Livres
458 527
Membres
412 063

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Michel Bussi

4 293 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Ambere 2018-05-02T22:03:15+02:00

Biographie

Je suis un enfant de Jules Verne, de Maurice Leblanc, d’Agatha Christie…

Michel Bussi naît le 29 avril 1965, à Louviers, en Normandie. Tout petit, il dévore les romans de la Bibliothèque rose puis verte, en suivant les aventures du Club des cinq ou d’Alice, jeune détective. Des enquêtes qui vont inspirer notre futur auteur ? Etudiant à l’Université, Michel choisit la géographie ; il est aujourd’hui un éminent spécialiste de la géographie électorale, sollicité par de nombreux médias.

J’ai toujours écrit et aimé raconter des histoires…

Parallèlement à son métier de professeur de l’université de Rouen et de directeur d’un laboratoire du CNRS, Michel trouve le temps d’écrire des histoires. Il publie aux éditions des Falaises : Code Lupin (2006) dont une édition illustrée paraîtra en juin 2018, Omaha Crimes (le premier roman qu’il ait écrit réédité en 2014 aux Presses de la Cité sous le titre Gravé dans le sable) puis Mourir sur Seine (2008) qui va être prochainement adapté en bande dessinée.

Le roman populaire, pour moi, doit se rapprocher des ressorts d’une chanson populaire…

Michel Bussi entre aux Presses de la Cité en 2010 avec Nymphéas noirs. Il signe là son premier succès national. Avec tout ce qui fera sa marque, sa signature, son originalité : le twist final, imprévisible, et l’équilibre parfait entre style, intrigue, émotion, rythme… Nymphéas noirs devient le roman policier français le plus primé en 2011 et inaugure une série de best-sellers qui s’inscrivent dans cette culture populaire que revendique l’auteur, nourri de BD, chansons, romans, films. Suivront Un avion sans elle (2012), Ne lâche pas ma main (2013), N’oublier jamais (2014), Maman a tort (2015) et Le temps est assassin (2016) et On la trouvait plutôt jolie (2017). Tous ces romans sont édités en poche par Pocket.

Pour la 5e année consécutive il est monté sur le podium du Top 10 des auteurs les plus lus, et il est n°3 en 2017 !

Des mots simples mais justes qui parlent à tous…

Aujourd’hui, notre auteur géographe est sollicité partout. La Chine, la Corée, l’Europe, les Etats-Unis, l'Amérique latine le réclament.

Les Anglais encensent After the crash (Un avion sans elle) et Black Water Lilies (Nymphéas noirs) et viennent de publier Don’Let Go (Ne lâche pas ma main). Les Italiens ont publié quatre de ses romans en deux ans ! Un grand festival norvégien du polar a décerné, pour la première fois de son histoire, un « prix du meilleur polar traduit », attribué à Un avion sans elle. Plus de cent traductions sont parues, ou à paraître, dans 35 pays, et les droits vendus pour le cinéma et la télévision. L’adaptation télévisée de Maman a tort s’est achevée et elle sera diffusée en 2018, suivront celle du Temps est assassin et d’Un avion sans elle.

J’ai dans mes tiroirs des squelettes d’intrigues. Une idée, un point de départ, le pitch du suspense…

Sa dernière héroïne s’appelle Leyli. Elle habite non loin de Marseille… On la trouvait plutôt jolie, est paru le 12 octobre 2017 aux Presses de la Cité. Pour cette nouvelle année 2018, un recueil de nouvelles, T’en souviens-tu, mon Anaïs ? paraît aux éditions Pocket début 2018 et son roman Sang famille sortira le 16 mai prochain.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 516 lecteurs
Or
2 912 lecteurs
Argent
2 033 lecteurs
Bronze
1 124 lecteurs
Lu aussi
1 481 lecteurs
Envies
2 894 lecteurs
En train de lire
226 lecteurs
Pas apprécié
219 lecteurs
PAL
3 340 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.75/10
Nombre d'évaluations : 1 297

0 Citations 1 371 Commentaires sur ses livres

Prochain livre
de Michel Bussi

Sortie France/Français : 2019-05-24

Dernier livre
de Michel Bussi

Sortie France/Français : 2019-02-28

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Zelda20 2019-05-13T10:57:12+02:00
J'ai dû rêver trop fort

J'ai mis un peu de temps à comprendre que l'histoire allait tourner autour de cette histoire d'amour seulement. Car c'est une fois presque fini que "l'enquête" se met vraiment en place.

Addictif tout de même attention ! Baladé entre passé et présent, c'est ce qui nous fait continuer.

Pour finir, je reste sur ma faim car il nous manque des détails en refermant le livre notamment en finissant par Olivier qui n'est pas le personnage le plus passionnant de l'histoire. Bref un bon roman mais pas le meilleur de Bussi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par revesurpapier 2019-05-13T18:09:46+02:00
Le Grand Voyage de Gouti

https://revesurpapier.blog4ever.com/le-grand-voyage-de-gouti-de-michel-bussi

Gouti est un petit rongeur qui mène une vie paisible sur une île avec toute sa famille. Agé de trois ans, son quotidien est rythmé par le ramassage de fruits, de noisettes, de pommes de pins, nécessaire à la survie du groupe. L'hiver venu, tout ce petit monde trouve refuge dans le terrier pour hiverner. Malheureusement, à leur réveil, Gouti et sa famille découvrent que l'île n'est plus ce qu'elle était. Une terrible tempête a tout emporté sur son passage...

Michel Bussi s'est inspiré de son roman Maman a tort pour offrir un merveilleux voyage aux enfants. Le grand voyage de Gouti est un album tendre aux couleurs vives, dans lequel on suit une famille de rongeurs contrainte de quitter son refuge pour en trouver un autre. On y rencontre Gouti, cette petite bête adorable et rêveuse, qui se laisse bien trop souvent distraire par les vagues qui échouent sur l'île. Il rêvait d'ailleurs et le voilà qui entame un très long voyage aux côtés des membres de sa famille.

Ils avancent ensemble, toujours plus loin. On se laisse guider, attendris par le lien qui unit cette famille de rongeurs tout au long de l'aventure. C'est un lien fort et précieux. Un vrai trésor. Si les conditions de cette aventure forcée peuvent sembler malheureuses, l'auteur souligne que tout n'est jamais tout noir, ni tout blanc. On savoure alors ces quelques pages dans lesquelles la nature est plus belle et plus riche que jamais.

On a eu un petit coup de cœur pour cet album tendre et optimiste. Un petit coup de cœur pour les illustrations toutes mignonnes, colorées, fleuries, qui nous font voyager. La famille et le renouveau sont les deux grands thèmes de la lecture et celle-ci fait passer un merveilleux message. La toute dernière page est particulièrement émouvante, avec les quelques mots pleins de sagesse du grand-père de Gouti. Une bien jolie morale pour un superbe conte, en somme. A lire et relire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nausicaa_Npa 2019-05-14T21:22:51+02:00
Nymphéas noirs

Déception.

Voilà en un mot comment je pourrais décrire ma lecture de ce livre. Plusieurs personnes me l'avaient bien vendus et me disant que c'était le meilleur. Si c'est celui-ci le meilleur, je ne risque pas d'en relire de si tôt !

Le seul truc que j'ai aimé dans le récit ? Les informations sur Monet.

Je ne comprends pas l'engouement pour cet ouvrage. On voit le dénouement venir à 2 000 km ! J'ai vite compris qui étaient les trois femmes et qui était le tueur. Peut-être parce que je lis beaucoup de thrillers et polars noirs et psychologiques, je ne sais pas. Ce que je sais c'est que je n'ai pas du tout été tenue en haleine et que j'ai trouvé le "mobile" absolument pathétique... Fanette était un peu perchée mais encore assez agréable, la maîtresse est aussi ennuyeuse qu'une plante fanée et la vieille, on ne sait pas trop ce qu'elle vient faire dans la tambouille. Et alors les deux flics ! Plus clichés que ça tu meures : le petit intello qui dit oui oui à tout et le gros roublard macho qui drague... Plus vide que ça j'ai rarement vu !

Bref, on ne me reprendra pas à lire du Bussi !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chalala 2019-05-15T08:53:35+02:00
J'ai dû rêver trop fort

Super roman ! Très belle histoire d'une femme, Nathalie, tiraillée entre deux amours : celui qu'elle ressent pour son mari et ses filles et celui qu'elle éprouve pour son amant de quelques mois. Bussi m'a surpris en écrivant une si belle histoire d'amour, ce qui n'est d'habitude pas vraiment son genre. On retrouve bien sûr les marques de l'auteur : une super intrigue qui nous laisse tout imaginer, un suspence de folie... Attention livre très addictif ! Impossible de le refermer avant de l'avoir terminé !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laetitia-103 2019-05-15T10:43:01+02:00
Maman a tort

Mon premier Bussi. Mon cœur de maman s'est très vite attaché au petit Malone. Et je n'ai pas lâché le livre avant de connaître le dénouement. Le côté psychologie infantile m'a beaucoup plu. Ce sont les romans que je préfère lorsque ça touche à la psychologie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par VanessPiouPiou 2019-05-15T14:52:46+02:00
Maman a tort

On est immédiatement embarqué dans l'histoire de Malone. On veut découvrir son passé, on veut comprendre... Encore un excellent Bussi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jelieaulit 2019-05-17T04:15:03+02:00
Sang famille

une histoire lassante sans grand intérêt qui ne tiens pas la route

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2019-05-17T16:22:31+02:00
J'ai dû rêver trop fort

Je n'avais jamais lu un seul livre de cet auteur, pourtant il en a écrit un certain nombre, il est très connu, mais je n'ai jamais eu l'occasion de mettre le nez dans l'un des siens. Bref je remercie ma copine qui me l'a prêté car elle a beaucoup aimé et que je ne devais pas passer à côté.

Nathalie est hôtesse de l'air depuis bon nombre d'années. Elle va bientôt avoir 53 ans et adore son métier, même si cela ne fait pas forcément plaisir à son mari Olivier. Il a du mal à la voir partir, même 3 voyages de quelques jours par mois. Ce mois-ci, un chamboulement survint : Montréal, Los Angeles, et Jakarta, trois vols qu'elle a déjà eu, il y a plus de 20 ans. 3 destinations qui ont un sens pour elle. Un amour qu'elle a connu lors du premier vol sans qu'elle ne le veuille. S'il n'y avait que les destinations, il n'y aurait pas autant de sentiments qui virevoltent autour d'elle, mais lorsque l'équipage est exactement le même, qu'une musique semble prendre possession de ses oreilles et qu'une petite pierre grise s'amuse à revenir dans sa poche : c'est sur, Nathy ne peut plus faire semblant. Elle remonte le temps, revoit les mêmes scènes, seule ou peut-être pas...

Le livre est découpé en quatre parties, quatre lieux importants. Un chapitre en 1999, un autre en 2019. 20 ans d'écart, 20 ans de non-dits, d'émotions enfouies, de sentiments refoulés, enfin pas tant que cela. Une histoire d'amour hors du temps, des frontières que Nathalie va vivre. L'auteur nous dévoile avec parcimonie les éléments. Est-ce que ce personnage est devenu fou ? Qui s'amuse à vouloir la rendre folle ? De petits indices laissés telles des miettes de pains donné à un vieux cygne et sa famille nous montre un chemin. Certains événements étaient plus que visibles, tandis que celui d'un personnage féminin est passé bien à côté. J'ai beaucoup aimé la façon dont le récit est décrit, il y a beaucoup de douceur, de doute, de questionnement entre les lignes. Nous suivons une Nathalie dans son passé et son présent en se demandant de quoi sera fait son avenir.

Je n'ai pas ressenti la tension d'un thriller traditionnel, plutôt le stress de savoir ce qu'elle va découvrir. J'avais déjà des idées sur qui était derrière certains faits. Il y a un enchaînement plutôt rapide dans le présent. Pour le passé, nous avons un écoulement simple, sans fioritures, avec juste les émotions naissantes, jusqu'à ce que l'on apprenne le fin mot de l'histoire. Certains passages sont poignants, ils font mal, ils font réfléchir à notre propre vie, à ce que nous n'avons pas faits mais qui aurait peut-être dû être fait. Il y a toujours des choix à faire, qu'ils soient bon ou mauvais, nous ne pouvons pas vraiment le savoir tant qu'on ne l'a pas vécu. Regret, remord, la différence est mince et pourtant elle apporte son lot de sentiments tristes.

Nathalie est une femme qui nous montre une vie de rêve. Un boulot qu'elle adore, un mari aimant, deux enfants devenus de belles jeunes femmes. Pourtant, ce n'est qu'une image dans un magasine. Son travail est toute sa vie et plus nous avançons dans le récit, plus nous pouvons le comprendre. Son mari, menuisier/ébéniste l'aime, mais est-ce que l'inverse est vrai ? Quant à ses deux enfants, l'une est déjà maman, ayant peu de temps pour discuter avec sa mère, juste le temps de déposer ses jumeaux, tandis que la plus jeune est scotchée à son téléphone. Il lui manque quelque chose, à bientôt 53 ans, elle veut toujours voler. Il est impossible de briser les ailes d'une hirondelle.

Quand Barcelone arrive entre Los Angeles et Jakarta, le doute n'est plus possible : le destin, le hasard, le rendez-vous est pris. Nathalie va devoir admettre que le passé n'est pas enfoui, la promesse faite risque d'être mise de côté. Un coup de fil, une voix, un crissement de pneu et une vie gâchée, volée. Tout cela pour quoi ? Pour quelques mots volés. Ylian est toujours dans son coeur, quoiqu'elle dise. Il a toujours été là, quelque part malgré les années écoulées. Ce qu'elle a fait pour lui prouver son amour est complètement dingue, fou et pourtant... pourtant lui laisser un bout d'elle, un gros morceau d'elle était ce qu'elle pouvait faire de mieux. Choisir, on en revient toujours à ce mot, elle aurait aimer le choisir, s'il l'avait demandé, s'il avait dit quelque chose. Ylian est un homme qui n'a pas confiance en lui et pourtant il a un talent fou. Il choisit de vivre au jour le jour, il choisit de ne pas obliger celle qu'il aime à tout plaquer pour lui, qui se prend pour un raté. L'auteur nous laisse découvrir par petits bouts, des moments de leur vie, ensemble, séparément.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Flo, une collègue de travail et accessoirement amie qui est marié à un fantôme, Jean-Max le pilote qui court sur tout ce qui porte une jupe, Charlotte une petite nouvelle qui est dans le métier depuis peu. Olivier, Laura et Margot, Ulysse, Valentin, tous ont une part importante dans ce récit. Les sentiments ne se commandent pas, tout comme faire souffrir quelqu'un qui nous aime mais que nous ne pouvons pas aimer. Le coeur est un véritable mystère, la raison ne peut pas passer dessus. Les souvenirs restent, avec plsu de force qu'on ne l'aurait cru.

En conclusion, le passé ne reste jamais secret. Une évidence peut parfois être un simple moment de pur bonheur. Le sacrifice est douloureux, faire des promesses l'est tout autant. L'hirondelle ne cessera jamais de voler, par n'importe quel temps, parce que les sentiments ne disparaissent pas parce qu'on le veut bien. Ils sont là et ne nous quittent qu'à notre mort.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/j-ai-du-rever-trop-fort-michel-bussi-a163147400

Afficher en entier
J'ai dû rêver trop fort

J’ai dû rêver trop fort est le nouveau roman de Michel Bussi. J’aime bien Michel Bussi. Enfin pour être honnête, j’ai adoré Les nymphéas noirs de Michel Bussi. C’est le premier roman que j’ai lu de lui et je l’ai trouvé vraiment super. J’ai été totalement bluffée. Depuis, j’ai lu d’autres romans de Michel Bussi et je n’ai jamais retrouvé la magie. J’ai toujours été un peu déçue. Peut-être que ça n’aurait pas été le cas si j’avais découvert l’auteur avec un autre roman, moins bon, j’aurais peut-être moins comparé. Mais voilà, j’ai commencé par Nymphéas noirs et maintenant je passe mon temps à être déçue.

J’ai choisi de découvrir J’ai dû rêver trop fort en audio sur Audible. Et je me suis embarquée pour un peu plus de treize heures de lecture avec Camille Lamache et Yann Sundberg, deux lecteurs dont les voix ne me disaient rien.

Je pense que j’ai fait le bon choix avec l’audio, parce que j’ai passé un bon moment et je ne me suis pas ennuyée. Enfin, presque pas. J’ai apprécié les voix, surtout celle de Camille Lamache et j’ai trouvé plutôt sympa de découvrir la chanson interprétée par Gauvain Sers – je suis certaine que je me serais demandée à quoi la chanson pouvait bien ressembler. Et j’ai la réponse, ce qui est un bon point. Donc, je valide totalement l’audio.

Ai-je été déçue par l’histoire ? Est-ce que J’ai dû rêver trop fort arrive à la cheville de Nymphéas noirs ? Oui. Et non.

Oui, j’ai été déçue. Ce n’est pas non plus un mauvais roman, il ne faut pas exagérer – j’ai lu quelques critiques injustes et gratuitement méchantes -, mais j’ai été déçue.

Nathalie est hôtesse de l’air et en 1999, elle rencontre le grand amour. Malheureusement, elle est déjà mariée et mère d’une petite fille. Sa belle idylle l’amènera à voyager à Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta. Vingt ans plus tard, les coïncidences sont telles que Nathalie pense que quelqu’un essaie de lui faire revivre son passé. Mais qui ? Et dans quel but ?

J’ai dû rêver trop fort est un roman d’amour. D’amour fou, d’amour contrarié. Aragon disait : « il n’y a pas d’amour heureux ». Lorsque l’on décide de tourner le dos à son grand amour, c’est forcément déchirant. J’ai dû rêver trop fort est aussi un roman de musique, dans lequel on croise notamment Robert Smith (A forest est une de mes chansons préférées – ceci est une information totalement inutile qui n’a aucun rapport avec le roman. Ne vous attendez pas non plus à rencontrer Robert Smith dedans, vous seriez déçus, on ne fait que le croiser).

Dans les romans de Michel Bussi, il y a toujours un petit truc bizarre, un truc qui n’est pas tout à fait normal, sans être non plus totalement incohérent. On sait que quelque chose cloche et qu’on finira par avoir l’explication, mais en attendant, on reste dans le flou. Dans J’ai dû rêver trop fort, on retrouve ce scénario étrange. Mais petit à petit, on voit arriver la solution, ou une ébauche. Et lorsque tout est enfin dévoilé, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire : c’est bien ce que je pensais. Et ensuite : tout ça pour ça. Après, ce n’est pas non plus un mauvais roman et je suis sûre qu’il sera un super compagnon de vacances cet été. Mais bon, il n’est pas inoubliable.

Il faudrait presque que je reprenne tous ces éléments étranges pour voir s’il trouvent vraiment une explication – sans doute, mais je trouve que c’est presque un peu facile, finalement. Alors oui, déçue. Et donc non, il n’est pas aussi bien que Nymphéas noirs. Mais je crains qu’aucun roman de Michel Bussi ne soit aussi bon que celui-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par calistralia 2019-05-21T17:08:57+02:00
J'ai dû rêver trop fort

Ce nouveau roman de Michel Bussi est un vrai coup de cœur, certainement mon préféré à ce jour de cet écrivain après "Nymphéas noirs". Cet auteur a un véritable don pour inventer des histoires passionnantes, pleines de rebondissements et une chute, toujours, qui nous laisse bouche bée.

Encore une fois, l'intrigue est passionnante, superbement menée, avec des personnages très très attachants et de superbes descriptions de lieux évocateurs.

Ce nouveau roman est un véritable page turner et je l'ai dévoré.

Je le recommande fortement, et ensuite, ne pas hésiter à écouter la chanson de Gauvain Sers, qui reprend les paroles de la fameuse chanson du roman écrite par Ylian pour Nathalie à Jakarta.

Afficher en entier

Dédicaces de Michel Bussi
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 13 livres

Presses de la Cité : 12 livres

Des Falaises : 2 livres

France Loisirs : 2 livres

À vue d'œil : 2 livres

VDB : 2 livres

PTC : 1 livre

Falaises : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode