Livres
558 801
Membres
607 229

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Éveil



Description ajoutée par Lyra27 2010-10-24T17:49:31+02:00

Résumé

Une villégiature en Louisiane à la fin du XIX ème siècle : robes de mousseline, ombrelles, soirées musicales, villas du bord de mer et enfants sages. Un univers serein et paisible. Un peu trop, peut-être, aux yeux d'Edna pour qui cette quiétude confine à la torpeur. Une émotion amoureuse, un parfum enivrant et la vie change de registre. C'est «l'éveil». La jeune femme découvre son goût de vivre, sa créativité, son corps, elle-même en somme. Découverte qui ne va pas sans poser problème, dans l'Amérique de ces années-là ; pour l'héroïne du roman et pour l'auteur, dont l'œuvre fut jugée scandaleuse, dénoncée par la presse et mise au ban des librairies de Saint-Louis en 1899, pour être enfin reconnu dans les années soixante comme l'un des grands classiques de la littérature américaine.

Afficher en entier

Classement en biblio - 53 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Uneautrelecture 2015-08-27T11:27:53+02:00

"La voix de la mer est séductrice ; sans jamais se lasser, elle chuchote, gronde, murmure, invite l’âme à errer pour un temps dans des abîmes de solitude ; à se perdre dans des dédales de contemplation intérieure.

La voix de la mer parle à notre âme. La caresse de la mer est sensuelle, elle enveloppe le corps de sa douce étreinte."

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Floriane 2021-07-04T20:41:32+02:00
Lu aussi

Lecture très rapide que à laquelle je n'ai pas trouvé spécialement d'intérêt.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NoemieYume 2021-06-07T09:06:50+02:00
Or

J'ai beaucoup apprécié cette œuvre et Edna.

J'ai été très étonné de l'effet "moderne" et ça m'a conquise

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Gabrielle_Dubois 2020-09-11T16:44:57+02:00
Diamant

Par petite touche si subtiles qu'elle pourraient passer inaperçues, Kate chopin laisse des indices qui vont expliquer l'histoire des personnages, en particulier celle de son héroïne, Ada :

« Enfant, elle avait vécu sa petite vie repliée sur elle-même. de très bonne heure, elle avait appréhendé instinctivement la dualité de la vie : la vie extérieure où l'on s'adapte, la vie intérieure où l'on s'interroge. »

Voilà exactement ce que j'ai été pendant trente-trois ans, résumé en deux lignes ! Eh bien , cela n'a l'air de rien, mais c'est une tour qu'on bâtit soi-même et dans laquelle on s'enferme, et qu'il est très difficile de démolir. Pourquoi ? Peut-être parce qu'on s'habitue tellement à être enfermé en soi-même, qu'on ne s'en rend plus compte.

Pourquoi s'enferme-t-on ? Les raisons sont variées et personnelles à chacun.

Comment s'en sort-on ? Tout le monde ne s'en sort pas. Mais ceux qui s'en sorte, c'est avant tout parce qu'ils en ont le désir, du désir vient la volonté, de la volonté la force de le faire.

Mme Edna Pontellier a tout pour être heureuse, c'est du moins ce que lui fait croire la société dans laquelle elle a grandi, et celle dans laquelle elle vit. Elle a un mari que tout le monde aime et qui semble la gâter (matériellement), deux garçons en bonne santé, une vie aisée.

Que pourrait-elle bien vouloir d'autre quand beaucoup de femmes voudraient avoir ce qu'elle a, quand Mme Ratignolle, qui semble avoir la même vie qu'elle, semble être la plus heureuse des femmes ? N'est-ce pas là un exemple à suivre ?

Oui, Edna a un mari que tout le monde aime ; mais l'aime-t-il, elle, ce mari ? Il aime la femme qu'il veut qu'elle soit : une femme socialement active pour sa propre image de marque, une épouse attentive à son bien-être à lui, c'est-à-dire être à son écoute quand il a envie de lui raconter sa journée à 11h du soir, alors qu'elle dort ; une mère poule qui devrait confectionner des vêtements à ses « petits » en prévision de la saison suivante et passer sa journée à surveiller leurs jeux sur la pelouse.

Alors pourquoi Mme Pontellier pleure-t-elle ? Ne serait-ce pas parce qu'elle se demande si elle, Edna, a une vie ?

Pourtant, son mari lui offre des bagues et des bonbons et lui fait comprendre qu'il la trouve belle. Mais ne serait-ce pas pour acheter sa servitude ?

C'est certainement ce que pensait Mary Wollstonecraft quand elle écrivait :

Mais, laissons l'héroïne et parlons un peu, maintenant, de l'auteur Kate Chopin et de ses petites allusions culturelles :

« On avait décidé les jumelles Farival à jouer du piano. C'étaient des jeunes filles de quatorze ans, toujours vêtues de bleu et de blanc, var elles avaient été vouées à la Sainte Vierge le jour de leur baptême. »

C'est à de petites allusions comme celle-ci que l'on se rend compte que Kate Chopin avait lu François-René de Chateaubriand. Car c'est lui qui raconte, qu'enfant, il était vêtu exclusivement de bleu et de blanc car il avait été voué à la Sainte Vierge.

J'aime bien ce genre de petites allusions discrètes, qui ne nécessitent pas de note en bas de page : ceux qui ne le savent pas ne s'en porte pas plus mal, ceux qui le savent s'en délectent.

De même, quand le personnage de Mme Pontellier lit le dernier livre des frères Goncourt, on se doute que Kate Chopin, quand elle était allée à Paris, avait certainement acheté un ou deux livres des frères Goncourt, alors en vogue.

Personnellement, je n'aime pas l'écriture des frères Goncourt, ni les frères Goncourt eux-mêmes… d'ailleurs, leurs romans ne sont pas passés à la postérité ! Eh, quoi ! On peut bien se passer une petite pique de temps à autre, sinon, de la politesse, on risque fort de tomber dans l'hypocrisie.

Kate Chopin n'a pas que de la curiosité littéraire, elle a aussi de l'humour :

Quand les susmentionnées jumelles Farival se mettent au piano, le perroquet se met à brailler :

« ‘Allez-vous en ! Sapristi !'

C'était le seul être présent assez honnête pour signifier qu'il n'écoutait pas ces charmantes interprétations pour la première fois de l'été. »

Sans transition, voici un passage que n'aurait jamais pu écrire un écrivain homme et pourtant, il y en a beaucoup que j'admire ; je m'expliquerai après la citation :

« Elle l'entendit remuer dans la pièce ; chaque bruit exprimait son impatience et son exaspération. Une autre fois, elle serait rentrée comme il le demandait. Elle aurait, par habitude, cédé à sa volonté ; non pour se soumettre ou obéir à ses exigences, mais sans y penser, comme nous marchons, évoluons, nous asseyons, nous levons, et subissons la routine quotidienne de la vie qui nous a été impartie. »

C'est ce dont je parle dans mon blog post « À ma fille ». Edna Pontellier a toujours fait ce que son mari voulait qu'elle fît, sans se poser de question, par habitude, c'est un constat de la part de Kate Chopin, c'est une nuance qu'un homme a du mal à saisir : la frontière qui existe entre l'obéissance de l'esclave et la volonté qu'on cède petit à petit, jour après jour, pour éviter les conflits grands ou petits ; mais cela entraîne une frustration dont on n'est pas forcément consciente, mais qu'on traîne parfois toute une vie et qui empêche l'épanouissement personnel, qui nous empêche tout simplement d'être nous.

Mais revenons à L'éveil, le mari exhorte sa femme à rentrer, mais :

« Elle s'enfonça un peu plus profondément dans le hamac. Elle sentait que sa volonté s'était dressée, rebelle et opiniâtre… »

D'ailleurs, voici un dernier extrait qui rejoint le premier que j'avais noté :

« Toute sa vie, elle avait eu l'habitude d'abriter des pensées et des émotions qui ne s'exotérisaient jamais. »

Et quand une femme commence à se poser des questions sur elle-même, rien ne peut plus l'arrêter, et Edna Pontellier ne s'arrêtera pas là, car « Elle commençait à regarder de ses propres yeux. »

J'en ai déjà trop dit, mais j'ajoute encore que ce roman m'a beaucoup touchée, car j'ai pu me dire, en lisant cette auteure femme : je ne suis pas la seule à éprouver certaines choses, d'autres femmes les éprouvent aussi, les vivent, d'une façon ou d'une autre ; et cela fait un bien fou !

Un magnifique roman d'une femme qui parle des femmes aux femmes… et aux hommes !

Le futur est féminin, c'est aujourd'hui qu'il faut lire les grands auteurs femmes !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mdg2810 2018-02-09T19:35:07+01:00
Argent

Le style est intéressant.

Plus moderne que les classiques anglais, on sent déjà l’indépendance de la femme arriver et c’est ce qui le rend puissant. J’aime l’idée que cette femme ait lutté contre ce qu’on attendait d’elle. Néanmoins, certains passages m’ont semblé très longs (alors que le récit est court) et d’autres survolés.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Freyja 2017-02-25T13:48:22+01:00
Lu aussi

Lu dans les cadre de mes études universitaires, ce livre ne m'a pas laissé une grande impression.

C'est bien dommage car les thèmes qu'il aborde sont très intéressants, il s'agit de la condition de la femme dans le mariage, la solitude, la découverte de soi. Mais je n'ai pas réussi à m'attacher à Edna, la jeune femme qui traverse tous ces moments difficiles.

Les chapitres sont relativement courts, ça aide, heureusement, à donner du rythme au livre et faire en sorte qu'il ne soit pas trop lourd mais ça n'a pas suffit à donner l'impulsion réellement nécessaire. Encore une fois, j'ai vraiment un problème avec les histoires trop linéaire où il ne se ''passe rien", où c'est juste l'histoire de la vie d'un personnage sans aventure rien. C'est à chaque fois au petit bonheur la chance où il faut avoir le coup de bol de s'attacher au(x) personnage(s) mais là ça n'a pas du tout été le cas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SpencerBlackwood 2016-05-04T18:48:04+02:00
Lu aussi

Lu dans le cadre de mes études d'anglais.

Bof, ce livre ne m'a pas plu plus que ça, je me suis profondément ennuyée. Je n'aime pas le style de l'auteur et l'histoire ne m'a convaincue. Dommage, il paraissait pourtant intéressant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Uneautrelecture 2015-08-27T11:25:53+02:00
Diamant

Un livre intimiste et profond sur fond de féminisme et d'éveil des sens. Quel dommage que ce soit le seul roman de Kate Chopin...

Edna Pontellier est une jeune femme mariée, maman de deux jeunes garçons. Elle a une vie confortable, un mari gentil mais souvent absent pour affaires. Elle s'ennuie. Elle tombe amoureuse d'un autre homme et se pose des questions sur sa condition de femme... Tout bascule et tout se bouscule dans son esprit et dans sa vie

Un coup de cœur ! Pour moi une œuvre magistrale de la littérature féministe. Edna Pontellier, l'héroïne de ce roman est plus que convaincante. L'écriture de Kate Chopin est précise, fine et remarquablement sensible. C'est un livre qui s'adresse autant aux hommes qu'aux femmes, car Kate Chopin n'écrivait pas contre les hommes, mais pour l'émancipation et la liberté des femmes.

Cette auteure ne connait le succès que depuis quelques années, mais encore trop peu en France à mon avis. Si je peux, par cette simple critique, contribuer à la faire connaître d'avantage, j'en suis ravie !

Afficher en entier

Date de sortie

L'Éveil

  • France : 1993-11-26 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Edna - Français
  • The Awakening - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 53
Commentaires 7
extraits 3
Evaluations 21
Note globale 6.67 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode