Livres
568 153
Membres
623 089

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sorcières : La puissance invaincue des femmes



Description ajoutée par spade 2018-09-16T12:11:54+02:00

Résumé

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?

Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.

Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Afficher en entier

Classement en biblio - 438 lecteurs

extrait

Si vous êtes une femme et que vous osez regarder à l’intérieur de vous-même, alors vous êtes une sorcière.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par lylou729 2020-02-09T10:27:57+01:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Un excellent livre de Mona Chollet. J'ai appris quelques faits que j'ignorais sur les sorcières. Pour le reste de son argumentation, elle est étayée de références et d'exemples qui résonnent avec mon expérience (et, je pense, celle de nombreuses femmes). Une lecture très agréable, à mettre dans toutes les mains (notamment celles des hommes).

Afficher en entier
Bronze

Alors je commencerais ma critique tout d'abord en expliquant que ce livre est davatange un essai féministe plutôt qu'un livre sur les sorcières, qui nous raconte l'histoire des sorcières, des chasses aux sorcières, et en faisant quelques parallèles avec le traitement des femmes à l'heure actuelle. C'est plutôt un livre sur le féminisme, le traitement des femmes à l'heure actuelle, le conditionnement des femmes par le patriarcat, et par moment l'autrice agrémente ses chapitres d'un peu d'histoire en parlant des sorcières. Il n'y a que dans l'introduction où les sorcières sont vraiment le sujet principal, pour le reste on en parle très peu. J'ai vraiment l'impression que le titre avec écrit en gros "Sorcières", n'est là que pour faire vendre ... Mais l'autrice a cité plusieurs oeuvres qui m'ont l'air très intéressantes et qui semblent, elles, davantage axées sur les sorcières, avec un petit fond de féminisme.

Mon avis quant à ce livre est assez mitigé. D'un côté j'ai beaucoup aimé certains thèmes abordés : les femmes face à la médecine, les femmes et la nature, les femmes discriminées par rapport aux hommes, les règles patriarcales imposées aux femmes, le contrôle des femmes par rapport à leurs corps et à leurs esprits, etc. A ce titre, j'ai trouvé que le livre reprenait assez bien certains points que j'entends actuellement dans la sphère féministe avec une volonté de réappropriation de nos corps, de nos vies, de nos pensées, etc.

Néanmoins, j'ai parfois trouvé que certains thèmes étaient abordés de manière maladroite. Tout d'abord, j'ai eu beaucoup de mal avec l'écriture de cette autrice. D'ailleurs, plusieurs fois je n'étais pas sûre de comprendre quel était le véritable sens d'une phrase (je me souviens d'une phrase où je me disais qu'il y avait deux sens possibles (celle relative aux "intellos" et les domaines dits "pratiques" : l'un était passable même si je déteste quand des auteurs font des généralisations sans fondement, et l'autre était d'un mépris absolu pour ceux qu'on appelle "intellos" (d'ailleurs je déteste les auteurs qui utilisent ce qualificatif à tort et à travers alors qu'au final cela sonne plus comme une insulte pour ceux qui sont qualifiés ainsi (si on réussit c'est pas parce qu'on est des intellectuels ou intelligents ou quoi qu'est-ce, cela n'a rien à voir par ailleurs l'intelligence et la réussite scolaire, si on réussit c'est parce qu'on s'en donne les moyens, on fait des sacrifices, ou sinon on a peut-être plus de facilités dans certaines matières)) ; j'ai choisi de comprendre cette phrase selon le premier sens mais c'était assez maladroit). D'ailleurs, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de phrases difficiles à lire, j'ai même dû m'y reprendre plusieurs fois, tout simplement parce qu'elles étaient trop longues et sans ponctuation adéquate. Par ailleurs, je n'ai pas aimé la construction que l'autrice a faite au sein de ses chapitres. Par exemple, le fait qu'elle parle d'un thème précis (ex : les cheveux blancs), elle l'aborde dans un premier sous-chapitre brièvement, elle en reparle un peu plus loin de manière minime encore, elle y consacre encore un sous-chapitre entier, puis elle réaborde ce thème dans un autre sous-chapitre qui pourtant n'avait rien à voir avec ce thème à la base. Son raisonnement donne l'impression d'être totalement déconstruit. A quoi bon avoir mis des sous-chapitres si au final ils sont de simples fourtouts. En outre, son argumentation parfois me laissait dubitative. Quelques fois elle affirmait certains faits sans démonstration, ou sans référence, et donc baser son développement sur ces données le biaise obligatoirement. D'autres fois, elle utilise son expérience personnelle pour en tirer une vérité générale et absolue (je pense directement au passage lié à la scolarité, et le fait que l'autrice n'était pas douée en mathématique, géographie, etc. et semble tirer de là une vérité générale), sauf que c'est une donnée purement subjective, ce qui arrive à un individu ne vaut pas forcément pour tous les individus. Même si son propos était correct, qu'il y a une forme d'orientation des filles vers certaines matières plutôt que d'autres, l'utilisation de son exemple personnel pour démontrer cela ne vaut rien. Enfin, je trouve également qu'elle ne va pas assez loin dans son argumentation, et que bien souvent elle a des oeillères et refuse d'aborder certains points car ils pourraient peut-être remettre en question son raisonnement. Souvent elle expose un fait, en déduit ceci, critique cela, et montre qu'elle serait la bonne marche à suivre. Mais elle ne prend pas en compte dans son raisonnement d'autres éléments qui pourrait invalider sa thèse (ou la renforcer si elle arrive à démontrer que ces deux éléments sont différents). J'ai remarqué cela d'autant plus durant le sous-chapitre des cheveux blancs. Elle explique que les femmes se teignent les cheveux, cachent leurs cheveux blancs, c'est presque une obligation pour elles, etc. alors que les hommes assument leurs cheveux blancs et pour les autres qui n'assument pas ils se teignent les cheveux mais ne le disent pas car c'est moins accepté pour un homme. Rien que là j'ai trouvé la démonstration bancale, mais surtout j'espérais que l'autrice parle à un moment donné de la calvitie car je trouvais que les cheveux blancs des femmes et la calvitie chez les hommes avaient des similitudes par rapport à leur traitement.

Dernier élément qui fait que ma lecture a été très mitigée c'est que l'autrice avait tendance à se contredire elle-même. Un des exemples qui m'a le plus déçue c'était durant le chapitre sur le non-désir d'avoir un enfant. Au début j'étais totalement d'accord avec l'autrice, chacun son choix de vouloir ou non faire un enfant, on a pas à culpabiliser l'un ou l'autre camp, chacun sa vie, chacun son corps. Si l'autrice prônait cet état d'esprit au début du chapitre, elle a à plusieurs moments de manière maladroite cherché à défendre les femmes qui ne veulent pas d'enfant en exposant des arguments culpabilisant les femmes qui en veulent. Et là c'est le comble, elle se plaint que la société l'a culpabilisée car elle ne veut pas d'enfant, mais elle-même fait la même chose pour celles qui en veulent. Personnellement je ne sais pas si je veux des enfants, je préfère vivre d'abord avant de me poser la question, donc mon opinion n'est pas biaisée car au final je ne suis dans aucun camp. Le propos qui m'a le plus choquée venant de cette autrice est celui selon lequel devenir parent aujourd'hui c'est un acte terrible et égoïste car on met au monde un enfant et on le balance dans un monde pourri par la pollution, la surpopulation, le racisme, etc. Donc celles qui veulent des enfants seraient horribles et égoïstes ... Si l'argument en tant que tel se tient, car il est vrai que le monde dans lequel nous vivons part à la dérive, la manière dont il est présenté ne va absolument pas. Par ailleurs, elle explique juste avant qu'elle ne pourrait pas avoir d'enfant car elle est un pur produit de la surconsommation et ne pourrait pas apprendre à ses enfants les bons gestes, et donc elle leur apprendrait juste à rajouter de la pourriture sur le monde. Sauf qu'on peut imaginer des parents qui connaissent les bons gestes, qui les appliquent, et qui pourraient aider leurs enfants à faire de ce monde un monde meilleur. Là encore elle utilise son cas comme une généralité ...

Même si l'argumentation au sein de ce livre laisse à désirer, je le recommande car il y a des thèmes qui valent d'être lus.

Afficher en entier
Diamant

Un livre que tout le monde devrait lire. Libérateur pour les femmes, il nous en apprend tellement sur les injonctions qui pèsent sur elles. Il nous pousse à la réflexion et à repenser notre vie et nos croyances. Il ouvre le regard sur le traitement des sorcières d’hier et d’aujourd’hui.

Afficher en entier
Bronze

Un livre très intéressant, très riche, qui permet d'ouvrir l'esprit et les yeux sur une société trop genrée/misogyne. Même si certaines petites choses m'ont semblé un peu tirées par les cheveux, la réflexion, les prises de conscience de l'auteure sont vraiment très intéressantes, et, surtout, très documentées.

Bref, je conseille.

Afficher en entier
Or

Un livre extrêmement intéressant. Mona Chollet développe de nombreux sujets tels que la représentation des femmes âgées dans notre société actuelle, le pourquoi du comment concernant la volonté de certaines femmes de ne pas vouloir d’enfants, la violence et la misogynie de la médecine (et plus particulièrement de la gynécologie/obstétrique) vis-à-vis des femmes… Bref, un ouvrage qui ouvre les yeux !

Afficher en entier
Diamant

Une oeuvre criante de vérité, qui exprime ce que beaucoup peuvent penser tout bas.

Afficher en entier
Or

Juste wow. Les sorcières sont un point de départ d'une argumentation solide, bien plus que dans beauté fatale de la même autrice.

Mona Chollet y est brillante, son analyse est très convaincante, elle met les mots justes sur ces propos.

A LIRE.

Afficher en entier
Or

Sans surprise, j'ai adoré ma lecture : Mona Chollet rend son propos hyper compréhensible et je trouve ses livres particulièrement abordables et faciles à lire en plus de s attaquer à des sujets vraiment tabous.

Si je suis rentrée doucement dans ma lecture avec le prologue et le premier chapitre, ce sont les chapitres 2 (non maternité) et 3 (vieillesse) qui ont le plus retenu mon attention.

Si, on peut avoir cette impression qu'elle diabolise les hommes, ce n'est pas mon ressenti. Il s'avère qu'effectivement, elle cite beaucoup d'hommes qui ont fait du tort. Elle aurait pu contrebalancer en évoquant plus de femmes : la réalité fait qu'il y a aussi plus d'hommes dans cette catégorie, parce que durant de nombreux siècles, c'est eux qui ont majoritairement eu le pouvoir et on réduit les femmes au statut de plante d apparat, négligeant les compétences de certaines et les faisant passer pour des sorcières.

J'ai été très contente de lire ce livre, d apprendre autant de choses notamment sur l historique (les femmes gynécologues catégorisées de sorcières par exemple) mais aussi de mettre en lumière des choses dont j avais peu conscience (surtout le chap. 3).

Concernant la partie médecine, bien que je sois d'accord avec ses propos, j'ai eu la chance dans mon parcours de santé de ne presque pas avoir été face à ce type de situation. Mais la violence médicale existe. Et ce n est pas parce que vous n êtes pas confronté à quelque chose que c est faux.

Une lecture riche que je conseille !

Afficher en entier
Or

En une introduction et quatre parties, Mona Chollet fait un panorama exhaustif des différents domaine dans lesquels la gente masculine a imposé sa loi avec plus ou moins de brutalité. L'autrice démontre aussi l'étendue des mécanismes souvent très insidieux et entretenus parfois par les deux genres pour maintenir sa domination. Si l'introduction est un peu pesante parce qu'elle fait l'état d'une situation que je pensais déjà connaître, le cœur de l'ouvrage est extrêmement instructif et en fait très facile d'abord. Si l'on ne résoudra pas les inégalités femmes-homme en un seul livre, nul doute que celui-ci y contribuera cependant.

Afficher en entier
Or

Chronique à retrouver en intégralité sur mon blog :

https://deslivresetmaude.wordpress.com/2021/04/22/sorcieres-la-puissance-invaincue-des-femmes/

Ce livre m’a été offert à noël par mon petit frère.

J’ai d’abord vu la première partie du titre : Sorcières, et me suis demandée comment je devais le prendre!, oui je suis un poil susceptible! Puis j’ai vu la seconde partie du titre : La puissance invaincue des femmes, ça m’a interpellé et donné envie d’en savoir plus. Je suis donc passée au résumé, à cheval sur la couverture face et dos, original!, résumé qui m’a donné envie de pousser plus loin en allant voir la table des matières qui m’a définitivement décidé à lire ce livre. Démarche plutôt classique, mais qui montrait déjà mon intérêt grandissant pour ce livre.

Il ne s’agit pas ici d’expliquer la trame d’une histoire, son intérêt ou son rythme. Il n’est pas non plus question de résumer les idées que l’auteure, Mona Chollet, développe sur un livre entier. En revanche je peux vous parler de la structure du livre, simple mais efficace, une introduction puis quatre parties développées chacune sur un thème. J’ai trouvé l’introduction vraiment intéressante, et ça, ça m’arrive rarement. En général, je trouve les introductions très longues, sans véritable intérêt, très « académique », les auteurs ne font qu’y présenter longuement les différentes parties et points qu’ils vont développer. Il m’arrive même de passer directement à la suite, et en général ce n’est pas très bon signe.

Ici l’introduction expose la théorie de l’auteure selon laquelle il existe un lien, de la persécution des femmes à la Renaissance, à la misogynie toujours présente et actuelle. Rien qu’avec l’intro, j’ai appris des choses. Par exemple, je ne mettais jamais vraiment intéressée au sujet de la chasse aux sorcières qui m’évoquait juste les États-Unis d’Amérique et les sorcières de Salem. Mais il y a bien eu des chasses aux sorcières en Europe, en France! J’ai vraiment envie d’aller plus loin sur ce sujet que je vais creuser. Après cette lecture, on se rend compte que rien que le terme : sorcière, n’est finalement pas si simple à définir, et varie selon les époques et jusqu’à aujourd’hui, et j’en suis sûre évoluera encore.

J’ai également aimé le développement des différentes parties de ce livre. Souvent dans les essais on trouve un titre de partie, puis des sous-parties avec sous-titres, puis des titres pour chaque idée développée, voire parfois avec une introduction pour chaque sous sous chapitres et conclusion. Bon ok, c’est certainement la façon de faire à l’université, pour un mémoire, une étude…., mais à un moment il faut quand même se rendre compte que les essais ne sont pas uniquement lus par un aréopage de doctorants, spécialistes, etc…

Ici nous avons quatre parties et pas de sous-parties, il y a des sous-titres pour chaque idée développée et c’est bien suffisant, beaucoup plus fluide.

L’auteure, Mona Chollet, est lisible, j’entends par là qu’elle n’utilise pas à tout bout de champ un vocabulaire inaccessible qui nous couperait dans notre lecture toutes les cinq minutes pour aller chercher les définitions. Ce ne sont pas des petits détails pour moi, et je pense que cela a contribué au succès du livre, en plus du thème bien sûr. D’autant plus qu’un essai ne se dévore pas comme un roman, mais se lit plutôt à petites doses, cette structure assez simple m’a permis de reprendre facilement ma lecture à chaque fois, je savais dans quel chapitre/thème j’étais!

Nous avons donc une structure simple et efficace pour appuyer un contenu tout à fait abordable. Le point de départ, les persécutions des femmes à la Renaissance, sert de lien de cause à effet pour développer les quatre thématiques abordées ensuite. L’autonomie et l’indépendance des femmes. Le désir ou non de maternité. La vieillesse, j’avoue avoir eu un peu peur avant de lire celle-ci, mais elle très bien traitée. Enfin, la dernière partie, la nature, abordée sous divers angles comme par exemple le médical. Certains passages sont troublants, choquants, révoltants…

Il est aussi question d’une thématique générale dans cet ouvrage : le féminisme. C’est ma première lecture sur ce thème. Je ne suis évidemment pas contre, mais je ne m’étais jamais vraiment penchée plus que ça sur la condition féminine parce que je n’ai pas l’impression d’être impactée par ces conséquences mais aussi parce que je suis une passionnée, je sais que si je m’attache à un « problème » je serais capable d’aller très loin et je ne suis pas pour les extrêmes quels qu’ils soient. Bien sûr il m’arrive souvent de râler et d’exprimer ma non compréhension d’une situation mais s’en m’engager.

C’était vraiment intéressant d’avoir ce point vu de l’auteure de cette origine fort vraisemblable. D’une manière générale, je pense que la féminisation globale apporte beaucoup aux évolutions positives de notre société. Je vais m’intéresser beaucoup plus au sujet. Il est possible de dialoguer, échanger, voire prendre position sans forcément aller manifester!

J’ai découvert l’auteure, Mona Chollet avec ce livre que j’ai apprécié, pour le thème et son accessibilité, je vais m’intéresser à ses autres publications. Ce livre ne parle pas tant des sorcières, d’où mon envie de creuser un peu plus à ce sujet. Le lien entre persécution passée, persécution actuelle, misogynie et féminisme, m’interpelle. Là aussi j’ai envie d’aller plus loin.

Qu’on adhère ou pas à la pensée de l’auteure, son développement est très intéressant, très bien documenté. Je recommande cette lecture aux hommes comme aux femmes.

Afficher en entier

Date de sortie

Sorcières : La puissance invaincue des femmes

  • France : 2018-09-13 (Français)

Activité récente

Eli_Za l'ajoute dans sa biblio or
2021-10-09T13:05:38+02:00
Mayoune l'ajoute dans sa biblio or
2021-09-20T13:01:21+02:00

Évaluations

On en parle ici

Les chiffres

lecteurs 438
Commentaires 55
extraits 29
Evaluations 148
Note globale 8.44 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode