Livres
439 243
Membres
368 596

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Max



Description ajoutée par anonyme 2012-06-11T14:56:46+02:00

Résumé

"19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler!"

Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.

Une fable historique fascinante et dérangeante qu'on ne peut pas lâcher. Une lecture choc, remarquablement documentée, dont on ne sort pas indemne.

À partir de 15 ans

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 291 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par chaloupy 2013-01-26T17:22:04+01:00

Ça fait longtemps que je ne me suis pas regardé dans un miroir. Je vérifie que je suis toujours aussi blond. Que j’ai les yeux toujours aussi bleus. Rien n'a changé.

Si, un détail : je pleure.

Pour la première fois, je pleure. Est-ce que ça signifie que je suis devenu un enfant comme les autres ?

Lukas avait pleuré lui aussi, le jour où, à l'infirmerie de Kalish, je lui avais raconté mon histoire. La première partie, celle que j'avais vécue avant de le connaître. Ce jour là il m'avait dit : Spoiler(cliquez pour révéler)"Il faudra qu'on témoigne, tous les deux. Moi, pour ce qu'ils font aux Polonais et aux Juifs; toi, pour ce qu'ils t'ont fait."

J'ai tenu ma promesse.

Je n'avais pas compris pourquoi Lukas avait pleuré en écoutant mon histoire. Je n'avais pas non plus compris la signification du mot "témoigner". Maintenant, si. Normal. J'ai grandi. J'ai neuf ans et demi. Et je crois bien qu'en temps de guerre, pour un enfant, les années comptent double.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Wahouh! Un livre tout simplement incroyable que j'ai dévoré! L'univers est assez dur et nous plonge au coeur de l'Allemagne où des bébés comme Konrad (ou Max) naissent dans le plus grand secret. On suit alors l'évolution de cet enfant (et de l'Allemagne) à travers son regard qui est conditionné depuis sa naissance. La rencontre entre Max et Lukas et l'attachement qu'ils auront l'un pour l'autre bouleversera les pensées du jeune "Aryen". La fin m'a toute chamboulé et j'ai été jusqu'à verser une petite larme (rare sont les livres qui me font pleurer).Et la détermination de chacun des personnages (Max, Lukas, la mère de Max...) m'a beaucoup plut. La lecture de cette histoire rude est facilitée par une écriture agréable. Ce livre nous révèle une Allemagne dure et les méthodes employés pour l'embrigadement des jeunes et leur devenir. Mais aussi les moyens utilisaient pour parvenir à obtenir une futur population d'"aryen" (rapt d'enfants polonais, sélection...)

Bref je conseille vivement ce livre.

Afficher en entier
Diamant

J'ai littéralement dévoré ce livre, il est tellement prenant! Comment ne pas aimer ce livre ? Konrad ou Max, comme vous préférez, ainsi que Lukas sont tellement différents mais au fil du temps on se rend compte qu'ils ne le sont pas tellement, ils sont très attachants et j'ai vraiment apprécié de voir l'évolution de leur relation "fraternelle", ainsi que le développement des pensées de Max au cours de ses différentes rencontres et les obstacles et aventures qu'il rencontre.Spoiler(cliquez pour révéler)J'étais d'ailleurs très attristée à la mort de Lukas!. Cette période de l'histoire est vraiment invraisemblable, ce livre ouvre les yeux sur les réels évènements de l'époque et sur l'abomination qu'est la guerre et tous les moyens utilisés pour la gagner.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Marie-Pier-2 2018-05-19T16:51:13+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par -Always- 2018-12-13T03:24:25+01:00
Diamant

Ce livre est tellement bien écrit et ce démarque très bien des autres livres sur la deuxième guerre mondiale. J’ai tous simplement adoré.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kymmy38 2018-11-30T13:23:26+01:00
Or

L'histoire de Max est assez surprenante dans la façon dont l'auteur l'a raconté. En effet dés le début, c'est Max qui s'exprime, qu'il soit encore dans le ventre de sa mère ou qu'il ne soit qu'un petit enfant. C'est toujours sous son point de vue qu'est raconté le livre.

C'est assez bizarre quand il est tout petit mais ensuite cela parait plus naturel.

L'histoire en elle même est intéressante, le point de vue est différent des autres livres sur le même thème puis-qu’ici on parle de ces enfants sélectionnés pour être de bons et vrais aryens.

Parfois quelques longueurs aurait certainement pu allégé un peu ce roman mais dans l'ensemble il se lit sans déplaisir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marcello06 2018-11-27T17:11:15+01:00
Or

J'adore les livres qui traitent de la Seconde Guerre Mondiale, de la Shoa ... Cependant j'en ai lu de nombreux qui sont beaucoup trop romancés et qui ne tiennent pas la route au niveau de la chronologie historique contrairement à celui ci.

De plus, à la grande surprise j'ai appris (à la fin du livre) que l'histoire du personnage principal, Max, est purement inventée mais que en revanche celle du personnage secondaire est inspirée d'une histoire vraie ce que j'ai beaucoup apprécié.

Enfin, grâce à ce livre j'ai pu vraiment me rendre compte de la pensée des allemands nazis, sans oublié que pour autant cela reste un roman, car plusieurs livre ont été écrit en prenant le point de vue des personnes persécutées mais peu en prenant celui des nazis

Pour conclure je vous conseil fortement de le lire. Une fois que vous allez commencé pr contre soyez prêt à ne plus le lâcher même si certains moments peuvent être choquants !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wonderbooks 2018-11-16T15:12:47+01:00
Or

Ma chronique > https://unelectriceawnderlnd.blogspot.com/2018/11/max-sarah-cohen-scali.html

Ce livre m'a été recommandé par une amie (ça faisait déjà longtemps qu'il me faisait de l'oeil) et c'est un coup de cœur qui m'a permis de sortir un peu de ma zone de confort : les lectures de l'imaginaire.

Le narrateur de l'histoire est Konrad (Max). Ce point est assez troublant au début du livre, c'est un embryon (ou un peu plus tard un bébé) qui nous décrit le monde d'une façon "adulte".

Ce roman historique s'intéresse à la période de la Seconde Guerre Mondiale mais il nous parle d'un de ses aspects tout aussi horrible que la violence de masse et les déportations : le programme Lebensborn qui consiste à sélectionner des femmes qui mettront au monde les représentants de la race aryenne qui (d'après l'idéologie nazie) va régner sur le monde. Ce roman m'a permis d'en apprendre plus sur la Seconde Guerre Mondiale. Tout est extrêmement réel ce qui fait qu'on a vraiment l'impression de vivre les événements avec Max.

Comme vous l'aurez compris, Max représente parfaitement ce qu'on attend d'un bon aryen. Pour lui, rien est plus normal que de tuer les Juifs et il vante les mérites du Furher et de sa patrie qu'ils considère d'ailleurs comme ses parents. Évidemment, on ne peut qu'être choqué en lisant les paroles de Max mais malgré tout, l'auteure arrive à nous faire nous attacher à lui. Les passages du livre où il découvre des choses ou ceux où il se remet en cause sont vraiment touchants.

Bref, Max est un roman duquel on ne peut sortir indemne. Il nous fait réfléchir sur des tonnes de choses. Je le recommanderai à des lecteurs avertis de plus de 14 ans.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Madnone 2018-11-14T13:59:19+01:00
Lu aussi

Au top ! J'ai bien aimé lire un livre sur un pan de l'Histoire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Baiko 2018-11-10T10:53:12+01:00
Diamant

https://leslecturesdebaikoo.wordpress.com/2018/11/10/max-sarah-cohen-scali/ (si vous avez le temps ;) )

Avant toute chose, je tiens à dire que Max n’est pas un roman uniquement jeunesse, au contraire, de part la dureté du sujet abordé et le récit parfois cru, il s’adresse aussi bien aux grands ados et aux adultes.

« Max » est donc un de ces romans dont on ne ressort pas indemne. Il fait parti de ces oeuvres (films, séries, livres …) qui après qu’on les ait connues, nous poussent à faire des recherches sur le sujet (par exemple je sais pas vous mais en ce qui me concerne, après avoir vu Titanic pour la première fois, j’ai passé du temps à lire l’histoire de ce navire et de son naufrage). Pour « Max », ça a été pareil.

Comme le laisse entrevoir la couverture, l’intrigue se déroule donc pendant la 2de guerre mondiale mais Sarah Cohen-Scali se démarque en faisant de son héros un petit nazi en devenir et surtout aborde des sujets peu connus du grand public sur la 2de guerre mondiale, en particulier les « Lebensborn ». Véritables « usines à bébés », ces établissements créés par les nazis avaient pour but de donner naissance à de parfaits représentants de la race aryenne : blonds, blancs, yeux bleus, grands et athlétiques. C’est de là que vient notre héros -je reviendrai sur lui plus tard-. Mais ce n’est pas tout, sans en dire plus pour ne pas tout dévoiler, elle aborde également plusieurs aspects méconnus de la guerre et de l’éradication juive en Pologne et c’est hyper intéressant, d’un point de vue culturel évidemment mais aussi sur l’intrigue car ça permet de changer un peu.

Je vous ai dit que notre héros est un petit nazi en devenir. Et c’est un sentiment très étrange que de lire ses aventures, tant il fait naître en nous des sentiments contradictoires. En effet : Max est un petit garçon et est le héros de l’histoire, il se retrouve plongé au coeur de ce conflit qui le dépasse et on ne peut que s’attacher à lui. Mais voilà, Max est ce petit garçon qui n’a rien connu d’autre que l’idéologie nazie, il a été élevé selon elle et par conséquent il agit et pense selon elle. Et c’est là le tour de force de l’auteure qui fait naître en le lecteur des sentiments contradictoires. En effet, on s’attache à Max mais quand la page d’après il tient des propos racistes, antisémites, voire même agit, de manière antisémite, on le déteste immédiatement. Néanmoins à chaque fois on se dit « mais non, ce n’est pas de sa faute, il n’y est pour rien, on l’a endoctriné ». C’est une sensation très particulière qui en ressort et assez inédite pour un roman se déroulant pendant la 2de guerre mondiale.

« Plus je grandis, plus je me rends compte à quel point les adultes sont bizarres, bourrés de contradictions.«

Ce roman amène vraiment une réflexion sur le lecteur et à chaque chapitre on se demande « Mais comment cela a t-il été possible ? Comment des Hommes ont pu avoir de telles idées, être allés aussi loin dans l’application de leur idéologie? etc. Ce livre fait surtout prendre conscience de l’importance de l’éducation. Les enfants sont totalement manipulables et pourtant c’est eux l’avenir. L’éducation aussi bien par l’apprentissage de l’Histoire, de la culture humaine que par l’apprentissage des valeurs de tolérance, liberté, égalité sont primordiales et fondamentales.

Le tout servi par une plume magistrale. Sarah Cohen-Scali décrit avec justesse les émotions des personnages, les interrogations de Max qui du haut de ses 5-6 ans découvre le monde et cherchent ses réponses selon l’idéologie nazie. Les événements historiques sont terrifiants de réalisme. Il y a eu un vrai travail de recherche et ça se sent.

Au final : Un roman bouleversant à mettre entre toutes les mains, jeunes et moins jeunes, afin de découvrir des aspects peu connus d’un des conflits les plus meurtriers de tous les temps. A travers les yeux d’un petit garçon, cette histoire fait prendre conscience de toutes les horreurs dont l’Homme est capable et nous amène forcément à réfléchir. Qu’aurions nous fait ? Mais surtout, comment faire pour que cela ne se reproduise pas ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Starsletters 2018-11-07T13:44:44+01:00
Diamant

Ce roman est bouleversant...

Je savais déjà que la Seconde Guerre Mondiale avait été horrible, mais je ne connaissais pas cette partie là de l'histoire. C'est tellement révoltant ! On a tendance à parler que des dégâts chez les "gentils" (France, USA, Pologne, etc), alors que l'Allemagne a eu aussi son lot d'atrocités.

Tout est très (trop ?) bien détaillé, on voit que l'auteur a fait beaucoup de recherches et je pense qu'elle a retranscrit à la perfection l'état d'esprit que les gens avaient à cette époque.

L'écriture est percutante, crue, et va bien avec les évènements (aussi, si vous êtes plutôt sensibles, je ne le vous conseille pas ^^').

Quant aux personnages, ils sont géniaux, dans le sens où j'avais soit envie de les tuer, soit envie de les protéger.

Bref, il m'a retourné le cerveau et le coeur ; si vous cherchez un livre sur cette période, il est parfait !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zebra_12 2018-10-21T11:17:01+02:00
Diamant

J'ai eu un énorme coup de cœur pour ce livre assez spécial. Dès le début, l'ambiance est bizarre, c'est un embryon qui nous parle comme s'il était un adulte et qui décrit le monde autour de lui. Et puis au fur et à mesure, on découvre la réalité: le programme Lebensborn, l'emprise d'Hitler sur l'Allemagne, la guerre et toutes les autres horreurs qui viennent avec.

Rien que la couverture est glaçante : on voit un embryon avec noté autour de lui de très nombreuses mensurations, tout cela sur un fond au couleur du drapeau nazi.

On suit l'histoire avec les yeux d'un enfant conditionné depuis sa naissance. Pour lui, capturer les Juifs pour les tuer, ne pas avoir de maman, arracher des enfants à leur mères pour qu'il rejoignent les jeunesses hitlériennes et les Napola (écoles militaires), ... est tout à fait normal. Selon lui, ses parents sont le Fürher et l'Allemagne.

Lorsqu'il découvre l'affection et tous les petits gestes qui vont avec (je pense au passage avec Bibiana) il est tout chamboulé, il se pose enfin des questions et envisage une autre réalité que la sienne. On suit toute son enfance jusqu'à ses neuf ans (la fin de la Guerre). On voit la cruauté de ce programme, les traitements infligés aux bébés qui ne sont pas parfaits, leur éducation, leur rapport à la violence, les Napola,.... Et puis surtout on assiste à cette rencontre avec Lukas qui emmène un peu d'espoir.....

Sur la quatrième de couverture du livre, il y a écrit "On adore détester Max et on ne déteste pas l'adorer" (cela vient d'un internaute) et c'est exactement ça. Chaque action de sa vie nous procurent divers sentiments, on a envie de lui dire de s'arrêter ou au contraire de continuer. Lorsqu'il change subitement d'avis, on l'encourage ou on le déteste. Ce personnage est vraiment ambigu.

Et l'écriture ... On a l'impression d'avoir en face de nous un enfant à la fois cruel et innocent. Tout est bien expliqué et cela ne manque pas de détails sur l'ambiance de cette période et les pratiques tenues secrètes et organisées par Hitler. Les actions s'enchaînent vite toutes plus noires les unes que les autres, c'est un flot continu.

C'est une lecture choc, on prend conscience de l'emprise d'Hitler sur l'Allemagne et du "lavage de cerveau" qu'il a fait subir à de nombreuses personnes. Ce récit est extrêmement bien documenté et il nous permet d'en savoir plus sur cette partie méconnue de la guerre.

Je ne peux que recommander ce livre (pas avant 14-15 ans je pense, il faut se sentir prêt car certains passages sont durs), même si il est vraiment spécial.

(https://lectureetavis.jimdo.com)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mishakal-Yveldir 2018-10-09T09:38:10+02:00
Diamant

https://enquetedesaveurs.blogspot.com/2018/10/max-sarah-cohen-scali.html

Max, Max, Max ! Un chef-d’œuvre dans son genre ! Il est cru, sale, vulgaire, réaliste ; le nazisme dans toute son horreur, vécu du point de vue d’un enfant nazi. Beaucoup de livres traitent sur cette époque douloureuse qui laissera à jamais le monde stigmatisé. Et je ne pense pas que ce soit de trop, les gens sont tellement ancrés dans leur petit confort, qu’ils oublient par quoi nos ancêtres sont passés. C’est affligeant… Alors oui, certains surfent sur la vague sans même maîtriser leur sujet. Mais ici, nous avons un véritable bijou, un texte d’une cruauté extrême que l’on vit à l’intérieur.

Je l’ai dévoré à une vitesse fulgurante. 480 pages en quelques jours à peine. J’étais scotchée. Médusée par la façon de penser de Konrad que je trouve, bien sûr, légitime. Dès le début, à l’état de fœtus, il injure, désabusé. Il est persuadé que son véritable père, spirituel, est le Führer et est prêt à se sacrifier pour lui. Sa naissance est dure. On pose le tableau. Le Docteur Ebner mesure les nouveau-nés et ceux qui ne rentrent pas dans les normes aryennes sont des « lapins » qui se font tuer. Konrad grandit là-dedans. Il se fait ensuite arracher à sa mère, cette scission le marque et le rend plus froid. Jusqu’à ce qu’une « sale pute dissidente » comme il la décrit, le soustrait au Lebensborn de Steinhöring en s’enfermant avec lui dans un sous-sol. Sous-alimentée, elle meurt et il reste 3 jours dans ses bras froids qu’il faut découper pour l’extraire. Mais le fait qu’elle l’ait appelé Matchen/Marxen lui a ravivé des souvenirs. Même s’il ne sait plus à quoi ressemble sa mère. La femme lui a raconté avant de mourir de faim que son mari juif s’est fait tuer, qu’un soldat SS l’a frappée et a tué son enfant d’une balle dans la tête.

Oui, ce livre ne va pas dans la dentelle. Et c’est comme ça tout du long. J’ai aimé le fait que Lukas en plus d’être Polonais soit Juif et intègre l’élite. J’ai lu en notes de fin qu’il se calque sur un personnage réel.

J’ai été triste à divers moments. Cette déchéance que Konrad trouve normal, parce qu’il a été éduqué comme ça. Qu’il ne voit pas en quoi c’est mal de dénoncer ses amis Polonais et leurs familles.

Le fait que son ami Wolfgang se fasse tuer, parce qu’il ne savait plus à partir de quels galons il faut saluer un soldat SS. Pas de bras levé à la bonne seconde, bang ! Que de cruauté ! Pauvres enfants arrachés à leur famille pour se faire « germaniser ». On évoque fort peu le gazage des prisonniers et les fours. Ce n’est pas le propos ici. On se focalise vraiment sur la croissance des enfants dans cet ancien asile (les précédents pensionnaires ayant subi une « réaffectation », oui un mot codé pour dire qu’ils se sont fait zigouiller).

« Des coloriages ! Pour qui me prend-elle ? Je sais déjà lire et compter ! C’est Josefa qui m’a appris. Je suis même capable de faire des opérations de calcul. Comme, par exemple : un sac contient trente bonbons, un Juif en vole vingt-cinq, combien de bonbons reste-t-il dans le sac ? Il en reste 30-25=5. Fastoche ! »

« Je lui livre mon histoire depuis le début.

Les sélections qu’a passées la Frau qui devait me porter dans son ventre, avant de s’accoupler à un officier SS, ma naissance au foyer Steinhöring, le remplacement de la Frau par une nourrice, les sélections que j’ai passées moi aussi, comment le Her Doktor Ebner m’a pesé, mesuré, examiné. Les sélections des autres bébés qui pour certains, sont devenus des « lapins » et ont été découpés en morceaux dans des bocaux, sur les étagères des « instituts scientifiques ». Les adoptions des meilleurs éléments du Heim par les familles allemandes, et puis tous les autres foyers qui se sont créés en Europe et dans l’ensemble des pays occupés. Je lui décris la programmation et la fabrication à la chaîne de la future jeunesse allemande dont je suis l’échantillon type, le prototype. Parfait. Irréprochable. »

Pendant presque toute la narration, Konrad est convaincu du bien-fondé du massacre des autres populations, jugées « inférieures ». Mais sa rencontre avec Lukas le transforme. D’abord parce qu’il est Polonais, mais quand il apprend en prime qu’il est Juif, il hésite à le dénoncer. Parce qu’il le voit comme son frère. Ses préceptes et son cœur luttent l’un contre l’autre.

Il assiste à la fornication des nazis, les putes réservées aux plus gradés, les Polonaises violées par les grouillots. Et ça ne le choque pas particulièrement. Il considère cela comme instructif, c’est comme ça qu’on fait les bébés.

Il est convaincu plus tard que les femmes Allemandes ont mal parce que leur fente est prévue pour les officiers SS, pas pour les Russes. Il a une vision étriquée du monde. Lentement détruite par la chute du Reich. Tous ces idéaux qu’il croyait inébranlables et justes, réduits à néant ! Voir les nazis et leur famille se pendre ou s’empoisonner, des gens déféquer par terre sans la moindre dignité, les femmes prises de force par les Russes, sa patrie massacrée par ces derniers quand ils sont ivres…

Konrad déchante, c’est la dégringolade.

Pourquoi ce livre s’appelle Max ? Parce que sa mère a choisi ce nom quand il est né, et sans spoiler les événements de la fin, il prend enfin conscience que tout ce qu’il a vécu n’est pas normal. Il saisit à quel point le témoignage est important et pleure pour la première fois de sa vie.

Que vous soyez passionné ou non par l’histoire, je vous recommande ce livre qui pour moi, est une mine d’informations et d’une grande richesse émotionnelle. Une petite merveille.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SkeletonGirl 2018-09-23T14:53:06+02:00
Or

Il il n'y a pas de mots assez fort pour décrire à quel point ce livre a été bon. Le concept du livre est tout simplement grandiose, l'écriture est fluide, les personnages attachants, il y a tellement de bon points que je ne peux tous les énoncer ! Il est impossible de sortir indemne de ce livre, il nous bouleverse tout simplement.

Un histoire aussi fascinante que bouleversante.

Afficher en entier

Date de sortie

Max

  • France : 2012-05-31 - Poche (Français)

Activité récente

sp2001 le place en liste or
2018-11-25T22:22:31+01:00
Alexpeu l'ajoute dans sa biblio or
2018-11-19T22:45:47+01:00

Les chiffres

Lecteurs 1291
Commentaires 272
Extraits 44
Evaluations 393
Note globale 8.86 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quizz terminés récemment

  • Quizz : Max
    Score : 75% par msjdb 2018-12-08T19:11:27+01:00
  • Quizz : Max
    Score : 45% par Marleyne 2018-11-11T15:33:28+01:00

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode