Livres
475 842
Membres
454 060

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tout ce qui est sur terre doit périr



Description ajoutée par kendalle 2019-10-07T12:23:12+02:00

Résumé

Une masse sombre, inexpliquée, prise dans les glaces millénaires du mont Ararat.

Un livre interdit, gardé sous clé dans l'enfer du Vatican.

Un animal de bois, énigmatique, portant au front une corne unique.

Les indices sont là, éparpillés. Un gigantesque puzzle à reconstituer pour remonter à l'origine de toutes les religions du monde.

De Bordeaux à Hong Kong, en passant par l'Arménie, Zak Ikabi n'a qu'une obsession : en réunir toutes les pièces. Et trouver ainsi l'arche de Noé.

Embarquée malgré elle dans sa quête, la glaciologue Cécile Serval, aussi érudite que volcanique, se voit bientôt confrontée à un véritable déluge de questions. Et de balles de Kalachnikovs...

Car pour garder ce secret, certains sont prêts à tous les sacrifices....

Afficher en entier

Classement en biblio - 15 lecteurs

Extrait

La plaine s’étendait à perte de vue, trois mille mètres plus bas.

Estêre parvenait pourtant à distinguer, avec une précision stupéfiante, les immeubles de la banlieue d’Erevan, les camions qui filaient de la frontière iranienne vers Dogubayazit, les tanks turcs parqués aux entrées de chaque village.

Les pentes de l’Ararat constituaient un belvédère prodigieux.

— Approche, Aman.

La fillette s’avança. Un peu timide, un peu gauche, comme si elle ne savait pas quoi faire de sa carcasse trop grande pour son âge. La main tremblante d’Aman caressait Leka, se perdait dans sa fourrure. Pas une fois ces deux-là ne s’étaient quittées depuis qu’elles étaient nées, il y a dix ans, à quelques jours d’intervalle.

— Bon anniversaire, Aman.

Aman ne savait pas quoi répondre. Dans leur tribu kurde, les anniversaires se limitaient à quelques chants, une histoire racontée par l’un des vieux, parfois un objet rapporté en secret du marché d’Igdir. Une poupée. Un animal sculpté. Un bijou.

Estêre posa une main sur l’épaule de sa fille, la forçant à s’asseoir.

— C’est pour toi.

Elle ouvrit sa main, dévoilant son cadeau.

Un collier. Un disque de cuivre retenu par un lacet de cuir. Sur le cuivre étaient gravés deux traits formant une croix, inclinée vers la droite. Un trait long et un trait court.

D’un geste doux, Estêre accrocha le collier au cou d’Aman.

— Garde-le toujours, murmura sa maman. Toi seule dois en connaître la signification.

Les yeux gris d’Aman se troublèrent. Elle ne comprenait pas. Elle se rapprocha encore de Leka, se réchauffa à sa toison, la laissa lécher son bras nu.

Estêre était silencieuse à présent. Elle fixa longtemps la plaine en contrebas puis, lentement, se tourna vers le sommet enneigé du mont Ararat. Enfin, elle prit la main de sa fille et s’expliqua.

— Ecoute bien tous les mots que je vais prononcer, Aman. Retiens-les, pour toujours. Le jour est venu ! Tu es grande désormais, tu vas devenir à ton tour une gardienne de notre secret. De notre secret millénaire. Celui de notre famille. De notre tribu. Et, c’est sans doute ce qui t’importera le plus aujourd’hui, celui de Leka et de son troupeau. Mais écoute bien, Aman, même si tu auras du mal à me croire. De ce secret dépendent des milliards de vies sur cette terre. En dépend tout ce en quoi ils croient, tout ce pour quoi ils vivent, tuent, pillent ou aiment.

Aman ne comprenait toujours pas. Elle se réfugia dans les yeux de Leka qui pétillaient d’intelligence. Estêre serra plus fort encore la main de sa fille.

— C’est le secret transmis par notre plus vieil aïeul, Aman.

La fillette, à son tour, observa la montagne autour d’eux. Ce refuge inviolable qui les protégeait du monde.

— Il fut le premier à monter jusqu’ici ?

— Non, Aman… Non. Il ne monta pas sur l’Ararat. Il en descendit !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Voilà un Bussi qui sort des sentiers battus. Pas étonnant que ce livre soit initialement paru sous un pseudonyme car il ne ressemble aux autres œuvres de l'écrivain.

Totalement embarquée dans l'aventure ce Cécile, je suis allée de découverte en découverte sur les symboliques du Déluge.

Ce petit côté Dan Brown, va très bien à M.Bussi !

Afficher en entier
Pas apprécié

Mon premier Bussi et un "flop". J'ai cru comprendre heureusement qu'il n'est pas représentatif de son œuvre en général. Je ne m’arrêterai donc pas sur ce livre et réitérerai l'auteur. Looooong et insipide, que ce soit dans l'histoire ou dans ses personnages, je n'ai rien appris que je ne savais déjà. D'autres lecteurs y trouveront peut-être leur intérêt, mais ce ne fut définitivement pas mon cas.

Afficher en entier
Or

Michel Bussi explique dans une courte préface comment est né ce livre, comment lorsqu’il avait 15 ans, il a eu l’idée de ce roman. Son roman est déjà paru il y a quelques années sous le titre « La dernière licorne » et sous le pseudo de Tobby Rolland, histoire de voir le succès que rencontrerait ce livre signé d’un auteur « inconnu » du public.

C’est un roman de 600 pages autant dire un pavé dont on ne viendra pas à bout en un seul jour, mais ce qu’il raconte est tellement prenant qu’on en oublie le nombre de pages.

Ce qui est surprenant ici, c’est que les références à l’histoire et à la géographe, les personnages, les lieux sont considérables, mais jamais on ne se perd dans cette histoire organisée selon neuf courses correspondant à 9 chapitres. On passe d’une course à l’autre sans s’embrouiller, sans perdre le fil de l’histoire tant la narration reste fluide, organisée.

C’est une histoire qui capte le lecteur, le rend accroc d’autant que les courts chapitres incitent à poursuivre. Mieux encore, chaque fin de chapitre relance énergiquement le suspense et l’action si bien qu’on est pris dans cet engrenage et qu’il est difficile de quitter le livre.

Tous ces récits en parallèle ont un point commun et créent une atmosphère où se mêlent mystère, secrets, suspense, action, recherche fouillée sur les civilisations, l’histoire, les religions.

Parlement mondial des religions, livre interdit, fonte des glaces sur le mont Ararat, Arche de Noé, morceau de poutre, licornes… autant de pièces, de facteur qui font que ce livre délivre un récit extrêmement documenté, pour un travail de recherche assez colossal, un thriller, il ne faut pas l’oublier, qui nous fait voyager en France, en Russie, en Arménie, en Italie, en Chine en Australie… partout dans le monde car il est des sujets qui intéressent, passionnent, des secrets pour lesquels certains sont prêts à tout.

L’action y est omniprésente. Il faut dire que les protagonistes en voient de toutes les couleurs et ne connaissent que peu de répit. Les balles fusent, les chargeurs se vident, il y a les bons et les méchants, de quoi passer quelques jours à percer le secret de l’arche de Noé.

J’ai été époustouflée par ce travail de recherche de Michel Bussi, par ses connaissances historiques et géographiques (encore que là, je m’y attendais), j’ai été conquise par son imagination débordante, sa capacité à conduire un récit haletant plein de rebondissements, le voyage littéraire qui nous fait remonter le temps.

Afficher en entier

Activité récente

Titres alternatifs

  • La Dernière licorne - Français

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 15
Commentaires 3
Extraits 1
Evaluations 5
Note globale 7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode