Livres
394 716
Comms
1 386 442
Membres
289 196

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Ordre du jour



Description ajoutée par x-Key 2017-11-06T13:22:53+01:00

Résumé

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

« Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants. »

É. V.

(Source : Actes Sud)

Afficher en entier

Classement en biblio - 31 lecteurs

Or
2 lecteurs
PAL
6 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Sheilap15 2017-05-07T17:36:18+02:00

Un penchant obscur nous a livrés à l’ennemi, passifs et remplis de crainte. Depuis, nos livres d’Histoire ressassent l’événement effrayant, où la fulgurance et la raison auraient été d’accord. Ainsi, une fois que le haut clergé de l’industrie et de la banque eut été converti, puis les opposants réduits au silence, les seuls adversaires sérieux du régime furent les puissances étrangères. Le ton monta à mesure avec la France et l’Angleterre, en un mélange de coups de force et de bonnes paroles. Et c’est ainsi qu’en novembre 1937, entre deux mouvements d’humeur, après quelques protestations de pure forme à propos de l’annexion de la Sarre, de la remilitarisation de la Rhénanie ou du bombardement de Guernica par la légion Condor, Halifax, lord président du Conseil, se rendit en Allemagne, à titre personnel, à l’invitation d’Hermann Goering, ministre de l’Air, commandant en chef de la Luftwaffe, ministre du Reich à la forêt et à la chasse, président du défunt Reichstag – le créateur de la Gestapo. Voilà qui fait beaucoup, et pourtant Halifax ne tique pas, il ne lui semble pas bizarre, ce type lyrique et truculent, antisémite notoire, bardé de décorations. Et on ne peut pas dire qu’Halifax a été entourloupé par quelqu’un qui cachait son jeu, qu’il n’a pas remarqué les tenues de dandy, les titres à n’en plus finir, la rhétorique délirante, ténébreuse, la silhouette entripaillée ; non. À cette époque, on était très loin de la réunion du 20 février, les nazis avaient abandonné toute retenue.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par heleniah 2017-11-25T18:47:44+01:00
Argent

Comme il a eu le Goncourt 2017, il fallait quand même que je le lise, même si personnellement, je trouve dommage d’avoir donné le Goncourt à un récit et non à un roman. Donc bon…

L’Ordre du jour, c’est l’histoire du tout début de la montée du nazisme, les premières décisions d’Hitler qui mèneront à la guerre, aux camps de concentration, etc.

L’originalité malgré ce sujet vu et revu, c’est d’avoir fait énormément de recherches pour nous apprendre des petits détails, oubliés, que se soit les réactions des personnes concernées, l’invasion de l’Autriche ralentie par une panne des chars, par exemple. Avec mordant, Vuillard nous fait redécouvrir une Histoire qu’on croyait connaître, comme il l’avait fait avec 14 Juillet. On retrouve d’ailleurs la vie d’anonymes touchés par les événements, mais de façon moins présente que dans le précédent récit.

Donc je ne peux pas dire que j’ai adoré lire ce livre, justement parce que ce n’est pas un roman, en revanche, il est bien écrit, intéressant, vite lu, donc il mérite quand même le coup d’œil !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granny-1 2017-11-24T07:19:38+01:00
Lu aussi

Bonjour les lecteurs ....

Ce livre était dans ma Pal kilométrique bien avant de recevoir le prestigieux prix ... je l'ai donc vite sorti et.... SURPRISE...IL EST EXCELLENT!!

Tout d'abord, ce livre n'est pas un roman mais un récit .. voici la petite histoire de l'Histoire.

Difficile de résumer ce livre très court ( trop ? ) sans spoiler ...Disons qu'Eric Vuillard retrace les événements et les coulisses de l'Anschluss ( annexion de L'Autriche par l'Allemagne).

Nous voici d'abord projetés le 20 février 1933, un lundi de froid et de brume. Ce jour-là, vingt-quatre barons de l'industrie allemande ont rendez-vous au Reichstag, à l'invitation de son président, Goering, pour y rencontrer Hitler.....

C'est subtil, bien écrit , enrichissant et ce qui ne gâche rien... on y retrouve une pointe d'humour entre deux grincements de dents !

Le génie de ce livre repose sur sa concision je pense... avoir fait le tour de la question en 150 pages!

Je me suis régalée et le recommande vivement.

LISEZ-LE ( peu importe qu'il ait reçu le prix G.)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pulusuk 2017-11-23T11:43:40+01:00
Diamant

Une vraie claque littéraire. Je ne m’y attendais pas et j’ai été soufflée.

Avec un style concis, précis et efficace, l’auteur revient sur les évènements qui ont précipité l’invasion de l’Autriche par l’Allemagne avant la Seconde Guerre Mondiale. Sans s’attacher à la Grande Histoire, il va nous raconter les petits moments, de ceux qui auront une portée colossale pour la suite des évènements.

Le narrateur tant que le lecteur se placent en témoin du futur de cette époque. Nous savons ce qui s’est passé par la suite et les conséquences terribles qu’auront ces petits riens. Le récit possède alors une force de frappe et une puissance qu’il n’aurait pas eu sans ce regard et ce positionnement de l’auteur.

Le ton ironique, parfois mordant, s’attache à décrire l’absurdité des situations et le ridicule des hommes politiques impliqués, qui précipitent l’Europe vers le désastre. C’est puissant et effrayant à la fois.

Surtout l’auteur nous démontre à quel point la lâcheté des uns, la compromission des autres, les petits arrangements ont provoqué des séquelles monumentales. Et le lecteur tourne les pages en se disant : « mais si… ». Si chaque homme politique avait pris ses responsabilités, avait eu le courage nécessaire, avait eu la clairvoyance du monde et de la nuisance d’Hitler, peut-être que la Seconde Guerre Mondiale ne serait jamais advenue.

Et rien que de le penser, de croire que ce fut possible, laisse des sueurs froides et une profonde consternation.

J’ai adoré cette lecture parce qu’elle est révélatrice de bien des misères de notre temps.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benerogue 2017-11-22T09:20:54+01:00
Lu aussi

Je suis mitigée sur cette lecture. Je trouve le thème et l'histoire bonne, mais j'ai toujours du mal à accrocher à l'écriture d'Eric Vuillard. J'ai trouvé ce livre meilleur que 14 juillet, et extrêmement bien documenté, un plaisir pour moi qui aime l'Histoire, mais l'écriture de Vuillard rend la lecture ardue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par -Anna- 2017-11-18T15:52:24+01:00
Bronze

Bon eh bien... bof bof cette lecture. L'idée de départ était pourtant bonne : nous plonger dans les coulisses de l'Anschluss, au cœur des ruses et des manipulations du Troisième Reich, des intérêts politico-financiers des chefs d'entreprises. Je crois que je n'ai clairement pas été sensible et réceptive à la plume et au style de l'auteur. Le récit est court (150 pages) et plutôt très bien documenté, avec pas mal de références et d'anecdotes que j'ai eu du mal à relier entre elles au final. Je l'ai lu rapidement mais ce ne sera pas une lecture mémorable pour moi, dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sentaro 2017-11-12T20:11:35+01:00
Diamant

Pour moi, c'est un très bon livre. Vuillard aime les mots. Et c'est un vrai plaisir de pouvoir enrichir son vocabulaire grâce à lui. C'est bien construit. Des chapitres courts. Un livre court (150 pages). Pas de révélations, mais bien documenté. Ça se laisse lire tout seul. Vuillard nous parle de compromission, de lâcheté, de cupidité, de faiblesse, de gens qui s'en tire toujours et d'autres pas. Des anonymes plus grands que les grands de ce monde. C'est rudement bien tourné et tellement actuel. Car si les costumes ont changé, l'esprit, lui est resté. Le genre de bouquin qu'on n'oublie pas une fois fermé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par louvasanga 2017-07-22T18:58:13+02:00
Lu aussi

Clairement pas un livre pour moi. Il n'est pas mauvais pour autant, mais c'est un livre que je ne peux pas lire. C'est intéressant, plus qu'un livre d'histoire. Mais j'ai l'impression de lire des noms, des mieux et des actions sans pourvoir les lier entre elles. Je retenterai ma chance plus tard.

Afficher en entier

Date de sortie

L'Ordre du jour

  • France : 2017-05-03 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 31
Commentaires 7
Extraits 4
Evaluations 12
Note globale 6.55 / 10

Évaluations