Livres
472 997
Membres
446 329

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Watchmen



Description ajoutée par Goril 2010-05-16T18:37:32+02:00

Résumé

On supprime le Comédien et, soudain, le monde devient triste. Quand l'un des plus grands héros de la Terre à la retraite est tué par un mystérieux assassin, les "rescapés" de la scène super-héroïque reprennent du service et mènent l'enquête, alors que la planète est au bord d'une catastrophe nucléaire...

Afficher en entier

Classement en biblio - 264 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Goril 2010-05-16T21:39:55+02:00

Journal de Rorschach, 12 octobre 1985.

Ce matin, chien crevé dans la ruelle, trace de pneus sur le ventre. La cité me redoute. Je connais son visage.

Les rues sont une extension des égouts, les égouts charrient du sang. Un jour, ils déborderont et noieront toute la vermine.

L'écume de toute cette crasse de sexe et de crimes les engloutira jusqu'à la taille. Putains et politicards en appelleront alors au ciel... "Sauvez-nous !"

Je les toiserai d'en haut ... Et dirais non.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

J'ai lu peu de comics, donc mon avis n'est pas très éclairé en la matière, mais je peux au moins juger celui-ci par rapport à mes autres lectures.

J'ai lu Watchmen après avoir vu le film, car on m'avait conseillé le comic.

Première impression qui s'est confirmée, et qui continue de se confirmer : Zack Snyder en a fait une adaptation très fidèle concernant l'histoire et les scènes décrites. J'ai vraiment été agréablement surpris.

En revanche, mais ce n'est pas une critique négative, le film est édulcoré, adouci ; les personnages sont moins complexes et plus normaux ; acceptables (nuance tout de même ici ; dans le comic, les héros ne sont pas des super-héros, à part Jon, ils n'ont pas de pouvoirs, contrairement à ce qu'on voit dans le film). Seuls quelques passages ne sont pas adaptés ; ce sont les tranches de textes qui ajoutent à l'univers, qui plongent dans des réflexions, qui nous aident à comprendre ou connaître en profondeur certains personnages, comme le très noir Rorschach, ou le dangereux Comédien, qui sont les personnages hauts en couleurs du comic.

Mais, là encore, le film les a rendu moins laids, au niveau de leur personnalité. Le comédien a été assez bien adapté, mais Rorschach est devenu à travers Zack Snyder un héros, un personnage principal, presque sympathique, ou en tout cas qui incarne le bon côté, du point de vue des spectateurs.

Ici, dans le comic, personne n'est bon, forcément. Comme toujours dans les livres qui précèdent les adaptations, surtout quand ils sont bons, très bons comme ici, le noir, le blanc, tout ça n'existe pas vraiment. On ne peut aimer ou soutenir personne, à moins d'être soi-même foutrement con ou déjanté. C'est notre point de vue objectif sur l'histoire et l'ubiquité du lecteur qui nous oblige à ça. On comprend la complexité, et on se dit que bordel, ils sont tous barrés.

Mais quand même, je me dis, cet Alan Moore... combien de comics excellents il a fait ? Ces textes, ces idées, cette capacité à changer de personnage ; ces textes qui séparent des parties du récit... de la poésie, de la psychologie, du journalisme, de la biographie... on s'y croirait vraiment. Et cette profondeur, cette critique de... tout. Une vision sur la société de l'époque (milieu 80), les Etats-Unis, leurs super-héros ; ce patriotisme, ce nationalisme... et cette noirceur, ces points de vues réalistes et bruts, durs, insoutenables, qui nous sont affichés, expliqués, et que malgré nous parfois nous comprenons et acceptons un moment... Rorschach et le Comédien... qui nous montre le miroir de ces vies normales américaines face à la menace nucléaire.

Sûrs, ils sont fous, ils sont sadiques, maniaques. Mais les autres sont apathiques, névrosés, aveugles. Et puis, il y a Doc Manhattan, personnage très intéressant d'un point de vue théorique, imaginaire. La façon dont Alan Moore l'a conceptualisé et a poussé le personnage dans ses implications sociales, émotionnelles, politiques, si justes, si touchantes.

Rha, il y a tant à dire sur ce comic.

... et je l'ai même pas encore fini. Seulement, je voulais pas oublier ce que j'en pensais. J'éditerai sûrement ce commentaire.

Entre autres personnages intéressants, il y a aussi le Hiboux, Daniel Dreigberg, qui m'a beaucoup fait penser à Clark Kent, le déguisement de Superman. Il est tellement représentatif de cette molesse dont va parler Rorschach à un moment. Un être socialement faible, peu sûr de lui, avec peu d'estime de lui-même.

La génèse des héros masqués, depuis les années 30 avec Captain Métropolis, le Juge Masqué, etc., et la façon dont ils se voyaient, comme en parle Hollis dans les extraits de Le Masque, est aussi très intéressante et montre à quel point Alan Moore a créé une Uchronie très poussée dans ces USA parallèles. La suite de leur histoire, leur place dans la société qui a évoluée, après la guerre, puis l'autre guerre, et la guerre froide ; le changement de mentalités puis la venue des Veilleurs, après les Minutemen, alors que l'époque des justiciers masqués étaient déjà derrière...

EDIT : petit bémol pour le film maintenant que j'ai fini le comic : la fin du film n'est pas la même. Celle-ci n'est pas mauvaise, et peut-être plus crédible. Mais tout de même. Les conséquences sont les mêmes, juste le moyen est différent. Aussi, vers la fin du comic, on en apprend beaucoup sur Ozymandias (Adrian), qui se révèle être un personnage très intéressant, et qui nous lève le rideau sur cette vision du monde, qui nous permet peut-être de comprendre l'ensemble du tableau offert par Alan Moore. Finalement, je regretterai juste qu'on n'en sache pas plus sur le Comédien. Un peu normal, vu qu'il meurt à la première page.

Voila, sur ce, je vous souhaite une bonne lecture, et n'hésitez pas, si vous avez le courage, car c'est pas facile, et ça demande beaucoup de réflexion si on veut bien comprendre ce comic. Mais putain quel pied !

Afficher en entier
Diamant

Watchmen. Watchmen... comment vous parler de Watchmen ? Le plus reconnu des comics, si je puis dire... Ce livre a une énorme réputation dans le milieu de la bande dessinée et est, encore aujourd'hui, considéré comme le meilleur comics de tous les temps (oui, rien que ça...)

Watchmen est une série de comics américano-britannique, fruit de la collaboration entre le scénariste Alan Moore et le dessinateur Dave Gibbons. Tout le monde suit ? Bien, parce que cette série, produite par DC comics, ne se déroule pas dans le même univers que les autres publications de la maison d'édition -donc pas dans le même univers que les autres super-héros de la franchise, contrairement à la majorité des publications de super-héros qui se déroulent, justement, dans le même univers (ce qui est une caractéristique des comics américains). Donc, création originale et indépendante. L'histoire repose sur de nombreuses uchronies qui mettent en scène un monde de 1985 totalement différent du nôtre, où évolue d'anciens super-héros qui se retrouvent au centre d'un enchainement d'évènements et vont se retrouver à enquêter sur la mort d'un des leurs, sur fond de menace nucléaire et d'un contexte politique oppressant.

Cela faisait plusieurs mois que j'avais envie de lire Watchmen, et ce fut le cadeau d'anniversaire que m'offrit un de mes amis, que je ne remercierais jamais assez. Je précise d'entrée que je n'ai pas vu le film de Zack Snyder et que le visionner n'est pas dans mes priorités (les fans de ce film : essayez de me convaincre en MP)

Finissons-en là avec cet intro : elle est déjà bien assez longue.

Bon, il faut le dire d'entrée de jeu : je n'aime pas les comics de supers héros. Si je peux m'éclater sur certains comics (Walking Dead en tête, bien que je considère la série télé meilleure sur certains points) les super-héros ne m'ont jamais attirés (oui, même au cinéma : ils ne m'ont jamais donné envie d'aller voir un de leurs films) aussi, une fois posée cette base dans mes attentes, que vous dire ? Watchmen est un comics de super-héros, certes, mais... bordel, carrément pas en fait ! Ce ne sont pas héros... grave pas, non. Comment mieux m'expliquer ? L'auto-défense, vous connaissez ? C'est principalement revendiqués par les membres de l'extrême droite américaine, et ça consiste à faire soi-même la loi. Ce principe n'est souvent pas abordés par les comics, car pas vraiment très vertueux. Pourtant, les super-héros peuvent tout à fait rentrer dans cette définition, non ? Et ben voilà Watchmen : c'est exactement le principe du truc. Le livre nous présente les héros masqués sous un jour réaliste, et ce sans mettre de côté les limites de la morale. Ainsi, on hésite pas à employer des termes comme "nazis" pour qualifier certains des héros du bouquin ! Watchmen joue là-dessus et sur les ambigüités du même type avec une virtuosité rare, relativisant le terme même de "héros". Plus généralement, le principe de base de Watchmen repose sur une idée : « qu'est-ce que serait le monde si des gens se déguisaient pour aller faire régner la justice dans la rue ? » Pas de super-pouvoir, un peu comme dans Kick-ass (il faudrait que je lise le comics un de ces jours, il parait qu'il est vachement bien) mais sans l'aspect "gamin paumé". Oh oui, là, nous avons affaire à des personnages... plus que bien écris !

Le plus impressionnant dans tout ça ? L'univers du bouquin, incroyablement crédible. Si je veux vous parler de l'univers, je dois mentionner le Dr Manhattan, un être presque omniscient et omnipotent, issu d'un accident nucléaire en 1960. Si les Héros costumés (sans pouvoir) ont modifiés la politique intérieur des États-Unis, par d'importantes grèves policières qui ont débouchés sur des émeutes par exemple, le Dr Manhattan a modifié toute la politique extérieure en tant qu'arme absolue. C'est simple : il y a toujours la guerre froide, mais les États-Unis ont gagnés au Vietnam et sont la première puissance mondiale qui menace le reste du monde. Et ce qui est génial avec tout ça, c'est que l'œuvre ne nous donne pas un sens clair, et la multiplicité des convictions politiques des héros donne à ce récit une profondeur admirable. C'est bien simple : si les faits décrits étaient réels, les auteurs n'en retranscriraient pas mieux la complexité.

L'autre chose agréable avec les personnages tous plus spéciaux les uns que les autres, c'est qu'il n'y a pas un gentil identifiable ou de manichéisme : ici, différents points de vues (à travers les journaux et les personnages) nous sont donnés -chacun dans des excès bien différents- et c'est, au final, au lecteur de décoder, de se faire son avis, et, surtout, de constater la grande intelligence avec laquelle ces points de vues nous sont donnés, pensés de façon narrative et offerts aux bons moments.

Parce que la vision des héros donnés ici diffère énormément selon les personnages, je me permets de le souligner ! Du Comédien qui est un militariste extrémiste, au Hibou qui se lance pour faire le bien sans vraiment comprendre les répercutions, en passant par des demi-déments obsessionnels tels que Rorschach, c'est... époustouflant. De manière générale, le développement des personnalités et convictions de chaque personnage est poussé à son maximum ; le plus singulier restant sans aucun doute le Dr Manhattan dont le système émotionnel, découlant de son omniscience, est des plus intéressant et spécial.

Pour ce qui est du scénario, c'est du complot, de l'intrigue, de la violence et du démentiel. Tout ce qu'on demande, avec un avant-dernier chapitre proprement saisissant.

Mais, plus que le scénario ou les personnages, Watchmen est une leçon de bande dessinée à lui tout seul. Ce que je veux dire par là, c'est que l'on retrouve tous les procédés de mise en scène et de découpage qui créent de la profondeur et rendent une histoire dynamique. Cela se voit principalement lors des transitions entre deux scènes : elles ne se font jamais par coupures nets ; au contraire même, chaque scène prend son élan dans la précédente. Cela se voit aussi à travers les multiples mises en abîmes (une BD dans la BD) et dans les mises en place d'histoires parallèles se complétant... Watchmen, c'est le découpage et la mise en scène au service du dynamisme, rendant la lecture proprement captivante.

A noter une édition française de très bonne qualité (ce qui, avec les comics, est assez rare pour être noté) avec une couverture en "dur" très belle, où le récit est entrecoupé de notes ou de dossiers écrits qui réussissent à éclairer et à approfondir le récit, sans se montrer ennuyeuses (ce qui, pour un long texte écrit au milieu d'une BD, n'est pas évident) Avec, en additionnel, de longues pages de bonus et de croquis en fin de livre, couplés d'une explications des créateurs sur les volontés artistiques... de la super documentation, en plus d'une super histoire !

Qui dit comics dit écriture et publication en plusieurs numéros... Et là se pose le même problème que pour les mangas : l'histoire ne commence pas avec une fin définit, et il s'agit plutôt d'un scénario général à improvisation, ça se sent. Cependant, je ne voudrais pas être mal comprit : les comics comme Watchmen se composent de plusieurs chapitres clairement découpés qui couvrent une histoire, qui expose une aventure d'un personnage, explore son passé... c'est le principe des comics et de la découpe des "numéros". Ce principe a son charme, mais, personnellement, je préfère avoir un récit mené et pensé d'un seul bloc plutôt que d'une dizaine de gros chapitres (à la limite, je préfères même le principe des arcs narratifs utilisés dans les mangas) Bon, dans Watchmen, je dis un peu ça pour rien, puis-ce que l'intelligence du scénario gomme en grande partie ce découpage et tout peut très bien se lire d'un seul bloc (bien que l'on sent que les chapitre ont étés crées à quelques mois d'intervalles les uns des autres) C'est donc un faux point négatif, puis-ce que le livre est assez malin pour comprendre lui-même les avantages et les inconvénients du format et parvint à en tirer le meilleur (encore une fois : c'est une leçon de bande-dessinée...)

Dans la même veine, la fin fait partie de celles où l'on se dit : « Quoi ? Non, mais, non... Ça peut pas se finir comme ça ! » mais où, lorsqu'on y réfléchit deux minutes, on se rend compte qu'elle témoigne d'une lucidité sur l'œuvre assez remarquable. Créer de toute pièce un monde, y faire évoluer des personnages, monter une intrigue... et choisir de ne pas forcer une fin conventionnelle, mais de continuer droit dans le sillage tracé jusqu'alors. Ce n'est pas un retournement de situation, c'est une simple constatation finale, une conclusion logique vers laquelle toute l'œuvre tendait depuis le début, mais dont nous refusions d'envisager la possibilité.

Watchmen est devenu ma référence en comics, sans aucun doute, au même titre qu'Akira, qui est ma référence manga. Ce livre témoigne d'une grande intelligence et d'une grande lucidité sur ce qu'il est et ce qu'il devrait être. Voilà le genre de super héros qu'il faut traiter en BD ! Voilà comment on découpe une page ! Voilà comment on met en relief ses personnages ! Voilà, tout simplement voilà ! Lisez Watchmen, et constatez par vous-même : ce livre n'a pas besoin d'être défendu, tant il le fait parfaitement lui-même.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par MarshallDSkyler 2019-03-03T13:26:25+01:00
Diamant

Alors j’ai commencé par le film et puis j’ai voulu lire la BD. Les deux sont géniaux mais la version écrite est mieux, nous comprenons plus facilement l’histoire, il y a plus de details.

Les auteurs nous démontre une réflexion intéressante, un univers qui leur appartient. Tout dans ce livre est magnifique !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jukebox_fr 2019-02-06T10:27:37+01:00
Diamant

WOW ! Quelle claque au sortir de cette intégrale de Watchmen, qui fait de ce comics, sans conteste, celui qui m'a le plus marquée et impressionnée.

Par quoi commencer ? La profondeur, la richesse, la densité et la complexité de cet univers alternatif de guerre froide et des personnages qui le peuplent ? Leurs interactions aux multiples enjeux sociaux et politiques ? Les réflexions innombrables qui jalonnent ce long récit ?

Il y a tout ça et c'est déjà beaucoup pour rendre une oeuvre remarquable, mais la prouesse de Watchmen ne s'arrête pas là.

Sa narration est splendide, un travail d'une intelligence rare digne d'un grand orfèvre où de nombreux fils narratifs se croisent et s'entremêlent sans jamais se perdre ou former de noeuds disgracieux, pour produire ce grand final qui laisse le lecteur tout à sa réflexion de la justice, de la morale et de l'héroïsme. Entre autres.

Le scénariste y use de parallèles, de mises en abîmes et de clins d'oeil ironiques que l'on retrouve jusque dans la narration graphique qui ne fait aucunement pâle figure à côté, relevant à son tour ce grand challenge avec brio.

Certes les graphismes datent bien des années 80, et on sent même une volonté de se rapprocher sur certains points de ce qui se faisait dans les années 50, mais on tient sans aucun doute le haut du panier de l'époque. Et ce n'est pas la mise en couleur qui nous fera dire le contraire, tant avec peu de moyens, elle parvient à faire ressortir des scènes aux graphismes très forts. L'art d'une autre époque avec d'autres outils plus limités.

Bref, Watchmen est vraiment un pur délice pour les lecteurs qui aiment les oeuvres ambitieuses, travaillées, réfléchies et pas manichéennes pour deux sous, qui sont d'une telle richesse et d'un tel sens du détail qu'il faut plusieurs relectures pour en apprécier tous les niveaux. Ceci était ma première et certainement pas ma dernière, mais en attendant d'y retourner, je pense que j'accorderai beaucoup d'intérêt au restant des oeuvres d'Alan Moore, que j'espère aussi prometteuses que celle-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyril-Sche-Sulken 2018-12-03T00:46:07+01:00
Bronze

Un pur chef d'œuvre. Watchmen réunit tout ce qu'il faut : une intrigue complexe, fouillée, réfléchie, des personnages complets que l'on ne cerne jamais complètement, des scènes spectaculaires et une atmosphère formidable. Un bijou du neuvième art.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MisterMistake 2018-09-06T23:19:30+02:00
Diamant

Chef d’œuvre. Rorschach excellent. Société oppressante, paranoïa omniprésente parfaitement représentée. Comics de superhéros incomparable.

Bon, j’arrête avec mon imitation de Rorschach, c’était suffisant pour que tout le monde comprenne que c’est mon personnage préféré, parmi tous ces héros imparfaits je le trouve improbablement touchant. Les graphismes sont incroyables, le travail sur la couleur et l’espace particulièrement créatifs, et quelle plume !

Conclusion perturbante qui défie attentes et perception de justice, curieux de savoir si d’autres que moi pensaient comme Rorschach à la fin. ET à propos de fin, peut-on y voir une note d’espoir ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vance 2018-02-28T09:08:06+01:00
Diamant

C'est une somme très cohérente, bourrée à craquer de références à toute la culture populaire de la seconde moitié du XXe s., de clins d'oeil (Robert Redford - donc R.R. - se présente comme Président des USA et un zozo d'en rire en se moquant du fait qu'on choisisse un ancien acteur...) et d'allusions subtiles à la structure géopolitique de la Guerre froide.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AprilDevil 2017-09-01T20:24:46+02:00

Je suis sans doute passé à côté de quelque chose, mais je n’ai pas réussi à me plonger assez sérieusement dans cet épais comics pour être suffisamment captivée par l’histoire. En effet, les dessins ne m’ont pas énormément plu, et la police d’écriture m’a un peu freinée dans ma lecture.

Je pense tout simplement que ce n’était pas le bon moment pour une première approche. « Watchmen » est reconnu comme un chef d’œuvre du genre et je m’y replongerai avec plaisir une prochaine fois.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par WendyMoiraDarling 2017-08-05T09:23:09+02:00
Diamant

Chef d'oeuvre absolu !

A lire et relire, à méditer même car ce roman graphique est loin d'être un simple comics.

Le scénario au TOP, et des dessins vraiment géniaux, très bien choisi pour l'époque abordée.

Les FlashBack et extraits de Journaux de l'époque nous permettent de rentrer pleinement dans l'histoire sans avoir à faire de la gymnastique mentale trop intense.

Les révélations/chutes sont merveilleusement bien emmenées tout au long du roman ainsi que les personnages auxquels nous nous attachons puis finalement, détestons et ainsi de suite..

Personnes n'est tout blanc ou tout noir, ils sont simplement humains et cette zone grise est très bien abordée ici.

Coup de cœur pour ma part, je recommande vivement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mensonges 2017-03-29T19:56:22+02:00
Or

J'ai lu ce comic en anglais. Le niveau de langue est intermédiaire, on traduit assez facilement ce qui ce dit. En revanche, le récit étant complexe, il faut vraiment repérer tous les petits détails, pour pouvoir tout assimiler.

J'ai beaucoup aimé les personnages, ils sont réalistes, humais, particuliers. Il y en a beaucoup, et des fois je me demandais ce que certains avaient à voir avec l'histoire. Après, s'ils sont originaux, ils ne sont pas particulièrement attachants.

L'histoire est riche, complète. Les dessins sont bien, assez détaillés, riches en couleurs, tranchants comme il le faut quand il le faut. J'ai bien aimé aussi les dossiers entre chaque partie, cela nous aide à comprendre, et les détails sont vraiment utiles et intéressants.

L'intrigue est bien positionnée par rapport au contexte, les années 80 avec la méfiance, les menaces, les réactions de la population parfois extrêmes. La vision négative, pessimiste des milieux sociaux, politiques, voire même judiciaires produit de la froideur, et un peu d'effroi.

Néanmoins, j'ai trouvé un peu dommage que la notion de super-héros ne soit pas beaucoup développée. Leur diversité et le fait que chaque partie se concentre sur l'un deux les rend abordables. J'ai bien aimé le fait qu'ils soient sensibles.

Au final, c'est pour l'instant la meilleure BD que j'ai lue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Folyx 2016-09-16T23:10:36+02:00
Lu aussi

De mon point de vue c'est un excellent comics, le scénario est top et ne parlons pas des graphismes ! Je ne peux m'empêcher de le relire dès que je peux, il est vraiment excellent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par gwegs 2016-05-29T11:04:43+02:00
Or

depuis le temps que je voulais le lire, je dois dire que j'en suis plutôt content : Les personnages de Moore (même s'ils ne sont pour la plupart que des pastiches car DC n'a pas voulu qu'il utilise les personnages de l'éditeur) sont tous attachants et digne d'intérêt. L'histoire possède une narration intriguante et complexe qui m'a tenu en haleine du début à la fin !

Afficher en entier

Date de sortie

Watchmen

  • France : 1995-04-01 - Poche (Français)

Activité récente

Snade l'ajoute dans sa biblio or
2019-09-21T20:49:53+02:00
SP9_ l'ajoute dans sa biblio or
2019-07-17T01:18:41+02:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 264
Commentaires 32
Extraits 17
Evaluations 77
Note globale 8.47 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode