Livres
363 947
Comms
1 254 363
Membres
239 232

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Chère Laurette, tome 3 : Le retour

4 notes | 4 commentaires | 1 extrait
Description ajoutée par spunkjoker 2009-12-05T17:13:39+01:00

Résumé

En 1956, le Québec se rend aux urnes pour réélire Duplessis à la tête de la province et, un an après l’émeute Richard, le Canadien se rend en finale de la coupe Stanley. Voilà déjà trois ans que Gérard est entré au sanatorium et que la famille Morin se démène pour payer ses comptes. Par fierté, Laurette a toujours refusé l’argent que sa parenté lui offrait, préférant travailler de longues heures à la biscuiterie Viau pour subvenir aux besoins de sa famille. Naturellement, tous les enfants se serrent les coudes… enfin, presque tous.

Jean-Louis, qui a toujours été le préféré de sa mère, passe de plus en plus de temps avec son ami Jacques Cormier. Du jour au lendemain, il quitte l’appartement familial. Richard, pour sa part, avec son « coq » de Brylcream et un peu d’Old Spice, cherche désespérément à attirer l’attention des filles. Quant à Denise, elle a le cœur en peine depuis que son beau banquier l’a laissée sous prétexte que son père est tuberculeux.

Afficher en entier

Classement en biblio - 60 lecteurs

Or
23 lecteurs
PAL
13 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par MaRie2Go 2015-01-03T17:13:12+01:00

Chapitre 1

Trois ans déjà

— Aïe! Ça va faire! s’écria Laurette Morin, rouge de colère, en se tournant tout d’une pièce vers l’homme vêtu d’un sarrau blanc qui venait de passer derrière elle.

Le contremaître, apparemment sourd au cri indigné de la grosse femme, poursuivit son inspection sans se presser. Quelques pas plus loin, il s’arrêta, le temps de lancer un coup d’œil à la grande horloge fixée à l’un des piliers de la vaste salle de mise en boîte de la biscuiterie Viau. Il compara l’heure indiquée à celle de la montre de gousset qu’il venait de tirer de l’une de ses poches.

Maxime Gendron resta planté un bon moment au milieu de l’allée, jetant un regard impérieux autour de lui. Il régnait en monarque absolu sur son petit monde de femmes.

Dans le cliquetis assourdissant des machines, une trentaine d’employées à la tête recouverte d’une résille procédaient à la mise en boîte des biscuits Whippet, la fierté de la biscuiterie Viau. Certaines, assises sur un tabouret, vérifiaient la qualité du recouvrement du chocolat tandis que d’autres, debout, surveillaient l’emballage des boîtes rouge et blanc.

Au bout de la chaîne de production, Laurette Morin disposait les boîtes fraîchement recouvertes de cellophane dans une grande boîte cartonnée placée à ses pieds. Après avoir adressé un dernier regard meurtrier au petit homme bedonnant à demi chauve qui lui avait pincé les fesses au passage, la mère de famille de quarante-trois ans reprit son travail, la rage au cœur.

Une sonnerie retentit dans la salle.

— C’est l’heure! cria Gendron.

Immédiatement, la moitié des employées se retira de la chaîne et se dirigea d’un pas pressé vers le local appelé par dérision « salon des employés ». En fait, il ne s’agissait que d’une grande pièce assez mal éclairée encombrée de longues tables et de casiers métalliques dans lesquels on rangeait ses effets personnels.

À l’entrée de Laurette et de ses collègues, une trentaine d’ouvrières avaient déjà pris d’assaut les tables et s’occupaient à déballer leur repas du midi. Le niveau sonore de l’endroit était déjà élevé et l’on s’interpellait joyeusement d’une table à l’autre. Laurette prit dans son casier le sac brun dans lequel elle avait déposé les deux sandwichs au Paris-Pâté de son repas du midi et alla s’asseoir à sa place habituelle, au bout de la dernière table. Elle fut immédiatement rejointe par ses amies Dorothée Paquette et Lucienne Dubeau.

— L’enfant de chienne, il me fera pas ça une autre fois! leur dit-elle, les dents serrées.

— Bon. Qu’est-ce que t’as encore? lui demanda Lucienne, la plus ancienne employée du département, habituée à ses éclats de voix.

— Il y a que l’écœurant de Gendron m’a encore pincé les fesses! explosa Laurette, rouge d’indignation. Il y a tout de même des limites! Il me prend pour qui? Je suis une femme mariée, moi!

— Voyons, Laurette! C’est pas la fin du monde! Il fait ça à toutes les filles, la raisonna son amie. Elles en font pas toute une maladie pour ça.

— Peut-être, mais moi, j’endurerai pas ça plus longtemps. Si le printemps le travaille, le gros vicieux, je vais lui régler son problème. La prochaine fois qu’il me touche, je l’étampe sur le mur. Sa femme le reconnaîtra même plus après ça.

— À ta place, je ferais pas ça, lui conseilla Dorothée Lafontaine, une jolie petite femme effacée et nerveuse. Gendron a l’air de rien, mais il est pesant.

— C’est vrai, renchérit Lucienne. Ça fait trois ans que tu travailles avec nous autres. Tu devrais savoir que quand il se met sur le dos d’une fille, il la lâche pas tant qu’il est pas arrivé à la faire mettre dehors.

— Fais-en pas un drame, lui recommanda Dorothée. Contente-toi de lui donner une claque sur la main, il va comprendre.

— C’est sur la gueule que j’ai envie de lui mettre ma main, conclut Laurette.

— Je te comprends, fit son amie Lucienne, mais pense à ta job. À notre âge, c’est pas facile pantoute de s’en trouver une autre. Chez Viau, on est ben traitées et le salaire est pas mal.

Afficher en entier

Commentaires récents

Ajouter votre commentaire

Commentaire ajouté par MaRie2Go 2015-01-03T17:17:34+01:00
Or

Une belle fenêtre sur le Québec du milieu du XXe siècle où les relations de la famille est mis en avant plan. Un livre écrit avec des dialogues riches et des personnages attachants.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bidule2 2014-12-27T21:01:38+01:00
Diamant

Roman historique dès années 1950 se déroulant au Québec. Je le recommande fortement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coucougi 2012-12-26T16:45:53+01:00
Or

Il ne s'est pas passé grand chose dans ce tome et dans la vie de Laurette mais j'ai eu tout de même beaucoup de plaisir à lire ce livre. La vie de famille se poursuit avec ses préoccupations quotidiennes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BLISS-5000 2012-01-01T18:54:52+01:00
Or

C'est toujours avec autant de plaisir que j'aivpoursuivi la lecture de la vie de Laurette,obligee de se trouver un emploi a cause de l'hospitalisation de son mari,elle se debat avec les problemes de tous les jours. Un beau recit qui nous fait connaitre aussi la vie durant les annees,50/60

Afficher en entier

Date de sortie

  • France : 2010-12-22 (Français)

Activité récente

Francou l'ajoute dans sa biblio or
2016-05-25T00:31:13+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 60
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 4
Note globale 9.5 / 10

Évaluations