Livres
463 952
Membres
423 764

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Enfants de Venise



Description ajoutée par Cacoethes-scribendi 2017-06-27T14:00:48+02:00

Résumé

Après l’Amérique des années 20, c’est cette fois-ci la Venise de la Renaissance que l’auteur va choisir comme cadre et comme ancrage de son récit ; un récit à couper le souffle qui reprend certains motifs déjà présents dans le Gang des rêves. Des jeunes gens qui feront tout pour réaliser leurs rêves les plus fous; l’amour qui s’affranchit de tous les obstacles, même les plus insurmontables; la misère et la violence sociale en toile de fond, mais décrite toujours avec justesse et sans voyeurisme; la question, enfin, de l’identité et de l’être au monde. Pour porter l’intrigue aux multiples rebondissements, le narrateur se démultiplie, l’histoire est racontée par plusieurs personnages, dont les destins sont irrémédiablement liés : un jeune voyou, pickpocket à ses heures perdues, une jeune fille juive qui possède un talent singulier et sans limites, son père enfin, avec qui elle entretient une relation difficile mais pleine d’amour…

Afficher en entier

Classement en biblio - 61 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2017-09-24T18:14:59+02:00

La vie est simple. Quand elle devient compliquée, ça veut dire qu’on se trompe quelque part. Ne l’oublie jamais. Si la vie devient compliquée, c’est parce que c’est nous qui la compliquons. Le bonheur et la souffrance, le désespoir et l’amour sont simples. Il n’y a rien de difficile.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Mercurio, Giuditta, Benedetta, Isacco, Anna, Scarabello, le capitaine Lanzafame et bien d'autres sont les merveilleux personnages de cette fresque sociale se déroulant dans le Venise de la renaissance.

Vous y croiserez des orphelins, des arnaqueurs, un médecin, des militaires, de riches nobles, des politiciens, des prostituées, des voyous, des marchands, la naissance du premier guetto juif (ou y sont parqués les célèbres "bonnets jaunes") et la ségrégation qui va avec, la chasse aux sorcières de certains illuminés, de la jalousie, de la crasse et des poux, de la haine, de la vengeance, du sang, de la boue, la maladie, du désespoir, de l'incompréhension, de l'injustice mais aussi de la générosité, de l'amitié, de l'entraide, de la loyauté, du pardon, de la tendresse, de l'amour et des rêves. On s'arrête là ? Oui car la liste serait bien plus longue mais rien que ça devrait vous convaincre de le lire.

Les lieux sont simplement retranscrits à la perfection, Rome, Venise, la lagune, les marais, les canaux, le chantier naval de l'époque, les ponts et les ruelles, un décor parfois sordide, comme les quartiers populaires ou malfamés parfois éblouissants comme la place Saint Marc et le palais des Doges. Moi qui aime beaucoup Venise j'ai été servi plus que je ne l'espérais.

La plume de Luca Di Fulvio, à l'instar du Gang des rêves est toujours aussi captivante et cinématographique, cet homme a le don de modeler les histoires de manière à vous passionner.

Je me suis dit en réfléchissant à cette chronique que je me devais de faire un comparatif avec Le gang des rêves, seulement voilà, c'est simplement impossible car c'est tellement différent et tellement similaire à la fois (paradoxe ?) que mes idées s'embrouillent. Je ne ferais donc pas de parallèle entre ces deux œuvres, mais vous conseillerais de simplement les lire, absolument, les deux.

Pour conclure, je ne vais pas noter ce roman car il dépasse toutes notes (et oui, comme pour Le Gang), mais je vous dirais simplement que Le gang des rêves était devenu mon roman préféré et que maintenant j'ai deux romans préférés d'égal à égal sur la première marche du podium, et en plus du même auteur ! Ils seront très difficiles à détrôner, à moins que Luca Di Fulvio et les éditions Slatkine & Cie poursuivent ensemble sur le chemin de la littérature émotionnellement marquante (au fer rouge).

Voir la chronique sur mon blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/08/les-enfants-de-venise-luca-di-fulvio.html

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par LOANDRE 2019-06-04T22:58:56+02:00
Or

J'ai à nouveau été séduite par la plume de Luca Di Fulvio. Après "Le gang des rêves", une nouvelle aventure, avec "Les enfants de Venise, qui je le précise n'est aucunement une suite comme cela a été souvent rapporté. Nous sommes en 1516, à Venise, ville qui est un personnage à part entière, car l'auteur, tout au long de ce roman, nous en fait une telle description, que l'on s'y croirait. Car ce Venise de 1516, ne ressemble en rien à celui que l'on connait aujourd'hui. Lucas Di Fulvio, nous décrit avec talent une ambiance glauque ou règne la pauvreté dans les ruelles sombres et malodorantes, ainsi que l'hypocrisie qui se cache derrière la façade des palais.Nous allons suivre les aventures de Mercurio, un petit voleur malin et attachant avec des rêves plein la tête. Les relations entre les différents personnages ont une place prépondérantes et rendent ce récit profondément humain. Un roman d'aventures dans un contexte historique, plutôt qu'un roman historique à proprement parlé, mais ne soyez pas effrayé par le 989 pages, car l'écriture fluide de l'auteur fait qu'il se lit sans contrainte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dorfenor 2019-01-06T09:56:41+01:00
Or

987 pages lues à une vitesse impressionnante. Et pas un instant je n'ai eu une impression d'ennui ou de longueur, de passages en trop ou inutiles.

Tout est bien dosé. Les personnages sont fouillés, sans tomber dans la facilité du bon et du méchant, et tissent des liens entre eux souvent plus complexes qu'on ne l'imagine au début.

On alterne entre des scènes d'action et d'introspection. Et plus on approche de la fin, plus il est difficile de lâcher ce bouquin. La tension monte progressivement, on veut savoir ce qu'il va advenir de Giuditta et de Mercurio.

L'auteur a réalisé un travail incroyable au niveau de la description des lieux et des ambiances. Les sons, les odeurs, la sensation d'étouffement dans ces lieux pleins de misère sous cette chaleur intense nous happent complètement.

Une magnifique lecture pour démarrer cette année !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dune_ 2018-11-27T16:44:33+01:00
Argent

J'ai beaucoup aimé ce livre, dont l'histoire se complexifie au fil des pages. Si, au début, je l'ai trouvée un peu cousue de fil blanc, cette impression s'est dissipée rapidement. Les personnages et le récit gagnent en profondeur et en couleurs après quelques chapitres.

Et des couleurs, il y en a, dans l'Italie des années 1516 ! La couleur de l'or, convoité tant par les grands de ce monde que par les petits voleurs des rues, la couleur des étoffes précieuses et des guenilles, la couleur rouge de l'amour qui entraîne nos amis dans le violent courant de leurs émotions, la couleur du soleil qui illumine ce récit, sans oublier enfin la couleur jaune du bonnet que les Juifs sont obligés de porter.

Ce roman nous fait découvrir des moments-clés de l'Histoire, vue par les yeux d'une joyeuse bande de voleurs des rues et par les mésaventures d'un Juif spolié de ses pièces d'or, fermement décidé à se venger.

Nous découvrons la Venise du 15e siècle, ses puissants et ses mendiants, ses palais et ses cloaques, une sympathique bande de prostituées touchées par le "mal français", un capitaine moins bourru qu'il n'en a l'air, un arnaqueur qui se prend à son propre jeu, et un caïd qui dirige toute la racaille de la ville.

Exactement le type de roman que j'adore, qui m'emmène dans un tourbillon d'aventures et me fait complètement oublier la grise mine de notre ciel hivernal.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miney 2018-11-10T16:18:14+01:00
Or

Encore une fois, Luca Di Fulvio offre une lecture addictive dès les premières pages ! Il ne faut pas plus de quelques chapitres pour se laisser entraîner par les héros en pleine Renaissance italienne, de Rome à Venise.

Difficile de ne pas faire de parallèle avec le Gang des rêves, le précédent livre de l'auteur auquel il semble intimement lié, bien qu'il se déroule à une autre époque, dans un autre lieu.

Un jeune homme au cœur pur malgré un environnement loin d'être tendre, essayant de se sortir de la misère grâce à sa débrouillardise et sa détermination, qui tombe éperdument amoureux d'une jolie Juive persécutée à cause de sa religion... Cela ressemble tant à Christmas et Ruth que cela a presque un parfum de réincarnation !

Dans un genre complètement différent, cela m'a aussi évoqué Les salauds gentilshommes de Scott Lynch. Camorr est après tout le pendant fantasy de Venise, et les travestissements de Mercurio ne sont pas sans rappeler ceux du génial Locke Lamora.

J'ai moyennement apprécié l'histoire d'amour au cœur du récit, et le triangle amoureux qui s'y rattache. Je préfère quand l'amour se construit avec lenteur plutôt que par coup de foudre, je trouve beaucoup plus crédible que les sentiments arrivent lorsqu'on apprend à connaître une personne, plutôt que de la voir et se dire immédiatement que notre destin va se retrouver lié au sien. Quant a triangle amoureux, je le trouve amené de façon peu subtile, même s'il se révèle avoir un vrai intérêt dans l'intrigue.

Aux relations amoureuses, j'ai préféré d'autres relations entre les personnages, notamment avec les personnages secondaires. J'ai eu un coup de cœur tout particulier pour la relation mère/fils de Mercurio et Anna, très touchante.

Et j'ai aimé l'absence de manichéisme chez les personnages. Tous, même les plus secondaires ou les antagonistes, évoluent, montrant tantôt un peu de blanc, tantôt davantage de noir, toujours en riches nuances de gris. (Mais pas cinquante, quand même. Désolée, il fallait que je la fasse.).

La violence est très présente dans le roman, mais elle m'a paru bien moins systématique et gratuite que dans le Gang des rêves (moins de viols, youhou !).

Si j'ai beaucoup apprécié cette lecture, j'ai quand même été plus embarquée dans le New York du Gang des rêves, qui m'avait vraiment fait vibrer.

https://minetsbooks.wixsite.com/critiqueslitteraires/accueil/les-enfants-de-venise

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ilonaisreading 2018-10-28T12:23:59+01:00
Diamant

Un coup de coeur! Ce livre confirme le talent de Luca Di Fulvio pour narrer des histoires avec des personnages rêveurs, touchants et courageux. Une pépite historique à découvrir de toute urgence!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par A-Saulot 2018-09-11T07:50:06+02:00
Argent

Une lecture que j ai trouvée agréable pour le contexte historique, les descriptions d une Venise qui ne ressemble en rien à la carte postale que nous en connaissons. Même si j ai passé un bon moment, j ai trouvé qu il y avait quelques longueurs. Les péripéties rencontrées par les personnages s accumulent surtout à la fin et l action est un peu trop rare, à mon sens, dans l ensemble du roman. Pour ce qui est des personnages, j ai beaucoup apprécié Mercurio, beaucoup moins Giuditta, un peu trop lisse à mon goût et j ai trouvé très intéressant le personnage de Scarabello.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LaurenaLJ 2018-08-23T20:23:07+02:00
Diamant

Je n'ai même pas les mots pour dire à quel point j'ai aimé ce roman, autant que le précédent d'ailleurs. Je ne saurai le qualifier, mais j'ai été bercée par la superbe plume de l'auteur et le superbe cadre de cette république vénitienne. Les personnages sont incroyables, profonds et ambivalents, et je retiens particulièrement Mercurio et Scarabello qui ont fait battre mon coeur tout le récit!

Ce roman est un bijou, une pépite, et il ne faut absolument pas se laisser impressionner par son épaisseur, parce que l'on ne s'ennuie pas une seule seconde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julisa 2018-08-07T17:48:04+02:00
Diamant

Certainement le meilleur pour moi de Luca Di Fulvio ! Le thème, l'époque et surtout les relations entre les personnages m'ont portée très loin dans le bonheur de la lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bichou274 2018-07-08T19:35:38+02:00
Or

Les enfants de Venise (La ragazza che toccava il cielo) de Luca Di Fulvio est un livre dont l'histoire avance progressivement et se lit de manière très fluide. Page après page, nous suivons les différentes vies des personnages, qui vont tous se retrouver par la suite. La construction du livre est donc très agréable, l'histoire suit logiquement son cours. Cependant, étant un roman plutôt long, de nombreuses répétitions ont lieu quant à la description de Venise ou concernant les ambitions des personnages... Un peu dommage, mais bon, si ce n'est que ça !

Le personnage qui me restera le plus en tête et que j'ai préféré (bien que j'ai apprécié chaque personnage) est bien évidemment Mercurio, personnage au cœur de ce livre. Les Mercurio ne courent pas les rues...

Je recommande donc ce livre, pourquoi pas à lire pendant les vacances !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2018-05-29T18:15:11+02:00
Diamant

Je poursuis ma découverte de cet auteur qui m’avait tant charmé avec Le soleil des rebelles. Nous voici à nouveau avec un jeune garçon Mercurio, début des années 1500 à Rome. Mercurio est orphelin et vit grâce à son habilité de petit escroc et de voleur. Un trio de chenapans l’accompagne dans ses razzias, Zolfo, Benedetta et Ercole. En tentant de voler un riche marchand juif Shimon Baruch, Ercole perd la vie et Mercurio blesse le marchand. C’est alors que Mercurio, Zolfo et Benedetta décident de fuir grâce à l’aide de Scavamorto, leur « maître » vers Venise. Parallèlement nous suivons l’histoire de Giuditta qui voyage avec son père Iasacco vers Venise où la ville serait plus accueillante et la vie meilleure pour les porteurs de calotte jaune. Leur destin va se croiser et dès la première rencontre, on sait déjà que ces deux là sont faits pour être ensemble. Bien évidemment rien ne leur sera donné et nous allons vivre avec eux la frustration de la séparation et les difficultés mais en ligne de mire, on souhaite qu’ils puissent vivre ensemble et heureux.

Crimes, sort qui s’acharne, colère, jalousie, trahison et pardon Luca Di Fulvio nous fait vibrer sur toute une palette de sentiments forts et surtout sur l’amour avec un grand A qui vient à bout de tout et qui sera continuellement remis en danger. On va suivre les personnages qui sont toujours sur le fil du rasoir entre bien et mal, entre justice et injustice. Le récit de l’histoire est captivant et ne connait pas d’arrêt, tout s’enchaîne et nous tient en haleine pour connaître la suite des amours de Mercurio.

Le personnage de Mercurio est magnifique, il deviendra un homme libre avec de belles valeurs. Ce roman a beaucoup d’âme on vit intensément le parcours initiatique auprès du héros, mais il possède aussi un côté plus sombre, celui de la violence et de la cruauté telles que l’on peut se l’imaginer à la fin du Moyen-âge. Et puis il y a ce talent fou de l’écrivain, celui de faiseur d’ambiance, on y croit, on le vit, on pleure et on mouche. Les thèmes sont si sensibles, les enfants abandonnés, maltraités en manque d’amour c’est une corde sensible qui donne beaucoup d’émotion. Mais ce que je préfère c’est la rencontre de cœurs purs dans le purin et l’espoir qui va avec si vous voyez ce que je veux dire parce que ce n’est pas forcément chez les nobles et les riches que nous pourrons les trouver.

Alors ne vous laissez pas effrayer par le nombre de pages imposant, une fois la plongée effectuée on reste en apnée jusqu’à la toute dernière ligne. Bonne lecture

Afficher en entier

Date de sortie

Les Enfants de Venise

  • France : 2018-04-05 - Poche (Français)

Activité récente

MV33 l'ajoute dans sa biblio or
2019-03-29T07:33:49+01:00

Les chiffres

Lecteurs 61
Commentaires 18
Extraits 14
Evaluations 31
Note globale 8.74 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • La ragazza che toccava il cielo - Italien

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode