Livres
472 388
Membres
444 812

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le cimetière de Prague



Description ajoutée par elbaloo 2012-05-10T18:53:50+02:00

Résumé

De Turin et Palerme à Paris, nous croisons des hystériques, des satanistes, des escrocs, un abbé qui meurt deux fois, des cadavres dans un égout, des jésuites complotant contre des francs-maçons, des confraternités diaboliques et des carbonari étranglant des prêtres. Nous assistons à la naissance de l’affaire Dreyfus et à la fabrication des Protocoles des Sages de Sion. Nous prenons part à des conspirations, aux massacres de la Commune et à des messes noires… Tout est vrai dans ce savoureux feuilleton, à l’exception du principal narrateur, Simon Simonini, dont les actes ne relèvent cependant en rien de la fiction. Trente ans après Le Nom de la rose, Umberto Eco nous offre le grand roman du xixe siècle secret.

Afficher en entier

Classement en biblio - 148 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Klaroline03 2015-07-13T10:56:28+02:00

Ici, même ce que Dall Piccola dévoile devient assez lacuneux et fragmentaire, comme si lui aussi peine à se rappeler ce que sa réplique s'était efforcée d'oublier.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Bronze

Effectivement, disons que le début est un peu déroutant. Moi aussi j'ai eu la tentation de laisser tomber mais je viens d'arriver au bout. Je crois qu'il ne faut surtout pas lire l'ouvrage au premier degré mais profiter de la description des mécanismes cachées qui permettent de diriger l'opinion publique dans la direction recherchée, pour mieux comprendre comment nous sommes toujours manipulés aujourd'hui. La richesse du vocabulaire employé est si rare dans les ouvrages d'aujourd'hui, qu'elle mérite d'être doublement soulignée.

Afficher en entier
Diamant

Certes, ce roman n'est pas facile à lire. Mais on devait s'y attendre: on ne lit pas un Umberto Eco comme un roman de gare (n'y voyez aucune connotation péjorative ou élitisme mal placé, mais une simple comparaison de deux types de livres différents).

L'auteur nous entraine dans une fascinante description de la vie et de l'oeuvre d'un malhonnete et sans scrupules plagieur et falsificateur, antisémite de surcroît.

D'une manière romancée, on assiste à ce qui aurait pu être l'origine des faux, tristements célèbres, protocoles des sages de Sion, ou des sombres manigances ayant conduit à la tragique affaire Dreyfus. L'ensemble du roman fait preuve d'une brillante érudition de son auteur.

Ce livre a visiblement fait polémique lors de sa sortie: on accuse Eco de contribution à la haine, en faisant d'un raciste endurci le personnage principal de son roman. Je ne suis pas d'accord: absolument rien dans ces pages ne fait l'apologie ni ne justifie les dérives antisémites du contexte de cette époque. Peut-être a-t-il fait le pari osé de beaucoup compter sur l'intelligence de son lecteur, mais ce livre n'est aucunement "sale".

De mon point de vue, on a là le meilleur roman d'Umberto Eco depuis le "Nom de la Rose" et le "Pendule de Foucault", peut-être même supérieur à ce dernier.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par etoilebleue 2019-01-03T22:55:41+01:00
Pas apprécié

Une déception... J'avais hâte de l'entamer, j'ai renoncé au bout de 150 pages (quand même). Les thèmes me plaisent: les divers complots du XIX siècle, la manipulation de l'opinion publique mais tout cela manque de "liant".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elerinna2 2017-12-04T13:34:57+01:00
Lu aussi

Ce livre est une grande déception moi qui avait adoré le nom de la rose. Je me suis ennuyé à mourir. Pourtant l'idée avait de quoi être intéressantes parler de complots et des "dessous" (fictifs bien sûr) des grands événements historiques le tout raconté par un personnage exécrable. Et pourtant je me suis ennuyée tout du long. Je me suis accroché quand même en me souvenant que le début du Nom de la rose avait aussi était long mais là l'histoire n'a jamais vraiment décollé, j'ai l'impression qu'on est toujours resté en surface, les personnage n'ont rien de mémorable, même le héros je m'attendais à quelqu'un qui allait beaucoup plus loin dans le mal là c'est juste un escroc raciste, certes c'est déjà pas mal mais je m'attendais à quelqu'un de bien plus mauvais.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par asymptote 2017-04-26T12:29:03+02:00
Lu aussi

Livre très dense, avec un procédé littéraire original mais complexe. En revanche, c'est un livre pour revisiter l'histoire de l'unification de l'Italie jusqu'aux prémisses de la solution finale en passant par la commune sous l'angle de vision du dessous des cartes, complots et imbroglios.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pendergast 2017-03-29T16:46:39+02:00
Lu aussi

Un livre difficile en effet , complexe dans son écriture , fort érudit comme tout livre d'Umberto Eco , mais que j'avoue avoir lu sans le plaisir que me procure toute autre de ses ouvrages mais plus par l'obligation de vouloir le finir envers et contre tout!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Thierry-1-2-3 2017-02-13T20:55:38+01:00
Diamant

Spoiler(cliquez pour révéler)Le cimetière de Prague écrit par Umberto Eco, est un roman sur fond d'événements historique retraçant la vie de Simon Simonini par le biais de son journal intime. La présentation de ce personnage detestable vient rapidement dans le livre quand il décrit de façon haineuse, avec beaucoup de clichés et raccourcis les allemands, les français, les italiens, les francs-maçons et les juifs. L'auteur s'attarde avec précision sur une liste de clichés, on peut alors se demander si c'est bien utile, si on va y avoir droit tout le livre car on sait qu'on va suivre ce personnage. Effectivement, cette haine décrite sans recul, sans jugement moral de l'auteur, sera présente durant tout le roman. Les médias italiens ont d'ailleurs reproché à Umberto Eco de donner du grain à moudre aux esprits malveillant d'extrême droite. C'est pas totalement faux mais le roman est clairement une attaque frontale au racisme et à l'idéologie d'extrême droite. Cette attaque est originale et maligne puisqu'elle ne dénonce pas le racisme par un jugement morale comme c'est fait habituellement mais par un récit, une histoire, qui démontre la stupidité et la dangerosité du racisme. En effet, Simonini a effroyablement peur du complot juif. Cette haine viscirale lui vient de son grand père qui lui a sans cesse martelé des immondices sur le peuple juif durant toute sa jeunesse. Simonini a toujours été un solitaire, séquestré par son grand père. Il ne s'est donc construit qu'à travers la haine et les peurs irraisonnées de son grand père. L'auteur veut donc montrer que cette haine n'a aucun fondement, qu'elle n'est même pas le résultat d'une somme d'événements factuels mal interprétés ou même de reflexions malhonnêtes. Ceux-ci ne viennent qu'après cette haine viscérale, la haine est présente et ce n'est qu'ensuite qu'on essaie de la justifier. Elle est en soi, mais on ne sait pas trop pourquoi elle est là (autre que l'héritage culturelle de son grand père). D'ailleurs Simonini le concède à demi teinte dans son journal. Il est persuadé du complot juif mais n'a pas de preuve (ah bon ?) . Pour lui, la meilleure façon d'avoir des preuves c'est de les fabriquer soi-même. Ce sera sa principale activité dans sa vie, fabriquer des faux-documents dans le but de nuir aux juifs, aux francs-maçon ou autres "groupes" si des agents de services secrêts le lui demande. Au final, la seule certitude c'est que les complots proviennent de ceux qui ont peur du complot et non pas de ceux qui se font habituellement accuser. C'est une des caractéristiques de la haine, le raciste devient ce qu'il croît dénoncer. Forcément, le racisme porte aussi sur le physique, Simonini ne se prive pas de faire des généralités méprisantes sur le physique des juifs. Quand il doit rencontrer un ex-juif, il s'attend bien évidemment à une caricature (il dit de plus, information non négligeable, qu'il n'a pas beaucoup (voire pas du tout) vu de juif dans sa vie). Grosse surprise, l'ex-juif ne répond pas du tout à la caricature, au lieu de se remettre en question avec au minimum une réaction commune et pleine de mauvaise foi du style "c'est l'exception qui confirme la règle", il se dit que la reconversion religieuse change aussi le physique. Comble de la malhonnêteté intellectuelle. Passage amusant, raconté de façon simple, symbolisant parfaitement la stupidité du racisme. L'auteur fait aussi une critique de la société et des foules facilement manipulables, les faux-documents en question ne sont que des reprises d'anciens textes (parfois mot pour mot). Il souhaite montrer que ce sont toujours les mêmes schémas qui suscitent les réactions des foules, il n'y a donc pas de prises d'expérience de la part de la foule, ce qui fonctionne c'est juste la confirmation des opinions pré-établies de la foule, l'envie instinctive d'être une victime de complot. Ces réactions, ces instincts humains sont intemporels.

La quantité de personnages de tout horizon, acteurs dans la réalisation de faux-documents essayant de prouver des pseudos complots et l'ampleur générée montrent ce qui, en partie, induit l'affaire Dreyfus et le génocide des juifs annoncé par Simonini lui même en fin de roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ChloeD75 2016-04-07T14:51:24+02:00
Bronze

Beaucoup de longueurs, pertes de rythme, personnages peu marquants, dommage ! Umberto Eco reste l'un de mes auteurs favoris, mais rien à voir ici avec le Pendule de Foucault...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lazout 2015-12-20T22:12:48+01:00
Bronze

La lecture de ce roman a été ardue. J'avais vraiment hâte de le finir. Toutefois, connaître tous les moyens qui ont été utilisés pour manipuler l'opinion publique, qui semble-t-il sont vrais, est d'un grand intérêt.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merlin 2015-10-17T22:34:50+02:00
Pas apprécié

Absolument INDIGESTE!! Mes amis vous le diront: je n'ai JAMAIS laissé la lecture d'un livre en plan.... Mais celui-là, il a réussi à m'avoir... Je suis allée jusqu'au bout malgré tout, en sautant de grands bouts et en m'obligeant à poursuivre ne serait-ce que pour découvrir qu'elle fin fût réservée à ce personnage troublé...La trame de fond était pourtant excellente: les divers complots du XIX siècle, le monde de l'espionnage et de la manipulation de l'opinion publique...Pour faire une analogie culinaire (encore), c'est exactement comme avoir la nausée après avoir mangé quelque chose qui aurait pu être excellent mais qui est devenu indigeste parce que vraiment trop lourd...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bybro 2014-04-01T20:24:23+02:00
Pas apprécié

Je ne suis peut-être pas objectif, mais après les premières pages qui suscitent l'intérêt, la lenteur du récit fait perdre l'envie de poursuivre. Désolé, mais qu'il est loin "Le nom de la Rose".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par oceane2508 2014-03-14T18:41:56+01:00
Pas apprécié

Apparemment soit on adore ce livre, soit on le déteste. Je suis dans la deuxième catégorie, je crois ne m'être jamais autant ennuyé et désintéressée d'un livre que j'étais en train de lire.

Afficher en entier

Dates de sortie

Le cimetière de Prague

  • France : 2011-03-23 (Français)
  • France : 2012-05-02 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 148
Commentaires 26
Extraits 9
Evaluations 28
Note globale 5.71 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode