Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
713 152
Membres
1 004 489

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Babel



Description ajoutée par PatateB4 2023-10-09T20:22:25+02:00

Résumé

Un acte de traduction est toujours un acte de trahison.

1828. Un jeune orphelin chinois est recueilli à Canton par un professeur et conduit à Londres. Rebaptisé Robin Swift, le jeune garçon consacre ses journées à l'étude des langues dans ľ'optique d'intégrer le prestigieux Institut royal de traduction de l'Université d'Oxford, plus connu sous le nom de Babel. Berceau de ľ'argentogravure, les étudiants y exploitent le sens perdu des mots à l'aide de barres d'argent enchantées.

Dès ses premiers jours à Oxford, Robin prend conscience que ces travaux confèrent à l'Empire britannique une puissance inégalée et servent sa soif de colonisation, au détriment des classes défavorisées de la société et de ses territoires. Servir Babel revient donc à trahir sa patrie dorigine.

Peut-il espérer changer Babel de l'intérieur ? Ou devra-t-il sacrifier ses rêves pour faire tomber cette institution ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 327 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par EmmaMaub 2022-10-06T20:00:34+02:00

The university ripped us from our homes and made us believe our futures could only consist of serving the Crown,' said Robin.

'The university tells us we are special, chosen, selected, when really we are severed from our motherlands and raised within spitting distance of a class we can never truly become a part of. The university turned us against our own and made us believe our only options were complicity or the streets. That was no favour, Sterling. It was cruelty. Don't ask me to love my master.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

J’ai lu ce livre en VO (car il n’est pas encore traduit). Je trouve le style de l’autrice incroyable et très beau. À noter que le niveau d’anglais est assez élevé, l’autrice ayant fait beaucoup de recherches pour adapter la langue aux variations du milieu universitaire d’Oxford du 19e siècle. D’ailleurs, je salue le travail titanesque de recherche qui a dû être effectué en amont.

Cette chronique n’est pas facile à écrire, car il y a tellement à dire. Je commence donc mon ressenti post-lecture : je tremble et je ne sais plus quoi faire de ma vie. Clairement, ce livre m’a choquée et secouée. Ce livre m’a tantôt émue, tantôt révoltée, et j’étais tellement plongée dans ma lecture que j’ai eu l’impression de vivre avec les personnages toutes leurs aventures, tous leurs malheurs et tous leurs bonheurs.

Babel, c’est parfois dur de par les sujets traités : le colonialisme, le racisme et la misogynie, principalement. En effet, on parle ici de jeunes enfants plus ou moins arrachés à leur pays natal pour en faire des traducteurs en Royaume-Uni, véritable empire colonial qui s’assied sur les droits des autres nations. Et donc servir ladite puissance, même quand ça revient à s’opposer à son pays natal.

Ici, on n’est pas toujours dans l’action pure et dure (on suit d’abord l’enfance puis les années d’études du protagoniste), mais le rythme s’accélère au fur et à mesure du livre.

Déformation professionnelle oblige, j’ai A-DO-RÉ les passages qui traitent de la traduction (le système de magie du livre se base justement sur la traduction), j’ai trouvé toutes les réflexions super intéressante. Certains trouveront peut-être ça long… Moi pas. D’ailleurs celui qui traduira ce lire en FR aura du boulot (prions pour qu’une certaine ME connue pour ses mauvaises trad ne s’en occupe pas…).

Pour moi, ce livre est un essentiel. Lisez-le, s’il vous plait.

Afficher en entier
Diamant

C’était vraiment important pour moi de lire ce livre en anglais, de pouvoir découvrir cette histoire dans sa version originale, ressentir la justesse des mots que l’autrice à voulu transmettre. Et bon sang quelle histoire… Rares sont les livres qui me transpercent autant, qui résonnent autant en moi, le récit si dur et si tragique de Robin ne m’a vraiment pas laissée indifférente.

RF Kuang a vraiment apporté de la consistance à son développement, on sent tout le travail, toutes les recherches qui ont été faites pour aboutir à ce résultat. Elle prend son temps pour nous parler des ravages qu’ont causés les empires coloniaux (à la fois économiques, matériels, et moraux) dénoncer la pensée qui en découle, la haine, le dédain et l’indifférence qui émane à la fois des civils et des hauts placés.

L’aspect fantastique ne prend pas beaucoup de place, mais le système de magie qui évolue à travers la traduction des mots est vraiment bien pensé et est super intéressant. Toutes les machinations qui sont créées pour préserver ce trésor national et avoir à disposition des étrangers capables d’utiliser l’Argent pour que l’Angleterre puisse s’enrichir… C’est à la fois machiavélique et terriblement bien construit.

J’ai particulièrement aimé la relation qu’entretient Robin avec ses trois autres camarades, ensemble ils forment un groupe de marginalisés qui essayent de vivre une vie à peu près normale dans une société qui leur répète sans cesse qu’ils n’ont pas leur place à l’Institut de Babel.

Ce livre est par moment très dur, parfois injuste mais pourtant si authentique et nécessaire, je pense qu’absolument tout le monde devrait le lire.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Siniriel 2024-04-09T11:57:20+02:00
Or

Si la première partie de Babel a été un véritable coup de cœurs, la seconde beaucoup moins. Je ne dirais pas avoir été déçue – loin de là, c'est assez logique finalement. Mais les failles dans les personnages, la volonté de faire trop, trop vite et surtout, l'envie de faire passer un message fort, ont quelque peu rendu l'expérience de lecture difficile sur la fin.

Plusieurs choses ont été reprochées à RF Kuang, mais je n'en pointerai qu'une du doigt, car c'est, personnellement, ce qui a fait pencher la balance en la défaveur du livre (bien que je lui ai donné une très bonne note !). L'histoire est extrêmement originale dans un univers réaliste et très intéressant. L'Angleterre du XIXᵉ siècle et l'Oxford du XIXᵉ siècle donnent déjà une ambiance très académique, studieuse et bonne époque assez satisfaisante. L'originalité du livre repose sur le principe de l'argentogravure et la traduction. Ne l'ayant pas encore vu ailleurs (bien qu'apparemment ce principe eut déjà existé dans un autre livre), j'ai tout de suite accroché. Là où le bât blesse, c'est au niveau des personnages. Sur la première partie, cela ne m'a pas tant choquée puisque j'étais totalement en train de train de découvrir l'univers, mais dans la deuxième partie, j'ai trouvé qu'ils manquaient de profondeur. Leurs actions et leurs dialogues étaient prévisibles, certains traits accentués consciemment pour amener l'histoire là où elle devait aller, mais pas de manière subtile, non. C'est dommage parce que le potentiel selon moi était énorme ! Mais je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer, page après page, ces petits problèmes quant aux personnages...

Ceci dit, rien à redire au niveau de l'écriture à part cela, si cela peut en rassurer certains ! Pour ma part, je trouve que si des personnages ne sont pas bien écrits, cela fait défaut à l'histoire même si cette dernière est géniale, d'autres voient plutôt la chose inverse : peu importe si les personnages manquent un peu de profondeur, du moment que le scénario est là pour les rattraper.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CrimsonMoon 2024-04-08T16:46:37+02:00
Diamant

Ce livre est une vraie bête !

Scindé en 5 livres (parties), l'auteure m'immerge dans la grisaille oxonienne. Avec pour fond historique, le colonialisme… Autant dire que de la cendre, j'en ai eu jusqu'au cou. L'Angleterre est à l'apogée de sa puissance, mais elle en veut toujours plus. Avec sa tour, Babel, aussi biblique qu'ivoire, elle contrôle le pays et la monde avec la magie des mots et de l'argent (le matériau). Les protagonistes sont issu des colonies, et intègrent Babel en tant qu'érudits. Des traducteurs en apparence, mais dont la vie appartient au gouvernement. Traduire pour faire briller l'Angleterre. Encore, davantage, l'Empire Britannique est telle une bête insatiable. Et lorsqu'elle tourne la gueule en direction de la Chine, le pays natal de Robin Swift, que se passe-t-il ?

L'écriture est vraiment belle, fluide, riche. En ouvrant ce livre, je ne m'attendais pas à apprendre autant de nouveau mots (les racines) que les élèves. L'auteure prend son temps pour installer un climat colonial avec un système où personne, pas même nos protagonistes, ni même moi, ne se rendent compte du problème. L'arrivée de Griffin, au contraire de me réveiller, a l'effet de me méfier et de me ranger du côté de Babel. Il me faut passer les années, grandir avec les personnages,(re)devenir adulte, pour qu'enfin je m'éveille. Et le déclic est si fort, si tonitruant, que le récit accélère, devient brutal, sans fioriture, ne s'attarde plus. Ça va si vite, que comme les personnages, je suis détruites en même temps. Spoiler(cliquez pour révéler)La mort du professeur Lovell est le départ. Puis les étudiants meurent petit à petit, plus Robin devient Griffin. C'est plutôt intéressant, car leur rencontre est décrite comme si les deux personnages se regardaient dans un miroir passé/futur..

En bref, une histoire poignante, essentielle à lire, qui rappelle les dégâts qu'on causées les empires tels que l'Angleterre ou la France.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AlwaysbeaPanda 2024-04-07T12:01:27+02:00
Or

Je crois que ce roman est un de ceux qui marque un lecteur à vie... Je ne saurais pas vraiment vous dire pourquoi... enfin si, je n'ai jamais lu quelque chose de semblable. Tout est tant criant de vérité et de douleur dans ce roman que j'en suis bouleversé du plus profond de mon être... Âmes sensibles s'abstenir, pour les autres, amoureux des mots, et des meaux, bon courage, et à bientôt, vous ne serez pas déçus...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ame-lit 2024-04-01T23:06:01+02:00
Bronze

Une lecture en demi teinte pour moi. Le concept est fascinant et le style d'écriture incroyable. Les recherches effectuée par l'autrice sont impressionnantes. Néanmoins la lecture est pour la grande partie de l'ouvrage dense et complexe, voir assez lente. On avance avec peine dans les 450 première pages bien que les jeux sur la langues soient impressionnants. Les 200 dernières pages quant à elles voient l'action se réveiller et s'enchainer parfois sans forcément savoir d'où cela sort. Robin change du tout au tout de personnalité et devient agaçant. La fin est ouverte et j'avoue que cela n'est pas ce que je préfère notamment dans un livre aussi lent. J'ai l'impression d'voir galéré pour par grand chose même si cette deuxième partie se lit plus facilement que la première. Bref, assurément pas un coup de coeur mais il mérite l'engouement qu'il suscite de part le travail mené. Je pense surtout que je ne suis pas le bon public, j'étais souvent perdue dans tous les jeux sur la langue et je n'avais pas toutes les références. Tout de même, chapeau pour cette ouvrage unique en son genre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alys_bookaddict 2024-03-29T16:29:41+01:00
Pas apprécié

J'ai choisi ce livre en me basant sur sa couverture et son résumé, qui m'ont intrigué. Cependant, ma lecture a été décevante, et j'ai fini par survoler les pages et abandonner, ce qui est rare pour moi. 

Bien que le début soit prometteur avec des éléments intéressants comme le personnage de Robin, l'école de Babel et la fabrication des barres d'argent, je me suis rapidement ennuyé. Les longues discussions et les passages à l'école étaient trop longs et laborieux. Seul le côté magique des barres d'argent a retenu mon attention, mais il était trop peu développé. Les thèmes d'acceptation, de différence, de sexisme et de racisme étaient intéressants, mais leur traitement était trop radical à mon goût. La dichotomie entre les méchants et les gentils m'a également dérangée.

C'est dommage, l'intrigue m'intéressait, mais dès la moitié du livre, j'ai commencé à sauter les passages sans action, et j'ai finalement abandonné avant la fin. Peut-être que je le relirai plus tard, mais pour l'instant, je ne suis pas convaincu. Ce roman va être adapté et je pense qu'un film ou une série m'intéressera davantage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lepicentrecult 2024-03-27T08:23:43+01:00
Diamant

Une masterclass, un chef d'oeuvre une fois de plus signé KF KUANG. Je ne comprends absolument pas les avis négatifs des francophones. Alors c'est sur que si vous cherchez de la fantasy faut pas prendre cette autrice. La fantasy est très très très légère. Mais il y a tellement plus à découvrir avec sa plume.

Sur les 767 pages nous découvrons un univers, entre Histoire et histoire de vie, entre Impérialisme et Savoir, entre Colonialisme et Anti-colonialisme.

Je n'arriverais pas a écrire une bonne chronique tellement les mots me dépasse. La traduction c'est de voir d'une certaines manière le monde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par leslecturesdaurelalala 2024-03-23T17:55:29+01:00
Or

Parler de cette histoire est complexe tant l’univers y est riche. Je comprends qu’elle plaise mais aussi qu’elle puisse laisser un arrière-goût de pas assez en dépit de la petite brique qu’elle est.

Le roman est découpé en cinq livres. J’ai trouvé le premier long. Il relate la manière dont Robin a été recruté par Babel. Bien que nécessaire pour rendre crédible toute l’aventure du personnage, cette construction a rendu mon immersion plus longue.

Ce roman parle de racisme, de colonialisme et par extension de politique mais aussi du pouvoir des mots. Pour dépeindre ces thèmes, Babel, la tour spécialisée en traduction, est le théâtre d’une révolte silencieuse sur le point d’exploser.

Au travers de Robin, mais aussi de ses compagnons, nous ne pouvons qu’être indignés par la perte identitaire et forcée qu’ils subissent. Avec l’illusion d’un monde meilleur et d’un travail de nécessité publique, Robin pense avoir fait le bon choix. Que doit-il à son mentor et jusqu’où doit-il aller au nom de cet acte de bonté qu’est son « sauvetage » ? S’il n’est plus vraiment de Canton, est-il seulement Anglais ? Au sein même de l’université d’oxford, Robin n’a pas d’autre choix que d’admettre les failles du recrutement de traducteurs étrangers.

L’argentogravure est fascinante. Son pouvoir incroyable pousse Robin à avancer dans son cursus mais une rencontre bouleverse le chemin tout tracé qu’il pensait suivre.

J’ai été plusieurs fois étonnée par les péripéties. Certains événements sont sombres et cruels, à l’image des thèmes abordés.

Cependant, je reste sur ma faim. J’aurais davantage apprécié une conclusion plus détaillée.

En bref, ce roman est à découvrir si les thèmes qu’il traite vous tentent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benitha-1307 2024-03-21T04:41:00+01:00
Diamant

Le monde entier mérite de lire ce livre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par meghane_fr 2024-03-19T22:41:01+01:00
Or

J'ai mis du temps à le lire, mais c'était tellement intéressant comme lecture ! J'aime vraiment les langues donc pour le coup c'était un régal. Les sujets abordés sont vraiment puissants !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2024-03-19T16:28:17+01:00
Or

Voilà un livre qui a, au-delà de quelques défauts formels, l'immense mérite d'exister !

Au centre de l'œuvre, il y a l'idée magnifique de tout baser sur la notion de traduction. La magie, déjà, et ça fonctionne merveilleusement bien. N'est-il en effet pas magique de constater que tout concept ne s'interprète pas de la même manière selon la langue dans laquelle il est formulé ? Une véritable évidence. Et puis, la tolérance et la différence. Accepter que quelqu'un pense différemment parce qu'il s'exprime autrement, c'est le début de la tolérance. Et tout le travail de dénonciation des extrémismes qu'effectue Kuang passe par ce biais. Le boulot de recherche historique et d'immersion est également remarquable. Les nombreux exemples de mots traduits pèseront certainement à certains, mais pour peu qu'on aime jouer avec le langage, les anecdotes sont passionnantes.

Alors oui, pour ce qui est de l'intrigue c'est un petit peu moins réussi. C'est souvent simpliste, beaucoup de situations sont parfaitement invraisemblables. Les personnages sont assez caricaturaux (il eut été plus intéressant de les rendre moins manichéen. Quelques intrigues sentimentales torturées n'auraient pas non plus été de trop.) Mais l'on est malgré tout emporté par la description bien documentée de cet empire omnipotent et tellement bouffi de prétention. En espérant que son succès contribue à rendre les êtres humains plus attentifs et plus tolérants envers leurs semblables.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Babel" est sorti 2023-11-09T03:29:51+01:00
background Layer 1 09 Novembre

Dates de sortie

Babel

  • France : 2023-11-09 (Français)
  • Canada : 2024-01-26 (Français)
  • USA : 2022-09-01 (English)

Activité récente

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 327
Commentaires 57
extraits 29
Evaluations 121
Note globale 8.48 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode