Livres
451 598
Membres
397 103

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Élus



Description ajoutée par x-Key 2016-06-28T12:43:53+02:00

Résumé

Ce roman polyphonique rend leur voix aux enfants victimes de la politique d'euthanasie des nazis.

« Un brillant travail d'écriture, dont l'intensité et la profondeur vous rentrent dans la peau et ne quittent plus vos pensées pour un long moment.

Ce livre est un portrait majeur de l'humanité, une sombre réflexion sur la vie elle-même. »

Wolfgang Schneider, Frankfurter Allgemeine Zeitung

En 1941, le Spiegelgrund, ancien hospice et hôpital psychiatrique de Vienne, est devenu un centre pour enfants handicapés et une maison de redressement pour jeunes délinquants. C'est là qu'en janvier arrive Adrian Ziegler. Il a une dizaine d'années et vient d'une famille d'origine tzigane socialement stigmatisée. Hannes Neubauer, un petit gars blond aux yeux bleus, atterrit lui aussi à la maison de redressement, probablement abandonné par son père. Julius Becker a été condamné car ses parents se sont opposés au nazisme. Quant au jeune Jockerl, on ne sait rien de son passé.

Dans un époustouflant ballet de voix tour à tour intérieures et extérieures, Adrian, Hannes, Julius et Jockerl témoignent de leur vie quotidienne dans cet enfer ou ils sont pensionnaires. Ils évoquent leur impuissance, leur repli dans des zones très obscures d'eux-mêmes pour survivre, leur naufrage mental. Ils parlent du pavillon 9 ou eux, les « asociaux », sont victimes d'abus tant physiques que moraux. Du pavillon 17, ou de temps à autre l'un d'entre eux est envoyé. Là, les « inéducables » sont soumis à des conditions d'existence proches de la torture avant d'être éventuellement supprimés. Du pavillon 15, enfin, ou l'on extermine les « indésirables » après leur avoir fait subir de terribles examens médicaux.

Ils parlent aussi de ces adultes qui les maltraitent et les assassinent : les médecins, meurtriers prétendant agir pour la science et pour le bien général, les infirmières, des perverses obéissant aux ordres les plus inhumains. Les voix de ces tortionnaires s'ajoutent à leurs voix d'enfant, les emprisonnant d'une gangue maléfique contre laquelle la raison se brise.

Après la guerre, Adrian, Hannes et les quelques survivants du Spiegelgrund témoigneront, sans toujours être écoutés. En 2002, l'Autriche exhumera enfin ce sinistre passé, enterrera les restes des petites victimes retrouvés au sous-sol de l'hôpital et leur élèvera un mémorial.

(Source : Robert Laffont)

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Stephanelefort 2016-12-24T12:26:24+01:00

L’établissement La première fois qu’on l’emmena au Spiegelgrund, c’était en janvier 1941, par un clair matin baigné d’une lumière au ras d’un sol étincelant sous son manteau de givre. Adrian Ziegler revoit encore l’église coiffée de sa coupole vert-de-gris : elle dominait tous les pavillons au sommet de la colline et se découpait sur un ciel d’azur d’un bleu si intense qu’il semblait irréel ; comme un ciel de carte postale ou d’affiche colorisée. La voiture s’arrêta juste devant l’entrée des bâtiments administratifs qui abritaient la direction de l’établissement. Une infirmière les y attendait pour les mener auprès du directeur, un homme pâle et sérieux vêtu d’un costume sombre qui les reçut afin de signer la paperasse. Elle les conduisit ensuite jusqu’au pavillon situé à gauche de l’entrée principale, où se trouvaient un médecin et une seconde infirmière qui ordonna en criant à Adrian de se déshabiller et de monter sur la balance. Le garçon affirmerait longtemps qu’il ignorait l’identité de la personne qui l’avait reçu au Spiegelgrund. Ce n’est que bien après, en lisant le compte rendu de l’examen médical, qu’il reconnaîtrait au bas du document le nom et la signature du docteur Heinrich Gross – l’homme qui allait le poursuivre tout au long de son existence, et cela même longtemps après sa libération. Pour l’heure, ce n’est qu’un inconnu en blouse blanche, un homme effrayant qui lui écarte les mâchoires de force, lui palpe le crâne, la nuque et chaque vertèbre de la colonne en le malmenant de ses doigts rudes.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Caroline 2019-01-12T00:09:15+01:00
Argent

L'histoire est inspirée de faits réels ce qui rend ce livre très intéressant mais également un peu lourd. J'ai trouvé qu'il traînait un peu en longueur. Bien que des éléments historiques y soient intégrés il s'agit d'un roman sans difficulté de lecture.

L'auteur y raconte l'histoire de différents protagonistes aussi bien des enfants que du personnel médical pendant la seconde guerre mondiale à Vienne. Ces enfants dits délinquants ou handicapés sejourneront dans un hôpital ayant pour fonction de les éliminer. Ils font partie d'une catégorie d'indésirable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lila11 2017-10-29T18:01:05+01:00
Pas apprécié

Je n'ai pas apprécié ce livre car c'est plus une série d'anecdotes qui se succèdent qu'une véritable histoire

J'ai été déçue car le thème me plaisait mais pas la façon dont il a été traité

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nausicaa_Npa 2017-09-25T23:44:33+02:00
Bronze

C'est un livre difficile à lire tant par le sujet que par son écriture. Mais il est difficile d'en parler sans quelques longueurs et détails nécessaires pour bien comprendre le sujet que l'on traite.

J'ai apprécié que l'auteur parle du point de vue des enfants mais aussi des infirmières : c'est selon moi nécessaire afin de bien cerner les personnalités des différents "acteurs" de l'ouvrage.

Aujourd'hui, beaucoup de choses ont été mises à jour et à notre époque, nous avons énormément d'informations sur ce qui s'est passé durant la seconde guerre mondiale. Cependant, certains sujets comme les enfants des hôpitaux psychiatriques restent des sujets peu connus et développés. Tout ce qui touche les enfants en général est encore assez obscure à vrai dire.

Ici, on observe une méthode d'extermination absolument ignoble (comme toutes les méthodes ceci dit) puisqu'on laisse croire aux parents qu'une guérison est possible alors que le seul but et de se débarrasser d'eux.

J'ai évidemment été scandalisée à plusieurs reprises sur certains passages, sur le regard des gens, sur les comportements du personnel hospitalier incapable de penser par soi-même et totalement endoctriné même si pour beaucoup, tout s'est fait de manière inconsciente. J'ai été outrée lors des procès des comportements de Katschenka et de ses propos...

Un livre documentaire très intéressant qui permet de creuser un sujet encore peu traité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kymmy38 2016-12-01T12:47:41+01:00
Bronze

Ce livre parle de ce que nous ne savons pas forcément sur ce qui s’est passé dans d’autres villes comme Vienne en Autriche au temps du nazisme.

Nous savons que les médecins faisaient des expériences sur les enfants mais ici nous rentrons dans le vif du sujet.

Malgré une écriture très condensé et où il y a peu de dialogues l’histoire est toutefois très prenante.

La façon d’écrire de passer d’un personnage à l’autre, d’un temps à un autre est peut être une façon de laisser une certaines distances entre le lecteur et les protagonistes, car certaines choses sont beaucoup trop cruelles à intégrer.

Au tout début, nous faisons la connaissance d’Adrien qui a été interné à cause de ses origines tziganes. Nous côtoyons également l’infirmière Anna et le Médecin Leideker, un fidèle du parti d’Hitler.

L’histoire se met en place doucement en expliquant comment Adrien et l’infirmière sont arrivés dans cet hôpital psy.

Tout au long de l’histoire, nous passons par plusieurs personnages qui ont vécu cette horreur. Par moment les personnages sont tellement tourmentés parce qui leur arrivent, qu’ils ne sont plus capable de faire la différence entre la réalité et l’imaginaire et parfois l’écriture nous induis en erreur. J’ai été perdu quelque fois dans ma lecture.

Je n’ai pas réussi à le lire sans faire des pauses et j’ai du lire un autre livre en parallèle.

On se rend compte vers la fin, que même après des témoignages, certains médecins restaient en liberté car la parole de ceux qui avaient subi n’était pas prise en compte.

Il faudra attendre les années 2000 pour que les milliers d’enfants soit enfin enterrés dignement.

Afficher en entier

Dates de sortie

Les Élus

  • France : 2016-08-18 (Français)
  • France : 2017-08-17 - Poche (Français)

Activité récente

AarIaA l'ajoute dans sa biblio or
2018-06-06T14:00:21+02:00
MELALA le place en liste or
2017-11-17T19:19:21+01:00

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 4
Note globale 6 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode