Livres
354 557
Comms
1 223 749
Membres
228 022

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Voleuse de livres


Note globale 8.78 / 10

Classement en biblio - 3 162 lecteurs

Or
802 lecteurs
PAL
1 266 lecteurs

Résumé

1939. En Allemagne nazie.

Le pays retient son souffle.

La mort n'a jamais été aussi occupée et jamais elle ne le sera autant.

Un roman où il est question :

d'une fillette de mots d'un accordéoniste de fanatiques d'un boxeur juif d'un certain nombre de vols...

C'est la mort elle-même qui raconte cette histoire. Dotée d'un humour noir, sarcastique, mais compatissant, elle est témoin de la folie des hommes. Tout semble perdu d'avance, sauf quand se distinguent des enfants rebelles et des Allemands qui n'obéissent pas aux règles...

Quand la mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l'écouter !

Afficher en entier

Extrait

Parfois ça me tue, la façon dont les gens meurent.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Un livre parfait selon moi ! À la fois bouleversant, triste, cocasse... je manque de mots pour le décrire ! Un vrai chef-d'oeuvre ! Ceux qui sont intéressés par la Deuxième Guerre mondiale et par les livres seront charmés par ce livre ! Je le recommande à tous. Bonne lecture !

Afficher en entier
Diamant

J'ai beaucoup aimé ce livre, même si au début j'ai vraiment eu du mal à adhérer à l'histoire. Je trouve que cette histoire nous permet de voir la vie d'un point de vue assez rare dans les autres livres sur la guerre et c'est ce que j'ai particulièrement apprécié.

Afficher en entier

Commentaires récents

Ajouter votre commentaire

Or

C'est l'histoire de Liesel qui est envoyée avec son jeune frère par sa mère, à cause de la misère, dans une famille d’accueil, dans la petite ville de Moching, dans les environs de Munich, tout près du camp de Datchau. Le jeune garçon meurt lors du voyage et Liesel se retrouve alors seule pour découvrir sa "nouvelle famille" avec tout ce qu'une telle situation peut signifier de difficile pour une gamine de dix ans. Si sa "nouvelle mère" a un caractère un peu dure, elle trouve en son "nouveau père" un homme très tendre et patient qui va la rassurer, lui apprendre à lire et partager des moments réconfortants en pleine nuit lorsqu'il rentre des pubs où il joue de son accordéon pour gagner un peu d'argent en plus de son travail. Liesel aime à le retrouver vers deux heures du matin lorsqu'il rentre et vient s'occuper d'elle au moment où elle se réveille de ses cauchemars dans ses draps mouillés. C'est une histoire sur ce qui lie les gens, la tendresse, l'affection que l'on peut trouver avec des inconnus qui deviennent des personnes importantes dans votre vie. Au fil du temps, elles deviennent votre famille. C'est aussi des liens d'amitiés entre enfants avec le très touchant et mignon Rudy Steimer qui rêvait d'un baiser de Liesel, des liens d'amitiés aussi entre Liesel et un jeune juif réfugié dans la cave de la maison avec qui elle va partager la passion de la lecture, de l'écriture aussi. Au milieu du nazisme, nous avons la vie de simples gens qui ne partagent pas ce fanatisme et que les événements mènent à se comporter comme des héros de façon très ordinaire. Ce sont les relations discrètes du cœur face à l'incompréhension du nazisme et de cette guerre qui leur apparaît dans toute son absurdité de façon très naturelle et en fonction de ce qu'ils vivent.

Bien sûr, ce qui est très intéressant, pour nous passionnés de livres, c'est la place justement qu'ils occupent dans ce roman : des livres que l'on brûle en feu de joie par obligation sous le nazisme fait écho au vol de livres par soif de lecture, par des moments magiques dans la bibliothèque de la femme du maire, des livres lus la nuit pour s'ancrer dans la vie telle qu'elle est. Par prolongement, c'est le plaisir de l'écriture dans la création de textes, d'histoires avec ce qu'on a sous la main, mais aussi tenir un journal intime. Ce sont des images très fortes sachant que Liesel arrive sans savoir lire ni écrire dans cette maison où le livre et l'écriture vont devenir prépondérants.

J'ai beaucoup apprécié la forme du roman intéressante et originale. Elle a un côté agréable et ludique tout à fait adaptée dès l'adolescence. Le récit est ponctué d'illustrations des productions du jeune réfugié juif, de mots allemands avec leur signification, et des passages du journal intime de Liesel. C'est un très bon roman qui évoquent les horreurs de cette guerre adoucie par le regard et la vie d'enfants et de gens simples. Il y a quelque chose de poétique et de lumineux. C'est la simplicité du coeur qui ressort au milieu d'une absurde cruauté.

La voleuse de livres est un fabuleux roman qui traîte de l'enfance et de la Famille avec un grand F, des liens d'appartenance entre les Hommes qui sont mis magistralement en valeur par contraste avec ce lieu durant la seconde guerre mondiale.

Afficher en entier
Diamant

Un aller-retour à Paris… Un voyage en train bouleversant !!!

Le TGV fend l'air pour m'emmener en week-end pendant que la Mort m'entraîne dans son récit émouvant sur fond de deuxième guerre mondiale. Des heures de lectures interrompues uniquement par l'annonce des hôtesses ou l'odeur des currys indiens de mes voisins.

Je n'ai rien vu des paysages de cet automne 2015. J'ai par contre goûté à ceux laissés par la guerre dans cette Allemagne des années 40.

La Mort… Une narratrice délicate et humble, pas très à l'aise dans ses baskets et qui se plaint des exigences de son travail de plus en plus éreintant. La Mort qui laisse dévoiler ses sentiments humains, son incompréhension face à la créativité de l'Homme pour faire souffrir les siens. La Mort, qui se laisse profondément toucher par Rudy, ce héros au coeur tendre à la bienveillance infinie et aux rêves enfantins. L'auteur a eu une idée brillante de confier à la Mort ce récit ! Ca donne à ce roman une originalité particulière et une lumière nouvelle face aux nombreux autres récits et romans relatant cette époque.

Liesel… Une perle de petite fille curieuse de tout, des mots surtout. Une dévoreuse d'émotions et de relations, pleine de vie, de projets et d'envies. Un caractère bien trempé et motivé à se battre pour ce qui est juste. Une âme enfantine qui s'émerveille du plus petit nuage ou de la plus légère plume d'oiseau. Un engagement sans faille quand il s'agit de protéger ceux qu'elle aime, les humains comme les livres.

Rudy… L'ami que tout le monde rêve d'avoir. Maladroit dans ses actions autant que dans ses réactions mais rieur, bagarreur, taquin à souhait. Rudy, amoureux patient et attentif qui rêve le goût du premier baiser avec sa belle. Rudy, sauveur de situations cocasses et prêt à tout pour conquérir celle qu'il aime.

Les Hubermann… Un exemple de générosité désintéressée et de capacité à prendre les risques les plus fous pour permettre à la vie et à l'entraide de triompher dans cette organisation nazie désincarnée et déshumanisée.

Max… La rencontre qui transforme une vie !

Au cours du roman, les émotions varient, tanguent, jouent, s'emmêlent. le suspense est trahi rapidement par la Mort qui nous révèle la fin inéluctable. Mais le chemin pour y parvenir est riche, si riche que les émotions ont le temps de tapisser le terrain au fond des tripes pour finalement émerger en flots dévastateurs vers la fin. Une libération bienfaisante laissant couler la tension accumulée durant les quelque 600 pages. C'est fort !!!

Un immense « coup de coeur » pour ce livre « coup de poing » et « coup de VIE » !

Afficher en entier
Diamant

Je viens de le finir. Mon cœur saigne. Abondamment. Pour le style peut-être ? Les personnages ? La narratrice ? L'époque ? La fin ?

TOUT.

Tout dans ce livre m'a bouleversée. Je suis passée par un millier de couleurs en lisant ces pages. Je suis passée par toutes les émotions possibles et inimaginables. J'ai ri, j'ai failli verser ma petite larme, j'ai senti mon cœur péter un câble parce que "non c'est pas possible". J'ai eu peur, j'ai été atterrée devant tant d'humanité, de vie et paradoxalement tant de mort et de dureté.Markus Zusak signe ici, je pense, une base de ce que devrait être l'être humain et nous pousse à réfléchir sur nous-mêmes. Et sur le reste : la mort, la guerre, l'amour, la différence. J'ai adoré La Voleuse de livres parce que je me suis sentie vivante en le lisant et que même s'il fait 600 pages et des brouettes, je l'ai dévoré en moins d'une semaine :).

La narratrice, c'est la Mort. Original de base. Mais carrément brillant quand on se lei d'amitié avec elle. Je l'a adorée. Elle m'a éclatée. Je l'ai trouvée tellement humaine et vivante (je sais c'est bizarre) mais peut-être plus attachante que les autres.

Liesel, je ne sais pas. Je n'ai jamais su. Elle m'a retournée parce qu'elle est attachante et parce que son histoire ne peut-être qu'attendrissante. Et des fois avec son caractère de cochon je me suis dit "purée Liesel !". Mais en fait elle est adorable.

Rudy. Les gars, cela faisait longtemps que je n'avais pas autant aimé un petit garçon dans un livre. Son côté fougueux et téméraire, son côté têtu m'ont fait fondre mais surtout son courage.

Hans. Alors là, Hans. Les mots me manquent. Sincèrement. Il incarne le papa parfait. Il incarne la bonté, la générosité et l'intelligence tout en même temps. C'était un peu la force tranquille du roman et je l'ai adoré pour ça.

Rosa m'a fait mourir de rire. Vraiment. Je l'imaginais si bien... avec sa cuillère en bois :).

Les autres, je vous laisse les découvrir mais honnêtement, ce livre est une pure pépite.

Afficher en entier
Or

Un excellent livre sur la seconde guerre mondiale qui part d'un point du vu pas commun...des personnages tous attachants, une narratrice pour le moins hors du commun...je le recommande vivement!

Afficher en entier
Or

Encore un livre que je classe dans "mes classiques intemporels" comme je l'appelle. C'est un livre d'une rare originalité et beauté qui ravirait toutes les générations. C'est le film qui m'a fait connaître le livre, j'ai décidé de le lire avant de le voir. Le livre, comme à chaque fois, est bien mieux même si le film est bien fait et je conseille à tous de le lire. C'est un livre du genre qui vous marque. Comme Cheval de guerre (si si, c'es un livre à la base) ou le journal d'Anne Franck. C'est un très beau livre que je recommande avec plaisir.

Afficher en entier
Diamant

L'histoire racontée par la Mort. C'est ce qui m'a certainement le plus marqué dans ce roman. Et je peux vous dire que beaucoup de choses m'ont marquées.

C'est assez rare, et quand c'est le cas - quand c'est la Mort qui raconte une histoire, qu'on écoute son point de vue - on éprouve quelque chose. La Mort qui parle, ça ne laisse pas indifférent. Et elle est unique, cette narratrice.

Liesel, on l'a suit depuis le début. Cette jeune fille qui volent des livres, qui se nourrit de mots. Et on avance avec elle au fil du temps - dans l'univers de la deuxième guerre mondiale, du régime totalitaire, des Nazis. D'Hitler.

J'en ai lu des livres sur la seconde guerre mondiale - des livres historiques qui m'intéressent particulièrement, qu'on peut lire durant sa scolarité ou personnellement. Et celui-ci m'a vraiment marqué. Il reprend une période de l'histoire à ne jamais oublier, mais différemment, avec quelque chose en plus. Beaucoup de choses en plus.

Parce que, finalement, comme nous le savons, c'est la Mort qui raconte l'histoire. Elle est personnifiée, on l'écoute, comme une confidente tout au long de l'histoire. Et en parallèle, on trouve cela injuste, des morts, toujours. On sait ce qu'il va arriver - depuis le début, mais cependant on en reste surpris, et on s'attache énormément aux personnages. Rudy, ce petit blond aux cheveux citrons - il a marqué ma vie. Je ne peux l'expliquer, mais ce petit supporter de Jesse Owens me touche profondément, et quand je pense à lui je ressens une infime admiration, de l'amour et, finalement quelque chose se brise en moi. Mon cœur pleure.

Max, et ses histoires, l'histoire qu'il aura partagé avec Liesel. Lui, je ne peux l'oublier non plus. Mais puis-je seulement essayer de les oublier eux tous ? Je ne tenterai pas, c'est impossible de toute manière. Et je n'en ai aucune envie.

Ce n'est peut-être qu'un livre me diriez-vous, mais c'est tellement de sentiments.

La manière dont c'est raconté par la Mort, c'est ce qui rend le livre unique et si attachant. Addictif, poignant. C'est un livre qui dénonce tant de choses, il donne un aspect de la vie du peuple pendant la guerre, on apprend à connaître des personnes, on s'attache. Il y a ce réalisme incroyable, inoubliable. Il marque.

C'est comme vivre la mort, en l'accompagnant au fil des pages. Lire l'histoire des personnages, partager des moments avec eux.

C'est un de mes romans préférés. Un livre ne m'avait jamais autant affecté. C'est un livre formidable, que je conseille à tous. Presque parfait, merveilleux, magnifique, bouleversant.

Et quelque chose qui m'a touchée dès le début, dont je me rappellerai toujours - par la Mort :

Un petit détail

Vous allez mourir.

Afficher en entier
Diamant

Cette revue est issue de mon blog: http://la-tentation-du-livre-en-anglais.over-blog.com/

Livre lu en VO

Avant de lire ce livre formidable, j'ai eu l'occasion de voir le film il y a environ deux-trois ans. Je ne connaissais pas l'histoire mais j'avais vite accroché, et autant vous dire qu'à la fin de cette soirée le film m'avait beaucoup marqué - et c'est encore le cas aujourd'hui. Suite à cela, j'avais mis le livre de côté en attendant le moment propice pour le lire. Et paf, il y a quelques jours, le livre était en promotion, et c'était le moment où jamais! Me voilà à présent marquée doublement par des personnages et une histoire déchirants.

Ce livre a deux grandes particularités. Non seulement l'histoire est narrée par la Mort, mais en plus chaque mort est spoilée par le narrateur.

La Mort: à la fois neutre, distante et intègre, la Mort est une narratrice d'une qualité rare. Ni humaine, ni monstre, la Mort a sa propre voix dans le récit, elle n'est pas là pour vous monter que la Mort est compatissante ou cruelle, elle est juste là parce qu'elle est un fait, une fin en soi. Toutefois, même si Markus Zusak a choisi une narration neutre, il nous montre que la Mort a des sentiments que l'on retrouve chez les humains - tout ça a donné encore plus de profondeur à la Mort. Et que dire de l'écriture? C'est beau, les mots sont judicieusement choisis et sont en accord parfait avec le rôle de la Mort.

Les spoilers: combien de fois j'ai été assommée par l'annonce des futures morts? Je savais qui allait mourir, et pourtant cela n'a rien changé à mon ressenti, c'est comme si je lisais le livre pour la première fois. C'était une torture émotionnelle que de continuer ma lecture tout en sachant quel destin attendait les personnages, et même temps ça a montré l'ambition de l'auteur. Vous vous attachez tellement aux personnages, y compris ceux que vous rencontrez brièvement, que chaque malheur vous pèse profondément... et à l'inverse, chaque moment de bonheur vous remplit le coeur. Pour vous dire, alors que je suis en train d'écrire ma revue, j'ai encore les yeux humides!

The Book Thief, n'est pas un récit plein d'action, c'est une histoire d'amour et d'amitié, une histoire de tolérance, d'humilité et d'humanité qui se construit tout au long du livre. Tout est dosé comme il faut, la narration lente, les moments tristes, les moments d'angoisse, les moments de complicité... Et justement le fait que l'histoire se déroule lentement fait qu'on a le temps de s'attacher aux personnages. Mis à part les méchants, j'ai aimé tous les personnages, ils n'ont rien de parfait, c'est la description de l'être humain à l'état pur.

Et bien sûr, il y a le contexte de guerre et le pouvoir des mots. A Molching, la guerre n'éclate pas, on a surtout une présence nazi qui débusque les Juifs et une pauvreté extrême. Mais on a l'eugénisme pratiqué par les Nazis, ainsi que la jeunesse hitlérienne, la collaboration... D'ailleurs, Markus Zusak nous montre bien combien les plus âgés ont subi un lavage de cerveau, et à l'inverse combien les plus jeunes ne comprennent pas pourquoi il est mal d'être Juif, Communiste ou tout simplement Noir. Il rappelle aussi que malgré la collaboration, il y avait aussi des gens biens qui risquaient leur vie pour sauver celle d'un autre.

Du coup on a plusieurs mises en situation: le Juif qui a abandonné sa famille pour survivre et qui en a honte, une famille qui vit dans la peur d'être déportée pour avoir caché un Juif, et enfin on a des enfants qui tentent de survivre, de garder des secrets et de donner un semblant de normalité à leur vie.

Les histoires écrites par Max...elles sont juste émouvantes, et en même temps elles redonnent de l'espoir.

Lorsque j'ai refermé le livre, j'étais dans un état lamentable (même bien avant), j'ai été très touchée par l'histoire, les personnages et la voix de la Mort. Pour moi, ce livre était proche de la perfection.

Je recommande fortement!

Afficher en entier
Or

Quand la mort prend la parole, il est impossible de ne pas l'écouter. Narrée par cette narratrice hors du commun, l'histoire de Liesel prend un relief extraordinaire. L'époque où se situe l'intrigue lui donne toute la dimension dramatique tout en mettant en avant l'humanité et l'ambivalence des personnages. Le style de l'auteur est fluide, son univers riche. A lire!

Afficher en entier
Diamant

J'ai lu plusieurs livres sur la seconde guerre mondiale mais celui ci m'à réellement bouleverser. La narration faite par la mort elle-même était une idée geniale. Les personnages sont tous tellement attachants qu'il est difficile de les quitter en fermant le roman. Un vrai petit bijou littéraire. À lire (ps: se prévoir des mouchoirs )!!

Afficher en entier
Diamant

Un livre géniale!!!!

J'ai adoré le personnage de Liesel, qui apprend, petit à petit, ce qu'est le nazisme. Liesel avec toute son innocence et avec l'aide de la Mort, la narratrice font ressortir l'absurdité de cette guerre.

C'est avec ces deux personnages que l'ont rend compte de ce que le nazisme a impliqué pour la population allemande : les frayeurs, l'impossibilité de dire ces idées tous hauts, la peur des bombardements,assister à la marche des juifs dans les rues pour aller rejoindre les camps de concentrations sans pouvoir rien faire pour eux (enfin quand on avait des idées qui allait à l'encontre de ce que prônait Hitler)...

On apprend aussi, dans ces pages, a profité de l'instant présent, d'un petit trou jaune qui perse dans un ciel bleu accompagné d'un nuage en forme de corde. De plus, le fait que ce soit la mort qui nous écrit cette histoire est vraiment un petit plus qui nous rappelle au combien la vie ne tient qu'à un fil et que ce fil doit être chéri tout le temps qu'il tient.

Je ne vous dit évidement pas ce qu'il advient de Liesel pour ça il faudra lire le livre.

J’espère vous avoir donner envie de lire ce livre.

Ps: c'est mon premier livre sur la Seconde Guerre Mondial, j'ai toujours été récalcitrante à lire des livres à ce sujet. Mais je n'ai pas regretté d'avoir ouvert ce livre. Je l'ai dévoré bien que je dois avouer que les pages n'étaient pas facile à digérer.

Afficher en entier

Date de sortie

  • France : 2008-03-20 (Français)

Activité récente

Aablas l'ajoute dans sa biblio or
2017-01-17T12:00:05+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 3 162
Commentaires 574
Extraits 192
Evaluations 744
Note globale 8.78 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • The Book Thief - Anglais
  • A Menina Que Roubava Livros - Portugais
  • Die Bücherdiebin - Allemand
  • La ladrona de libros - Espagnol