Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
705 925
Membres
969 820

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre



Description ajoutée par Prilla 2013-05-22T12:19:41+02:00

Résumé

Lina est une jeune lituanienne comme tant d'autres.Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais une nuit de Juin 1941,des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient.

Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, dix-sept ans, affiche la même combativité qu'elle...

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 460 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par DML12 2012-09-25T21:35:22+02:00

" Ne leur donne rien, Lina. Même pas ta peur. "

P.383

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Ce livre est tout simplement indescriptible. Dans les musées, les cours d'histoires et dans la vie, on oublie souvant à quel point la vie dans les futures pays de l'Est lors de la seconde guerre mondiale était tout aussi difficile que la vie pour les juifs dans les pays d'Europe de l'Ouest face au Allemands! Déporté comme Lina et sa famille, maltraité, souvent bléssé aussi bien physiquement que moralement... Les goulags sont tout aussi atroce que les camps de concentrations, et le fait que dans cette histoire, l'une des partie se passe en hiver, avec le froid, la faim, la mort, la peur ... donne une dimension horrifique à l'histoire

Pourtant, le personnage principale, lina, grâce à son courage, à sa force, grâce à la manière dont l'auteure nous décrit ses joies, ses peines, ses doutes, son histoire d'amour et ses espoirs, n'est que plus attachante, et arrive à donner une certaines douceur à l'histoire qui fait que ce livre n'est pas "trop" brutal.

Ce livre est un hymne à la vie et rend hommage à toutes les personnes décédées lors de leurs déportations, ou qui en s'en étant sortie, sont resté marquée à vie!

J'ai juste trouvé dommage que le livre ne soit pas plus long, Qu'on ne découvre pas le jour où Lina et son frère peuvent rentrer chez eux, où Lina retrouve Andrius, où il arrive pour la première fois depuis des années en Lituanie... Bref Qu'on ne découvre pas dans ce livre, tous les instant heureux qui lui aurait donné un charme plus doyux encore et un espoir plus poignant!

Afficher en entier
Argent

Lina Vilkas a quinze ans, lorsqu’en 1941, pour des raisons qu’elle ignore totalement, elle est déportée ainsi que sa famille. Commence alors pour Lina et un nombre ahurissant d’autres, un véritable enfer. Après un voyage dans les wagons à bestiaux, beaucoup ont perdus leur dignité, mais le pire reste à venir.

Brimades et injustices sont monnaies courantes. Les conditions de vies, elles, sont désastreuses. Mais Lina, son frère et leur mère font preuve d’une combattivité à toutes épreuves. Ainsi qu’Andrius, un garçon du même âge que Lina, qui ne fléchit pas. Au camp, ils ne sont pas les seuls.

Commence alors le récit d’une liberté volée…

Poignant. C’est le mot juste. Le fait que ce récit soit en partie une fiction ne change rien à sa crédibilité. Et au contraire, ajoute une dimension plus douce à cette histoire. Car, tout y est tellement violent.

C’est donc avec un certain soulagement que l’on lit les retours en arrière dans la vie de Lina. On se rend compte que, malgré le fait que ces passages soient plus « relaxants » comparés au reste, il y a toujours une tension palpable. En plus, ces flash-back permettent de comprendre certains aspects de l’histoire… et vice versa.

Je parlais de tension à un moment. Le climat ambiant est totalement glaçant compte tenu du sujet. Être déporté en Sibérie, vous imaginez ? Il y a de quoi frissonner.

Comme il faut un peu de douceur dans ce monde brute, tout n’est pas tout noir ou tout blanc (quoiqu’en Sibérie… promis, plus de jeu de mots). Les « méchants » ne le sont pas tellement et les « gentils » non plus.

Donc, il y a le côté histoire « d’amour » entre Andrius et Lina. On en vient à cette question que la jeune fille elle-même s’était posée : si elle n’avait pas été déportée, aurait-elle été vers quelqu’un comme Andrius ? Nous ne le saurons jamais et là n’est pas l’important d’ailleurs.

Après ces deux personnages, j’en oublie les autres. La mère et le frère de Lina, notamment. Une mère si courageuse et exemplaire. Néanmoins, je me suis découvert une grande sympathie pour Jonas, le frère de Lina, d’à peine dix ans, qui a dû grandir si vite…

Un aspect de ce livre est l’art. Oui, quel est le rapport, me direz-vous. Lina tente entre autres de rentrer en contact avec son père (déporté dans un autre camp) par le biais de ses dessins que l’on s’imagine sans difficulté. Ou encore, la passion de Lina pour les tableaux de Munch.

Bref, un livre pour ne pas oublier, ça remet les pendules à l’heure. A lire pour ceux de 14/15 ans (et les autres aussi), cela apporte une autre dimension aux cours d’histoire sur la Seconde Guerre Mondiale. On oublie souvent les Goulags, qui n’étaient pas mieux que les affreux camps allemands. Et ça, il ne faut surtout pas.

La playlist, pour ceux qui aiment lire en musique : 42 et Violet Hill de Coldplay, ainsi que Ny Batteri de Sigur Rós (groupe islandais).

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Sefifi 2024-02-20T16:23:46+01:00
Or

J'avais souvent vu passer ce livre mais je n'avais jamais pris la peine de lire le résumé, ce n’est que tout récemment en découvrant les thèmes abordés du livre que j'ai décidé de le lire : je l'ai dévoré.

Tout le long de ma lecture j'avais l'impression d’être avec Lina, de subir le froid, la tristesse, l'amour, la haine, le désespoir et la faim.

L'autrice , Ruta Septys, elle même lituanienne, s'est inspiré des histoires de ses ancêtres et de ses proches pour écrire ce roman pour parler de ce génocide qu'ont subit les pays baltes .

Je ne sais même par ou commencer : la plume qui retranscrit si bien l'horreur des goulags soviétiques ? Les personnages si attachants et courageux ? Les petits moments de joies que Lina a parmi toutes ces épreuves ? Cette envie de crier a l'injustice tout au long du livre ?

Au final je n'ai qu'une seule chose a dire : ce livre mérite d’être lu, de nous faire pleurer et de nous rendre compte de l'horreur que l'humain peut devenir.

Afficher en entier
Or

Un pan méconnu de l'histoire nous est raconté dans ce roman inspiré de faits réels. C'est la déportation des habitants des pays baltes par le régime de Staline qui nous est narrée dans ce livre et l'extermination des opposants au régime.

Afficher en entier
Argent

J'ai très franchement apprécié ce livre, très intéressant et émouvant. Pour être honnête, j'ai eu du mal au début. Néanmoins, au fur et à mesure du livre, l'auteure étoffe ses personnes, leur donne des nuances de caractères ! On en vient vite à s'attacher à eux au point d'avoir, à chaque nouvelle page, le coeur serré d'angoisse, de tristesse mais aussi d'espoir et de compassion.

Enfin, c'est un très beau livre qui laisse entrevoir la dure situation des personnes qui ont été déportées dans des kolkhozes et qui, malgré tout, ont réussi à garder espoir ! C'est donc un livre que je recommande chaudement quand on a la force d'aborder un récit poignant et parfois très difficile à lire.

Afficher en entier
Diamant

Une romance historique. L'amour en Russie, en déportation, c'est possible, mais à quel prix ?

Afficher en entier
Argent

On entre dans cette histoire dès la toute première ligne, et ce n'est pas une façon de parler « Ils m'ont arrêtée en chemise de nuit ». Je vous avouerai d'ailleurs qu'il ne m'a pas fallu 30 pages pour être submergée par l'émotion, retenant péniblement mes larmes, alors que les mots employés n'étaient on ne peut plus simples (et c'est ce qui fait leur force, selon moi) :

« On séparait les familles. Les enfants poussaient des cris déchirants. Les mères imploraient »

« Les quais étaient remplis d'ours en peluche orphelins »

En outre, les personnages sont très attachants (même les plus sombres). La force de ces personnages, c'est qu'ils ne sont jamais blancs ou noirs : ils ont leur part d'ombre ou leur part de bonté, c'est selon.

Le seul bémol, en ce qui me concerne, c'est la fin. J'aurais tellement voulu en savoir plus' beaucoup plus' Je ne veux pas déflorer votre lecture donc je ne peux vous dire explicitement ce qui m'a manqué mais juste que la fin est bien trop abrupte...

Afficher en entier
Or

Un livre dur, mais juste. Comme tout ceux de Ruta Sepetys

Afficher en entier
Bronze

Si l'histoire en elle-même est en partie véridique, j'ai trouvé que l'auteur était trop tendre avec ses personnages et qu'il manquait de l'émotion. Nous sommes dans une déportation même si ce ne sont pas les nazis et les juifs. Nos personnages vont vivre des choses dures et tragiques et j'ai trouvé ce côté très peu présent. Peut-être est-ce pour que le livre soit accessible aux plus jeunes ? Même si j'ai apprécié ce livre, j'ai eu une réelle pointe de déception. Néanmoins, je vous le recommande car il traite d'un sujet peu connu.

Afficher en entier
Or

Le roman de Ruta SEPETYS présente une alternance du présent, horrible et tragique, et de souvenirs gais et vivants, remplis d’insouciance, de joies et de petites déceptions, les uns appelant les autres, se questionnant, se répondant.

C’est aussi un livre composé de petits chapitres, très courts… des grandes idées et d’espérances immenses.

Ce livre est pour moi un réel questionnement : comment nos corps peuvent-ils vivre, enfermés et soumis et nos esprits, s’évader et se développer, volontaires et libres ?

Dans l’innocence d’un récit d’une jeune adolescente, à travers les yeux révoltés et réfléchis d’une femme en pleine ce qu'ils n'ont pas pu nous prendreconstruction, quelques éléments de réponse se profilent dans ces pages que l’on tourne avidement.

Le lecteur connait ou imagine l’issue de cette désastreuse aventure. Il a une connaissance des conditions de vie et de mort. Il sait que les rescapés sont meurtris et détruits physiquement et psychologiquement. L’auteure, Ruta SEPETYS, nous instille, cependant, un peu d’espoir. « Ils » ne peuvent pas nous prendre toute notre humanité, il nous restera un petit quelque chose, une pensée qui fera de ces prisonniers des êtres humains vivants et pensants. Est-ce la parole ? La rébellion passive ? L’art ? L’attente ? L’amour ? Le corps ? La mort… ?

En tournant les pages, je me demandais jusqu’où l’horreur pouvait-elle aller ? jusqu’à quel degré un homme pouvait-il soumettre un pair ? jusqu’à quelle limite ces déportés lâcheraient prise, s’avoueraient-ils vaincus, perdraient-ils leur lutte définitivement ?

En une soirée, j’ai lu la moitié du livre… On s’attache à ces personnages qui nous ressemblent. Ils sont humains, fragiles, déterminés et vulnérables, traîtres, soumis… Lequel gardera-t-il sa ligne de conduite ? Lequel faiblira ? Lequel s’abandonnera ?

Ce livre est une expérience déroutante comme une épreuve que l’on s’impose à soi-même. Et si j’étais eux, que ferais-je ? Si j’étais agenouillée dans ce trou, sous la pluie battante ou la neige glaciale, désespérée, me laisserais-je mourir, vaincue ou me jetterais-je sous son joug, libre mais condamnée ? Garderais-je, au fond de moi, un peu de moi-même ou perdrais-je toute identité, toute liberté, toute opinion, toute vie ?

« Ils ont préféré l’espoir à la haine et montré au monde qu’une lumière veille toujours au fond de la nuit la plus noire.«

« … il n’est pas de plus puissante arme que l’amour. »

« Quelle que soit la nature de cet amour (…), il nous révèle la force miraculeuse de l’esprit humain. »

En bref : Quel joli récit de vie! Grave. Terrible. Horrible…

Je retiens des existences du passé que l’on pourrait projeter dans notre présent… Une plume simple, transcrite à travers un regard quelque peu naïf, avec un fond d’amour des autres… On lit ce roman, chamboulé et ému. Jamais indemne. Jamais insensible… Une histoire abordable pour les plus jeunes (collégiens). L’écriture est précise, avec une distance face à l’intolérable, indescriptible, l’inacceptable. Tout en retenu… quand même… pour être lu et lisible. Mémorisé. Jamais oublié.

On ne peut pas passer à côté de ces expériences humaines. On ne peut oublier ces moments de notre histoire. On ne peut qu’espérer que ce ne soient que des souvenirs… On ne peut ignorer, qu’aujourd’hui encore, « ils » sont là, leurs armes à la main, à tenter de brimer l’Autre… Et, nous pensons tous, qu' »ils » ne pourront pas tout nous prendre…

Afficher en entier
Diamant

L'héroïne raconte son interminable et terrifiant périple à travers l'URSS, de goulag en goulag, jusqu'au delà du cercle arctique, là où personne ne peut vivre tant il fait froid. C'est abominable de connaître tous ces détails sur les goulags, à propos desquels nous avons peu d'ouvrages pour la jeunesse. Et c'est nécessaire, sans aucun doute, quand cela est fait avec autant de talent et de délicatesse : en effet, ce n'est pas avec moralisme ou sentimentalisme que Ruta Sepetys traite son sujet, mais avec finesse, utilisant le fil rouge du dessin pour garder espoir et éviter que le lecteur ne sombre dans l'horreur. Ainsi le livre reste soutenable et le roman se dévore, quoiqu'il parle de choses atroces. C'est un défi relevé avec talent et je recommande très vivement cette lecture aux grands adolescents et aux adultes !

Afficher en entier
Diamant

Ce livre est un chef d'œuvre. Si vous ne l'avez pas encore lu, préparez-vous à passer par de nombreuses émotions avant le dénouement.

Afficher en entier

Dates de sortie

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

  • France : 2011-10-13 (Français)
  • France : 2015-03-19 - Poche (Français)
  • Canada : 2011-12-01 (Français)
  • Canada : 2015-04-20 - Poche (Français)

Activité récente

Sefifi le place en liste or
2024-02-20T16:13:51+01:00
la_na15 l'ajoute dans sa biblio or
2024-02-19T08:30:21+01:00

Titres alternatifs

  • Between Shades of Gray - Anglais

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 2460
Commentaires 491
extraits 121
Evaluations 807
Note globale 8.86 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode