Livres
475 904
Membres
454 315

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Rois du monde, Tome 1 : Même pas mort



Description ajoutée par Marie9589 2013-07-04T22:57:26+02:00

Résumé

Je m’appelle Bellovèse, fils de Sacrovèse, fils de Belinos. Pendant la Guerre des Sangliers, mon oncle Ambigat a tué mon père. Entre beaux-frères, ce sont des choses qui arrivent. Surtout quand il s’agit de rois de tribus rivales… Ma mère, mon frère et moi, nous avons été exilés au fond du royaume biturige. Parce que nous étions de son sang, parce qu’il n’est guère glorieux de tuer des enfants, Ambigat nous a épargnés.

Là-dessus, le temps a suivi son cours. Nous avons grandi. Alors mon oncle s’est souvenu de nous. Il a voulu régler ce vieux problème : mon frère et moi, il nous a envoyés guerroyer contre les Ambrones. Il misait sur notre témérité et notre inexpérience, ainsi que sur la vaillance des Ambrones. Il avait raison : dès le début des combats, nous nous sommes jetés au milieu du péril. Comme prévu, je suis tombé dans un fourré de lances. Mais il est arrivé un accident. Je ne suis pas mort.

Afficher en entier

Classement en biblio - 186 lecteurs

Extrait

Quand commence l’histoire d’un homme ?

Les gens ordinaires se croient souvent l’initiale de leur propre récit. Ils délivrent leur nom, celui de leurs parents, le lieu de leur naissance, du moins quand ils savent tout cela. D’autres inventent, même sans chercher à mentir. En vérité, cela a-t-il le moindre sens ?

Sur le champ de bataille, les héros procèdent différemment. Ils clament le nom de leur père, celui du père de leur père et des aïeux plus anciens dont ils perpétuent le sang ; ils énumèrent aussi tous les vaincus qu’ils ont tués. Ainsi s’identifient-ils par ceux qui leur ont donné la vie et par ceux à qui ils l’ont ôtée. J’aime cette façon de faire, je l’ai beaucoup pratiquée : ce ne sont pas seulement des guerriers qui s’affrontent dans le tourbillon des armes, mais ce sont aussi des mémoires, des lignées de fantômes.

Les bardes, quant à eux, ont une autre manière. Ils content les métamorphoses, les morts et les incarnations nouvelles, les multiples naissances du héros. Parfois, ils remontent jusqu’à mille hivers, et ils montrent que l’homme, la femme ou l’androgyne étaient déjà présents dans le lustre sombre du corbeau, dans l’écaille du saumon, dans la ramure du cerf. Enfant, je raffolais de ces chants ramifiés et fantasques ; ces mutations sans frein me faisaient rire. Elles me grisaient aussi, elles me donnaient le sentiment que le monde tout entier faisait partie de moi. Plus tard, j’en ai saisi la sagesse. L’homme que tu achèves, l’animal que tu abats, ils ont le même regard.

Où commencer ma propre histoire ?

Je ne suis pas un individu ordinaire. Ma naissance n’est pas ma vraie naissance. D’ailleurs, je ne me souviens pas du jour où je suis venu au monde, cela n’a pas d’intérêt. Faut-il donner le nom de mes pères et celui de mes victimes ? Je peux les décliner facilement, en dansant avec mes armes, en roulant des yeux, en faisant d’horribles grimaces. Mais tu n’es pas mon ennemi : ce serait manquer aux lois sacrées de l’hospitalité que de défier ainsi mon invité. Il me faut donc écarter cette manière. Quant aux vies qui ont précédé ma vie, je m’en souviens parfois, à l’impromptu, dans le pas d’un cheval, en accrochant mon manteau sur l’épaule, en soupesant une poignée d’épée ou le sein d’une femme. J’en rêve aussi, de temps en temps, quand le sommeil me fait planer au-dessus des forêts, des fleuves et des prairies. Mais tout cela est si brouillé que la parole dissiperait les visions ; je ne maîtrise pas assez la musique pour traduire en mots ce qui, en moi, est plus vieux que moi.

Alors, puisque je ne peux adopter ni la voix de l’homme commun, ni celle du guerrier, ni celle du poète, je créerai ma propre manière. Ainsi, mon récit sera mien non seulement par l’histoire, mais aussi par la forme. Puissent les dieux me guider sur ces chemins-là, comme ils l’ont fait sur d’autres voies. J’aurai besoin de leur bienveillance dans cette entreprise ; car, à la vérité, mon histoire commence là où se terminent toutes choses.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Le voilà, enfin, le VRAI coup de cœur qui pointe son nez dès les premières pages.

Bellovèse est au crépuscule de sa longue vie et dicte ses mémoires à un barde. Laissez-le vous emmener dans son monde et comprendre pourquoi il n'est même pas mort.

Le style de Jaworski (Gagner la guerre et Janua Vera) est unique (excellent, évidemment) si bien qu'il est difficile de reposer ce livre... qui n'est que le premier tome de la trilogie Rois du monde. Les prochains paraîtront en 2014 et 2015, il faut savoir se faire désirer !

Incontournable, inratable, indispensable !

Afficher en entier
Diamant

Après Janua Vera puis l'incroyable Gagner la Guerre, je me demandais si JP Jaworski allait être capable de réitérer pareil exploit. Je ne vais pas faire de suspense : c'est chose faite.

Dès le début, on est littéralement happé, l'histoire nous ligote, nous emmène dans ses territoires celtes, dans ses coutumes et ses héros, ses champions, sa sorcellerie malsaine. Il y a tout, et bien plus encore. Pas la peine d'en faire des tonnes puisque vous devriez le découvrir sous peu... du moins je l'espère !

Dès la fin de ce premier tome, je m'interroge cependant : pourquoi l'auteur se contente-t-il d'une simple trilogie alors qu'il avait là matière à écrire une immense saga ? Peut-être n'est-ce justement que la première trilogie d'une saga bien plus vaste ?

Dans tous les cas, j'attends la suite avec une réelle impatience.

Oui, Bellovèse, tout cela ne fait que commencer !

Liste de diamant sans pinailler ! :D

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Segillos et son frère aîné Bellovése, le narrateur, sont les fils de feu le roi des Turons tué par son beau-frère le Haut-Roi qui les a exilés avec leur mère au fin fond du royaume pour qu'ils ne présentent pas une menace pour le trône. Au début dur roman, les deux frères ayant atteint l'âge de devenir des hommes, ils sont envoyés à la guerre. Dés la première bataille Bellovèse est grièvement blessé, presque en train de franchir la limite du royaume des morts, mais à la surprise générale il ne succombe pas à ses blessures et convalescent il est envoyé par un druide consulter les oracles sur l'île des Vieilles.

C'est lui même qui conte son récit qui débute au premier chapitre par l'époque actuelle, puis il remonte dans le temps car aux portes de la mort il revoit en rêve son passé. Si au début du roman les épreuves rencontrées par le héros sont clairement explicitées, il n'en est pas de même pour la suite qui navigue entre le passé et l'instant présent.

Le postulat de départ quant à lui, il se révèle des plus classique et des plus usitées dans le genre puisque l'auteur avec l'histoire de Bellovèse nous entraîne dans une quête initiatique.

L'originalité du roman réside dans l'univers dans lequel le lecteur est plongé et qui échappe au sempiternel moyen-âge. L'univers est très élaboré bâtît sur un monde qui fait référence à la proto-histoire et plus particulièrement dans le cas présent à l'histoire celtique. L'univers développé s'avère très dense et l'auteur qui s'est très bien documenté nous offre un monde fascinant et cohérent.

Les personnages sont bien travaillés, ont chacun une histoire propre, qu'elle soit présente ou passée, et ils ont tous une personnalité qui les différencient.

Certes le vocabulaire est très recherché avec des termes bien adaptés à l'époque, mais le style de l'auteur est lourd, pompeux au début du roman, et la tonalités récitatrice ne favorise pas non plus la dynamique de lecture. L'écriture est déstabilisante pour le lecteur. Un lexique explicatif des termes propres à l'univers aurait été souhaité et aurait évité dans les premiers temps une lecture hachée pour aller chercher des renseignements.

Au final, une histoire pas originale, un univers très bien travaillé, des personnages aux quels on n'arrive pas à s'attacher, un style pesant : on sort de cette lecture avec un avis fort mitigé.

Afficher en entier
Or

Ne soyez pas découragé devant tant de noms celtes et continuer la lecture !

C est vrai qu'il faut un certain temps pour vraiment rentrer et comprendre l'histoire mais une fois qu'on a presque tout pigé c'est très difficile de reposer le livre ! Puis les celtes c'est quelque chose dont on a pas l'habitude de voir alors c'est une très bonne expérience ! Des que je peux je me mets au tome 2 !!

Afficher en entier
Argent

Un premier tome que j'ai adoré. Le style recherché, l'ambiance très particulière de l'histoire avec tous les codes autour de la figure du héros, des bardes, toute cette société qui, plus que de la fantasy, se rapporte parfois plus à du fantastique... Whaou.

Une très bonne introduction, qui me donne très envie de lire la suite !

Afficher en entier
Argent

Une superbe histoire en perspective. J'aime la sobriété du scénario. Pas de superflu, pas trop de fantastique mais une histoire fantasy tout de même. Dure à suivre par moment et une énorme difficulté à retenir les prénoms des personnages pour ma part. Il ne faudra pas que j'espace les lectures entre les tomes...

Afficher en entier
Or

Ce premier tome de ce cycle est juste grandiose. Sa structure temporelle déstructurée est simplement merveilleuse.

Rarement un roman de fantasy m'aura autant accroché que ça soit dans le style que dans la structure.

L'auteur a ciselé son texte avec amour, précision, avec un énorme vocabulaire et avec un telle intelligence.

L'atmosphère est véritablement prenante, de nombreux moments nous font nous demander si c'est la réalité, un rêve ou un mélange des deux ?

Les phases mystiques et/ou mythologiques sont utilisées avec grande intelligence,, elles apportent tellement dans l'atmosphère de ce premier tome.

Ce roman est une véritable réussite, surement ce que j'ai lu de meilleur dans le genre Fantasy Celtique.

Afficher en entier
Or

L'écriture est dense, l'ambiance incroyable. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire (une narration non chronologique, plusieurs moments qui se suivent sans qu'on en saisisse tout de suite la logique, un personnage moins flamboyant que Benvenuto), mais une fois que je me suis accrochée, j'y étais pour de bon. L'histoire met du temps à se mette en place, les personnages ne sont pas évidents tout de suite, mais c'est du coup d'une richesse totale. Rien n'est laissé au hasard, tout est à sa place. Au final je préfère cette saga à Gagner la guerre...

Afficher en entier
Or

J'ai trouvé la première partie de ce roman un peu longue mais ai adoré la troisième même si la révélation de fin m'a franchement frustrée (le roman étant divisé en trois époques). La mise en place du monde Celte est très bien faite et on ressent parfaitement de la quotidienneté de la "magie". Sans jamais vraiment savoir où s’arrête le rêve, le fantasme et le réel, on plonge dans une culture qui se nourrie des ces multiples frontières.

Ce roman est par contre à destination des amoureux du genre ou de l'époque.

Afficher en entier
Lu aussi

Je conseille passionnément la lecture de Gagner la guerre du même auteur, mais ce roman-ci sera plutôt pour les connaisseurs en Fantasy...

L'univers était pourtant prometteur : un contexte celto-gaulois, assez original en Fantasy (surtout la partie gauloise !), avec un jeune roi déshérité, des guerriers, de la violence, des mythes... Malheureusement, trop de défauts pour que ce roman soit un vrai plaisir à lire.

En premier lieu, il nous plonge directement dans le bain sans vraiment se soucier de donner des éléments contextuels pour éclairer son lecteur, qui reste dans le flou une bonne partie de sa lecture, si ce n'est pendant toute sa lecture...

Ensuite, trop de noms de personnages, de lieux, de tribus. On s'y perd totalement, surtout qu'ils sont dans le même style...

Enfin, malheureusement, le lexique qui était si fin et riche dans Gagner la guerre est ici parfois tellement recherché qu'il alourdit le récit et le dessert complètement, surtout conjugué aux deux points précédent...

Cependant, la deuxième partie du roman se lit plus facilement que la première. On entrevoit une sorte de boucle temporelle, le rêve se mêle doucement à la réalité et ça donnerait presque envie de lire le second tome (en espérant que les défauts relevés soient imputables à une mise en place du récit...).

Ma lecture a donc été de moins en moins laborieuse, mais je suis tout de même bien contente de passer à autre chose !

Afficher en entier
Or

Un superbe roman sur fond de mythologie celte. D une écriture très souvent onirique, l auteur nous livre ici le début d une fresque mettant en scène Bellovèse le non-mort. De sa prime jeunesse aux guerres celtes, nous suivons ce jeune homme le long de son parcours initiatique de guerrier.

Un très bon moment pour ma part.

Afficher en entier
Lu aussi

J'ai trouvé l'histoire un peu brouillon. J'avais beaucoup de mal à me repérer avec le temps, les personnages et les lieux. Mais j'ai continué et la fin allait mieux.

Afficher en entier

Dates de sortie

Rois du monde, Tome 1 : Même pas mort

  • France : 2015-01-29 - Poche (Français)
  • France : 2018-01-05 (Français)

Activité récente

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 186
Commentaires 32
Extraits 6
Evaluations 49
Note globale 7.92 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode