Livres
506 649
Membres
515 017

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Asylum



Description ajoutée par queenregina 2019-05-22T18:48:22+02:00

Résumé

Cent cinquante ans les séparent, mais elles vivent le même cauchemar...

Violoniste à l'aube d'une belle carrière, Emilie souffre de troubles bipolaires. Après une tentative de suicide, elle est hospitalisée, puis internée dans un service psychiatrique. En dépit de ses protestations, la voici traitée comme une criminelle, gavée de médicaments, privée des libertés les plus élémentaires, coupée du monde. Et de surcroît, en butte au harcèlement du sinistre docteur Sharp. Pour ne pas basculer dans la folie, elle entreprend de consigner le quotidien de sa détention. Et découvre dans son petit carnet noir le message de détresse d'une jeune femme séquestrée dans un asile de fous de l'Angleterre victorienne. Une Emily qui lui ressemble en tous points. Une porte sur un autre monde s'est ouverte, un monde étrange où fleurissent les idylles entre détenues, où les spectres bruissent sous le papier peint, où des rats de haute éducation s'expriment dans une langue des plus châtiée. Réalité, ou divagations ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par ninon64 2019-06-01T19:26:09+02:00

e sais que j’ai dit que je voulais coopérer et faire confiance à la communauté médicale, mais je me suis peut-être avancée un peu vite.

Quand on m’a pris mes affaires, l’équipe m’a assuré qu’on me les rendrait dès que je serais « installée ». Maintenant que je suis toute nue sous une robe légère qui ne ferme pas ‒ pourquoi ils appellent ça une « robe » ? C’est de l’ironie ? ‒, et allongée sur une couchette ‒ comme une plaque en fer mais moins confortable ‒, avec des petites rambardes sur les côtés ‒ pour m’empêcher de sauter ? ‒, j’ai découvert qu’on m’avait menti.

Je suis dans une chambre individuelle au service des urgences et ma porte doit rester ouverte en permanence. J’ai le choix entre l’obscurité la plus totale, ou un éclairage fluorescent fort sympathique qui me donne la migraine. En fait non, oubliez ça, je n’ai pas le choix : j’ai demandé aux surveillants d’éteindre la lumière, ils m’ont répondu qu’ils avaient besoin de voir dans ma chambre.

Un d’eux passe devant ma porte à intervalle régulier pour s’assurer que je ne me suis pas pendue avec mes cheveux. Je lui demande quand je peux espérer retrouver mes affaires, et l’anxiété monte dans mon estomac ravagé par l’ulcère quand celui-ci me répond sur un ton neutre qu’on ne me les rendra pas.

— Mais sans mon téléphone portable, comment mes proches sauront que je suis ici ? Comment vont-ils savoir que je vais bien ?

— Vous n’avez pas le droit d’utiliser votre téléphone ici.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par neelhann 2020-04-05T17:06:02+02:00
Or

Un livre assez perturbant. J'avais du mal à suivre à quel époque on était au début, mais au fil des pages je me suis habitué et c'est un très bon roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mishakal-Yveldir 2020-03-12T08:54:46+01:00
Diamant

http://enquetedesaveurs.fr/asylum-emilie-autumn

Mon Dieu quelle claque… J’avais hâte que ça se décante, le terminer au plus vite, car il est extrêmement dur…

Bon, il faut savoir que c’est partiellement autobiographique. Emilie a réellement séjourné dans un asile suite à une TS. Toute la narration au présent est tirée de son journal, qu’elle tenait secrètement pendant sa claustration. Une période tellement dure que ça lui a inspiré une histoire, qu’elle a intégrée dans son récit, celle d’un l’asile pour jeunes filles rebelles dans une époque victorienne.

Je préfère son honnêteté dans le présent, mais j’ai suivi les déboires de son double avec beaucoup… de compassion… Ce qu’elle dépeint est vrai : à cette époque, la lobotomie, l’hydrothérapie, les saignées et le viol (pour traiter l’hystérie, faut bien trouver une raison légitime m’voyez…) faisaient partie du traitement en vigueur.

J’ai vécu intensément dans cet asile aux murs rayés, vivants. Parmi ces femmes innocentes, devenues folles suite aux mauvais traitements de ce lieu. Bien sûr, ils mettaient en scène leur propre personnel avec de faux décors pour persuader les visiteurs que leur institut était correct. Cette ambiance m’a beaucoup fait penser à Miss Ives dans Penny Dreadful…

L’aspect histoire vraie touche beaucoup. Pour ma part, je me suis retrouvée dedans, de par mes propres souffrances. Je crois que trop de gens confondent bipolarité et cyclothymie. La première dépeint une double personnalité (qu’on confond avec les troubles de la réalité affiliés à la schizophrénie) et la seconde, des troubles de l’humeur (c’est mon cas, diagnostic et explications fournis par une psychothérapeute en 2008 avec dépression). Donc, quand Emilie décrit sa bipolarité, j’y décèle plutôt une cyclothymie. J’avoue que ça peut être chiant. On passe du rire aux larmes d’un coup, sans raison, et on peut exploser sur n’importe qui, n’importe quoi, sans raison non plus. La dépression, c’est plus vicieux. À l’inverse d’Emilie, j’évite d’en parler. Donc, son regard et ses propos sont différents.

C’est un roman vraiment dur, j’insiste. Si vous n’êtes pas prêts mentalement, ne vous lancez pas. Elle est crue, terriblement franche, toute en émotions intenses et sans retour arrière possible.

Pour en revenir à la seconde histoire : Emily avec un y (pour les différencier) est vendue par ses parents qui ont trop de bouches à nourrir. Elle atterrit dans ce qu’elle croit être un établissement qui va la former pour monter sur les planches avec son violon. Sauf… qu’elle est une nouvelle fois vendue à un gentilhomme, adepte de la torture. Elle parvient à s’enfuir mais son époux malveillant lui donne la chasse avec d’autres hauts dignitaires. Elle saute d’un pont pour lui échapper, manque de se noyer, et c’est comme ça qu’elle finit dans l’asile. Un asile sale et malsain dans lequel des expériences pas très nettes sont pratiquées…

Ses amies se font torturer, au même titre qu’elle. Elle vit des choses vraiment glauques et trouve un peu de réconfort dans la présence des rats et de ses amies. Il faut savoir qu’Emilie a deux rats : Edward et Basile, qu’elle a inclus dans l’histoire. Plusieurs photos de ses petits compagnons velus agrémentent le texte.

Au final, elle se fait détruire pendant 10 ans. Quant à la conclusion, je vous laisse la découvrir.

Pourquoi un 8 et pas un 10 ? Il aurait pu, dû le mériter. Mais il y a tellement de fautes, que c’est uniquement parce que le texte est excellent que j’ai surmonté mon dégoût. Je ne pardonne pas les fautes à répétition dans les romans, encore moins quand il y en a des quantités par pages. « Nous parvinrent, j’essayez, naîf etc… » Pour toutes les phrases à la 1ère personne du pluriel, le premier verbe est bien conjugué et le second à la 3ème personne du pluriel… Des fautes dans tout, des mots manquants, des accords etc… Un vrai gâchis sur ce point… Si encore il n’y en avait que quelques-unes, c’est habituel, tous les éditeurs publient leurs livres avec des coquilles, même les plus grands. (Dans le cas de Milady, il y en a tellement que j’ai décroché).

Mais là… une sacrée couche… Et c’est dommage car tout est bon ! Je n’ai rien à redire, il est profond, vivant, triste, poignant ! Un régal !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SenseiSuricate 2020-01-23T09:49:16+01:00
Diamant

Franchement, ce livre est trop génial, et surtout terriblement frappant. J'aime beaucoup la voix d'Emilie, drôle, sarcastique, un peu déjantée sur les bords, et surtout déterminée à ne rien lâcher. Ce livre est un concentré d'émotions inoubliable. Je sus totalement fan. Et je crois dur comme fer qu'Emilie n'est absolument pas folle :).

Afficher en entier

Dates de sortie

Asylum

  • France : 2019-06-06 (Français)
  • USA : 2017-06-22 (English)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 3
Extraits 9
Evaluations 7
Note globale 7.43 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode