur lui réserve.

Afficher en entier

Date de sortie

Je ne suis pas un gay de fiction

  • France : 2019-10-24 (Français)

Activité récente

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 28
Commentaires 8
Extraits 3
Evaluations 13
Note globale 8.15 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode