Livres
392 453
Comms
1 376 048
Membres
284 067

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Frog Music



Description ajoutée par france05 2015-05-03T07:59:07+02:00

Résumé

À l'été 1876, la ville de San Francisco suffoque sous une chaleur accablante. Dans le saloon des McNamara, en lisière d'une voie ferrée, un coup de feu retentit dans la nuit.

Blanche Beunon échappe de justesse à la mort qui n'épargne pas son amie Jenny, fauchée sur le coup. Inconsolable, Blanche va tout mettre en oeuvre pour confondre le meurtrier de Jenny et le conduire devant la justice - s'il ne l'attrape pas en premier. Leur histoire est à l'image de la ville, bruyante et crasseuse, peuplée de femmes au verbe haut, d'hommes jaloux et de chansons des rues.

Leur amitié est plus qu'improbable tant elles sont opposées : Jenny est d'un drôle de calibre, une chasseuse de grenouilles qui aime défier la loi en arborant des pantalons et un colt. Danseuse de burlesque aguerrie, Blanche prend la vie comme elle vient au risque de passer à côté d'elle-même, pour le plaisir de son homme et de ses michetons. Leur rencontre accidentelle va changer le cours de leur destin. Une envoûtante histoire de femmes bataillant pour s'affranchir dans le monde sans foi ni loi de la grande ville de l'Ouest.

Afficher en entier

Classement en biblio - 8 lecteurs

PAL
6 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par poocky 2015-04-16T14:00:49+02:00

Le bonheur est aussi difficile à capturer qu’un pou : on le sent qui chatouille, sur son passage, mais on referme les doigts sur du vent.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Do 2017-08-14T13:54:00+02:00
Lu aussi

Pas trop enthousiaste finalement pour ce roman à la thématique abondante. Histoire ancrée dans le San Francisco subissant une grosse vague de chaleur et une épidémie de variole en cet année 1876, presque trente ans après le "Gold-rush", et ses immigrés venus de tout horizon, dont les français(es), comme Blanche. Ancienne écuyère de cirque a Paris, reconvertie dans la danse burlesque aguicheuse et "michetonneuse" afin d'entretenir son amant et l'ami de ce dernier.

Cette Blanche, justement, personnage principal avec son caractère de girouette, m'a souvent énervée ! Elle aurait bien mérité un pair de coups de pied aux miches pour la faire réagir. Or, le jour où Blanche se heurte au grand-bi de Jenny Bonnet, cette dernière s'en chargera en ne se gênant surtout pas pour remettre les yeux de Blanche en face de sa conscience. Saisie alors d'un sentiment de culpabilité, l'instinct maternel bien enfoui de Blanche se réveillera (un tantinet) et elle cherchera à récupérer (enfin) son bébé rachitique dans une "ferme" de nourrissons. Mais la présence de ce fils braillard dans leur appartement, situé dans le quartier chinois (et donc négligé par les autorités sanitaires), ne plaira pas au mac-amant de Blanche (habitué à sa belle vie de bohème payée sur les turlutes de Blanche) et causera au final la mort de Jenny Bonnet.

Les relations amicales, comme celles de l'amour, ne s'expliquent pas. Blanche ne sera jamais devenue ma copine ! Mais entre elle et Jenny se créera un lien très fort... lien qui poussera Blanche a essayer de trouver le meurtrier et la justice pour son amie sauvagement flinguée.

Basé sur un fait divers, d'ailleurs jamais élucidé, le roman aborde aussi (et approfondit parfois) grand nombre d'autres sujets liés à ce San Francisco du 19ème siècle et la vie de tous les jours : l'immigration et ses problèmes sous-jacents, les transports, les laissés-pour-compte de la guerre civile et la ruée-vers-l'or, les conditions sanitaires, etc.

C'est peut-être là où le bât m'a blessé : le voyage historique (par ailleurs bien documenté) était très intéressant, mais a également instauré, avec ses quelques longueurs, une distance malvenue avec l'histoire de Blanche et Jenny. J'aurai franchement aimé me sentir plus proche d'elles.

Le texte est en outre émaillé de chansons d'époque, principalement anglaises, et traduites (sans aucun sens de poésie) en bas des pages. Elles amènent encore une autre "dimension" au récit qui déborde déjà d'un "trop plein".

Je refuse néanmoins de quitter ce livre sur une note négative, parce que Jenny Bonnet, fille au passé bigarré, aurait été une femme a mon coeur : chasseuse de grenouilles (pour les restaurants français à Frisco), jeune femme se promenant en costume-pantalon (interdit à l'époque... comme aujourd'hui en France, puisque la loi n'a jamais été changé), n'ayant pas peur de dire tout haut ce que lui passait par la tête (récoltant ainsi des coquards de la part de la gent masculine) et surtout clamant son désir de vivre en tant que femme libre... "Cute froggy", cette Jenny !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LizzieB 2016-11-09T20:32:44+01:00
Argent

Mon impression sur le roman est mitigée. J'ai trouvée l'intrigue originale, quoique progressant avec un peu trop de lenteur à mon goût. Les protagonistes étaient bien campés et peu orthodoxes, même si je ne me suis pas beaucoup attachée à eux.

Par contre, la fresque sociale qui sert de trame de fond au roman est très travaillée. C'est une réelle immersion dans un Far West sans foi ni loi, à une époque où il était très difficile pour un immigrant de tirer son épingle du jeu. Ne serait-ce que pour découvrir ce pan de l'histoire américaine, le livre vaut le détour.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dadotiste 2016-02-29T18:15:17+01:00
Pas apprécié

J'ai pris ce roman en même temps que « Room » du même auteur, simplement parce que le titre me plaisait.

Si j'avais adoré le premier, ce ne fut vraiment pas le cas de celui-ci.

En effet, je m'attendais à un thriller ou au moins à une intrigue pleine de suspense. Quelle déception !

Arrivée seulement à la page 74 après deux nuits d'insomnie, j'avais vraiment envie d'appliquer le 3ème commandement de D. Pennac : « Le droit de ne pas finir un livre ». Je me suis accrochée durant deux semaines pour réussir à le terminer afin de ne pas passer à côté de quelque chose. Une chose est certaine, j'ai perdu mon temps. Il n'y a rien pour rattraper ce livre.

L'écriture tout d'abord n'a rien de transcendant. C'est banal. Pour ce qui est des personnages, je ne m'y suis pas attachée du tout.

Revenons maintenant à l'histoire en elle-même. On nous promet de la musique, un meurtre, des secrets et même des enfants perdus ?! Vous en verrez la couleur certes mais elle laisse un goût amer.

• Nous avons des paroles de comptines, en anglais. Au début, le lecteur tentera de reconnaître la mélodie. Mais non, en France, nous ne les connaissons pas. Au bout d'un moment, on finit par lire uniquement les traductions. Mais là aussi, comme cela ne fait écho à rien... Finalement, cela devient automatiquement des passages qu'il faudra sauter puisqu'ils qu'ils ne présentent aucun intérêt.

• Pour ce qui est de l'enquête, c'est loin d'être palpitant puisque le suspense n'existe pas. En effet, Blanche est persuadée de connaitre le meurtrier alors pourquoi le lecteur se poserait-il des questions ? Certes, il y a quelques retournements de situations mais uniquement sur deux lignes et sans réflexion aucune. Le lecteur subit mais ne participe pas. Idem pour l'héroïne d'ailleurs qui subit plus qu'elle ne cherche réellement à conduire le meurtrier de Jenny devant la justice.

• Même schéma pour les secrets. Ils tombent comme des cheveux sur la soupe, on ne connaissait pas leur existence avant leur révélation donc là encore, rien pour retenir l'attention du lecteur.

• Pour les enfants perdus, il n'y en a qu'un seul et là encore, on sait parfaitement qui le détient. Et curieusement, on ne le cherche pas vraiment non plus. On attend que cela se passe. C'est dommage d'ailleurs car c'est probablement la seule partie du roman qui présente un quelconque intérêt. P'tit est le seul personnage un temps soit peu intéressant ; surtout du point de vue psychologique. Malheureusement, on ne le voit pas beaucoup.

En conclusion, pour ce qui est du roman, c'est un pure catastrophe. Un ennui incommensurable ! Il n'y a rien pour le rattraper. Quoi que...

Une fois l'histoire bouclée, le lecteur pourra découvrir la « Postface » qui elle est très intéressante et explique le peu de profondeur de ce roman ! Mis à part deux personnages (qui ne sont pas importants), tous les protagonistes ont réellement existé. Le meurtre de Jenny, P'tit, la ferme à bébés, l'épidémie de variole... Tout cela provient de recherches historiques faites par Emma Donogue ! Avec des archives d'articles et de comptes rendus de procès, l'auteur a brodé pour créer un roman. Là, cela devient intéressant ! Malheureusement, cela ne fait le roman en lui-même. Toutefois, en sachant cela au début de l'histoire, le lecteur pourrait le lire différemment.

Une chose est certaine, c'est que c'est cela qu'aurait dû appuyer l'éditeur sur la quatrième de couverture (« Inspiré d'une histoire vraie ! »), plutôt que de faire référence à « Room » qui rien à voir avec cet ouvrage et par là, d'induire le potentiel lecteur en erreur.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Frog Music" est sorti 2017-11-15T00:00:00+01:00 en version poche
background Layer 1 15 Novembre

Dates de sortie

Frog Music

  • France : 2015-04-22 (Français)
  • France : 2017-11-15 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 8
Commentaires 3
Extraits 6
Evaluations 5
Note globale 5.8 / 10

Évaluations