Livres
494 443
Membres
492 285

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Clan Mackenzie, Tome 1 : La Rose des Highlands



Description ajoutée par StevieMH 2014-01-27T12:56:04+01:00

Résumé

Ecosse, XIIIe siècle

Roses est révoltée. Comment le seigneur Ogilvie a-t-il osé utiliser la force pour tenter d’abuser d’elle ? Elle qui travaille depuis toujours au château est désormais contrainte à la fuite. Une fuite dans la lande glaciale au cours de laquelle elle aurait sans doute péri, si un mystérieux highlander ne lui avait porté secours et donné refuge… dans la forteresse qui appartient au clan ennemi de celui des Ogilvie.

Dès le début, Wilkie MacKenzie, qui possède toute l’autorité et la noblesse d’un grand seigneur, se conduit comme tel avec elle. Pourtant, Roses sent que sa présence dérange les autres membres du clan. Pire, qu’elle représente un danger pour eux : n’est-il pas évident que le seigneur Ogilvie va vouloir la récupérer, par la force s’il le faut ? Mais si elle se sent la force de faire face à cette hostilité, et à cette menace, Roses ne sait si elle pourra cacher les sentiments brûlants que lui inspire Wilkie, alors que celui-ci va bientôt devoir se choisir une épouse de son rang…

Afficher en entier

Classement en biblio - 177 lecteurs

Extrait

** Extrait offert par Juliette Miller **

1

La brute était sur moi.

Sa main qui cherchait à m’agripper s’abattit à quelques pouces seulement de la grossière étoffe des chausses d’homme que je portais. D’un bond, je me mis hors d’atteinte. J’avais été bien inspirée d’avoir choisi ce vilain vêtement ce matin-là au lieu d’une cotte de servante, qui aurait été plus facile à attraper.

Mais malgré son poids, laird Ogilvie était prompt pour un grand butor de son âge. Une détermination rageuse lui mettait le feu aux joues.

— Ta mère ne m’a échappé que par la mort, dit-il durement. Toi, tu n’auras pas cette chance.

Il plongea de nouveau sur moi — trop vite — et ses doigts saisirent le dos de ma tunique et tirèrent. Le col m’étranglait. Il en profita pour me pousser à plat ventre sur les fourrures de son lit. Je tournai la tête et cherchai à reprendre mon souffle, luttant contre son emprise.

— Pourquoi t’entêtes-tu à porter des habits d’homme, lass ? Ça ne te va pas du tout. Je vais t’en débarrasser, qu’est-ce que tu dis de ça ?

J’avais mal calculé ma visite dans la chambre du seigneur. C’était mon travail d’y faire le ménage chaque matin et de rapporter dans les cuisines les gobelets et les coupes qu’il avait vidés la veille au soir. Et j’avais bien rempli mes devoirs pendant près de cinq ans — prenant toujours soin d’éviter sa présence. Mais ce jour-là il m’avait attendue, se cachant jusqu’à ce qu’il soit sûr que nous étions seuls et que la porte était fermée. Maintenant, il était trop tard pour lui échapper.

— Dans cette forteresse, ma parole fait loi et, crois-moi, tu ne l’oublieras pas de sitôt, dit-il dans un grognement.

D’une main, il continuait à remonter ma tunique dans mon dos tandis qu’il tenait mes poignets de l’autre.

— Tu oublies que ta situation a changé. Tu n’es plus la fille d’un fermier et tu n’as plus droit aux privilèges correspondants. Ta mère l’avait oublié, elle aussi. Après la mort de ton père, elle a eu du mal, tout comme toi, à se faire à la perte de son statut parmi nous. Elle aurait pu continuer à vivre dans votre ferme… si elle avait fait ce qu’il fallait. Mais elle m’a repoussé. Têtue, ça elle l’était ! Désirable, oui, mais terriblement têtue.

Je me débattis contre la pression de son corps qui pesait sur le mien.

— Je l’ai dépouillée de ses terres dans l’espoir qu’elle se soumettrait à moi. Mais elle m’a combattu.

Une des mains du laird tenait les miennes comme dans un étau, pendant que l’autre caressait la peau nue de ma hanche, suivait la courbe de ma taille, montait plus haut.

— C’est seulement quand je t’ai utilisée toi comme mon pion, peu avant sa mort, qu’elle a enfin renoncé à sa vaine résistance. Tu devrais lui en être reconnaissante, lass. Elle aurait accepté n’importe quoi pour m’empêcher de te toucher. N’importe quoi. Mais à présent qu’elle est morte, rien ne peut m’arrêter. Je t’observe depuis quelque temps. Mais tu le sais déjà, n’est-ce pas, Roses ?

Oh oui, je le savais. Ma mère m’avait donné un triste avertissement alors qu’elle était mourante. C’était d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je me cachais sous d’amples vêtements d’homme et évitais le laird à tout prix.

— Tu es une fille de cuisine, poursuivit-il, mais tu pourrais être tellement plus. Il est temps que tu me serves à quelque chose. Une maîtresse du laird jouit de privilèges spéciaux, tu sais. Une chambre à elle, des devoirs allégés, de belles robes, du temps et une protection rapprochée pour se promener librement dans les jardins.

Etaient-ce là les paroles qu’il avait chuchotées à ma mère, pour la tenter ?

— Non.

— Non ?

— Je n’accepte pas.

Il resta silencieux et immobile un instant, puis il partit d’un petit rire.

— Je ne t’ai pas demandé ton accord, lass. Tu m’appartiens, et j’ai bien l’intention de prendre ce qui est à moi.

J’entendis un gémissement étouffé — et me rendis compte que c’était moi qui l’avais poussé. Et c’est là que je fis mon choix — un choix qui était logé inconfortablement contre ma poche de devant, dans une bourse en cuir. Un couteau. Normalement, je n’étais autorisée à m’en servir que dans la cuisine et au jardin, mais je le gardais avec moi pour me protéger, bien que ce soit la première fois que j’en aie besoin dans ce but. Savoir qu’il était là, s’enfonçant dans ma hanche, ne me réconfortait qu’un peu tandis que le laird tirait sur la ceinture de mes chausses. Son emprise sur mes poignets se relâcha alors qu’il se concentrait sur son objectif, remontant ma tunique jusqu’à mon cou, la poussant contre mes cheveux.

Il se figea, avant de lâcher une exclamation :

— Qu’est-ce que c’est ? Cette marque ?

Je ne répondis pas. Je me concentrais pour rendre mes mouvements aussi discrets que possible tandis que je glissais ma main gauche vers le couteau.

Les doigts d’Ogilvie effleurèrent ma peau au milieu de mon dos, dessinant un cercle. Il semblait distrait, presque médusé, mais il reprit d’un ton dur :

— Qui t’a peint ceci à l’encre ? Réponds-moi.

— Je ne sais pas de quoi vous parlez, dis-je dans un souffle.

Je mentais.

J’avais passé la majeure partie de ma vie à essayer de garder le minuscule tatouage entre mes omoplates caché à la vue d’autrui. Je me baignais avec précaution quand il y avait des gens à proximité. Je portais mes cheveux longs. Et je me couvrais de vêtements amples. A présent, je me trémoussais frénétiquement, aussi terrifiée par la mise à nu de cette petite marque à l’encre que par celle de tout le reste de mon corps. Mon esprit tourbillonna vers un souvenir obscur qui avait instillé une peur durable à l’enfant perdue que j’avais été.

Une vieille guérisseuse superstitieuse avait été appelée par mes parents quand j’avais la rougeole. J’étais toute petite à l’époque… Je revoyais son visage ridé. Son doigt crochu pointé sur moi, accusateur. Un avertissement prononcé d’une voix aiguë, jamais oublié. « La marque des sorcières ! Elle sera battue, fouettée, brûlée sur un bûcher ! Tenez ceci caché ! Tenez ceci caché à tout prix. »

Laird Ogilvie continuait son examen, suivant la marque du bout du doigt.

— On dirait un sceau. Le sceau de…

Un silence pesant s’abattit soudain sur la chambre. C’était le type de silence que le laird et ses lieutenants observaient quand un serviteur interrompait une de leurs réunions alors qu’une information capitale allait être révélée.

J’ignorais s’il envisageait de me faire fouetter, brûler ou toute autre chose. Quoi qu’il ait eu à l’esprit, ça ne l’empêcha pas de reprendre la tâche qu’il avait entreprise. Il se remit à batailler avec les lacets de ses chausses.

C’est alors que j’agis.

La force de mon coup enfonça la lame aiguisée dans le côté de son ventre. Les nombreux mois où je m’étais discrètement entraînée à l’épée avec les jeunes guerriers du clan m’avaient laissée mal préparée pour viser une cible réduite. Par chance pour le seigneur, le couteau n’était pas grand. S’il avait eu l’occasion d’y réfléchir, laird Ogilvie aurait même pu se réjouir de ses repas copieux : sa graisse lui permettrait probablement de survivre.

Je retirai le couteau et profitai de son choc pour sortir de sous lui et m’écarter. Il toucha son ventre et contempla le sang qui coulait dans sa main d’un air interdit, comme s’il ne pouvait pas croire que sa propre servante avait osé réagir envers lui comme je venais de le faire.

Je profitai de son silence ébahi et m’enfuis en toute hâte de la pièce.

Surprise par ma propre rébellion, et par le calme avec lequel je l’avais menée à bien, je sentis une vague de panique bouillonner dans mon cœur. A quoi venais-je de me condamner ? A la mort, à un châtiment sévère et vengeur, pour le moins, ou à la vie d’une vagabonde sans clan. J’optai pour la dernière solution.

La peur me donna des ailes. Je dévalai l’escalier, longeant les corridors jusque dans la cuisine. Je ne m’arrêtai qu’un instant avant d’entrer. Me rendant compte que je tenais toujours le couteau ensanglanté, je le remis dans ma bourse, en m’assurant rapidement qu’il n’y ait pas de sang sur la lame. J’arrangeai mes habits et me forçai à paraître aussi calme que possible. Après tout, les serviteurs qui travaillaient dans la cuisine étaient habitués à mes tenues peu conventionnelles pour une femme et à ce que j’exécute mes tâches en vitesse. Une fois dans la pièce, j’attrapai vite un grand sac et y fourrai plusieurs miches de pain. Je pris un petit bol de bois. Sur une impulsion, je pris aussi une aiguille et du fil, et une coupe bouchée contenant le baume que j’avais préparé pour Ismay la veille.

Ismay était d’ailleurs debout près d’une table, en train de trier ses herbes. Mon amie la plus proche, mon mentor secret qui m’apprenait à guérir… Elle me regarda, consciente de ma conduite inhabituelle. Je l’enlaçai brièvement. Cela me faisait mal de penser que je ne la reverrais peut-être plus. Elle me rendit mon étreinte d’un air troublé, tandis que ses yeux bruns m’interrogeaient.

Matilda, la cuisinière, s’arrêta de donner des instructions à ses aides. Elle me regarda d’un air réprobateur, comme à son habitude, et jeta un coup d’œil au sac que je portais.

— Le laird a besoin d’aide, dis-je en sortant dans la cour, avant qu’elle puisse me demander des explications.

Je courus jusqu’aux écuries. C’était le milieu de la matinée, alors les hommes du château étaient occupés à s’entraîner, à chasser ou à travailler dans les champs. J’attrapai un sac que j’avais caché parmi les stalles, et que j’avais empli avec soin au fil du temps d’affaires qui pourraient me servir en cas de besoin : une cape doublée de fourrure, plusieurs longueurs de corde, un silex et une petite épée. C’était l’épée que j’utilisais quand je m’entraînais avec Ronan et Ritchie. Les deux frères à la chevelure couleur feu avaient à peu près mon âge et trouvaient amusant mon intérêt pour la bataille. Ils avaient passé de nombreuses heures à m’apprendre comment me battre et monter à cheval. Des talents que j’étais heureuse de posséder, maintenant !

J’avais toujours su que mon destin était ailleurs. La majeure partie de mon clan avait oublié depuis longtemps ma mystérieuse arrivée, alors que j’avais trois ou quatre ans à peine. Ils m’avaient acceptée comme fille d’un membre du clan, puis comme une servante et une paire de mains supplémentaire. On faisait de temps en temps des commentaires sur mes cheveux si blonds qu’ils étaient presque blancs et mes yeux vert clair, pas du tout comme les yeux et les cheveux plus sombres de mes parents et de mes amis. Difficile de passer inaperçue. Mais il y avait trop de travail à faire pour s’appesantir sur les détails qui faisaient de moi une étrangère à leurs yeux. Avec des bouches à nourrir, des murs à construire et des champs à cultiver, il restait peu de temps pour s’attarder sur les origines d’une enfant abandonnée.

Mais moi, je n’avais pas oublié. Les questions se posaient à moi chaque jour. Elles étaient dans mes rêves. Et elles me rendaient moins encline à accepter mon sort comme servante d’un laird tyrannique dont les intentions à mon égard avaient été inscrites dans chaque regard qu’il m’avait jeté depuis que je n’étais plus une enfant. J’avais su que ceci allait arriver. Depuis le début. J’avais attendu ce jour.

Et il était là.

Au dernier moment, j’attrapai un heaume et le fourrai dans mon sac.

Plusieurs chevaux paissaient près des écuries. Je passai une bride à un poney bai que j’avais déjà monté et j’harnachai tant bien que mal une couverture de selle. Je me servis d’une souche pour grimper sur son dos. Il pouvait sentir ma nervosité, et elle le rendait agité. Heureusement, les valets d’écurie étaient habitués à me voir monter à cheval : ils levèrent les yeux de leurs tâches, mais ne s’appesantirent pas sur ce que j’étais en train de faire.

Mon souci immédiat était de mettre autant de distance que possible entre moi et mon crime, profitant du calme qui précédait la tempête. Le laird était sans doute affaibli par la perte de sang. Il était peut-être même inconscient, pas encore capable de donner l’ordre de me poursuivre, de m’attraper, de me faire battre et tuer. Mais cela ne durerait pas longtemps — j’étais certaine qu’il se remettrait vite, si une fièvre ne se déclarait pas. Je savais très bien qu’Ismay était une excellente guérisseuse. Après tout, elle s’était fiée à moi pour cueillir les herbes nécessaires pour fabriquer l’onguent ; un sacré remède, soit dit en passant.

Je guidai le cheval autour du loch, prenant de la vitesse, et ce fut au galop que j’atteignis les portes grandes ouvertes du château.

Pas une seule fois, je ne regardai en arrière.

Chevauchant plus vite que je ne l’avais jamais fait, je poussai mon cheval jusqu’à ce que son encolure soit couverte d’écume. J’avais la chance que le sol soit sec et qu’il y ait une légère brise ; les traces de sabots de ma monture ne seraient pas profondes et le vent pourrait les effacer avant qu’on ne les suive. Je continuai jusqu’à ce que le ciel se mette à rougeoyer au loin, puis que l’obscurité tombe.

Je chevauchai encore, jusqu’à ce que ma monture trébuche, me jetant presque à terre. Alors seulement, je la laissai me porter à une allure moins rapide, avançant au pas, en silence, à part le bruit léger de ses sabots dans la nuit étoilée. Nous nous approchâmes d’un petit ruisseau qui serpentait à travers bois. La lune et les étoiles y jetaient des reflets argentés.

Je démontai pour boire et laisser le cheval se reposer un moment. Il trouva un carré d’herbe qu’il brouta avidement, me rappelant ma propre faim. Contente d’avoir mon repas chapardé dans la cuisine, je mangeai presque tout le pain que j’avais emporté avec moi. A quoi devait ressembler le château, maintenant, chamboulé par le scandale de mon crime et ma fuite ?

Je m’allongeai un moment par terre, avec mon sac pour oreiller, la bride du cheval enroulée autour de ma main. Je m’assoupis, enfin, et je dormis même un certain temps.

Je m’éveillai en sursaut quand mon cheval tira sur la longe que je serrais dans mon poing.

Il n’y avait aucun bruit hormis le léger clapotis du ruisseau et la mastication régulière de ma monture. Pas de cris, pas de tonnerre de sabots. Pas de signe que les hommes du laird étaient sur mes traces. Mais mon sentiment de sécurité était précaire. J’étais seule, sans toit, une paria. Avec du sang sur les mains et plus qu’une petite miche de pain dans mon sac. Je n’avais pas d’endroit où m’abriter, pas de clan sur qui compter.

Pourtant, j’avais depuis longtemps envisagé où je pourrais aller si je me trouvais obligée de fuir. Aucune des solutions n’était vraiment tentante, mais j’avais décidé que je rejoindrais le clan Macduff, loin dans le nord. La nièce de laird Ogilvie, Una, avait été mariée à l’un de leurs membres de haut rang plusieurs années auparavant. Je pourrais toujours m’adresser à elle ; peut-être se souviendrait-elle de moi et me permettrait-elle de rester avec son clan, pour travailler dans les cuisines. Mais il faudrait plusieurs semaines pour atteindre leurs terres…

Je conduisis mon cheval jusqu’à un arbre tombé et remontai en selle pour reprendre mon voyage. J’étais assez certaine d’aller vers le nord-est. J’essayai de me rappeler les cartes que le laird et ses hommes étalaient souvent sur la grande table quand ils discutaient d’escarmouches, de rassemblements, de mariages et de querelles. Certains jours où je nettoyais la salle de réunion, polissant l’étain des bougeoirs, les cartes étaient toujours là, déroulées. Les noms m’étaient assez familiers, après toutes ces discussions entendues quand je servais. Ogilvie. Machardie. Stuart. Macduff. Mackenzie. Buchanan. Campbell. Macsorley. Morrison. Munro. Macintosh. Macallister. Ce que je connaissais moins, par contre, c’était l’emplacement de tous ces clans.

En fouillant dans ma mémoire, je tentai de me représenter la carte et la configuration des frontières à travers le pays. J’avais bien essayé de lire ces cartes, de déchiffrer la forme des lettres et de les associer aux noms des clans que je connaissais. Mais c’était trop difficile. Ma mère avait commencé à m’apprendre à lire quand j’étais petite, mais je n’avais guère eu le temps de pratiquer, alors mon savoir était limité. A la place, mon éducation avait consisté en travaux de jardinage, corvées domestiques, ménage et cuisine. Après la mort de mon père, les talents essentiels requis pour ma nouvelle situation étaient de rester humble, docile et servile en toutes circonstances, comme il convenait. Et j’étais la première à reconnaître que je n’avais jamais maîtrisé aucune de ces qualités !

Il était bien plus facile de se rappeler les histoires que laird Ogilvie et ses lieutenants racontaient sur les clans, les forces et les faiblesses de leurs chefs. Ils en parlaient souvent et moi, tandis que je leur servais de la cervoise, que je remplissais leurs assiettes aussitôt vidées, que je répondais à leurs moindres demandes, tout en évitant habilement les mains en maraude, j’avais appris une foule d’informations.

Je savais par exemple que le clan Mackenzie se trouvait au nord du clan Ogilvie, leurs terres s’étendant vers l’est. Laird Ogilvie disait que les Mackenzie contrôlaient un vaste territoire — plus grand que le sien — composé de champs vallonnés, de terrasses escarpées et de riches forêts. Je supposais que leurs terres devaient être près de l’endroit où je me trouvais en ce moment.

Mackenzie.

Ce nom me mettait mal à l’aise.

Je me souvenais d’une réunion où laird Ogilvie et ses lieutenants avaient parlé des hommes Mackenzie, en particulier. Il était tard et la conversation était décontractée.

« C’était l’année dernière, pendant l’escarmouche d’Ossian Lochs, à propos des terres très convoitées du roi, avait dit l’un des hommes. Une vraie machine à tuer, ce laird Mackenzie. Il a regardé son père mourir à la pointe de l’épée d’un ennemi. En réponse, il a ouvert dans les troupes des Campbell une tranchée qui m’a glacé le sang. Il est fou. Et méchamment dangereux. »

« Oui, avait agréé un autre. C’est un vrai géant, et cette chevelure noire de sauvage ne fait rien pour le faire paraître moins menaçant. »

Laird Ogilvie avait acquiescé.

« Knox Mackenzie est dangereux, renfrogné et aigri. Il est peut-être vrai que les gens de son clan sont doués pour la culture. Leurs champs et leurs vergers sont riches, et leurs récoltes sont assez abondantes non seulement pour nourrir les leurs, mais aussi pour commercer avec d’autres clans et se procurer des biens de valeur. Mais il est rude et manque totalement de la diplomatie de son père. »

« Et quel est le nom du deuxième frère ? Wilkie, c’est ça ? Si vous voulez mon avis, son adresse à l’épée est exagérée. »

« Peut-être, mais les femmes tombent toutes à ses pieds ! Elles s’attroupent autour de lui comme des moineaux. Il devrait être facile à battre — il est bien trop distrait. »

Ils avaient ri.

« Oui, et le plus jeune, Kade — un vrai sauvage, lui aussi. Toujours armé jusqu’aux dents et jaugeant un homme comme s’il pouvait aussi bien le tuer que lui offrir une pinte de bière. »

« Les sœurs, en revanche, sont très plaisantes à regarder », avait dit un homme d’une voix traînante.

D’autres rires grivois.

« Je suis diablement tenté d’attaquer leur forteresse et de prendre un peu de cette nourriture pour moi », avait repris laird Ogilvie.

« Oui. Et moi, je prendrai les sœurs, pendant qu’on y est. »

L’idée de tomber sur un des frères Mackenzie en passant près de leur château n’était pas du tout tentante. Mais un détail clé restait fiché dans mon esprit. « Leurs champs et leurs vergers sont riches. »

Mon estomac vide gargouilla à cette pensée. Les frères Mackenzie étaient intimidants, certes, mais le plan qui se formait dans ma tête n’incluait pas de les rencontrer ou de les alerter d’une manière ou d’une autre sur ma présence, après tout. Par contre, il incluait l’abondance de leurs terres. J’avais si faim que je décidai de me diriger vers la forteresse des Mackenzie, advienne que pourra. Si je parvenais à voler un peu de leurs récoltes, je pourrais me nourrir pendant les jours à venir, voire les semaines de mon voyage vers le nord. C’était risqué, je le savais, mais je n’avais guère le choix ; il n’y avait pas d’autre nourriture à trouver dans les Highlands battus par les vents. Mais pourquoi n’avais-je pas demandé à Ritchie et Ronan de m’apprendre aussi à tirer à l’arc ? Au moins, j’aurais pu chasser en route. Mais là, je n’avais d’autre choix que de me servir dans les jardins des Mackenzie, si je pouvais les trouver…

Voilà ce que j’étais devenue, pensai-je avec amertume, une voleuse en puissance, une vagabonde, une pauvresse sans foyer. Tout cela parce que je n’avais pas pu supporter les avances de laird Ogilvie. Etais-je folle de préférer une vie d’errance à celle de maîtresse attitrée du seigneur ? Probablement. J’avais considéré la question maintes fois depuis que j’avais commencé à suspecter les intentions du seigneur vis-à-vis de moi. Et inconsciemment, j’avais déjà pris ma décision : au plus profond de moi, je ne pouvais me soumettre.

Il ne servait à rien de me morfondre sur ma situation. Après tout, je l’avais vue venir. Je m’étais surprise moi-même par la façon dont je m’en étais sortie — rapide, bien menée et, pour l’instant, réussie. M’apitoyer sur moi-même ou me mépriser n’arrangerait pas les choses. Ce qu’il me fallait, c’était atteindre les abords de la forteresse Mackenzie, confectionner une échelle ou trouver un arbre à escalader et attendre la protection de la nuit.

Avant que je puisse passer à l’action, un bruit rythmé sur lequel je ne pouvais me tromper me fit tendre l’oreille — le bruit de chevaux au galop qui venaient du sud, comme moi.

Un groupe d’hommes d’Ogilvie, sans doute, lancés à mes trousses.

Je talonnai mon cheval pour aller plus vite et pris un sentier parmi des pins clairsemés. D’un côté s’étendaient de vastes champs de bruyère. Sur la gauche se dressait une pente raide qui montait vers des falaises rocheuses. Elle était trop escarpée pour un cheval. Mais je ne pouvais pas m’élancer à travers champs non plus : je serais facilement repérée. Et si j’allais droit devant, je savais par avance que je serais rattrapée — les montures de mes poursuivants étaient plus grandes et plus rapides. Des destriers, pas un cheval de labour, comme le mien…

Sans prévenir, mon cheval hennit fortement et se cabra, me jetant à terre. J’atterris sur les arêtes dures et douloureuses de mon paquetage. Mais je me remis vite sur pied, trop effrayée pour m’appesantir sur des bosses ou des bleus.

J’entendis des voix d’hommes qui approchaient.

— Déployez-vous ! cria l’un d’eux.

Je saisis la bride de ma monture qui s’emballait et attrapai la couverture sur son dos. Je l’agitai devant elle. Le cheval partit aussitôt au galop, dans la direction de mes poursuivants. J’en profitai pour courir et commencer à gravir la pente.

— Le cheval ! hurla un homme — trop loin, je l’espérais, pour pouvoir me voir.

Mon cœur manqua un battement. Il y avait un autre poursuivant que je venais de repérer, beaucoup plus près, celui-là — et il galopait droit vers moi. Je n’étais pas suffisamment cachée. Les arbres étaient trop clairsemés.

Le guerrier m’atteindrait dans quelques secondes. Je m’armai de ma petite épée et pivotai pour lui faire face. Je savais que résister serait vain. Il appellerait le reste du groupe de recherche. Je serais cernée, frappée, ramenée à Ogilvie pour être châtiée.

Mais le guerrier ne tira pas son épée. A la place, il ôta son heaume, révélant des cheveux roux en bataille.

— Roses. C’est moi, Ritchie.

Ritchie. Mon ami et mon entraîneur. Celui qui m’avait appris à me battre et à tenir une épée correctement, comme je le faisais en ce moment même.

— Jolie technique.

Il eut un bref sourire, un rapide éclat de gaieté. Puis il redevint sérieux.

— Je ne trahirai pas votre présence, Roses. Mais vous devez agir vite. Faites tout ce que vous pourrez pour vous échapper et ne revenez pas. J’ignore ce que vous avez fait pour irriter laird Ogilvie, mais il est farouchement déterminé à vous ramener. Il a envoyé des groupes de recherche dans toutes les directions. Il veut vous retrouver, par tous les moyens.

Il se tourna pour regarder, derrière lui, les soldats qui approchaient.

— Filez avant que les autres ne nous rattrapent !

— Ritchie, dis-je d’une voix essoufflée, envahie par le soulagement et la gratitude.

— Partez ! insista-t-il. Protégez-vous, Roses.

L’avertissement qui perçait dans sa voix me stimula et je tournai aussitôt les talons. Je ne regardai qu’une fois en arrière. Son cheval disparaissait dans un vallon. J’aurais voulu le remercier, mais il était déjà parti.

Je gravis aussi vite que je le pus la pente escarpée, de plus en plus haut, pendant ce qui me sembla durer une éternité, jusqu’à ce que j’atteigne un endroit herbeux et abrité. Mes poumons et mes jambes me brûlaient après tant d’efforts et je dus m’asseoir un moment pour recouvrer mon souffle. Je pouvais voir que j’étais bien au-dessus des prairies vallonnées, à présent. J’étais si haut que j’avais une vue magnifique sur les champs de bruyère.

Mon cœur s’arrêta un instant quand je regardai au-delà d’une colline voisine et aperçus le grand château en pierre des Mackenzie — Kinloch, si je m’en souvenais bien.

A l’intérieur de la forteresse, je pouvais voir des gens minuscules qui allaient et venaient. Des bâtiments plus petits en pierre et en bois étaient espacés à travers les terrains du château, avec des acres de terre cultivée aux bandes vertes et dorées, le tout agrémenté d’arbres fruitiers, de plantes grimpantes et de jardins. Le paysage était coloré, parsemé des taches orange, rouges, vertes et jaunes des vergers chargés de fruits et des potagers qui semblaient prêts à être récoltés. C’était beaucoup plus luxuriant et mieux entretenu que chez les Ogilvie. Et cela paraissait terriblement attirant, surtout pour mon ventre vide qui se tordait et grommelait à la vue d’une telle abondance.

Le mur en pierre qui entourait la zone centrale du château et des jardins semblait haut comme deux hommes, au moins. Si j’utilisais une échelle — que j’espérais pouvoir confectionner avec du bois et la corde que j’avais emportée —, je serais peut-être capable de l’escalader.

Je profiterais de la lumière du jour pour chercher un abri où passer la nuit, quand je reviendrais de mon raid. A mon vif soulagement, j’en trouvai un facilement. Le flanc de la colline était troué de petites grottes, abritées du vent par de gros rochers et des arbres. J’en découvris une qui n’était pas trop petite et s’enfonçait loin dans le rocher. Au fond, une fente laissait passer le jour, prodiguant de la chaleur et une douce lumière à cet espace plutôt confortable.

Enchantée par ma découverte et pleine d’espoir à la perspective de mettre la main sur de la nourriture, je me mis en quête de branches pour mon échelle. Ce que je trouvai d’abord, de l’autre côté de la colline, fut une belle cascade qui tombait dans un bassin d’eau claire. Je bus longuement, me lavai les mains et le visage avant de continuer à ramasser des bouts de bois suffisamment solides.

Je retournai à la grotte et nouai mes cordes autour des barreaux de mon échelle de fortune, fabriquant ce que j’espérais être mon moyen d’entrer dans les jardins des Mackenzie.

La seule chose qui restait à faire était d’attendre que l’obscurité s’installe autour de mon nouvel abri, tout à fait agréable, par ailleurs. Je préparai mon sac et vérifiai une fois de plus que mon échelle pouvait me porter.

J’attachai ma ceinture, munie de mon couteau et de mon épée, autour de ma taille. Pensant qu’il serait bon de me déguiser, je nattai mes cheveux et les enroulai sur ma nuque, puis enfilai le heaume sur ma tête et me mis en route.

Le mur du château était plus loin que je l’avais estimé. Il me fallut bien une heure pour l’atteindre, et ce fut à ce moment-là que mon manque de sommeil et de nourriture commença à se faire sentir. M’efforçant de l’ignorer, je mis mon échelle en place et attendis en haut du mur, guettant des bruits dans le voisinage. Mes yeux s’étaient accommodés à la maigre lumière prodiguée par une lune argentée et des étoiles voilées par des nuages. Je regardai autour de moi. Personne. J’ajustai mon poids sur l’épaisseur du mur et tirai l’échelle, la plaçant contre le mur intérieur pour pouvoir repartir. Je descendis jusqu’en bas et me retrouvai au bout d’un petit lac qui me séparait du château, en vue des haies du jardin et des arbres fruitiers biscornus et chargés de fruits.

Je longeai le bord de l’eau vers mon but. Je saisis la première poire de ma cueillette et mordis dedans avant de continuer. Elle était d’une douceur indescriptible. Je cueillis autant de fruits que je pouvais en porter.

Tandis que je retournais vers le mur, je tressaillis, surprise. Le ciel se colorait des lueurs de l’aube à l’horizon. J’avais mis trop de temps. Bientôt, les gens commenceraient leurs tâches de la journée et j’étais toujours à l’intérieur. Hâtant le pas, j’arrangeai mon heaume et m’approchai de l’échelle. Juste comme je commençais à grimper, un bruit attira mon attention.

Des éclaboussures.

Je me tournai. Un homme venait de sortir du lac.

Un homme très grand, musclé — et nu. Complètement nu.

Et il me regardait.

Nous restâmes là, tous les deux, dans un silence figé. Puis il se déplaça dans ma direction, ce qui me fit l’effet d’un coup de fouet. Je gravis l’échelle aussi vite que je le pus, je la remontai derrière moi et je sautai lourdement de l’autre côté, mon sac de fruits et de légumes accroché dans mon dos. Je laissai l’échelle où elle était et je me mis à courir comme une folle. Je ne regardai pas en arrière, mais je savais que l’homme me suivait.

Je forçai l’allure jusqu’à ce que mes jambes menacent de plier sous moi. Mon dos était engourdi par le poids de ma charge tandis que je bataillais pour remonter la pente de la colline.

Je l’entendais qui gagnait du terrain.

— Arrêtez-vous ! hurla-t-il, et sa voix sembla résonner en moi et m’étreignit le cœur, tant ma peur était grande.

Ce n’était pas seulement la force de cet ordre, mais le fait qu’il résonne si près.

Et alors je m’arrêtai.

De l’autre côté de la crête se trouvait mon abri. Je laissai tomber mon sac et me tournai face à lui en tirant mon épée.

Il était là, à moins de dix pieds de moi, tout habillé maintenant et tenant son propre glaive — beaucoup plus grand que le mien.

Pour autant que je puisse le voir, il était seul. Avait-il eu le temps d’alerter les autres ?

La première chose qui me frappa chez lui — à part son corps que je connaissais déjà, et dans les moindres détails —, ce fut son visage… Je ne pouvais en détacher les yeux. Ses cheveux noirs, encore mouillés, tombaient sur ses épaules et une petite tresse partait de chaque tempe, comme c’était l’habitude chez les Highlanders. Malgré la petite distance qui nous séparait, je pouvais voir que ses yeux étaient d’un bleu vif. Il affichait une expression farouche, et pourtant cela ne faisait que souligner la beauté de ses traits. J’avais le tournis — j’avais peur et j’étais troublée tout à la fois.

— Qui êtes-vous ? demanda-t-il, son torse large se soulevant tandis qu’il respirait fortement après sa course.

C’était un ordre. Et son ton disait clairement que j’avais intérêt à lui répondre.

Je restai muette, pourtant. Je n’allais pas lui révéler mon identité ! Et s’il me ramenait à laird Ogilvie ? Non, c’était trop risqué.

Il leva son épée et reposa la même question, cette fois d’une voix plus calme — mais pas moins autoritaire.

— J’ai dit : à qui ai-je affaire ?

Je levai à mon tour ma petite arme. Elle était bien moins impressionnante que la sienne, mais je savais m’en servir. Je m’étais entraînée avec des hommes pendant des mois et avais appris qu’un coup rapide pouvait être aussi efficace qu’un long assaut.

— Vous voulez me combattre, c’est ça ? demanda-t-il.

Il y avait une note assurée et sarcastique dans sa question. Je le lui accordai : ma provocation était clairement téméraire. Je n’avais pas envie de mourir au sommet de cette colline, de la main de ce guerrier — ce beau guerrier —, mais je n’avais d’autre choix que de me battre.

— Montrez votre visage, ordonna-t-il.

Je ne bronchai pas.

— De grâce, laissez-moi, dis-je après une hésitation, en essayant de prendre une voix plus grave.

Il fronça légèrement les sourcils, comme s’il avait du mal à comprendre la situation et ma requête. Il sourit presque.

— Je ne m’en irai pas tant que vous ne vous serez pas dévoilé, répondit-il, et, contre toute attente, son ton me parut patient ; du moins j’espérais ne pas me tromper…

— Je ne peux pas.

— Alors nous devrons nous battre. Je vous ai pris à voler sur nos terres. Le vol est passible de mort. Si vous pouvez justifier vos actions, faites-le — maintenant.

— J’avais faim, répondis-je d’une voix étouffée, faussement grave.

Il sourit, une certaine perplexité se lisant sur son superbe visage.

— C’est une bonne raison. Montrez-vous et vous pourrez garder votre butin — si vous promettez de ne plus revenir nous voler. Faites voir votre visage.

— Je ne peux pas.

Son léger amusement m’irritait.

— Vous ne pouvez pas, répéta-t-il. Et pourquoi ?

La peur et quelque chose d’autre me faisaient perdre mon contrôle. Je me fis violence pour rester maîtresse de moi-même.

— Laissez-moi ! Tenez, prenez votre nourriture ! Je vais partir et je ne vous importunerai plus.

Son sourire s’estompa et je m’avisai d’une chose : j’avais oublié de déguiser ma voix. Il parla lentement, comme pour s’assurer que je comprenne :

— Je crains de ne pas m’en aller, moi. Pas avant de savoir à qui j’ai affaire.

Nous étions debout, nos épées levées, dans une impasse.

Me montrerait-il de la miséricorde ? Me forcerait-il à retourner dans le clan Ogilvie ? Ou bien me tuerait-il ?

Comme pour me répondre en partie, il s’avança, visiblement pas du tout intimidé par moi. Il posa la pointe de son glaive sous mon menton pour relever mon heaume.

Je frappai son épée de la mienne.

Il fut surpris par mon coup et frappa à son tour, si rapidement que j’eus à peine le temps de réagir. Nous étions proches, à présent, si proches que sa parade m’entailla le bras, et la douleur irradia dans tout mon corps. Tandis que je tombais à terre, je tentai un second coup et mon épée glissa sur les muscles de son flanc. Il gronda et frappa ma lame avec une telle force que cela envoya une onde de douleur dans mon bras qui saignait déjà. Mon arme s’envola et je l’entendis siffler dans l’air avant d’atterrir en tintant hors de ma portée.

Saisie, meurtrie, m’accrochant pour ne pas perdre connaissance, je restai allongée sur le sol, lui se tenant au-dessus de moi. Du sang coulait de la blessure que je lui avais infligée au côté. Il s’agenouilla et m’ôta mon heaume. Mes cheveux qui s’étaient détachés se répandirent autour de moi.

Quand il vit mon visage, sa mâchoire sembla se décrocher. Il me fixa un long moment, me parcourant des yeux. Il prit une mèche de mes cheveux et la frotta doucement entre deux doigts, durant plusieurs secondes, comme s’il était fasciné par sa texture ou sa couleur.

— Vous êtes une lass, dit-il enfin.

— Oui.

Son expression se teinta d’une étrange sorte de vénération qui m’atteignit, comment dire ? En des endroits où je n’avais jamais été touchée auparavant. D’une façon inexplicable, une partie de moi s’ouvrit à lui comme une fleur qui voit le soleil pour la première fois. Je brûlais de prolonger cette connexion. Mes sens voulaient toucher, sentir, absorber l’odeur et la vue de cet homme. Son visage était trop beau ; j’étais aveuglée, médusée. Et à vrai dire, lui aussi paraissait… renversé.

Un long moment s’écoula avant qu’il ne reprenne, son incrédulité manifeste rendant sa voix rauque :

— Vous êtes un ange.

— Non, fis-je, toujours sous le choc.

Il ne sembla pas m’entendre et poursuivit :

— Un ange si ravissant qu’il sidère mon esprit. En étant habillé en homme.

Il s’assit assez lourdement à côté de moi. Le devant de sa tunique était taché de sang.

— Pourquoi m’avez-vous frappée ? demandai-je. Du coup, je vous ai blessé.

Après ce simulacre de combat, je n’étais pas très fière que ce soit ma propre main, ma propre épée qui avaient blessé cet inconnu.

— Je ne l’aurais pas fait si vous m’aviez obéi, rétorqua-t-il.

Mes paupières étaient très lourdes, tout à coup.

— Oui, reconnus-je. C’est un défaut, chez moi. Je ne suis pas très bonne pour obéir aux ordres.

Ses mains étaient sur mon bras, me rappelant ma propre blessure : une petite flaque rouge s’était formée par terre.

— Vous êtes blessée aussi.

— Pas aussi gravement que vous, je pense.

Il avait besoin d’être recousu, c’était sûr. Avais-je emporté du fil et une aiguille ? Je ne pouvais m’en souvenir. Ma mémoire paraissait quelque peu brouillée.

— La grotte, dis-je.

Il me regarda d’un air interrogateur, cette même trace d’amusement s’attardant dans ses yeux malgré notre situation.

— Quelle grotte, lass ?

Je fis un signe dans la direction de mon abri, et il m’aida à m’asseoir. Son odeur et sa chaleur semblaient tourbillonner tout autour de moi et en moi. La brûlure de sa cuisse musclée transperçait les couches de nos vêtements tandis qu’il me soutenait. Je n’étais pas très assurée sur mes jambes, mais je le conduisis vers la grotte et lui aussi, malgré sa taille et sa férocité, sembla faiblir légèrement tandis que nous marchions.

— C’est là, dis-je, pas sûre du tout que je n’allais pas m’évanouir et m’affaler par terre dans un instant.

Je me mis à quatre pattes à l’entrée de la grotte et me glissa à l’intérieur, pour me réfugier dans la chaleur bienvenue du lit que j’avais préparé. Le guerrier en sang rampa derrière moi et s’allongea à côté de moi. Nos regards se croisèrent et le bleu de ses yeux sembla se déverser en moi ; cela me procura un réconfort que je n’avais pas connu depuis très longtemps, si ce n’est jamais. J’avais de la chance dans mon malheur : si la mort venait à me prendre, au moins je pourrais l’accueillir à côté de ce superbe guerrier.

— Je suis Wilkie Mackenzie, dit-il.

Wilkie Mackenzie ? Le célèbre frère de laird Mackenzie ? Je comprenais maintenant pourquoi on disait que les femmes tombaient à ses pieds !

Enhardie par cette entrée en matière, je décidai de lui dire mon nom.

— Je m’appelle Roses.

J’avais été une Ogilvie la majeure partie de ma vie, mais à présent je m’étais irrémédiablement coupée de ce clan. J’étais seule.

— Roses, répéta-t-il, comme si cette présentation sommaire lui suffisait.

Il n’essaya pas d’en savoir plus.

— Un nom inhabituel.

Ses yeux brillaient dans la pénombre.

— Tout le plaisir est pour moi, Roses.

— Vous exagérez, guerrier, murmurai-je. Je ne vous ai guère donné de plaisir.

— Si nous survivons, dit-il, les yeux dans le vague maintenant, du fait de sa perte de sang, c’est quelque chose à quoi nous devrons remédier.

— Oui, m’entendis-je répondre. En effet.

Et le noir m’engloutit.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Facile à lire, ce genre de livre est très prenant. Une bonne romance à lire en cas de grosse rupture !

Afficher en entier
Bronze

J'ai connu mieux dans la catégorie amour/highlands/historique mais ce livre est plaisant à lire lorsqu'on n'a pas envie de se prendre la tête.

Afficher en entier
Lu aussi

Ce livre m'a déçue sur tout les points !

L'histoire est inexistante et quand il se passe enfin quelque chose c'est plat et fade. Au début, j'ai pris sur moi pour tout lire mais au bout d'un moment j'ai dût sauter des passages sinon j'aurais fini par arrêter de lire. Ce que je ne fait jamais, je le précise ! Il faut vraiment que le livre soit mauvais pour me faire arrêter une histoire déjà commencée.

Pour se qui est des personnages c'est pire ! Roses est insipide et énervante avec tout ces "Guerrier" toute les 5 minutes. Quant à Wilkie (d'où sort ce nom je vous le demande ! ça fait vachement highlander féroce !) c'est Ken version romance historique ! En fait, tout le long du bouquin j'ai eu l'impression de suivre Ken et Barbie, avec tout ses soupirs et ses multiples passages dégoulinants de niaiseries !

Afficher en entier
Bronze

Rose a été trouvée par une famille de paysan du clan Ogilvie vers l’Age de 3 / 4 ans.

La jeune fille n’est pas Banale, elle est blonde comme les blés, les yeux verts, et un mystère l’entoure, en effet elle a une marque dans le dos.

Une sorcière a dit à ses parents adoptifs qu'il fallait la cacher sinon elle serait brûlée.

Toute sa vie a été semée d’embuches : son père adoptif est mort, le laird Olgivie a alors abusé de sa condition de LAIRD, pour rétrograder ( changement de postes dans le château ) sa mère adoptive (car elle refusait de devenir sa maîtresse) et avec Rose elles sont contraintes de devenir des cuisinières.

Les années ont passé et Rose se retrouve seule face à cet homme, elle s’habille en homme, mais un jour elle échappe de peu au viol du Laird.

Lorsque le LAIRD la déshabille il aperçoit sa marque et reste abasourdi , Rose en profite pour le poignarder et s'enfuir.

Elle s’échappe dans les Highlands habillée en homme, et trouve refuge dans le clan Mackenzie…

Je me suis vite appropriée l’histoire de Rose, mais à mon sens son histoire entre Wilkie ( frère du laird du clan MACKenzie) va trop vite.

Je m’explique : elle le rencontre ( alors qu’il tente de l’arrêter pour avoir volé des fruits, elle est habillée en homme) elle le blesse et presque aussitôt ils se donnent tous les deux du plaisir.

Rose n’a pas beaucoup résistée.

Wilkie ne veut pas lui voler sa virginité, qui est un bien trop précieux pour être donné avant le mariage (pour Rose bien sûr, pas les autres femmes ^^ )

La première moitié du livre est vraiment basée sur l’amour que Wilkie porte a Rose, preuve en est qu'il refuse de se marier avec une des filles du clan Morrison (Alliance entre clans ), car il veut Rose, il s’oppose à son frère qui est le LAIRD

Pour celles qui aiment le côté érotique, il y a beaucoup de détails à mon sens,

Certaines vont trouver sa nian ian

Dès que l’on arrive à la deuxième moitié du livre on retrouve plus d'action, mais cela arrive trop tard à mon goût, je n'en dit pas plus pour ne pas spoiler.

Le LAIRD Olgivie veut Rose, et il l’aura, que cache sa marque ?

Pourquoi la veut-il ? Elle une simple fille de paysan, fille de cuisine ?

Wilkie sera-t-il libre d’épouser Rose, qui n’est pas de la même condition sociale que lui

Afficher en entier
Lu aussi

Histoire classique dans ce genre de littérature.

Ce qui m'a gêné c'est finalement l'amour tout dégoulinant du départ entre les deux héros.

En même temps, ca change des conflits de couple je t'aime moi non plus dans les romances historiques, et pourtant c'est beaucoup trop.

Afficher en entier
Lu aussi

http://lireunepassion.blogspot.fr/2016/04/le-clan-mackenzie-tome-1-la-rose-des.html

Je ne sais pas si j'aurais sorti ce livre, si Livraddict ne me l'avait pas choisi pour le mois de Mars. Et pourtant ! Les romances historiques, j'adore ça, et je dois dire que la couverture est vraiment magnifique ! D'autant plus que j'ai passé un bon moment de lecture, même si je dois avouer que Roses et Wilkie m'ont profondément agacée avec leur amour dégoulinant qui mettait clairement l'intrigue de base de côté.

Roses est révoltée. Lorsque le seigneur Ogilvie a utilisé la force pour abuser d'elle, elle n'a pas hésité un seul instant à se défendre et s'enfuir de ce château de malheur. Après plusieurs jours de chevauchée, elle tombe sur Wilkie, qui la prend sous son aile et surtout la protège de ce seigneur qui est prêt à tout pour la récupérer et la punir de cet outrage. Même si elle sent très bien qu'elle n'est pas forcément acceptée dans le clan Mackenzie, elle s'acclimate peu à peu à sa nouvelle vie, mais est surtout sous le charme de Wilkie, qui est réciproque.

Et c'est bien ça qui a prêché de mon côté. J'ai trouvé que leur relation était trop soudaine, qu'ils tombaient amoureux trop vite, et que du coup, leur amour dégoulinant gâchait clairement l'intrigue principale. En plus de cela, dès qu'ils croisaient le regard de l'autre, ça partait directement à l'érotique. Ralala, pauvre Roses, elle était tout émoustillée, et sa partie intime toujours moite (je vous promets, c'est dit comme ça...). Et concernant Wilkie, même si l'on était pas dans ses pensées, son très long membre réagissait dès qu'il a voyait (encore une fois, je répète ce qui est dit dans le roman). Bref, vous l'aurez compris, concernant la question de la romance, j'étais absolument pas dedans, et j'ai trouvé ça très vulgaire et pas du tout romantique.

Quant à l'intrigue (ou plutôt les intrigues), elles m'ont beaucoup plu, même si elles étaient malheureusement reléguées au second plan pour la romance. Cependant, j'ai tout de même deviné certains trucs qui ne sont dévoilés qu'à la fin, mais les indices sont tout de même énormes pour ne pas passer devant sans les voir. Néanmoins, j'ai apprécié le fait que l'auteure ne dévoile pas tout d'un coup, et que les personnages ne le devinent pas non plus en un claquement de doigts.

Du côté des personnages, j'ai adoré les deux sœurs de Wilkie, ainsi que l'un de ses frères. Si les deux premières sont fraîches et toujours avides d'en apprendre plus à Roses et à l'impliquer dans leur famille, le second a beaucoup de dérision, et bien qu'il soit le plus jeune, n'hésite pas à faire des blagues à ses frères, dont le laird. Tous les trois apportent un gros plus au récit, qui aurait été lourd s'ils n'avaient pas été là.

Je ne vais donc pas m'appesantir plus sur cette lecture. Même si j'ai bien aimé cette lecture, j'ai trouvé que la romance (érotique, disons-le), prenait bien trop de place dans cette histoire, ce qui est vraiment dommage. Les intrigues que nous proposait l'auteure étaient vraiment intéressantes, et auraient mérité d'être mises plus en avant. Donc c'est pour moi un avis en demi-teinte, mais je lirai le second tome, car le il concerne Kade, le petit frère de Wilkie et que je l'ai beaucoup aimé dans ce premier tome.

Justine P.

Afficher en entier

livre long et pas toujours très intéressant. Je l'ai lu jusqu'au bout, mais histoire non captivante... L'amour entre les personnages est sans suspense. Enfin, je ne le conseille pas vraiment, il y a beaucoup mieux dans le genre "romance historique".

Afficher en entier
Argent

Ce n'est certes pas le meilleur historique/Highlander que j'ai lu, il n'en reste pas moins que la lecture fut agréable.

Afficher en entier
Lu aussi

Passionnée des romances historiques se passant en Irlande et en Ecosse, j'attendais de lire ce livre avec impatience. J'ai été un peu déçue, je m'attendais à beaucoup mieux. Tout va trop vite. Il n'y a aucun suspens concernant l'histoire d'amour des deux personnages principaux, ni par rapport au passé de Roses. J'ai lu beaucoup mieux dans ce genre littéraire.

Afficher en entier
Bronze

Je suis une fan des romances historiques et si en plus il y a des Highlanders c'est encore mieux.

Ce n'est pas mon premier livre du genre alors bien évidemment j'avais quelques réserves en commençant ce livre.

Effectivement tout le début j'ai trouvé ça "mièvre" et surréaliste. Mais en m'accrochant je suis bien rentrée dans l'histoire et j'ai apprécié ma lecture.

S'il devait y avoir une suite je ne manquerai pas de la lire.

Afficher en entier

Dates de sortie

Le Clan Mackenzie, Tome 1 : La Rose des Highlands

  • France : 2014-03-01 - Poche (Français)
  • USA : 2012-12-18 - Poche (English)

Activité récente

jooste l'ajoute dans sa biblio or
2019-10-01T06:35:48+02:00
Ikram78 l'ajoute dans sa biblio or
2019-02-19T01:08:48+01:00

Titres alternatifs

  • Highlander Claimed - Anglais
  • Highlander Claimed The first book in the Clan Mackenzie series - Anglais
  • Highlander Claimed (Clan Mackenzie #1) - Anglais
  • Im Bett des wilden Highlanders - Allemand

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 177
Commentaires 19
Extraits 2
Evaluations 41
Note globale 7.34 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode