Livres
549 941
Membres
590 141

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Raison et sentiments



Description ajoutée par Elisabeth Faubant-Lila 2009-09-19T15:17:20+02:00

Résumé

Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l'hypocrisie feutrée. L'aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s'éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments. Jusqu'au jour où Willoughby disparaît... Publié en 1811, Raison et sentiments est considéré comme le premier grand roman anglais du XIXe siècle.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 412 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-02-15T20:56:58+01:00

Quoi ! parce qu'on a eu le malheur d'être trompé dans un premier attachement, on aurait encore celui de ne plus pouvoir plus s'attacher à personne ? Et parce qu'un cœur sincère et sensible a été déchiré, rien ne guérira sa blessure, et il doit rester isolé toute la vie ? Non, non, cela ne peut être, non, je ne puis le croire.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

je craignais d'être déçue après avoir lu orgueil et préjugés, mais mes appréhensions n'avaient pas lieu d'être. Un petit bijou où le romantisme est toujours de la partie.

Je n'ai qu'une seule déception : jane austen n'a pas laissé assez de romans derrière elle!!!

Afficher en entier
Diamant

j'ai bien aime le livre, après avoir lu orgueil et préjugé j'ai voulu lire raison et sentiment je trouve que Jane Austen est un écrivain fantastique et il faut lire au moins une de ses oeuvres.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Papillonlecteur 2021-04-10T18:43:44+02:00
Bronze

Un roman qui porte extrêmement bien son nom. Elinor représentant la raison et sa soeur les sentiments. J'ai aimé l'écriture pleine de touches humoristiques cinglantes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ildia 2021-04-02T11:35:55+02:00
Pas apprécié

J'ai lu Raison et Sentiments que je n'ai pas du tout aimé. Dans ce roman il y a plusieurs choses qui m'ont dérangé, même si pour l'époque c'était tout à fait normal. Ça m'a agacé qu'on oblige certaines personnes à épouser une autre parce qu'elle elle a de l'argent alors que l'autre non et ça en devient obligatoire sinon la personne se fait déshériter.

Et ce sujet est abordé dans tout le roman à croire qu'il n'y a que ça de passionnant! Je me suis ennuyée dans toute ma lecture.

Puis l'histoire des deux soeurs n'étaient pas très passionnante, on parle de leurs histoires de coeur tout le long à force ça devient lassant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par emmaelys 2021-03-29T17:49:57+02:00
Or

Une magnifique histoire intemporelle où histoires de cœurs se mêlent aux histoires d’argent et où les scandales de la haute société sont toujours les mêmes aujourd’hui, deux siècles plus tard.

J’ai adoré la plume de Jane Austen. Fine, cynique et ironique, elle sait parfaitement pointer les défauts de ses contemporains et les mets en scènes les rendant ridicules lorsqu’il le faut sans le moindre scrupule !

Enfin les personnages sont tous fascinants et il est facile de leur trouver un pendant dans notre société actuelle. Même si cela se passe au XIXème siècle, on peu aisément de s’identifier à l’une ou l’autre des sœurs Dashwood.

Elinor, l’aîné est sérieuse et assez pragmatique. Elle sait parfaitement gérer ses émotions et elle est toujours là pour temporiser la fougue de sa sœur Marianne.

Marianne justement, qui a dix-sept ans, aime de tout son cœur, de toute son âme, avec toute la candeur de son âge. D’un caractère plus tempétueux que sa sœur, elle a beaucoup de mal à tenir sa langue face aux personnes affreuses qui lui font face ! Et si parfois elle peut paraître intransigeante dans ses sentiments et tranchante dans ses opinions, il faut lui reconnaître une certaine liberté de ton qui n’apparaissait pas souvent à l’époque, encore moins venant d’une jeune femme.

Là où Elinor semble incarner la femme idéale pour être mariée, Marianne, elle, dégage une certaine fraîcheur qui bouscule un peu son entourage.

Au delà des ces histoires d’amour, il est fascinant de voir comment se déroule la vie pour les femmes à cette époque, dans cette société régie par l’étiquette et l’argent. Certains personnages sont d’ailleurs particulièrement antipathiques et intolérants mais j’ai adoré le joli pied-de-nez que leur fait subir l’auteure !

Bref, encore un classique merveilleux que j’ai adoré lire et que je recommande vivement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Innalah 2021-03-17T08:38:27+01:00
Lu aussi

Lecture agréable qui dépeint la société anglaise du XVIII ème siècle. Mariages de raisons, importance de l'apparence et du confort matériel, place de la femme dans la société, l'autrice a un regard pas très tendre sur l'environnement dans lequel elle évolue. L'histoire tourne un peu en rond cependant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eduam 2021-03-15T12:46:47+01:00
Argent

Superbe histoire, d’amour qu’on s’autorise et qu’on s’interdit, de vie.

Nous suivons des femmes avec chacune une façon d’être et de penser, ce qui nous permet d’avoir des visions de la vie de l’époque (XVIIIe) differentes tout au long du roman.

Elinor apporte sa vision plutot réfléchie et sur la réserve : prennant en compte l’honneur, l’estime, l’argent, le rang social dans ses choix de vie.

Sa douleur et sa souffrance est intérieure, plus discrète, donnant parfois l’impression aux autres de ne pas souffrir.

Tandis que Marianne, plutôt impulsive passionnée et franche, laisse exploser ses émotions de douce rêveuse romantique et place l’amour au dessus de tout, ce qui la rend parfois d’apparence assez égoïste et difficile.

Margaret la petite sœur est tout mignonne et curieuse, une vraie boule de nerf, et leur mère aimante envers ses filles.

J’ai adoré suivre leurs pensées, inquiétudes, amours, déceptions, décisions, reconstructions, leurs expériences de la vie en somme après la mort de leur père et la perte de leur train de vie.

Et j’ai surtout adoré le lien familial qui les unit dans chaque épreuve ou bonheur de cette vie.

Et ce roman est plein d’humour, à mon grand étonnement en fait, je ne m’y attendais pas, et c’était très plaisant.

Quelques petites longueurs néanmoins pour moi, mais c’est souvent le cas entre les classiques et moi qui lit énormément de contemporain.

J’ai enchaîné avec le film pour rester encore un peu dans l’ambiance, et son casting est au top : Kate Winslet, Hugh Grant, Alan Rickman et Emma Thompson rien que ça

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Im-a-Sassenach 2021-03-01T15:03:10+01:00
Or

Chronique rédigée en 2014. /!\ Contient des spoilers /!\

Bonjour mes petits amis ! Aujourd'hui, je vais vous parler de mon second roman préféré de Jane Austen, qui a pendant un certain temps occupé la première place sur mon podium (et non, Orgueil et Préjugés n'est pas mon number one, même si je l'aime d'amour lui aussi). Néanmoins, malgré le fait que Sense and Sensibility ait été relégué à la place d'argent, il occupe toujours une place importante dans mon cours, cela va de soi.

On suit tout au cours du roman nos deux personnages principaux, deux sœurs âgées de respectivement dix-neuf et dix-sept ans, Elinor et Marianne (quels jolis prénoms elles ont, vous ne trouvez pas ?), qui représentent respectivement la « Raison » et les « Sentiments » du titre (du moins, celui en français). Ce qui fait d'Elinor la grande sœur le bon sens et Marianne la cadette la sensibilité en V.O. On maintient donc la balance du ying et du yang dans les deux cas. L'événement déclencheur de l'histoire se trouve être la mort au tout début du livre du père d'Elinor et de Marianne, Henry, qui est aussi le géniteur de leur petite sœur Margaret, qui n'apparaît que très peu dans le roman du fait, je pense, qu'elle n'a que treize ans et ne vit pas encore de relation amoureuse et qu'elle est surtout considérée comme trop jeune pour être "introduite dans le monde", et de leur demi-frère, John Dashwood. Pas très joyeux comme début, je vous l'accorde, mais cela sera plus joyeux par la suite ! Alors que Mr. Dashwood fait promettre sur son lit de mort à son fils aîné John, issu d'un premier mariage, de s'occuper de ses trois demi-sœurs, ce dernier ne semble pas être disposé à le faire. C'est très mal à mon sens de ne pas tenir ses promesses, très très mal, surtout celles faites à un être cher qui se meurt. En effet, John Dashwood et en particulier sa femme Fanny ne sont pas fort sympathiques au demeurant et s'intéressent essentiellement à l'argent. Ah, l'argent, on en revient toujours au même, et ce peu importe l'époque ! Cela ne changera jamais, malheureusement... Ne pas donner le moindre sou à sa belle-mère et à ses demi-sœurs, cela me semble un peu exagéré, surtout après la promesse qui a été faite. Je ne dis pas que "prendre soin d'elles" signifie obligatoirement "leur donner de l'argent" mais tout de même, ils osent déjà s'installer chez elles en leur volant leur maison, qui revient à l'héritier mâle du patriarche décédé, et à les faire se sentir indésirables pour qu'elles s'en aillent. Ce n'est pas parce qu'ils ont hérité de la dite maison qu'ils peuvent se croire tout permis ! Les jeunes filles et leur mère méritaient au moins un peu d'argent pour se trouver et s'acheter une petite maison, vu qu'on les chasse implicitement ! Eh bien non, rien, niet, nada, le message est clair, elles doivent se débrouiller toutes seules. Les pauvres, ce n'est vraiment pas convenable de les traiter ainsi ! Vous l'aurez compris, John et Fanny Dashwood sont véritablement exécrables, heureusement qu'on ne les voit pas beaucoup durant le roman, ils ne m'ont vraiment pas manqué, ça c'est sûr ! A vrai dire, je considère John comme un homme faible et très influencé par sa femme Fanny (c'est elle qui l'a dissuadé de donner de l'argent ou une rente annuelle à ses demi-sœurs et sa belle-mère) qui, quant à elle, est avide d'argent et très froide. En bref, je ne les aime pas tous les deux. John n'aidera même pas sa famille à déménager et ne fera rien pour elle. C'est vraiment ignoble de ne pas avoir respecté sa promesse, surtout que la parole d'honneur, c'est quelque chose que je prends extrêmement à cœur. Il coupera même les arbres que chérissait tant Marianne pour en faire une serre hors de prix. C'est bien cruel ça, il les chasse de chez elles et ne respecte même pas leurs précieux souvenirs et l'harmonie de la nature, quelle tristesse, quelle odieuse méchanceté !

Heureusement que Sir John Middleton, un parent à elles, sera là pour leur offrir un toit, Barton Cottage, tout près de chez lui et pour les accueillir avec bon cœur et hospitalité. Certes, lui, sa femme et Mrs. Jennings, sa belle-mère, sont des gens assez exubérants à avoir notamment sans cesse des personnes à dîner chez eux mais ils ont un très bon fond et seront très affectueux envers nos deux sœurs, les appréciant réellement à leur juste valeur et leur étant de très bonne compagnie ! Du coup, je les aime beaucoup ! Même Charlotte Palmer, l'autre fille de Mrs. Jennings, se révélera être quelqu'un de très plaisant à mes yeux, malgré sa frivolité et son hilarité envers toute chose de l'existence (bien que ce second trait de caractère qui est le sien me corresponde en réalité plutôt bien...) ! On ne la voit pas beaucoup mais j'ai beaucoup apprécié sa présence, elle m'est très sympathique, contrairement à Mr. Palmer, son mari, qui semble prendre tout son entourage de haut. J'ai horreur des personnes comme ça ! Tout le contraire de sa femme, c'est le cas de le dire ! Mais maintenant que j'y repense en écrivant ces lignes, je crois sincèrement que Mr Palmer est juste quelqu'un de très timide, qui se montre assez avare en matière d'expressions de ses sentiments mais qui ne manque pas de cœur. Je sais bien que les Middleton, Mrs. Jennings et sa propre femme ne sont pas les meilleurs personnes avec qui parler culture, livres et musique mais il ne faut pas se montrer hautain avec eux pour autant à mon sens. Mais Mr. Palmer a effectivement une face bien cachée, un aspect de sa personnalité généreux et aimant qu'il m'a énormément plu de découvrir ! Cela fut vraiment une agréable surprise. Vu que je suis en train de traiter des personnages en profondeur, parlons justement d'Elinor et Marianne, nos deux protagonistes ! Pour ma part, je me suis un peu retrouvée dans chacune des deux sœurs : dans Elinor par rapport à sa réserve, le fait de montrer très peu ses sentiments et le fait qu'elle fasse toujours passer les autres avant elle, et dans Marianne par rapport à son amour inconditionnel des livres et de la musique et dans les deux pour leur attachement puissant à leur mère et leur reconnaissance envers leurs amis. J'ai préféré cependant Elinor à son adorable cadette ; en effet, sa dignité et son immense courage m'ont énormément touchée. Du côté de ceux qui ont conquis les cœurs de nos deux jeunes filles, ma préférence va à Edward : beau, jeune, intelligent, cultivé, sérieux, de très agréable compagnie mais aussi timide et désirant accomplir une très noble vocation, celle d'entrer dans les ordres. Il m'a de suite beaucoup plu et je comprends tout à fait Elinor d'être tombée amoureuse de lui. J'en aurais fais de même et je ne cache pas que j'aimerais bien rencontrer un tel jeune homme dans la vraie vie ! Je ne suis attirée que par les garçons de fiction, je vous le dis ! Ce n'est pas juste ! Ils devraient tout droit sortir du papier, ce serait cool !! Bon, cessons de fantasmer... Quant à John Willoughby, eh bien... Dès le départ, je ne l'ai pas apprécié. Il me semblait trop parfait : trop soigneux de son apparence, trop charmeur et mielleux en outre. Je sentais que quelque chose n'allait pas chez lui, même si j'aurais bien sûr aimé qu'il en fut autrement. De plus, sa rencontre avec Marianne, où il s'est comporté comme un vrai chevalier servant accourant au secours de sa dame, m'a paru trop romanesque, trop belle pour être authentique. Je lui préférais dès le début le colonel Brandon pour Marianne : certes, le colonel a trente-cinq ans et Willoughby dix ans de moins (donc plus issu de la tranche d'âge de notre jolie jeune femme), mais Brandon est généreux, calme, certes renfermé mais très avenant. Je me suis tout de suite attachée à lui. Cela m'a fait beaucoup de peine de voir que Marianne ne partageait pas ses sentiments. Je ne voulais pas la forcer à l'aimer mais au point qu'elle le déteste et l'évite sans arrêt, cela m'a vraiment agacée ! Il ne méritait certainement qu'elle se comporte ainsi avec lui, surtout pour l'unique et stupide raison que Marianne le considère comme "vieux" ! C'en était vraiment du n'importe quoi, si vous me pardonnez de m'exprimer ainsi !

La fin m'a cependant laissé un goût amer. Certes, les sœurs restent toujours ensemble malgré leurs mariages mais justement, le mariage entre Marianne et le colonel Brandon ne m'a pas semblé très sincère. Du côté du colonel Brandon, cela ne fait aucun doute, il aime Marianne comme un fou mais elle... Elle l'a trouvé insupportable durant tout le roman et in the end, elle se marie avec lui. J'ai trouvé cet enchaînement trop rapide à mon goût et j'ai eu l'impression qu'elle aimait toujours Willoughby et que le colonel Brandon était un lot de consolation. Je regrette d'avoir eu un tel ressenti sur la fin, ma vision des choses peut paraître vraiment noire mais elle est ainsi.

Pour conclure, Raison et sentiments est un superbe roman de Lady Jane, dont l'écriture est tout simplement exquise. Cette dernière nous dépeint un tableau très véridique de la société anglaise du début dix-neuvième siècle et de ses contemporains. Jane Austen a su m'emporter dans son histoire et me passionner des amours de ses deux héroïnes grâce à sa prose magnifique et à son talent d'auteure hors norme. L'Angleterre peut être fière de sa Lady Austen. Un classique comme je les aime et que je recommande à tous, malgré mon sentiment désagréable sur la fin, qui a fini par s'estomper au fil du temps. COUP DE FOUDRE !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par A-Saulot 2021-02-11T18:31:14+01:00
Or

Lu en livre audio.

Un des romans de Jane Austen que j'ai le plus de plaisir à relire. Une satire sociale pétillante et acerbe qui nous entraîne, sous couvert d'humour et d'amour, dans les travers de son époque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par claclouche 2021-02-10T19:17:51+01:00
Diamant

Raison et Sentiments fait sans aucun doute partie de mes romans favoris de Jane Austen – pour ne pas dire, mon grand favori.

Et c’est en grande partie grâce à la dualité, qu’on lit déjà dans le titre, et qu’on retrouve tout au long du roman. Elinor et Marianne sont sœurs, et aussi différentes que possible. L’une est réfléchie, posée, et ne laisse jamais ses sentiments s’exprimer. L’autre est impétueuse, se laisse porter par ses émotions, sans réfléchir aux conséquences. L’une vous charme à « l’usure » par sa prévenance et son amour pour sa famille, l’autre vous gagne par sa naïveté et son allant.

Deux personnages qui ont touché étonnamment juste dans mon cœur.

Après la mort de leur père, Elinor, Marianne, leur mère et leur petite sœurs se retrouvent exilée dans le Devonshire, dans un petit cottage et avec de bien faibles moyens. L’ainée laisse derrière elle Edward Ferrars, dont elle était éprise – sentiment partagé. La cadette désespère surtout de la compagnie étriquée de la campagne.

Dans ce roman encore, Jane Austen nous régale d’une repartie sans égale pour critiquer cette campagne à l’esprit étroit, où un rien devient beaucoup, et où les amitiés sont bien moins solides et sincères qu’elles le ne paraissent.

Mais on retrouve aussi une critique de ces comportements extrêmes, et de ne voir la vie qu’avec sa tête – ou son cœur. A travers l’histoire de cette famille unie, où la douce Elinor porte trop de responsabilités, et ne laisse rien voir de ses émotions, au risque de finir par exploser, et la vive Marianne ne peut se remettre d’un cœur brisé, Jane Austen nous démontre comment cœur et raison peuvent – et doivent – apprendre à coexister pour vivre heureusement, et que trop de l’un ou de l’autre peut être source de malheurs.

Les personnages secondaires sont soit détestables, soit admirables, et on ne peut que s’incliner devant la droiture d’un Edward ou l’amitié désintéressée du Colonel Brandon.

Willoughby – autour de qui tourne une bonne partie du roman – mérite également un court paragraphe. Le personnage est loin d’être admirable – j’ai au contraire une dent tenace contre lui. Mais également beaucoup de pitié, parce qu’il représente ce monde auquel on se doit d’obéir, cet absence d’espoir et de bonheur qu’on retrouve trop souvent dans la Haute Société.

Un roman que j’ai vraiment adoré – je le répète, parce que ça en vaut la peine. Mais de toute façon, avec Jane Austen, on peut rarement se tromper. A lire de toute urgence !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Plou 2021-02-03T09:57:38+01:00
Argent

Toujours une écriture agréable que celle de Jane Austen ! J'ai préféré Orgueil et préjugés mais j'ai tout de même passé un bon moment lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par maizena79 2021-01-15T19:02:10+01:00
Diamant

Très belle romance anglaise !

Afficher en entier

Dates de sortie

Raison et sentiments

  • France : 1815-01-01 (Français)
  • France : 2009-07-09 - Poche (Français)

Activité récente

liomia le place en liste or
2021-04-21T19:46:47+02:00
Sandrad l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-14T16:58:42+02:00

Titres alternatifs

  • Le coeur et la raison - Français
  • Sense and Sensibility - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 2412
Commentaires 268
extraits 107
Evaluations 542
Note globale 8.01 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode