Livres
546 164
Membres
582 081

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Restaurant de l'amour retrouvé



Description ajoutée par bridget 2013-09-03T13:23:10+02:00

Résumé

Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d'un chagrin d'amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l'art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière.

Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies.

Un livre lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco, dont l'épice secrète est l'amour.

Afficher en entier

Classement en biblio - 173 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par mickaeline 2015-04-13T11:28:14+02:00

En quelques secondes à peine, la certitude m'a envahie : le nom de mon futur restaurant ne pouvait être que L'Escargot.

C’était ça !

Emmitouflée dans ma couette comme un gâteau roulé, j'ai claqué des doigts toute seule.

Désormais, avec ce restaurant posé sur mon dos, j'avancerais, lentement. Le restaurant et moi, nous ne formerions plus qu'un.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Elfia-4 2021-01-13T11:05:00+01:00
Pas apprécié

L'histoire commence bien même si on a un peu mal au cœur pour cette jeune femme qui a tout perdu. Ce fût un vrai plaisir de découvrir comment elle a monté son restaurant et toute la psychologie du fait qu'elle ne parle pas. Mais après ça j'ai été déçu, on ne parle presque plus que de cuisine et je n'ai même pas réussi à lire certains passages de la fin du livre. On me l'a vendu comme un livre feel good mais je trouve que ce n'est pas le cas...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Phil_33 2020-10-25T19:42:24+01:00
Bronze

Vous connaissez "Riquet à la Houppe" ?

Vous ne connaissez pas Riquet à la Houppe ! C’est moi qui l’ai baptisé ainsi… En fait, il s’appelle Gérard Collard, lui, vous le connaissez peut-être, il se rase le crâne, à l’exception d’une petite touffe de cheveux au-dessus du front. Il est libraire (la librairie La Griffe Noire à Saint-Maur-des-Fossés) et présente une sélection de livres tous les vendredis dans Le Magazine de la santé sur France 5, lors de sa rubrique « Des livres et moi ! » – joli jeu de mots – il est, généralement, très enthousiaste, malicieux, pétillant et persuasif. Ma femme adore. Le 8 octobre dernier, il est venu présenter, entre autres, Le Restaurant de l’amour retrouvé avec une telle ferveur que mon épouse m’a demandé de le lui commander. Deux jours plus tard il était dans la boite aux lettres (avec trois autres) et passées quarante-huit heures, elle tournait la dernière page !

Personnellement je télécharge des livres numériques, mais ma femme préfère brouter du papier.

Le livre est sorti au japon en 2008, en France en 2013 et réédité au format Poche en 2015. En 2011, le livre, lauréat du Prix Étalage de la Cuisine, a fait l'objet d'une adaptation cinématographique sous le titre Rinco's Restaurant, il est sorti sur les écrans japonais en 2010.

Originaire du Japon, Ito Ogawa commence sa carrière d'auteure en écrivant des chansons et des livres illustrés pour les enfants. Elle est née en 1973 à Yamagata. Ses œuvres traduites en français sont Le Restaurant de l’amour retrouvé, en 2013 ; Le Ruban, en 2016 ; Le Jardin arc-en-ciel, en 2016 ; La Papeterie Tsubaki, en 2018 et La République du bonheur, en 2020.

Alors, Le Restaurant de l’amour retrouvé, de quoi s’agit-il ? Le résumé nous l’apprend : En rentrant du travail, Rinco, une jeune femme de 25 ans, retrouve son appartement complètement vide. Son petit ami est parti et a tout emporté. Sous le choc, elle perd la parole : « Cela ne voulait pas dire que j’étais devenue incapable de parler. Ce n’était pas ça, ma voix avait purement et simplement disparue de mon organisme. » Elle décide de retourner dans son village natal. Elle y ouvre un restaurant dont la particularité est de ne servir qu'un couvert par jour, et de concevoir des plats capables d'exaucer le désir le plus profond de chaque client.

En lisant les quelques lignes de sa très succincte bio, je comprends mieux, car tout au long de la lecture je n’ai cessé de me dire qu’il s’agissait d’un conte, et pourquoi pas, pour enfants, mise à part quelques passages qui ont eu le don de heurter certains lecteurs. Encore que ces passages soient à prendre au second degré. Je n’en dirai pas plus sur ce point pour ne pas déflorer le texte.

Je m’imagine assez bien lire chaque soir un chapitre, à un enfant, avant de s’endormir. L’écriture est simple et addictive. On touche un peu à la magie et au merveilleux. Tout n’est pas forcément rose, mais rappelez-vous, tout était-il si rose dans les contes d’Andersen ?

Donc Rinco, qui vient de passer dix années de petits boulots dans divers restaurants d’une grande ville japonaise mais a surtout appris à cuisiner avec sa grand-mère, a tout perdu. Son amoureux l’a quittée en emportant TOUT ce que contenait leur appartement, meubles, économies, ustensiles de toutes sortes… Il ne reste plus à Rinco qu’à retourner dans son village natal, dans les montagnes, où vit sa mère avec laquelle elle entretient des relations plus que tendues. L’accueil est des plus froids et, pour pouvoir financer son hébergement, Rinco aménage une dépendance proche pour en faire un restaurant un peu particulier : elle y servira un seul menu, sur réservation, après entretien, pour pouvoir définir et réfléchir à ce qu’elle offrira à ses convives. Et… bien sûr, non seulement c’est délicieux, mais en y mettant tout son cœur, toute son intuition, tout son savoir faire et toute son âme, des miracles se produisent, pendant ou peu de temps après le repas !

Elle va même jusqu’à pratiquement ressusciter un lapin anorexique ! Merveilleux, non ?

Encore une fois, il m’est difficile, voire impossible de porter un jugement littéraire éclairé sur ce texte. Je n’en ai pas la compétence. Néanmoins, j’ai quelque expérience de lectures. Pour ce qui est de la cuisine (à l’européenne), je m’en charge depuis des années, à la maison, avec de plus en plus de plaisirs. Passant progressivement de l’exécuteur de recettes à l’adaptateur puis carrément à l’inventeur (pas toujours couronné de succès). Quant à la littérature culinaire, j’ai eu le plaisir de découvrir de véritables prouesses d’écrivains qui vous emportaient dans des descriptions lyriques qui hissaient la Gastronomie sur les plus hautes marches du podium de l’Art…

Ici, rien de tout cela. Les trois premiers quarts du livre sont factuels : je fais ci, je fais ça… C’est froid, c’est plat, c’est banal, c’est “hors émotions”. À quoi est-ce dû ?

Il me vient à l’esprit le souvenir, dans un cabaret parisien au spectacle international désopilant, d’un groupe de touristes japonais (un car ?) dont les visages sont restés d’une impassibilité effrayante pendant toute la représentation. Je ne connais pas la culture japonaise, était-ce de la timidité ? De la pudeur ? De la retenue ? Que sais-je ? Il faut effectivement attendre les cinquante ou soixante dernières pages pour qu’il se passe quelque chose. Pour qu’enfin l’auteure “se lâche”, pour qu’elle écrive avec son cœur et ses tripes. Un peu timorée, Ito Ogawa !

Nota : En tant que flexitarien, je tiens à donner à tous les amateurs du "pouce lymphatique" (et du véganisme) l’occasion de se manifester : de tout temps l’homme a été un animal omnivore, conçu pour se nourrir de denrées vivantes, d’origine animale et végétale. C’est indispensable à sa survie. Alors si on pleure parce qu’on sacrifie un animal pour se nourrir, il faut également pleurer quand on sacrifie un végétal ! Pourquoi faire une différence ? Voir L’intelligence des plantes de Stefano Mancuro et Alessandra Viola.

https://www.senscritique.com/livre/L_intelligence_des_plantes/critique/198781164

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Whale 2020-10-13T15:12:08+02:00
Bronze

Premier livre de l'auteure que je lis et certainement pas le seul. "Le Restaurant de l'amour retrouvé" est un roman sympathique, avec une écriture douce, sensible et empreinte d'une certaine poésie.

Le récit parle d'amitié, d'amour filial et maternel, ainsi que de renaissance de soi.

Certains passages m'ont cependant dérangé. Un au tout début qui me paraît peu réaliste et convaincant par l'absence ou le manque de réaction de Rinco. Le second à la fin où les détails d'une scène sont trop explicites, voir un peu violente.

À travers les saveurs, les odeurs, les paysages et les personnages, l'auteure exprime avec simplicité et délicatesse de belles émotions.

Une lecture calme, méditative et agréable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Syracuse 2020-05-23T04:02:39+02:00
Or

C'est doux et poétique. Un moment doux de partage et d'émotions. Une courte poésie sur divers thèmes comme la relation mère-fille, l'amour, les sentiments, le partage. L'envie de continuer à vivre et à continuer. J'approuve la conclusion : il faut partager un peu de ce qu'on aime pour faire plaisir aux autres.

La plume de l'auteur est douce, nous transporte facilement dans le restaurant l'Escargot. La lecture est facile, sans prise de tête, sans surprise mais reste agréable dans son ensemble, permettant en plus un voyage gastronomique au Japon.

Je mets un petit bémol à ce scénario cependant. Les scènes des dernières pages peuvent paraître déplacées aux premiers abords. Je pense qu'il faut les voir avec le message de l'auteur : la pensée de la réincarnation pour transmettre un message d'amour, de joie, de partage, pour convaincre d'aimer et de continuer à aimer, pour avoir une deuxième chance pour aimer et se faire pardonner.

Afficher en entier
Pas apprécié

Bof bof bof... our une japonaise, n'écrit pas très bien. Situations convenues, tout est toujours très bien, très bon, très parfait, les meilleurs ingrédients pour les meilleurs plats, au final un très indigeste brouet.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nie-chan 2020-01-19T16:34:01+01:00
Lu aussi

Hum, que dire... C'est un livre qui se lit facilement et rapidement avec une intrigue très simple et peu de rebondissements. Assurez-vous d'avoir bien mangé avant d'ouvrir ce livre.

Je n'ai pas vu d'intérêt particulier à cette lecture, c'est juste la vie quotidienne et étrange du personnage principal.

Beaucoup de choses étranges de mon point de vue :

Spoiler(cliquez pour révéler)Ton mec se casse avec toutes tes affaires et tu ne fais rien ? Tu ne l'appelles pas ? Tu n'essayes pas de le contacter pour les récupérer ? Tu ne pleures pas ? Tu es capable d'enchaîner aussitôt ? Hum...

Et le passage du cochon et du pigeon... sérieusement ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JukeBox 2019-11-26T14:23:06+01:00
Pas apprécié

J'ai commencé ce livre avec le commentaire récurrent d'autres lecteurs autour de moi que c'était un roman mignon, une lecture toute douce... honnêtement, je n'ai rien ressenti de tout ça. J'ai trouvé l'héroïne trop renfermée, cet aspect de sa personnalité qui n'exprime pas ses sentiments, alors que la lecture du roman laisse toute la place à leur développement, fait que je ne l'ai pas trouvée attachante.

Certes, c'est une lecture qui est relativement agréable, et les références à la gastronomie japonaise apporte une touche en plus, mais globalement je n'ai pas apprécié Rinko, et après ce qu'il se passe avec sa mère et Hermès, j'ai eu beaucoup de mal à terminer ma lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Isallya 2019-11-20T09:02:45+01:00
Argent

Un roman incontestablement japonais, qui est comme une parenthèse de douceur et de poésie. Le début est un peu étrange mais une fois lancé, ça se lit tout seul. J'ai beaucoup apprécié la plume de l'autrice et les valeurs qu'elle véhiculait à travers son roman, toutes ces notions de partage et de dévouement qu'on retrouve somme toute assez peu dans nos romans occidentaux, ou en tout cas pas de manière aussi marquée. Les dernières pages m'ont cependant moins plu car tranchaient trop avec le reste du roman: Spoiler(cliquez pour révéler)cet espèce de revirement au sujet de sa mère est un peu trop subit, et que dire de la mort du cochon... Était-ce vraiment nécessaire ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nausicaa73 2019-09-19T18:52:21+02:00
Lu aussi

Je suis perplexe ... je ne vois pas quoi dire d'autres au sujet de ce roman ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BenKhelifa 2019-09-07T10:38:17+02:00
Lu aussi

Par certains aspects c'est un bon livre, agréable, coloré, centré sur les émotions et les relations humaines et filiales. La nourriture est le vecteur qui sert a tisser les liens entre les gens. L'auteur y décrit avec brio la saveur des aliments et les émotions qu'elles font naître. A savourer en prenant son temps.Un livre pour se détendre.

Afficher en entier

Dates de sortie

Le Restaurant de l'amour retrouvé

  • France : 2013-09-05 (Français)
  • France : 2015-01-06 - Poche (Français)

Activité récente

nouk31 l'ajoute dans sa biblio or
2021-01-06T11:08:38+01:00
natruc l'ajoute dans sa biblio or
2020-10-28T06:36:56+01:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 173
Commentaires 45
extraits 19
Evaluations 59
Note globale 7.88 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode