Livres
403 228
Membres
305 951

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Parfum



Description ajoutée par AbsolutelyMAD 2010-07-31T15:40:26+02:00

Résumé

Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance, furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien.

Or ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bel et bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car "qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes".

C'est son histoire abominable... et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parution, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial.

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 892 lecteurs

Or
1 172 lecteurs
PAL
810 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-19T20:07:54+01:00

Il tenait dans le creux de sa main un pouvoir plus fort que les pouvoirs de l'argent, ou que le pouvoir de la terreur, ou que le pouvoir de la mort : le pouvoir invincible d'inspirer l'amour aux hommes.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Bronze

Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

Afficher en entier
Diamant

L'action se situe au XVIIIe siècle, à Paris, puis en Auvergne, à Montpellier, à Grasse et enfin à nouveau à Paris.

Jean-Baptiste Grenouille est un des personnages les plus géniaux et les plus abominables de cette époque » un être dont le « génie et l'unique ambition se bornèrent à un domaine qui ne laisse point de traces dans l'histoire : au royaume évanescent des odeurs ».

En effet, Jean-Baptiste Grenouille, possède trois caractéristiques :

* Jean-Baptiste Grenouille est un homme dépourvu de tout sentiment du bien et du mal. Il est habité par une âme limpide, vide de toute émotion. Il ne vit que par l'odeur, les phéromones, les arômes. Sans cette dimension, il ne serait rien.

* Il n'a aucune odeur qui lui est propre, ce qui effraie les gens qui le rencontrent et le côtoient tout au long du roman. Cette absence d'arôme lui permet de passer totalement inaperçu auprès des gens. Par la suite, cette absence d'odeur, dont il ne se rend compte lui-même que très tardivement, sera compensée par la création de parfums créés à partir d'odeurs humaines plus qu'attrayantes, qui lui permettront d'être remarqué par les autres.

* Il a un odorat excessivement développé qui lui permet de reconnaître les odeurs les plus imperceptibles et ainsi décortiquer chaque odeur en segments d'arômes. Dès le moment où Grenouille voit le jour, il perçoit et découvre le monde avec son nez, ce qui représente sa seule source de jouissance. Il a aussi une excellente mémoire olfactive : il est capable de se souvenir de toutes les odeurs qu'il a senties. De plus, il peut assembler mentalement des odeurs pour ensuite créer des parfums.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par chrysta 2018-02-18T11:09:55+01:00
Or

Je n’ai pas été déçue de cette relecture du « Parfum », de Suskind. Je l’avais lu il y a de nombreuses années, et m’en souvenais peu, donc je me suis laissée de nouveau emmener. Je trouve que l’auteur nous fait entrer dans un autre monde avec sa perception du monde au travers des odeurs plutôt que des yeux. Quant un sens est en berne, d’autres prennent le relai et se renforce, et certainement que, comme Grenouille, nous percevrions le monde avec bien d’autres nuances si nous le percevions avec son nez. Ce roman est pour moi d’une grande originalité et nous embarque dans ce monde odoriférant.

Certains ont été dérangé par le personnage « malsain » de Grenouille, amoral, méchant …. Personnellement je l’ai trouvé riche et intéressant. Et méchant, je n’emploierai pas ce terme, car pour l’être encore faut il avoir une conscience morale de ce qui est bien et mal, tout en sachant que cette conscience relève des déterminants d’une société, varie d’une culture à une autre et d’une époque à une autre. Grenouille, de par sa naissance, le rejet de sa mère, le rejet de sa nounou, du prêtre, et le manque d’affection dans lequel il a grandi, sans compter une éducation très sommaire voire inexistante, n’a pas notion de bien et de mal. D’ailleurs, à ce siècle, je ne m’avancerai pas trop pour dire ce qui était perçu comme bien et mal.

Après, l’auteur aussi nous prédétermine à le percevoir sous le jour d’une forme de perversion, étant donné que, dès le début di roman, il insinue que Grenouille fait exprès de crier ce qui aboutit à la mort de sa mère. D’emblée, il nous place devant un être ayant une intentionnalité mauvaise. Mais honnêtement, un bébé n’a pas d’intentionnalité, c’est seulement que l’auteur nous amène à le penser ainsi.

Après, Grenouille, dans sa vie, n’a que les odeurs. Elles le guident, l’attirent, le repoussent, etc. Et il explique sa différence et le rejet des autres par le fait qu’il n’a lui-même pas d’odeur. Son but devient ainsi de s’en créer une, et de s’en créer une qui soit très attirante pour les autres, qui fasse qu’on puisse l’aimer.

Lui-même, qui fait au quotidien l’expérience de l’influence des odeurs sur l’attitude des gens, devient peu à peu un orfèvre de l’art d’en créer.

Dans la première partie, nous suivons son enfance et son début d’adolescence, comment il est mis à l’écart, déconsidéré, et comment il pousse un jour la porte du maitre parfumeur. Le décès de celui-ci suite au départ de Grenouille est sans doute une note donnée par l’auteur pour dire que tout se paie, étant donné que la morale a une place importante dans ce roman. On peut imaginer une sorte d’intervention divine pour punir le parfumeur, ou encore, une erreur de sa part, guidée par son inconscient du fait de sa grande culpabilité, qui amène à ce que tout ce qu’il a obtenu grâce à un autre parte en fumée.

Dans la seconde partie, Grenouille prend peu à peu conscience de combien les hommes et leurs odeurs l’envahissent, comment c’est insupportable, et il choisit de s’éloigner de plus en plus du monde humain, jusqu’à rester larvé au fond d’une grotte pendant des années. Je ne sais si cela est à entendre au sens littéral, car il me semble que cette mise à distance de la réalité et de la société humaine signe aussi son entrée dans la psychose et le basculement vers une reconstruction délirante du monde.

Quand il y entre de nouveau, cela va être sous tendu par cette création de parfum, de son parfum. Il est guidé par ce nouvel ordre du monde qu’il a créé, et je ne pense pas qu’il ait notion de ce que le meurtre est un mal. Les femmes (et les hommes en général), ne semblent pour lui que des objets, auxquels il ne s’intéresse que parce qu’ils sont susceptibles de le servir, d’être des ingrédients pour son parfum.

Pourquoi des femmes jeunes, belles et rousses se sont demandé certains. Déjà, nombre de ses victimes n’étaient pas rousses. Le trait commun étant plutôt la jeunesse et le fait d’être vierge. Grenouille ressent quelque chose pour elles, et je dirai qu’il s’agit certainement d’attirance sexuelle, sauf qu’il ne la perçoit pas comme telle et n’en retient que l’odeur, certainement en partie de phéromones dont certaines auxquelles il est plus sensible. Son appétence pour ces odeurs rendant aussi celles qui les dégagent plus jolies. Et certainement que les jeunes filles vierges ne dégagent pas le même fumet.

Pour Grenouille, la différence des sexes et le sexuel en général est quelque chose qu’il n’a pas construit, qui est pour lui forclos ( terme lacanien), et qui va revenir de ce fait dans le délire et les hallucinations. C’est ainsi que je vois la scène d’orgie dans le village, comme une hallucination qu’il a. Quant à la fin, dans laquelle il se fait dévorer pour son odeur, elle peut également être un effet hallucinatoire.

Bref, je pense que pour l’analyser sous ce jour il me faudrait le relire, mais je ne pense pas le faire de sitôt. Deux fois c’est déjà pas mal, mais j’en sors avec le plaisir d’avoir lu un roman écrit d’une belle plume, original, interrogeant, une petite perle selon moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2018-02-16T19:27:54+01:00
Lu aussi

Mon livre sent les fleurs, sûrement un message caché de la précédente propriétaire, en tout cas c'est dans le thème du roman.

Jean-Baptiste Grenouille aurait pu être un grand nez s'il n'avait pas fini meurtrier mais plus que ça c'est l'occasion de mettre en avant l'un de nos sens, que personnellement j'utilise au minimum, surtout en cette période de rhum. L'intrigue va au-delà de la simple histoire d'un tueur froid, le sujet principal est l'odorat, il suffit de lire quelques pages au hasard pour tomber sur des descriptifs des plusieurs lignes. Parfois ça m'a semblé un peu long mais le roman garde un bon rythme avec toujours cet intérêt que j'ai eu dès le départ de savoir comment il allait finir.

J'avais vu le film il y a plusieurs années et quelques moments me sont revenu en mémoires lors de ma lecture, ne gâchant rien du suspens par chance.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-02-11T11:15:19+01:00
Bronze

Qui n'a jamais entendu parler de ce roman allemand des années 80, devenu un classique de la littérature ?

Un homme, venu des bas-fonds parisiens, doté d'un incroyable don pour sentir TOUTES les odeurs et à une distance folle, apprend à créer de merveilleux parfums avec les techniques traditionnelles. Mais très vite, ce sont d'autres odeurs qu'il veut capturer en bouteille...

Ce roman ne PEUT pas laisser indifférent. Comme Dix petits nègres ou Lolita, il dégage du malsain, il dérange. Et malheureusement, si je peux reconnaître l'intérêt ou le génie de ces livres, je n'arrive pas à les aimer. Je peux reconnaître leurs qualités ; le fait qu'ils me dérangent autant est le signe indéniable qu'ils sont « bons », mais rien à faire : je ne peux pas les encenser.

Pour Le Parfum, quelques éléments m'ont tout de même particulièrement plu. D'abord, en savoir plus sur l'art de créer des parfums : c'est le genre de choses que j'adore découvrir dans les fictions. Ensuite, la narration : pour son côté sensoriel (les odeurs sont retranscrites d'une manière assez dingue) mais aussi parce qu'elle est faussement neutre, parfois sarcastique, ce qui donne l'impression d'une sorte de fable et qui, pour ma part, m'a empêchée de ressentir l'aspect glauque de certaines situations. Je ne peux pas nier que je tournais les 50 dernières pages plutôt fiévreusement, totalement happée par les événements.

Voilà, objectivement, ce que j'ai ressenti. Mais en le finissant, je ne savais vraiment pas quoi en penser. La fin est brutale ; il est difficile de trouver un message, une morale, à ce roman. Vous me direz que ce n'est pas une obligation ! Mais j'ai l'intuition qu'il y a quelque chose qui m'échappe peut-être.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mellowdees 2018-02-04T19:08:42+01:00
Bronze

J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous emporte à travers des descriptions olfactives très détaillées. On découvre un Paris bien différent du notre où les odeurs abondent mais ne sont pas souvent très agréables.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par paulette42 2018-02-01T10:30:48+01:00
Bronze

j'ai un avis mitigé en finissant ce livre, je ne sais pas quoi en penser l'histoire est intéressante, mais il y a beaucoup de passages ennuyeux.

la fin est assez spéciale

Afficher en entier
Commentaire ajouté par acsjg 2018-01-30T21:55:19+01:00
Or

Ce livre - que j'avais commencé il y a quelques années mais jamais fini,

Spoiler(cliquez pour révéler)
après en être arrivé au moment de la retraite de Grenouille dans la montagne qui m'avait un peu ennuyé à l'époque
- méritait que je le relise et que je le termine. Il est d'une très grande originalité et d'une très grande richesse, par ses descriptions travaillées et précises qui nous plongent à la fois dans une époque et dans un métier particulier: celui de parfumeur. Suivre le parcours d'un personnage aussi antipathique que Grenouille ne m'a pas dérangée, même si parfois je me suis demandée ce qui se passait dans la tête de l'auteur pour créer et développer un tel personnage, et pour écrire la scène de fin également. C'est une lecture très plaisante, qui m'a amené à faire plus attention à l'univers olfactif qui m'environne. Ce livre nous permet vraiment de voir le monde d'une autre manière, à travers les odeurs, j'ai vraiment apprécié cet angle différent. J'ai également eu la sensation que l'auteur nous plongeait vraiment dans ce cadre et cette époque qu'il a choisi pour son récit, que les éléments étaient tous très réalistes et authentiques. J'ai adoré suivre Grenouille dans son tour de France, surtout son arrêt à Grasse que j'ai déjà personnellement visité. J'ai vraiment aimé avoir les descriptions de toutes les techniques et savoir-faire des parfumeurs de l'époque. Tous les personnages apportent quelque chose au récit, à cette quête que l'on vit avec Grenouille. A la fin il m'était presque devenu sympathique, et j'avais vraiment l'impression d'être initiée au métier de parfumeur avec lui. En conclusion, une lecture qui sort vraiment du lot, de par ses personnages, son écriture et son sujet.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lily3801 2018-01-26T17:09:34+01:00
Diamant

Comme la première fois que j'ai lu ce livre (il y a plusieurs années), j'ai été comblé par les descriptions olfactives (je n'avais jamais pensé que l'on puait à ce point :lol: )!J'ai trouvé la narration intéressante et sarcastique à souhait! L'histoire totalement improbable est menée d'une main de maître qu'on pourrait presque y croire et sentir les odeurs décrites!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Valentin-8 2018-01-26T13:46:25+01:00
Diamant

Ce livre a un pouvoir étonnant. Il vous transporte dans une époque, vous fait réellement vivre l’histoire, comme si vous y étiez, tellement les descriptions sont merveilleusement bien écrites.

Et il m’a aussi fait culpabilisé. Face aux épreuves de la vie, comme on pourrait dire, que le « pauvre » Grenouille a dû subir, face à tous les efforts qu’il met en œuvre, j’ai vraiment du mal à le voir comme un « méchant ». Alors qu’il l’est indéniablement et qu’on vous le rappelle toujours. On vous rappelle qu’il ne faut pas se laisser tromper, et pourtant je ne peux m’empêcher de me laisser tromper.

On lit avec une grande facilité parce que le livre est remarquablement bien écrit.

Ça a été une excellente découverte et je remercie ceux qui ont permis cette découverte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nelouchou 2018-01-21T12:03:24+01:00
Lu aussi

Ça faisait un petit moment que ce roman traînait dans ma PAL sans que je n'ai encore pris le temps de le lire. Grâce à la lecture commune de janvier, c'est enfin chose faite !

Je pense que c'est un livre qu'il faut avoir lu une fois dans sa vie, un classique du genre, si l'on peut dire. Maintenant... est-ce que j'ai passé un bon moment de lecture ? Je n'en suis pas certaine.

Certes, j'ai beaucoup apprécié le style, l'écriture très riche, très imagée, très belle, teintée d'ironie parfois. L'auteur a indéniablement une plume vraiment plaisante et agréable à lire !

Mais venons en à ce qui m'a le plus déçue dans cet ouvrage : il est très court et pourtant, il m'a paru si long ! J'ai eu beaucoup de peine à me mettre vraiment dans l'histoire, je m'y suis accrochée très souvent comme j'ai pu, jusqu'à enfin avoir réussi à m'agripper plus fermement à partir de la 3ème partie seulement ! C'est assez triste de se dire qu'il m'a fallu lire plus de deux tiers du bouquin pour qu'enfin l'intrigue avance et me donne vraiment envie de lire plus avant.

Je pense que cet ennui de ma part vient principalement des descriptions à rallonge. Descriptions olfactives principalement, puisque tout le roman tourne autour de cette dimension olfactive et c'est évidemment ce qui en fait son originalité. Mais il y a aussi ça et là des descriptions qui, à mon sens, n'apportent vraiment pas grand chose à l'histoire. En fin de compte, au regard de toutes ces pages lues, on ne peut pas dire qu'il se passe réellement quelque chose de très marquant, hormis la fin qui ne peut que nous interpeller et nous étonner, c'est le moins qu'on puisse dire !

... Au final, c'est l'histoire d'un type étrange qui ne voit le monde que par les odeurs, et qui vit de l'obsession de créer le parfum le plus parfait, allant pour ce faire, jusqu'à commettre des crimes qui à ses yeux n'en sont pas, façon de penser qu'adopterait tout bon sociopathe qui se respecte, j'imagine.

Le côté marginal et atypique de Grenouille en fait un homme incompris et incompréhensible au regard de la société et de fait, du lecteur. Un être insaisissable avec qui on ne partage rien et qui ne peut qu'inspirer, au mieux la pitié, au mieux le dégoût. Même après ma lecture, je n'arrive pas me mettre à sa place, ce malgré tous mes efforts. Il est froid, insensible aux sentiments humains, mais très sensible aux odeurs, allant jusqu'à s'en faire son propre monde intérieur. En cela, l'auteur en fait quelqu'un d'inhumain, d'animal... de sauvage. Et c'est peut-être ce qui joue en la défaveur de ce protagoniste, à mes yeux en tout cas.

Bref, je suis contente de l'avoir lu une bonne fois pour toute. J'avais déjà vu le film et dans mon souvenir, je l'avais beaucoup aimé ! Je pense que je le regarderai à nouveau, histoire de comparer mes souvenirs et d'y ajouter la lecture que je viens d'achever.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mielouw 2018-01-21T08:34:41+01:00
Or

J'avais déjà vu le film et l'avait beaucoup apprécié (aussi glauque puisse-t-il être...), aussi étais-je intriguée par le roman qui l'a inspiré.

J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur et ai trouvé les descriptions très réalistes. Le travail est vraiment remarquable, tant le monde est décrit plus olfactivement qu'il ne l'est visuellement, afin de donner davantage de profondeur au livre et au point de vue de Grenouille.

Et que dire de lui, justement ? Sa psychologie et son intelligence ressortent mieux du bouquin qu'elles ne sont palpables dans le film (mais dans un film, il va sans dire que c'est plus compliqué de faire comprendre ce genre d'éléments).

Sur une cinquantaine de chapitres, il n'y en a eu que trois ou quatre qui m'ont un peu ennuyé (parce qu'un peu trop éloignés de ce cher Grenouille ou au contraire, trop axés sur lui) parce qu'ils s'éloignaient de l'intrigue et que j'étais curieuse de connaître la suite des évènements. Ou curieuse de voir comment ils seraient décrits.

C'est vraiment un très bon roman. La fin m'apparaît toujours aussi improbable (même s'il y a une part de logique, malgré tout), mais le contenu, tout du long, a été d'une telle qualité que ce n'est finalement qu'un détail !

C'est un roman qui se lit rapidement, grâce à des chapitres relativement courts, un style littéraire agréable et une histoire directe. Je le recommande, ne serait-ce que pour la perception "Grenouillesque" qu'il donne du monde alentour ; cette perception qui, parfois, nous frappe, mais qui, la plupart du temps, nous laisse parfaitement indifférent, comme tous ceux (ou presque !) que rencontre le héros du roman.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Parfum

  • France : 2006-09-20 - Poche (Français)

Activité récente

chrysta l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-18T11:09:40+01:00
Naewen l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-13T23:48:39+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 4 892
Commentaires 602
Extraits 70
Evaluations 1000
Note globale 8.03 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Perfume - Anglais
  • Das Parfum, die Geschichte eines Mörders - Allemand