Livres
394 707
Comms
1 386 405
Membres
289 174

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Horde du Contrevent



Description ajoutée par panda 2009-11-30T08:18:57+01:00

Résumé

LE ROMAN. " Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu'un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s'y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d'eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu'en Extrême-Aval ait été formé un bloc d'élite d'une vingtaine d'enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueules, leur vie durant, le vent jusqu'à sa source, à ce jour jamais atteinte : l'Extrême-Amont. Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m'appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l'éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l'azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l'ultime. ". Avec ce deuxième roman, Alain Damasio construit une œuvre sans équivalent dans les littératures de l'imaginaire. Bienvenue au cœur d'un cyclone ! LA BANDE ORIGINALE DU LIVRE. Ecoutez maintenant les mélodies organiques à l'élégance électro-pop, percutées de bruits bruts ; rehaussées d'harmonica, de guitare slide et de bouzouki. Entendez ces nappes riches tissées de voix chapechutées, de boléros souples, soudain déchirée de brefs textes. Le vent fluide enfle. La Horde marche, rythme et nous obsède. Laissez-vous guider par les trompes des pharéoles, traversez la Flaque à mi-torse et ne dites jamais " Fontaine... ". Au livre-univers, Arno Alyvan compose le plus riche des échos : un disque-univers. Soixante minutes d'un album de créateur. A savourer avant ou après la lecture du roman.

Afficher en entier

Classement en biblio - 710 lecteurs

Or
157 lecteurs
PAL
273 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-03-16T17:48:12+01:00

La musique est comme le vent, elle ne s'arrête jamais ; c'est nous qui arrêtons d'écouter.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Commentaire ajouté par codis
Diamant

Une belle découverte que ce bijou, j'en suis encore tout retourné.

Malgré une fin (presque) prévisible, l'ensemble est selon moi tout simplement parfait.

On sent l'influence de Perec tout du long, ce qui n'est pas pour me déplaire: l'écriture a du style, et ajoute une dimension littéraire sensationnelle à ce qui aurait été un excellent bouquin sans cela.

Rien que la première page m'a laissé pantois...

Finalement, comment ne pas s'attacher sincèrement à un personnage aussi fin et délicat que Golgoth?

Afficher en entier
Diamant

La Horde, c'est une bulle d'absurdité, qui, en explosant, fait apparaître une myriade d'étoiles de poésie, encore une fois, superbe!

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Valerie-50 2017-12-09T16:26:41+01:00
Or

Il y a 27 ans, 24 enfants sont partis, à pieds, de l'Extrême-Aval pour découvrir l'Extrême-Amont en contrant toutes sortes de vents. Il s'agit de la 34ème horde en huit siècles. le but de leur très, très long voyage est de découvrir ce que cache l'Extrême-Amont et, peut-être, l'origine du vent. de leur périple ils doivent découvrir les 9 formes du vent dont seulement 6 sont connus.

Ce roman de science-fiction a obtenu le grand prix de l'imaginaire en 2006. Au début, il a fallu que je m'accroche car la lecture est déroutante par sa numérotation des pages inversée (pas trop gênant), l'attribution du sigle à chaque membre de la horde dont chaque paragraphe identifie le narrateur et enfin, et surtout, le vocabulaire très imagé, exotique et déroutant. Il m'a donc fallu passer les 100 à 150 pages pour me faire happer par l'histoire et ne plus vouloir lâcher ce roman.

Je le conseille pour ceux qui auront la force de suivre cette horde contre tous les vents possibles et pour savoir, question ultime, ce qu'il y a en Extrême-Amont.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par TiGroPou 2017-12-02T17:23:43+01:00
Pas apprécié

Je n'y arrive pas. Je ne comprends rien, je n'aime pas l'ambiance du livre... dommage!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ryujin 2017-12-01T08:41:37+01:00
Or

Excellent livre, qui force à la réflexion et émerveille mais, mais ! déçue par la fin.

On est en haleine jusqu'au bout et soudain paf! le livre se termine... QUOI ?!!

Un petit épilogue aurait été le bienvenu mais je dois reconnaître que la "morale", l'idée directrice du récit est bien présente jusqu'à la dernière ligne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GallyNet 2017-11-19T14:18:04+01:00
Argent

Très particulier comme livre. Et pas en mauvais.

L'idée de l'univers est pas mal, les personnages sont assez bien décrits et ont tous leurs caractères propres.

Ce qui déstabilise, c'est de nommer chaque personnage par un caractère, présent avant chaque mini chapitre, pour expliquer qui parle.

Une fois habitué a cela, l'histoire ce lit bien.

Seul bémol, la fin beaucoup trop prévisible.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Saile 2017-11-11T22:48:26+01:00
Diamant

Ce roman a été pour moi l'une des plus grosses claques littéraires de ma vie, et ce sans exagération.

Tout de suite, l'auteur nous plonge dans son univers, implacable et extraordinairement réaliste. Il nous abreuve de mots imaginaires liés au vent, et on y croit, on les comprend, même, alors qu'ils nous sont parfaitement inconnus. Il nous entraîne sur la même route que ses héros (23 !), chacun doté d'une personnalité qui fait qu'à la fin, le marque-page permettant de les identifier n'est plus nécessaire, et nous fait découvrir le monde dans lequel ils avancent, inexorablement, vers l'inconnu.

Un livre à lire absolument, à dévorer, et à relire pour en saisir toutes les nuances.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lelette1610 2017-11-08T19:44:27+01:00
Diamant

J'ai acheté la version "folio poche SF".

Je me suis trouvée totale immergée dans cet univers.

De plus, de nombreuses astuces typographiques sont utilisées pour baliser le récit.

Une première surprise est la pagination inversée. Elle commence à la page 701. Je trouve que ce procédé donne encore plus la sensation de compte à rebours dans leur quête du Graal.

La seconde surprise est l'utilisation de symboles uniques (des glyphes) pour chaque personnage, qui annoncent les dialogues. Heureusement, qu'un marque-page est fourni avec le livre qui permet de s'y retrouver.

C'est le récit d'une aventure pleine de poésie, d'intelligence, un peu dur parfois mais émouvant.

Depuis huit siècles, des hordes remontent au vent, pour tenter d'atteindre l'inaccessible Extrême-Amont... Ce roman raconte l'histoire de la trente-quatrième horde...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jaunet 2017-11-08T14:25:58+01:00
Argent

Si vous vous lancez dans ce livre, accrochez vous pour les 100 premières pages.

L’histoire prend son envol après.

Belle épopée mais dur a lire parfois.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2017-11-06T11:04:24+01:00
Or

Eh voilà, après sept cent pages de contre en compagnie de la horde, il faut quitter Sov, Oroshi, Pietro, Golgoth et tous les autres. Chapeau bas, monsieur Damasio pour ce voyage en compagnie de vingt-deux personnages, tous attachants, tous différents, à la découverte de ce monde des vents, peuplés de créatures mystérieuses et surprenantes (ah, les chrones...)

Une fin prévisible, mais dans un périple, le trajet compte plus que la destination.

On se console de l'avoir fini en se disant que forcément, on repartira un jour de l'extrême-aval en compagnie de la Horde, tant plusieurs lectures sont nécessaires pour approcher les différentes facettes de ce récit riche et et foisonnant. Un livre indispensable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Champifall 2017-09-12T17:10:59+02:00
Bronze

Ça y est, je l'ai fini et, bien qu'un peu longuette, la fin est pile comme il faut. Chapeau bas Alain Damasio.

Avec 23 personnages et 22 symboles à assimiler (les frères Dubka ne faisant qu'un), il est claire que c'est assez décourageant de se lancer dans cette lecture. J'ai eu du mal à me familiariser avec chacun d'entre eux au début, et au bout du premier chapitre j'étais seulement capable d'en reconnaître 13. (Petite confidence, à la fin je butais encore sur deux/trois symboles).

De plus, on a à faire à un vocabulaire complètement barré, limite incompréhensible....(si vous saviez comme j'ai rêvé pendant plusieurs chapitre d'un glossaire, j'ai fini par me résigner évidemment).

Du coup, le démarrage est un peu lent (enfin, pour moi).

Par contre on ressent dès le début la cohésion de groupe et le mentale d'acier de chacun, bien que quelques un ont un peu de mal. Ils sont tous très professionnels, tu sens qu'il y a des années de galères derrière eux, et tu sais, tout comme eux d'ailleurs, qu'il en reste pas mal devant aussi. Mais le plus marquant, c'est que malgré leurs doutes, (car oui, ils doutent, cette quête est peut-être le seul et unique but de leurs vies, il arrive des moments où ils doutent, comme n'importe quel être humain finalement) ils se font confiance, entièrement confiance.

Dans le détail : les chapitres sont très longs et j'avoue que j'aurais adoré avoir quelques illustrations notamment une carte (non, surtout !). Avec ça, l'immersion aurait été totale !

Sinon, de ce que j'ai compris de l'histoire, je dirai que ce livre est un éloge aux liens que nous tissons avec ceux qui nous entourent. Ces gens que nous côtoyons chaque jour, ces gens auxquels nous nous habituons et dont la présence nous est indispensable, bien que nous ne nous en rendions compte que lorsqu'ils deviennent absents. Ce livre est un véritable éloge à ce merveilleux lien qui nous unit à des être qui peut-être au départ ne nous plaisaient pas, mais qui finalement nous sont devenus aussi indispensables que l'air que nous respirons. Et ce lien n'est tissé par rien d'autre que par l'habitude. Dans ce livre, les absences sont associées à la mort, mais dans notre vie, à chacun, petits gens du commun des mortels, ces absences peuvent être la mort, la mutation d'un collègue dans un nouveau bureau, dans une nouvelle entreprise, l'éloignement d'un proche, ami ou membre de la famille, d'un enfant, qui part faire sa vie plus loin, ailleurs.

C'est pour ça que j'aime ce livre, parce que ça à beau être de la science-fiction, tout est rattachable à notre quotidien et on peut ainsi tirer un message de chaque situation, l'assimiler et enfin mieux comprendre ce qu'il se passe autour de nous mais surtout en nous. (Ou alors c'est moi qui part carrément trop loin ?)

Pour finir, j'aimerais juste dire : Attention à la technicité du récit ! Je me suis bien trop souvent sentie paumée, surtout quand c'était Oroshi qui parlait (mais, rassurez vous, la dimension philosophique reste accessible). 

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Do 2017-08-14T21:48:05+02:00
Pas apprécié

Je ne me suis jamais avancée bien loin dans les terres désolées entre l'Extrême-Aval et l'Extrême-Amont et ce livre ne devrait donc pas se trouver dans ma Bibliotheque en tant que "lu". Emprunté trois fois à la bibliothèque municipale... rendu trois fois avec un gros soupir, charriant mon agacement.

Quand j'ai ouvert le livre (grand format), j'ai non seulement découvert que la pagination est anarchique, mais que j'allais être obligée de lire ce pavé avec des marque-pages (ou, plus pratique dans ce cas, en collant des post-it) puisque l'auteur a attribué un petit symbole à chaque personnage de la Horde. Minuscules pictogrammes revenant seul ou à plusieurs pour indiquer quel(s) protagoniste(s) étai(en)t mis en avant dans tel ou tel paragraphe et/ou chapitre. Premier soupir pour "¥@&§₩! mais qui-est-qui, nom-d'une-pipe", surtout quand on veut reprendre une telle lecture le soir, après le travail.

Autre geignement après avoir lu une petite centaine de pages (crois-je me souvenir) pour le style de l'auteur : aussi gonflé que le vent qui enfle, enfle... et vous commande de courber l'échine (à un langage ampoulé, trop recherché, n'ayant guère encore du naturel).

Et je n'aime pas ça : courber l'échine !

Avec un grand "clap" (Extrême et définitif), j'ai re-re-refermé ce "chef-d'oeuvre" science-fictif.

Afficher en entier

Date de sortie

La Horde du Contrevent

  • France : 2015-03-05 - Poche (Français)

Activité récente

ofad l'ajoute dans sa biblio or
2017-12-05T21:56:03+01:00
Ryujin le place en liste or
2017-12-01T08:33:51+01:00
Moki l'ajoute dans sa biblio or
2017-11-21T19:49:01+01:00
Gipi l'ajoute dans sa biblio or
2017-11-12T22:21:59+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 710
Commentaires 121
Extraits 89
Evaluations 212
Note globale 8.84 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode