Livres
477 318
Membres
457 708

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Peste



Description ajoutée par juliesuitsonfil 2014-04-23T14:49:30+02:00

Résumé

Dans les années 1940, une épidémie de peste s'abat sur la ville d'Oran. Jour après jour, le lecteur suit l'apparition et l'extension de la maladie. Il découvre les réactions de chacun des personnages face aux souffrances et à la mort : certains fuient, d'autres restent pour lutter. À travers ce grand roman, Albert Camus rend hommage à ceux qui affrontent la vie avec modestie et honnêteté, et nous invite à réfléchir sur les valeurs de solidarité et d'engagement

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 677 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-19T20:01:21+01:00

Écoutant, en effet, les cris d'allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait que cette foule en joie ignorait, et qu'on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu'il peut rester pendant des dizaines d'années endormi dans les meubles et le linge, qu'il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Ce livre est génial. certes, le lecture demande un peu plus de temps mais on est pas dans la bibliothèque rose non plus. Il faut prendre son temps pour le lire, faire des pauses si nécessaire mais le roman vaut le coup. Déjà, on entre assez bien dans l'histoire, et s'il n'a pas beaucoup d'actions (réponse au commentaire de zebi) c'est justement pour se rendre compte de la vie qu'avait les habitants d'Oran à ce moment. La lassitude pour la vie et en même temps l'espoir de ganger contre la maladie.

Personnellement, j'ai voyagé la-bas à la lecture et le style est très plaisant. On immagine chaque scène avec précision, on ressent les émotions des personnages (ce qui n'est toujours le cas dans certains "classiques")

Mes passages préférés sont les passages de médecine, la description de la maladie et aussi le roman de Grand, qui passe des heures et des heures à paufiner la première phrase de son roman. Ces passages sont très beaux et résument la situations : l'horreur de la maladie, la désolation et le désespoir qu'elle cause.

Afficher en entier
Lu aussi

Un beau roman lu à l'adolescence, il y a un temps certain mais dont je garde un souvenir de densité, un style beau et brut, presque râpeux, pour décrire la mort, la désolation d'une épidémie dans une ville du sud.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par girasolgirasol 2019-11-18T03:02:34+01:00
Or

Un livre et une histoire simple mais à la fois complexe.

Je suis très heureuse d'avoir lu ce livre et découvert les quelques habitants de la ville d'Oran

Afficher en entier
Commentaire ajouté par autodidacte 2019-11-17T16:40:46+01:00
Diamant

Pourquoi relire La Peste tant d'années après une première lecture ?

Je pourrais dire simplement que c'est parce que j'ai grandi depuis. Que cette lecture qui avait été prescrite à l'époque s'est imposée d'elle-même aujourd'hui. L'auteur qui rebutait autrefois par l'austérité de sa pensée me serait devenu fréquentable. Rien d'affriolant en effet, en ce naguère de première lecture, dans les lignes du prix Nobel pour un esprit juvénile qui ne rêvait que de frivolités. La complexion de l'adolescence est porteuse de tellement d'utopies, de fantasmes qu'elle verse à contre cœur aux questions existentielles. Privilège de la jeunesse, Dieu merci!

Mais le voilà donc qui sort du bois celui-là, au travers de cette expression de l'inconscient populaire. Inconscient il faut vraiment l'être pour le remercier. Camus s'en garde bien, lui qui n'a de cesse de lui reprocher son silence, l'état de perplexité dans lequel il nous abandonne, au point de rejoindre Nietzche lorsqu'il annonce que Dieu est mort.

J'ai donc relu La Peste. Edition Folio, acquisition 1973 ticket de caisse faisant foi, abandonné en marque-page. Entre des pages désormais jaunies. Des pages au grammage lourd, on avait cure des forêts en ce temps-là où l'on n'avait pas encore pris la mesure du trou dans la couche d'ozone.

Depuis cette date, encore lisible sur le ticket de caisse, j'ai eu l'occasion de faire plus ample connaissance avec l'homme révolté au travers de ses autres oeuvres, dont celle éponyme. J'ai acquis désormais la certitude de bénéficier à propos de cet ouvrage d'un éclairage que ne m'avait pas autorisé mes dissipations adolescentes.

Qui a dit qu'on ne relisait jamais le même livre sous la même couverture ? Cette nouvelle lecture m'a donc autorisé un regard neuf sur l'oeuvre. Elle m'a permis de dénicher le philosophe derrière le romancier. De décoder les travers et les tourments dont il s'inspire pour crier sa révolte. Quand il a pris la plume pour écrire cet ouvrage, il sortait tout juste de cette peste affublée d'un qualificatif de couleur sombre, qui pour le coup exonère le divin de toute responsabilité quant à son origine : la peste brune. Une peste d'origine bien humaine celle-là. Comme s'il ne suffisait pas des fléaux naturels pour précipiter l'homme vers son échéance ultime. Les analogies se dévoilent alors. Dans cet huis-clos à l'échelle d'une ville, on identifie toutes les postures de l'homme assiégé par l'adversité: la peur, l'individualisme, la lâcheté, la révolte, la superstition, mais aussi le courage et l'abnégation, plus rares. Les résistants de la première heure et ceux qui rejoignent le camp des vainqueurs sur le tard.

Celle nouvelle lecture m'a aussi fait donner de l'importance au plaidoyer de son auteur contre la peine de mort. Lorsque Tarrou découvre la raison pour laquelle son père, avocat général à la cour d'assise, part certains jours avant l'aube pour se rendre à son travail. Les jours où tombe le couperet.

Plus anecdotiquement, elle m'a fait relever à la page 60 de cette même édition, l'allusion faite à cet autre roman de Camus lorsque les cancans diffuse les faits divers et évoque l'assassinat d'un arabe sur une plage.

La Peste est la chronique froide d'un observateur dont on apprend en épilogue les qualités et rapports aux faits relatés. C'est un examen clinique de l'âme humaine en butte à l'incompréhensible de sa condition. Crédos de l'humaniste dans son oeuvre, les cycles de la révolte et de l'absurde se fondent en un vortex de perdition qu'aucune philosophie ne parvient à alléger du poids de la question restée sans réponse: quelle intention supérieure derrière tout ça ?

La Peste fait partie de ces ouvrages dont on ne se sépare pas. Même quand on pèche par insouciance juvénile, on comprend quand même que les mots simples qui le peuplent expriment une pensée lourde, à valeur intemporelle. Il n'est point question d'effet de mode avec pareille oeuvre. A conserver donc, pour une autre lecture dont on sait déjà qu'elle sera différente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Samiaben 2019-10-10T04:47:27+02:00
Commentaire ajouté par Ayu_lis_ 2019-09-26T09:17:53+02:00
Or

Très bon roman d'Albert Camus que j'ai préféré à l'étranger, j'ai adoré. Je le recommande comme première lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lau-24 2019-09-01T19:56:34+02:00
Lu aussi

Une très belle histoire sur une catastrophe sanitaire... Histoire très touchante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DocteurIsis 2019-08-13T22:43:32+02:00
Or

Un incontournable de Camus, le récit est vif et riche en émotions et en événements.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Na09 2019-08-01T19:15:49+02:00
Argent

Un très bon livres, l'histoire est assez lourde par son ambiance pesante sur la maladie. Mais c'est quand même un livres à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Polgara30 2019-07-13T15:42:11+02:00
Diamant

Bien que L'étranger est le livre le plus connu d'Albert Camus, La peste est sans aucun doute mon préféré.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ledesignerdu29 2019-06-03T09:32:17+02:00
Argent

Différentes interprétations possibles pour ce livre. Mais on s'en fiche. Ce qui compte c'est ce que vous en pensez.

Quoi qu'il en soit, c'est un récit orchestré avec brio par Albert Camus, l'une de ses grandes œuvres. Et aussi ma préférée. Pourquoi ? Le rythme narratif est régulier aux moments "de paix" et un peu plus saccadé dans l'agitation, ce qui offre une dimension plus réaliste à l'histoire racontée. Celle d'un homme coincé dans une ville, qui ne sait que faire réellement face à cette situation qu'est la propagation de la maladie. Une chose est sure : l'histoire ne fait que commencer...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Camille_Kay89 2019-04-17T15:25:48+02:00
Lu aussi

Un livre que j'ai pu découvrir en cours et que j'ai apprécié de part sa richesse.

Afficher en entier

Date de sortie

La Peste

  • France : 2008-01-31 - Poche (Français)

Activité récente

nono72 l'ajoute dans sa biblio or
2019-11-05T22:32:19+01:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 2677
Commentaires 248
Extraits 65
Evaluations 506
Note globale 7.2 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode