Livres
606 243
Membres
697 238

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Toi seul



Description ajoutée par Carine-31 2019-04-26T09:22:38+02:00

Résumé

Jeune et brillante avocate new-yorkaise, Moira Wallace vient de gagner le procès qui va faire décoller sa carrière. Pourtant, prise de doutes et rattrapée par les désillusions, elle décide de tout quitter pour s’engager dans une mission humanitaire en Éthiopie. Là-bas, loin de tout, elle découvre non seulement une dure réalité mais également la richesse du peuple africain. Et elle n’est pas au bout de ses surprises, surtout quand débarque Liam Spencer, acteur hollywoodien des plus sexy… Partie pour trouver un sens à sa vie, Moira était loin de s’imaginer à quel point cette expérience allait bouleverser son existence.

Afficher en entier

Classement en biblio - 34 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par GabrielleViszs 2019-08-01T11:41:26+02:00

Une petite bourgeoise new-yorkaise en quête d’une nouvelle conscience au fin fond d’un pays où les enfants meurent de faim, c’était un peu pathétique comme programme, mais l’idée me plaisait. Elle me plaisait même beaucoup !

— Je te demande d’y réfléchir, conclut Harvey. Mais pas trop longtemps, j’ai besoin d’une réponse sous quinze jours.

— Quinze jours ? C’est très court ! Mais promis, je vais y penser sérieusement.

L’Éthiopie. Je ne savais rien de ce pays ni de l’Afrique d’ailleurs. Cette option me terrifiait autant qu’elle m’attirait. Partir signifiait renoncer… à ma carrière, à l’argent, au confort, au respect de mes parents et à tout ce que j’avais bâti jusque-là.

Les questions se bousculaient dans ma tête ; j’avais beau retourner le problème dans tous les sens, la seule chose qui m’était tout à fait évidente était que, de toute façon, je ne remettrais plus les pieds au cabinet – la simple perspective d’y retourner me donnait des haut-le-cœur.

Exit Alexis, exit mon travail et mon poste d’associée, mais pour faire quoi ? Finalement, la solution de Harvey n’était pas dénuée de sens.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par lecturepassionnement 2021-06-13T17:08:56+02:00
Diamant

Si Carine elle même ne m’en avait pas parlé, jamais je n’aurai trouvé ce livre, son premier roman édité.

-

La couverture (celle de droite) est certes ratée et pas du tout attrayante. Elle ne reflète pas l’histoire qui se cache derrière. Et c’est une erreur ! Alors que l’édition en gros caractères (photo à gauche) reflète parfaitement le roman.

-

Ce livre est vraiment magnifique. En l’ouvrant je ne savais pas du tout à quoi m’attendre n’ayant pas lu la 4ème de couverture.

-

Quelle belle surprise. Et quel beau voyage au travers des mots de Carine. J’ai découvert cette autrice avec le tome 1 de la saga « Les rêves de nos mères » (dont j’attends le tome 2 avec impatience, en septembre).

-

Je me suis donc plongé dans cette histoire sans ne rien savoir et j’ai de suite été happé par cette aventure.

-

J’ai aimé les messages que l’on y trouve à l’intérieur. Ces droits qui peuvent, pour nous européens et français, sembler normaux et qui pourtant sont totalement absents dans d’autres parties du globe.

-

Avec Moira, Gilles, Liam, Meselesch, Ian, Dan et les autres, embarquez pour une aventure qui vous marquera et restera en vous une fois le livre terminé.

-

Un coup de cœur que je vous empresse de vous procurer. Rare sont les livres qui vous marquent à ce point.

-

Ce livre vous réserve de belles surprises.

-

Merci encore à toi Carine de m’avoir fait découvrir ton premier roman. Merci à toi d’essayer de faire évoluer les mœurs par cette histoire, la bataille est dure et longue. Merci à toi d’être la personne que tu es avec de si belles valeurs.

-

Belle lecture à vous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biibette 2020-05-07T16:23:23+02:00
Pas apprécié

Cette lecture a été difficile.

Difficile parce que dérangeante et problématique.

Difficile parce que frustrante et superficielle.

Difficile parce que le résumé vend du rêve, alors que l’histoire n’est pas à la hauteur.

L’histoire, c’est celle de Moira Wallace, une jeune avocate New-Yorkaise qui vient de remporter le procès du siècle. Le procès infâme du siècle. Le temps de boire une coupe de champagne et la voilà rattrapée par sa conscience. Cette victoire la couvre d’ignominie. Une chose en entraînant une autre, c’est tout son quotidien qu’elle envoie valdinguer. Pour retrouver son identité, elle décide de s’engager dans une mission humanitaire en Éthiopie.

Tu vois le potentiel ? Tu le sens comme il est palpable ?

L’histoire est traitée d’un bout à l’autre de manière superficielle.

Le début est chaotique. Le cœur du roman est bâclé. La fin est précitée.

Dans les premières pages, on sent que l’auteur veut faire arriver son héroïne en Éthiopie, mais elle veut aussi nous donner des détails sur sa vie, sur son métier, sur sa famille, sur sa relation amoureuse. Masse de détails et accélération c’est une équation antinomique.

Cela dit, elle parvient à dresser le portrait d’une héroïne à bout. Une héroïne qui sort doucement, mais sûrement de son hibernation carriérique. Une héroïne difficile à apprécier tant elle est égocentrique, narcissique et autocentrée.

Au début du roman, pourquoi pas ? Ce sont des traits de caractère auxquels on peut s’attendre, mais ne la voyant pas gagner en maturité de page en page, j’ai vite déchanté. Toutes ses prises de paroles n’ont qu’un seul objectif : la maintenir au centre de l’intérêt !

Des exemples, pendant :

la crise de panique de son collègue, elle répond : « Tu vas respirer un bon coup et arrêter de me faire flipper. »

une dispute avec des villageois, elle répond : « Cet acte anodin me rappela avec un peu trop de vivacité que son séjour parmi nous s’approchait dangereusement de son terme et que je serais bientôt séparée de lui. »

une menace sur un membre du groupe, elle répond : « Ne fais pas ça, protestai-je mollement en me laissant aller contre lui. Je n’y arriverai pas sans toi. »

Bonus : « C’est très gentil de ta part de t’intéresser à nous, mais ça ne m’aide pas vraiment. »

S’ajoute à cet art de tout ramener à elle : son sens de la déresponsabilisation. C’est la première fois que je lis une quête initiatique qui tourne en eau de boudin :

« Je ne me cache pas. Après cette histoire, je me suis simplement rendu compte que tout ce que j’avais fait jusqu’à présent, je ne l’avais fait que pour satisfaire les exigences de ma famille. »

Bon.

Au-delà de cette héroïne en tout point catastrophique.

L’histoire aurait pu s’arranger avec l’arrivée en Éthiopie, mais non. L’auteur s’enlise de maladresse en maladresse. L’histoire continue sur une onde de superficialité.

L’auteur se contente d’enfoncer des portes ouvertes. D’aborder à la volée une pléthore de sujets épineux et problématiques dont les enjeux sont à peine effleurés. Elle annonce de grandes vérités sans jamais les étayer d’arguments, d’anecdotes ou d’explications. L’ensemble dégouline de bons sentiments et de bonnes intentions. Résultat, c’est trop sucré !

L’auteur place son histoire en Éthiopie, sans contextualisation solide. L’histoire aurait pu se dérouler en Somalie, en Érythrée, au Yémen, au Mali… ça ne changeait rien. Enfin si 3 paragraphes vikidia, balancé comme un copier/coller, sans profondeur, sans recul, et pire que tout avec une impression d’empathie téléphonée. Elle ne donne aucune explication du contexte géopolitique. Elle survole le conflit sans jamais dire qui sont les belligérants et les groupuscules par exemple. Même d’un point de vue culturel elle ne donne aucune information ! D’un point de vue religieux : néant absolu.

L’arrivée de l’héroïne à l’orphelinat se fait via une roadtrip de plusieurs jours : elle ne décrit aucun paysage, elle ne témoigne d’aucune rencontre.

Et pourtant elle dit : « On nous reçut comme des proches et les soirées furent extraordinaires à leurs côtés. Ce genre de moments de partage qui vous restent gravés en mémoire à tout jamais. D’une certaine façon, j’avais l’impression d’apprendre la véritable définition du mot “humanité”. »

Je ne comprends pas ? Pourquoi ne pas partager la rencontre avec le lecteur ? Pourquoi une vérité absolue plus tôt qu’une description incluante ?

Pour arriver plus vite à la romance ? Liam arrive au chapitre 11, comme un cheveu sur la soupe. Il n’apporte rien, ni à la quête de l’héroïne dans son équilibre ni au contexte dans lequel il est introduit. Pire que tout : les raisons de sa présence à l’orphelinat m’ont mise mal à l’aise. Il vient faire l’autruche dans une campagne humanitaire après une révélation qui bouscule son planning ? Depuis quand l’humanitaire est-il synonyme de centre de repos ? Quel est le sens de cette motivation ?

De façon générale, ici la vision de l’humanitaire est très proche d’une philosophie de chevalier blanc avec une touche de néocolonialisme compassionnel qui gangrène l’humanitaire et qui me fait furieusement grincer des dents.

Verdict : Bon. Tu veux lire une romance autour de l’humanitaire, choisi plus tôt « Pour t’avoir » de Shirley L.B aux éditions Harlequin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par valerie27 2020-03-28T05:52:45+01:00
Or

Une très belle histoire, on sent qu'il y a eu des recherches préliminaires, qui a pour background la sublime Ethiopie. Non seulement comme décor mais aussi comme personnage secondaire. Elle fait partie du peuple, de leur sang, de leur culture.

J'ai beaucoup aimé ce récit écrite par une plume délicate pour de nombreuses raisons: pour l'intrigue qui m'a touchée, pour les personnages qui se cherchent et se trouvent là où ils ne s'y attendaient pas.

Et puis j'ai aimé ce roman qui parle aux femmes , à celles qui possedent tous leurs droits et, surtout, aux autres. Merci énormément à l'auteure pour ce bouleversant partage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lylfak 2020-02-03T21:37:24+01:00
Diamant

⚠️Coup de ❤️

Je viens de me prendre une grosse claque avec ce livre, je ne m'y attendais pas du tout. J'ai voyagé au travers des mots de l'auteure. Si vous vous attendez à une romance basique, vous n'y êtes pas du tout. Ce livre, c'est avant tout un combat et ça se ressent tellement. Merci Carine Pitocchi - Passeuse d'histoires, vos mots m'ont touché au delà de mes espérances. Le combat de vos personnages, ce devrait être le combat de tout un chacun.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pharedecareco 2019-09-26T23:47:50+02:00
Or

J ai adore. C'est certes une romance au bout du monde mais pas que. Les personnages sont vraiment bien decrits, on cerne bien leur personnalite, et la vie quotidienne de ces humanitaires, de ces peuples qu ils aident qui souffrent dans un quotidien si dur... Vraiment l histoire m a emportee.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2019-08-01T11:38:35+02:00
Argent

Je remercie la collection &moi pour la lecture de ce titre, par le biais de Netgalley. Je l'avais vu passer sur un blog que je suis et j'avais bien aimé ce qu'elle en avait dit.

Moira vient de gagner un procès extrêmement difficile, elle vient de faire gagner une très grosse entreprise qui était accusée de polluer l'environnement. Alors que le lendemain elle fête sa victoire dans un café, une jeune femme lui dépose un nounours ainsi qu'une photo, l'accusant d'avoir tué son petit frère, atteint d'un cancer. Moira avait déjà des doutes sur ce qu'elle faisait, pensant d'abord à l'argent qu'elle pouvait récupérer. Mais ce qu'elle a gagné ne lui convient pas. Le chèque pèse lourd sur sa conscience, surtout lorsqu'elle apprend que ce petit garçon, Samuel, décède quelques heures après la fin du procès. Elle prend des vacances et pars chez son grand-père, tentant de retrouver sa vie. Lorsqu'un ami de son grand-père, Harvey lui propose de reprendre un poste en Éthiopie. Elle décide d'y aller, de changer totalement de vie. Ce qu'elle va découvrir va lui ouvrir les yeux sur son monde et ce qu'elle ne connaissait pas.

La romance est complètement mise de côté et c'est tant mieux. Nous avons ici une jeune femme qui se pense accomplie dans son travail et qui va tout plaquer pour repartir à zéro dans l'humanitaire. La découverte d'un pays, d'un peuple qui n'est pas libre. Les nombreuses guerres civiles qui parcourent le pays, les sévices sur les femmes et jeunes filles, les enrôlements des jeunes garçons... Il n'y a pas que le côté horreur de ce que vivent les gens, l'auteur montre aussi la solidarité entre eux. C'est un livre qui montre un peuple, pas dans le détail bien entendu, mais avec ce qu'il faut pour permettre de comprendre ce que vit ces hommes et femmes tous les jours. Moira se retrouve auprès d'enfants qui n'ont pas demandé à avoir une vie pareille. Un rien les fait sourire, car conscient que leur avenir n'est pas sur, comme leur présent, ils profitent de tout ce que les autres peuvent leur apporter.

Ces enfants ont conscience qu'ils doivent faire beaucoup d'effort pour être comme les enfants des autres pays qui ne sont plus en voie de développement. Moira découvre ce nouveau monde avec des yeux grands ouverts sur l'horreur sans nom qui existe, qu'elle avait déjà entendu parler, sans s'en approcher. Son parcours du départ est en douceur. La joie des gens qui vivent en dehors des trafics, loin de guerres, mais pas si éloignés que cela. L'entraide, la solidarité envers les nouveaux venus. Tout ce qu'elle voit, Moira le ressent en elle. La culpabilité d'avoir fait gagner cette grosse entreprise lui pèse en plus de tout ce qu'elle ne peut pas faire. Le travail est complet, les enfants lui redonnent cet espoir. Elle va travailler avec des personnes compétentes qui ont à cœur leur métier. Docteur, infirmière, instituteur, aide potentielle, chacun y laisse une part de son cœur dans cette histoire.

Le livre est écrit à la première personne, avec l'unique vision de Moira et ce n'est pas dérangeant. On ressent sa culpabilité, sa joie de vivre, sa découverte, son métier, ses émotions. Lorsqu'elle rencontre Ian, le docteur beau comme un Dieu grec, elle l'évite, il ressemble trop à Alexis qu'elle a viré comme un malpropre avant de partir pour l’Éthiopie. Gilles est l'instituteur qui est concerné par ce qui arrive aux enfants. Révolté, c'est un homme entier qui n'accepte pas la fatalité et encore moins qu'un enfant soit obligé de se marier à 10 ans par tradition... Les personnages qui entourent Moira ont tous un petit quelque chose qui les rend attachants. L'arrivée de Liam, un acteur, star en vogue du moment (OK, encore un livre avec un acteur qui va attirer les foules et donc apporter de l'argent), va chambouler un peu (beaucoup) la vie des enfants. Il est de ceux qui ne pensent pas à lui dans ces cas-là, mais aux autres, à ce qu'il peut apporter aux enfants.

Entre Moira et Liam, c'est rapide (trop à mon goût) et assez peu réaliste surtout vu le contexte dans lequel ils vivent. L'internat, les menaces, l'obligation de fuir, un bébé en route, bref de quoi chercher d'abord à rester en vie qu'à imaginer une romance. Disons que c'est le point noir du livre. Finalement, j'ai considéré ce livre comme un contemporain et non comme une romance. J'ai adoré découvrir ce pays sous les yeux de Moira, suivre ses réflexions et comprendre que nous vivons dans un pays libre en comparaison de l’Éthiopie, comme tant d'autres. Les paysages sont magnifiques, la mentalité aussi. Ce n'est pas un pays où tout va bien, car la femme est encore considérée comme un objet : excision, viol, barbarie, tout est possible, malheureusement.

Il y a beaucoup d'échanges dans cette histoire. La fatalité ne peut être vaincue, Moira et ses nouveaux compagnons font ce qu'ils peuvent pour offrir une vie décente à ceux qui en ont le plus besoin. Suivre la maladie, voir mourir un enfant, se battre pour qu'une enfant de 10 ans ne soit pas enlevée pour être donnée à un futur mari, avancer en terrain miné pour les protéger et tenter de passer une frontière alors que la maladie revient. C'est beaucoup en peu de pages et c'est parfaitement suffisant pour comprendre la détresse et la ressentir. Et puis l'épilogue qui nous montre 5 ans plus tard ce qu'ils sont devenus.

En conclusion, une histoire dure qui dévoile plus que le minimum sur un pays encore en construction. Le voyage est très bien passé même si c'est difficile de se dire que ces hommes, femmes et enfants vivent quotidiennement dans l'attente d'un avenir meilleur. Des personnages qui avancent et se prennent en charge. La romance est passée à la trappe pour ma part. Dans ce récit, l'humanitaire a une place importante et nous permet de voir autrement.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/toi-seul-carine-pitocchi-a167168686

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Unbrindelecture 2019-07-06T10:55:28+02:00

http://www.unbrindelecture.com/2019/07/toi-seul-de-carine-pitocchi.html

L'humanitaire et la romance s'allient pour faire passer de beaux messages et des remises en questions qui font de ce livre une véritable réussite. L'auteure nous ouvre les yeux sur ce pays trop peu connu, avec justesse et sincérité. Vous pouvez foncer les yeux fermés pour découvrir un autre monde que le nôtre et peut être que comme moi en refermant la couverture vous aurez envie de changer de vie...bon voyage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elo-Dit 2019-06-25T09:51:53+02:00
Diamant

Toi Seul, c'est une histoire incroyablement puissante, un contexte peu connu, mais qu'il est nécessaire de mettre en lumière et c'est aussi une romance d'une douceur exceptionnelle, simplement belle naturellement !

Avis complet : http://elo-dit.over-blog.fr/2019/06/toi-seul-carine-pitocchi.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SweetyHoneyAddictions 2019-06-02T14:56:34+02:00
Or

https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2019/05/toi-seul-carine-pitocchi.html

Découverte d’une nouvelle autrice chez Collection &moi et magnifique expérience.

Je m’attendais à une histoire bien plus superficielle et finalement je ne regrette pas d’avoir découvert ce texte.

Dans un premier temps, on fait la connaissance de Moira. On découvre son quotidien, sa liaison avec un avocat, son métier qui la passionne. Elle brille dans ce métier et attend avec impatience la consécration ultime : devenir associée. Mais quand elle obtient enfin ce statut, Moira ouvre les yeux et tombe de très haut.

Afin de prendre un peu de recul et trouver vraiment la femme qu’elle veut être, elle quitte tout en suivant les conseils de son grand-père Santino et son vieil ami et file en Éthiopie aider un pensionnaire. Pour Moira, l’expérience est aussi déchirante qu’enrichissante. Elle y découvre un pays beau et nouveau, une culture dont les mœurs la dépassent, une population en souffrance. Elle va vraiment donner tout ce qu’elle a au fond d’elle pour aider au mieux les gens, l’équipe sur place dont elle va se faire des amis proches (ou pas).

Carine Pitocchi concentre vraiment son texte sur la remise en question de son héroïne, sur ce qu’a été sa vie, sur la personne qu’elle souhaite être et sur ce qu’elle veut de son avenir. Plonger au cœur de ce pays à travers les mots de l’autrice est saisissant tant il y a de souffrances, d’horreurs au quotidien. Mais il y a aussi beaucoup de bonté et de cœur.

L'Éthiopie est à elle tout seule un personnage à part entière dans ce roman et Pitocchi lui rend un bel hommage. (Petit aparté, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au roman déchirant qu’est Yem de Gilles Milo-Vacéri qui se déroule aussi en Éthiopie, je vous le recommande vivement).

L’arrivé de l’acteur vient donner un peu de baume au cœur à l’intrigue puisqu’il s’agit du Love Interest de l’héroïne mais pour moi, c’est secondaire. Leur liaison est agréable, je ne dis pas le contraire. Mais le plus important reste ce combat de chaque instant qui se déroule là-bas. D’ailleurs, l’autrice n’épargne rien ni personne. Le chemin va être long et douloureux mais certains moments vont nous faire sourire et nous attendrir.

Je ne peux que vous dire de vous intéresser à ce roman. Il est bien construit, on s’attache facilement aux protagonistes et on est saisi par le contexte. Je vous le conseille grandement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BeaMars 2019-05-31T18:00:32+02:00
Or

Moira Wallace est une jeune avocate new- yorkaise dont l'avenir professionnel semble tout tracé. Elle vient de gagner LE procès de sa carrière, celui qui était perdu d'avance, celui qui lui ouvre la porte du bureau des associés de son cabinet... Mais pour Moira c'est surtout celui qui laisse un gout amer dans la bouche, celui qui remet tout en question... Alors qu'elle est en plein doute, elle va faire faire le choix de tout laisser derrière elle et de partir en Ethiopie dans le cadre d'une mission humanitaire... Un voyage en terre inconnue qui va lui apporter son lot de surprise ... Surtout lors de l'arrivée de Liam Spencer, un acteur hollywoodien, qui va totalement bouleverser sa vie ...

J'ai été séduite par la couverture de ce roman, en plus d'être lumineuse, elle dégage une certaine douceur. C'est elle qui a motivé ma lecture. Avant d'ouvrir le roman, je n'avais pas pris connaissance du résumé et je ne connaissais pas du tout la plume de Carine Pitocchi. C'est donc à l'aveuglette que j'ai commencé ma lecture. Le récit commence sur les chapeaux de roue ! Moira Wallace, jeune avocate à New York vient de gagner le procès de sa carrière. Cette victoire lui vaut, en plus des félicitations de ses confrères, et d'une prime plus que conséquente ; d'être promue au rang d'associés dans le cabinet qui l'emploi. Seulement, les intérêts qu'elle a protégé sont plus que discutables et la joie de sa réussite va vite être entachée par certains événements, qui vont bouleverser Moira au plus profond de son être. En pleine crise de conscience, elle va avoir besoin de prendre le large et quand on lui propose d’être gestionnaire dans une mission en Ethiopie, Moira ne réfléchie pas longtemps, il faut qu'elle parte ! Sur place, elle va découvrir un pays, une culture mais aussi des gens : aussi bien les autochtones que les humanitaires. Son quotidien est aux antipodes de celui qu'elle vivait à New York mais Moira se sent bien, et une routine se crée... Jusqu'à l'arrivée de Liam Spencer, un jeune acteur qui débarque tout droit d'Hollywood pour passer quelque temps avec eux ... Une fois de plus, la vie de Moira va être bouleversée ...

Pour moi, la collection &moi est une valeur sure, je n'ai jamais été déçue, et j'ai souvent fait de belles découvertes... Je ne m'attendais pas à vivre cette avalanche d'émotions. Carine Pitocchi nous plonge directement dans la vie de Moira, pile au moment qui va changer son existence. Le procès, qui soulève un problème de société, est l’élément déclencheur de la prise de conscience de Moira. J'ai aimé que l'autrice la fasse sortir de la masse d'avocats sans âme, uniquement animés par la soif d'argent, que malgré son carriérisme, la jeune femme soit humaine. A partir de là, tout s’enchaîne... J'ai apprécié le cheminement de ses pensées, elle se pose les bonnes questions et sait s'entourer des bonnes personnes et puis il y a le départ pour l'Ethiopie... Et là c'est le choc ! En même temps que Moira nous découvrons un pays, une culture et une population. Et c'est un dépaysement total ! J'avais une vision désuète de l'Ethiopie, celle que les médias transmettait lorsque j'étais jeune, avec les images d'enfants mal nourris. Ici Carine Pitocchi nous donne une vision plus actuelle de la situation, mais c'est tout aussi percutant ! Avec la mission de Moira, l'autrice nous ouvre les yeux sur ce qu'il se passe dans le pays (comme dans beaucoup d'autres d'ailleurs). Elle aborde avec beaucoup de justesse des sujets qui ne sont pas évoqués dans les journaux télévisés chez nous. En plus de l'instabilité politique et la violence qui anime le pays, du manque d'éducation (surtout chez les filles) ou de la maladie, elle pointe du doigt certaines coutumes ancestrales qui n'ont plus lieu d'être et qui sont toujours pratiquées... Mais surtout, elle met en évidence le combat des personnes sur place, que se soit les éthiopiens, ceux qui veulent faire évoluer le pays, comme les humanitaires. J'ai vraiment apprécié de suivre le quotidien de la Mission, voir ses gens qui viennent d'horizons différents s'unir et se battre pour une cause commune. Elle nous évoque le manque de moyens, leur impuissance face à certains événements. Nous sommes pris aux tripes, les faits qui se déroulent sous nos yeux nous serrent le cœur. La plume de Carine Pitocchi est directe et fluide. Elle arrive à insuffler de la douceur dans cet univers plutôt violent, elle nous fait nous sentir au plus proche de ses protagonistes, nous rions et tremblons avec eux... En parallèle, Moira va faire une rencontre particulière... L'arrivée de Liam Spencer va chambouler l'ordinaire de la Mission mais aussi la vie de Moira. La romance entre les deux jeunes gens n'est pas prioritaire dans le roman mais elle s'y fond à merveille. Ils sont différents mais ont en commun ce besoin de faire le point, ils sont partis en Ethiopie pour chercher ce qu'ils ont vraiment au fond d'eux. L'autrice fait monter la tension entre Moira et Liam doucement mais surement, j'ai trouvé que cela correspondait bien à leur environnement. La passion qui les anime va devoir être contenue, ce qui rajoute un peu de piment, vont ils céder ou pas... telle est la question ?

Moira est un jeune femme privilégié. Elle est née dans une bonne famille, à pu faire de bonnes études et à trouver un métier ou elle s'épanouie... enfin jusqu’à un certain point. La "claque" qu'elle se prend après sa victoire va tout remettre en question et Moira va vouloir faire le point. Franchement j'ai apprécié sa force de caractère car personnellement je trouve qu'il faut avoir du courage pour faire ce qu'elle fait. Tout plaquer, lâcher son petit confort pour aller aider les autres dans un pays inconnus. Je trouve que les gens qui font cela sont formidables. Moira a du caractère, elle est plutôt entêtée, elle est indépendante mais va faire son maximum pour s'intégrer à l'organisation de la Mission. Elle a un grand cœur...

Liam est beau, généreux et charismatique... Il profite de sa notoriété pour mettre en avant le travail des gens de la Mission. Mais il utilise également ce moment à l’écart des projecteurs pour faire, lui aussi, un point sur sa vie. En général, je ne suis pas fan des "gentils" garçons mais là, Liam m'a beaucoup touché. J'ai aimé qu'il soit droit dans ses bottes, qu'il soit respectueux... Son arrivée est une bouffée d'air frais à la Mission.

Les personnages secondaires sont tous importants. Que se soit les missionnaires qui donnent de leurs personnes au quotidien, les habitants du pays qui tentent de faire bouger les choses ... et surtout les enfants qui font preuve d'un courage à toute épreuve...

Toi Seul n'est pas qu'une jolie romance, c'est surtout une leçon de vie ! Un roman dépaysant et percutant qui ne peut pas nous laisser indifférent.

Afficher en entier

Date de sortie

Toi seul

  • France : 2019-05-09 (Français)

Activité récente

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 34
Commentaires 17
extraits 4
Evaluations 15
Note globale 8.13 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode