Livres
411 595
Membres
320 798

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Parfum



Description ajoutée par AbsolutelyMAD 2010-07-31T15:40:26+02:00

Résumé

Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance, furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien.

Or ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bel et bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car "qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes".

C'est son histoire abominable... et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parution, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial.

Afficher en entier

Classement en biblio - 5 007 lecteurs

Or
1 199 lecteurs
PAL
838 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-19T20:07:54+01:00

Il tenait dans le creux de sa main un pouvoir plus fort que les pouvoirs de l'argent, ou que le pouvoir de la terreur, ou que le pouvoir de la mort : le pouvoir invincible d'inspirer l'amour aux hommes.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Bronze

Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

Afficher en entier
Diamant

L'action se situe au XVIIIe siècle, à Paris, puis en Auvergne, à Montpellier, à Grasse et enfin à nouveau à Paris.

Jean-Baptiste Grenouille est un des personnages les plus géniaux et les plus abominables de cette époque » un être dont le « génie et l'unique ambition se bornèrent à un domaine qui ne laisse point de traces dans l'histoire : au royaume évanescent des odeurs ».

En effet, Jean-Baptiste Grenouille, possède trois caractéristiques :

* Jean-Baptiste Grenouille est un homme dépourvu de tout sentiment du bien et du mal. Il est habité par une âme limpide, vide de toute émotion. Il ne vit que par l'odeur, les phéromones, les arômes. Sans cette dimension, il ne serait rien.

* Il n'a aucune odeur qui lui est propre, ce qui effraie les gens qui le rencontrent et le côtoient tout au long du roman. Cette absence d'arôme lui permet de passer totalement inaperçu auprès des gens. Par la suite, cette absence d'odeur, dont il ne se rend compte lui-même que très tardivement, sera compensée par la création de parfums créés à partir d'odeurs humaines plus qu'attrayantes, qui lui permettront d'être remarqué par les autres.

* Il a un odorat excessivement développé qui lui permet de reconnaître les odeurs les plus imperceptibles et ainsi décortiquer chaque odeur en segments d'arômes. Dès le moment où Grenouille voit le jour, il perçoit et découvre le monde avec son nez, ce qui représente sa seule source de jouissance. Il a aussi une excellente mémoire olfactive : il est capable de se souvenir de toutes les odeurs qu'il a senties. De plus, il peut assembler mentalement des odeurs pour ensuite créer des parfums.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Cyril-Sche-Sulken 2018-04-14T16:25:47+02:00
Diamant

L'un des ouvrages qui a changé ma vie. Je l'ai lu en allemand et en français, et nous pouvons être heureux d'avoir une traduction de telle qualité. La plume de Süskind est ravissante, au sens premier du terme : on est emporté par sa force.

Et que dire du personnage de Grenouille ? Nous suivons un monstre qui nous est présenté comme tel depuis les premières pages et qui ne fait qu'empirer. Nous le savons, nous le sentons, nous l'adorons.

Un cadre historique remarquable, une connaissance du monde des odeurs, un dramatis personae intéressant... Pas de magie, pas de démons, mais un personnage principal aux aspects presque surnaturels.

Un roman indispensable à toute bibliothèque. Toute.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2018-04-13T17:17:46+02:00
Diamant

On m'a conseillé pendant des années de lire "Le Parfum", et j'ai finalement franchi le pas... et je ne le regrette pas ! C'est certes un livre étrange, mais dans le sens où il sort des sentiers battus. Le héros n'en est pas un, c'est une créature profondément haineuse qui jamais ne connaître ni ne souhaitera la rédemption. Dès le début le narrateur nous dit que Jean-Baptiste Grenouille est un monstre, et il le restera jusqu'à la fin. Et pourtant, on ne peut s'empêcher d'être fasciné par cette créature pathétique et ses meurtres, sa quête désespérée du parfum ultime... et finalement sans saveurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Samdu91 2018-04-13T17:02:58+02:00
Lu aussi

Ce livre est un peu... étrange. Ma prof de français m'a quelque peu forcé à le lire, pour ensuite en parler devant la classe, et comment dire que mon exposé ressemblait à quelque chose du genre : "Le débat sur la maladie mentale de Grenouille est ouvert ! Est-il psychopathe ou psychotique ? À vous de jouer !"

Afficher en entier
Commentaire ajouté par siredtodelena 2018-03-25T03:30:39+02:00
Lu aussi

Un livre de psychopathe, j'en veux toujours à ma prof de français de m'avoir fait lire ca encore des années après haha.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pujols 2018-03-24T20:47:15+01:00
Argent

C'est toujours bon de se retrouver dans un passé et dans un lieu méconnu. Le sujet étant très original, comment ne pas se laisser entraîner dans cette histoire, à l'issue plus qu'originale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Meels 2018-03-04T18:10:51+01:00
Lu aussi

Je n'ai pas particulièrement aimé. Toutefois, j'ai trouvé l'intrigue intéressante et addictive et la fin surprenante digne du Parfum. Donc, ce n'est pas une lecture de court qui me laissera un bon souvenir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chevalerie 2018-02-24T06:20:38+01:00
Or

J'ai pris énormement de plaisir à la lecture du "PARFUM". Super originalité, écriture sublime. J'étais pas trop emballé au départ mais je me suis laissé embarquer!

Un Régal!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par chrysta 2018-02-18T11:09:55+01:00
Or

Je n’ai pas été déçue de cette relecture du « Parfum », de Suskind. Je l’avais lu il y a de nombreuses années, et m’en souvenais peu, donc je me suis laissée de nouveau emmener. Je trouve que l’auteur nous fait entrer dans un autre monde avec sa perception du monde au travers des odeurs plutôt que des yeux. Quant un sens est en berne, d’autres prennent le relai et se renforce, et certainement que, comme Grenouille, nous percevrions le monde avec bien d’autres nuances si nous le percevions avec son nez. Ce roman est pour moi d’une grande originalité et nous embarque dans ce monde odoriférant.

Certains ont été dérangé par le personnage « malsain » de Grenouille, amoral, méchant …. Personnellement je l’ai trouvé riche et intéressant. Et méchant, je n’emploierai pas ce terme, car pour l’être encore faut il avoir une conscience morale de ce qui est bien et mal, tout en sachant que cette conscience relève des déterminants d’une société, varie d’une culture à une autre et d’une époque à une autre. Grenouille, de par sa naissance, le rejet de sa mère, le rejet de sa nounou, du prêtre, et le manque d’affection dans lequel il a grandi, sans compter une éducation très sommaire voire inexistante, n’a pas notion de bien et de mal. D’ailleurs, à ce siècle, je ne m’avancerai pas trop pour dire ce qui était perçu comme bien et mal.

Après, l’auteur aussi nous prédétermine à le percevoir sous le jour d’une forme de perversion, étant donné que, dès le début di roman, il insinue que Grenouille fait exprès de crier ce qui aboutit à la mort de sa mère. D’emblée, il nous place devant un être ayant une intentionnalité mauvaise. Mais honnêtement, un bébé n’a pas d’intentionnalité, c’est seulement que l’auteur nous amène à le penser ainsi.

Après, Grenouille, dans sa vie, n’a que les odeurs. Elles le guident, l’attirent, le repoussent, etc. Et il explique sa différence et le rejet des autres par le fait qu’il n’a lui-même pas d’odeur. Son but devient ainsi de s’en créer une, et de s’en créer une qui soit très attirante pour les autres, qui fasse qu’on puisse l’aimer.

Lui-même, qui fait au quotidien l’expérience de l’influence des odeurs sur l’attitude des gens, devient peu à peu un orfèvre de l’art d’en créer.

Dans la première partie, nous suivons son enfance et son début d’adolescence, comment il est mis à l’écart, déconsidéré, et comment il pousse un jour la porte du maitre parfumeur. Le décès de celui-ci suite au départ de Grenouille est sans doute une note donnée par l’auteur pour dire que tout se paie, étant donné que la morale a une place importante dans ce roman. On peut imaginer une sorte d’intervention divine pour punir le parfumeur, ou encore, une erreur de sa part, guidée par son inconscient du fait de sa grande culpabilité, qui amène à ce que tout ce qu’il a obtenu grâce à un autre parte en fumée.

Dans la seconde partie, Grenouille prend peu à peu conscience de combien les hommes et leurs odeurs l’envahissent, comment c’est insupportable, et il choisit de s’éloigner de plus en plus du monde humain, jusqu’à rester larvé au fond d’une grotte pendant des années. Je ne sais si cela est à entendre au sens littéral, car il me semble que cette mise à distance de la réalité et de la société humaine signe aussi son entrée dans la psychose et le basculement vers une reconstruction délirante du monde.

Quand il y entre de nouveau, cela va être sous tendu par cette création de parfum, de son parfum. Il est guidé par ce nouvel ordre du monde qu’il a créé, et je ne pense pas qu’il ait notion de ce que le meurtre est un mal. Les femmes (et les hommes en général), ne semblent pour lui que des objets, auxquels il ne s’intéresse que parce qu’ils sont susceptibles de le servir, d’être des ingrédients pour son parfum.

Pourquoi des femmes jeunes, belles et rousses se sont demandé certains. Déjà, nombre de ses victimes n’étaient pas rousses. Le trait commun étant plutôt la jeunesse et le fait d’être vierge. Grenouille ressent quelque chose pour elles, et je dirai qu’il s’agit certainement d’attirance sexuelle, sauf qu’il ne la perçoit pas comme telle et n’en retient que l’odeur, certainement en partie de phéromones dont certaines auxquelles il est plus sensible. Son appétence pour ces odeurs rendant aussi celles qui les dégagent plus jolies. Et certainement que les jeunes filles vierges ne dégagent pas le même fumet.

Pour Grenouille, la différence des sexes et le sexuel en général est quelque chose qu’il n’a pas construit, qui est pour lui forclos ( terme lacanien), et qui va revenir de ce fait dans le délire et les hallucinations. C’est ainsi que je vois la scène d’orgie dans le village, comme une hallucination qu’il a. Quant à la fin, dans laquelle il se fait dévorer pour son odeur, elle peut également être un effet hallucinatoire.

Bref, je pense que pour l’analyser sous ce jour il me faudrait le relire, mais je ne pense pas le faire de sitôt. Deux fois c’est déjà pas mal, mais j’en sors avec le plaisir d’avoir lu un roman écrit d’une belle plume, original, interrogeant, une petite perle selon moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2018-02-16T19:27:54+01:00
Lu aussi

Mon livre sent les fleurs, sûrement un message caché de la précédente propriétaire, en tout cas c'est dans le thème du roman.

Jean-Baptiste Grenouille aurait pu être un grand nez s'il n'avait pas fini meurtrier mais plus que ça c'est l'occasion de mettre en avant l'un de nos sens, que personnellement j'utilise au minimum, surtout en cette période de rhum. L'intrigue va au-delà de la simple histoire d'un tueur froid, le sujet principal est l'odorat, il suffit de lire quelques pages au hasard pour tomber sur des descriptifs des plusieurs lignes. Parfois ça m'a semblé un peu long mais le roman garde un bon rythme avec toujours cet intérêt que j'ai eu dès le départ de savoir comment il allait finir.

J'avais vu le film il y a plusieurs années et quelques moments me sont revenu en mémoires lors de ma lecture, ne gâchant rien du suspens par chance.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-02-11T11:15:19+01:00
Bronze

Qui n'a jamais entendu parler de ce roman allemand des années 80, devenu un classique de la littérature ?

Un homme, venu des bas-fonds parisiens, doté d'un incroyable don pour sentir TOUTES les odeurs et à une distance folle, apprend à créer de merveilleux parfums avec les techniques traditionnelles. Mais très vite, ce sont d'autres odeurs qu'il veut capturer en bouteille...

Ce roman ne PEUT pas laisser indifférent. Comme Dix petits nègres ou Lolita, il dégage du malsain, il dérange. Et malheureusement, si je peux reconnaître l'intérêt ou le génie de ces livres, je n'arrive pas à les aimer. Je peux reconnaître leurs qualités ; le fait qu'ils me dérangent autant est le signe indéniable qu'ils sont « bons », mais rien à faire : je ne peux pas les encenser.

Pour Le Parfum, quelques éléments m'ont tout de même particulièrement plu. D'abord, en savoir plus sur l'art de créer des parfums : c'est le genre de choses que j'adore découvrir dans les fictions. Ensuite, la narration : pour son côté sensoriel (les odeurs sont retranscrites d'une manière assez dingue) mais aussi parce qu'elle est faussement neutre, parfois sarcastique, ce qui donne l'impression d'une sorte de fable et qui, pour ma part, m'a empêchée de ressentir l'aspect glauque de certaines situations. Je ne peux pas nier que je tournais les 50 dernières pages plutôt fiévreusement, totalement happée par les événements.

Voilà, objectivement, ce que j'ai ressenti. Mais en le finissant, je ne savais vraiment pas quoi en penser. La fin est brutale ; il est difficile de trouver un message, une morale, à ce roman. Vous me direz que ce n'est pas une obligation ! Mais j'ai l'intuition qu'il y a quelque chose qui m'échappe peut-être.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Parfum

  • France : 2006-09-20 - Poche (Français)

Activité récente

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 5 007
Commentaires 608
Extraits 70
Evaluations 1026
Note globale 8.03 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Perfume - Anglais
  • Das Parfum, die Geschichte eines Mörders - Allemand